chargement...

haut de page
Remontez pour accéder au menu
77 visiteurs :: Invité  » se connecter  » s'enregistrer

Enepsigos - Wrath of Wraths

Chronique

Enepsigos Wrath of Wraths
J’ai rappelé il y a peu, à un mécontent de ma note donnée au nouvel album de MYRKUR, que celle-ci n’était pas une indication qualitative mais un indice d’intérêt de ma part envers une œuvre. Ainsi si j’ai mis 3/10, cela ne signifie pas que cet album est une sombre merde, mais qu’il ne me convient pas et que je ne risque pas de le réécouter de sitôt.

De même, je pose un 8/10 à Wrath of Wraths de ENEPSIGOS alors que cet album est bigrement et terriblement bon et aurait pu avoir plus si j’étais plus souvent dans l’esprit qu’il libère. Démoniaque ! Terrifiant ! Maléfique ! Des descriptions qui habituelllement me font penser à MAYHEM. Chimera, Esoteric Warfare, Ordo Ad Chao sont ainsi : des représentations musicales d’Enfers putrides, sans concessions et sans une once de beauté. Wrath of Wraths a ces qualités, et elles sont véritablement portées à leurs sommets.

Le groupe est considéré comme norvégien mais à la base il a été créé par le Norvégien V.I.T.H.R., chanteur de NORDJEVEL, SVARTELDER et DOEDSVANGR, et par le batteur italien culte : Gionata Potenti, alias Omega ou Thorns selon ses projets. Ce batteur a joué pour BLUT AUS NORD, ACHERONTAS, PURE, AD HOMINEM, DEATHROW, GLORIOR BELLI, ENTHRONED et beaucoup d’autres encore ! Il rajoute donc ENEPSIGOS à sa collection, groupe qui avait déjà sorti un album en 2017 chez le label français Drakkar Productions. Celui-ci s’appelait Plague of Plagues ! C’est un détail, mais j’aime quand les groupes ont ce genre d’idées, qui forment une personnalité. L’idée de garder un lien d’album en album est intéressante. Plague of Plagues, et maintenant Wrath of Wraths !

ENEPSIGOS n’est plus chez Drakkar mais il reste chez des Français et c’est cette fois Osmose qui est tombé sous le charme. 6 pistes ont été réalisées et elles totalisent 44 minutes de haine et de destruction totales. Je parlais de MAYHEM tout à l’heure, mais on retrouve aussi des touches qui vont rappeler d’autres formations maléfiques. C’est peut-être la batterie qui m’y a fait penser, mais BLUT AUS NORD m’est venu à l’esprit, comme aussi DEATHSPELL OMEGA ou AOSOTH. La pochette de Wrath of Wraths est d’ailleurs un méfait de l’Américain Benjamin A. Vierling, à qui l’on doit le visuel de IV et V d’AOSOTH, de plusieurs sorties de NIGHTBRINGER ou encore PROFANATICA et WEAPON. Et c’est bien malheureux, mais je n’aime pas le style du monsieur. En fait, je suis assez exigeant avec les pochettes faites en dessins, car elles me semblent souvent infantiliser l’œuvre. Je ne dis pas que je déteste toutes les pochettes dessinées, mais là, en l’occurence, je visualise trop l’homme derrière ses pinceaux : « Oh la la, j’ai fait un sacré dessin bien démoniaque ! ».

La musique proposée sur cette galette est pour moi bien plus puissante que ce dessin. Surpuissants même sont ces morceaux. Les trois dernières minutes de « Seventh Seal » sont une vraie dinguerie. C’est la lacher de tous les maux du monde, ce sont tous les excréments empoisonnés et acides de Satan balancés dans la face du monde. Et là où ENEPSIGOS est encore plus malin, c’est qu’il place des toutes petites lucarnes de lumière. Minuscules dans l’épaisseur des Ténèbres. Un sample militaire dans « Water and Flesh », des choeurs en plein milieu de « Cups of Anger » qui rappelle évidemment le légendaire « Carnal Malefactor » de DEATHSPELL OMEGA.

L’apocalypse est totale sur cet album, et à moins de ne pas être prêt pour la fin du monde, il faut vite se ruer dessus et en faire la bande son de ses derniers jours.

DONNEZ VOTRE AVIS

Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.

3 COMMENTAIRE(S)

BBB citer
BBB
12/04/2020 18:14
note: 8.5/10
Comme Sagamore le dit si bien : vicieux!
Je sens qu'il va bien tourner dans les prochains temps.
Astraldeath citer
Astraldeath
09/04/2020 15:45
Bien sympa, en effet.
Sagamore citer
Sagamore
09/04/2020 08:22
note: 8.5/10
Une belle claque administrée dans les règles de l'art. Je ne connaissais pas le groupe, je n'en attendais pas grand chose, mais comme la pochette tue, je me le suis lancé : sans regret ! Les riffs de "The Whore Is the Temple" sont une belle synthèse du disque : vicieux.

AJOUTER UN COMMENTAIRE

 
Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.
Enepsigos
Black Metal Apocalyptique
2020 - Osmose Productions
notes
Chroniqueur : 8/10
Lecteurs : (2)  8.5/10
Webzines : (3)  8.17/10

plus d'infos sur
Enepsigos
Enepsigos
Black Metal Apocalyptique - 2015 - Norvège
  

tracklist
01.   Shields of Faith
02.   Confess
03.   Seventh Seal
04.   The Whore Is the Temple
05.   Cups of Anger
06.   Water and Flesh

Durée : 44:11

parution
27 Mars 2020

Downset
downset.
Lire la chronique
Reek
Death Is Something There Be...
Lire la chronique
Engrossed
Initial Decay (Compil.)
Lire la chronique
Pilori
À Nos Morts
Lire la chronique
French Black Metal : Les plus gros conn*rds
Lire le dossier
Misanthrope
Bâtisseur de Cathédrales : ...
Lire la chronique
Spell
Opulent Decay
Lire la chronique
Cemetarian
Tomb Of Morbid Stench (Démo)
Lire la chronique
16
Dream Squasher
Lire la chronique
Wayward Dawn
Haven Of Lies
Lire la chronique
October Falls
A Fall of an Epoch
Lire la chronique
Pearl Jam
Yield
Lire la chronique
Gris
Il était une forêt...
Lire la chronique
Odraza
Rzeczom
Lire la chronique
Ectoplasma
White-Eyed Trance
Lire la chronique
Violence Gratuite
EPonyme (EP)
Lire la chronique
Laetitia in Holocaust
Fauci Tra Fauci
Lire la chronique
Winter Deluge
Degradation Renewal (EP)
Lire la chronique
Nekrovault
Totenzug : Festering Peregr...
Lire la chronique
Infestment
Human Altar (Démo)
Lire la chronique
Naglfar
Cerecloth
Lire la chronique
Asofy
Amusia
Lire la chronique
Helfró
Helfró
Lire la chronique
Infestment
Maggots In Your Brain (Démo)
Lire la chronique
Serment
Chante, O Flamme de la Libe...
Lire la chronique
Unearthly Trance
V
Lire la chronique
Kurnugia
Forlorn And Forsaken
Lire la chronique
Misanthrope
Lire l'interview
Iku-Turso
Pakana
Lire la chronique
Massacre
From Beyond
Lire la chronique