chargement...

haut de page
Remontez pour accéder au menu
127 visiteurs :: Invité  » se connecter  » s'enregistrer

Dark Forest - Oak, Ash & Thorn

Chronique

Dark Forest Oak, Ash & Thorn
Qu'avons-nous là ? Un groupe nommé "Dark Forest", formé en début de millénaire, traitant de moult sujets folkloriques et mythologiques tout en incorporant à leur musique une petite fierté nationale anglaise... à tous les coups, il s'agit d'un groupe de black metal ! Non ? Non. Rien à voir, même, ici on est sur un tout autre registre. On est sur du heavy assez doux, très même, à la frontière avec le power metal, tout droit hérité des légendaires Iron Maiden de par les mélodies de guitare et les constructions plutôt poussées des morceaux. De ce fait, le groupe se rapproche d'autres formations faisant attention à son look, tentant de se distinguer au mieux des autres par son identité et sa façon de nous délivrer son metal, à la manière de Slough Feg ou de Lunar Shadow. Le groupe se forme en 2002 et ne compte aujourd'hui plus qu'un seul musicien original, à savoir Christian Horton, officiant aux guitares et au chant depuis la sortie du premier album, en 2009. Et au rythme d'une sortie tous les deux ou trois ans, on est là sur une moyenne relativement classique pour un groupe de cette trempe. Oak Ash & Thorn est donc - déjà ! - le cinquième disque de nos Anglais, succédant ainsi à un excellent Beyond the Veil qui alternait brillamment entre heavy, folk et power sans tomber dans la pastiche dans aucun de ces trois genres, avec des compos relativement longues en moyenne (un disque de 1h10, quand même !) et des refrains mémorables. Sortir un nouvel album après ce chef-d'oeuvre était une véritable épreuve qu'ils n'ont visiblement pas su mener à bien.

Alors, qu'on ne me méprenne pas : je ne vais pas dire que du mal de ce nouveau Dark Forest. Au contraire, et c'est par quoi je vais commencer, le groupe nous offre un contenu parfaitement honnête. Tout d'abord, la forme : cinquante-deux minutes de musique, c'est un poil plus court que sur le prédécesseur, - mais étant donné sa longueur qui invitait à réfléchir avant de se décider à s'y attaquer d'une traite, c'est plutôt une bonne chose - raison dûe à un chiffre moindre de compositions (neuf contre douze) et à la présence d'une piste introductive d'une minute et demie. La production est sensiblement la même que d'habitude, à savoir un son de guitare très doux, presque rock et une basse bien mise en avant, créant ainsi cette atmosphère rétro tant convoitée de nos jours. Seul bémol concernant la forme, la pochette, non seulement trop similaire à Beyond the Veil mais en plus bien moins jolie - à mon goût. Une chose assez surprenante puisqu'on retrouve derrière la palette Duncan Storr, qui avait déjà signé l'artwork précédente, ainsi que celle d'autres groupes majeurs du folk metal, à savoir Elvenking et Skyclad - le monsieur ne découvrait donc pas le milieu.

Concernant le fond, le groupe ne change pas d'un iota sa formule qui les distingue tant et continue de nous proposer des morceaux assez chargés et plutôt longs. On y retrouve également l'influence folk dès la piste d'ouverture "Ælfscýne", avec une intro chargée de sons de nature qui feraient rêver certains citadins. Autrement que sur ce titre, pour ressentir tout l'aspect folklorique de cet album, il faudra prêter un oeil attentif aux paroles. Musicalement, on sera beaucoup plus sur du Slough Feg avec un côté épique accentué. Les leads mélodiques sont légions ("Wayfarer's Eve", "Heart of the Rose", "The Woodlander"...) et les moments plus glorieux, plus vibrants, ne seront pas rares ("Avalon Rising", "Heart of the Rose", "The Woodlander" encore...). En cela, Dark Forest excelle, comme il nous le démontre sur chaque disque : le quartet semble plein d'imagination quand il s'agit de nous bombarder d'harmonies mélodiques et autres incitations à prendre l'épée. Les moyens employés sont nombreux : guitares cleans qui offrent un instant de répit, soli façon Blind Guardian, montées introductives grandiloquentes, mélodies de main riff... à ce niveau, il y a à boire et à manger.

Cependant, tout cela ne me convainc guère. Je suis pourtant très friand de ce genre de musique mélodique et plus discrète dans son exécution, comme ma chronique dithyrambique sur le dernier Lunar Shadow l'a montré, mais Dark Forest ne m'a pas convaincu jusqu'au bout. Trop de passages corrects, sur lesquels on n'a tout simplement rien à dire, et qui s'écoutent... comme j'écouterais à peu près n'importe quoi d'autre pour faire passer le temps. Rien de mal en soit, encore une fois, bien que certains titres souffrent d'une certaine longueur, à l'image de "Eadric's Return", un peu plus déchaînée et blindée de mélodies, mais qui pourtant n'arrivent pas à rester gravé dans ma mémoire. A ce compte, je pourrais également toucher un mot sur la piste éponyme, qui montre un côté prog assez intéressant dans la construction, mais dont les onze minutes représentent plus un obstacle qu'un atout.

Oak, Ash & Thorn souffre de son ascendance bien trop glorieuse : après quelques bijoux comme Beyond the Veil ou Dawn of Infinity, il est compliqué de garder un intérêt intact, même en s'appliquant brillament à suivre une formule musicale parfaitement honorable. On compte ainsi trop de morceaux sympathiques, bien construits et qui apportent leur quota d'épique et de mélodique, mais qui ne sont pas marquants pour autant. D'autant que leurs aînés, eux, ont bien mieux réussi à ce niveau-là ; pour ce disque, c'en est presque fatal.

DONNEZ VOTRE AVIS

Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.

AJOUTER UN COMMENTAIRE

 
Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.
Dark Forest
Heavy Metal Traditionnel
2020 - Cruz Del Sur Music
notes
Chroniqueur : 6.5/10
Lecteurs :   -
Webzines : (3)  8.25/10

plus d'infos sur
Dark Forest
Dark Forest
Heavy Metal Traditionnel - 2002 - Royaume-Uni
  

tracklist
01.   Ælfscýne  (01:25)
02.   Wayfarer's Eve  (05:24)
03.   The Midnight Folk  (05:10)
04.   Relics  (05:55)
05.   Avalon Rising  (07:15)
06.   Oak, Ash & Thorn  (11:55)
07.   The Woodlander  (04:43)
08.   Eadric's Return  (07:23)
09.   Heart of the Rose  (03:35)

Durée : 52:45

line up
parution
24 Avril 2020

Essayez plutôt
Haunt
Haunt
If Icarus Could Fly

2019 - Shadow Kingdom Records
  
Pagan Altar
Pagan Altar
Lords of Hypocrisy

2004 - Oracle Records
  

Cemetarian
Tomb Of Morbid Stench (Démo)
Lire la chronique
16
Dream Squasher
Lire la chronique
Wayward Dawn
Haven Of Lies
Lire la chronique
October Falls
A Fall of an Epoch
Lire la chronique
Pearl Jam
Yield
Lire la chronique
Gris
Il était une forêt...
Lire la chronique
Odraza
Rzeczom
Lire la chronique
Ectoplasma
White-Eyed Trance
Lire la chronique
Violence Gratuite
EPonyme (EP)
Lire la chronique
Laetitia in Holocaust
Fauci Tra Fauci
Lire la chronique
Winter Deluge
Degradation Renewal (EP)
Lire la chronique
Nekrovault
Totenzug : Festering Peregr...
Lire la chronique
Infestment
Human Altar (Démo)
Lire la chronique
Naglfar
Cerecloth
Lire la chronique
Asofy
Amusia
Lire la chronique
Helfró
Helfró
Lire la chronique
Infestment
Maggots In Your Brain (Démo)
Lire la chronique
Serment
Chante, O Flamme de la Libe...
Lire la chronique
Unearthly Trance
V
Lire la chronique
Kurnugia
Forlorn And Forsaken
Lire la chronique
Misanthrope
Lire l'interview
Iku-Turso
Pakana
Lire la chronique
Massacre
From Beyond
Lire la chronique
Bâ'a
Deus Qui Non Mentitur
Lire la chronique
Hellsodomy
Morbid Cult
Lire la chronique
No/Más
Last Laugh (EP)
Lire la chronique
Groupe Mystère
Album mystère
Lire la chronique
Esoctrilihum
Eternity Of Shaog
Lire la chronique
Amyl And The Sniffers
Big Attraction & Giddy Up (...
Lire la chronique
Sodomisery
The Great Demise
Lire la chronique