chargement...

haut de page
Remontez pour accéder au menu
200 visiteurs :: Invité  » se connecter  » s'enregistrer

Nerve Saw - Peril

Chronique

Nerve Saw Peril
Toujours à l’affût de nouveaux noms de qualité Testimony Records continue de tracer sa route au sein des nouveaux labels incontournables et qualitatifs, et une fois de plus il a eu le nez creux avec ce coup-ci NERVE SAW qui va trouver facilement sa place parmi les excellents combos présents sur son catalogue. Venant tout droit de Finlande et encore inconnu au bataillon il n’est pourtant pas né de la dernière pluie vu qu’il fête cette année ses dix ans d’existence, période jalonnée de coups durs et d’une mise à l’arrêt indéterminée. Créé à l’origine comme un projet solo par le frontman de SADISTIK FOREST (et ancien HOODED MENACE) afin de combiner son amour pour le Punk et le Death à l’ancienne, celui-ci a dès l’année suivante enregistré un premier EP qui hélas restera dans les cartons jusqu’en 2017, moment où Old Skull Productions le récupéra et le publia dans la foulée. Devenu depuis un groupe à part entière sous la forme d’un trio il passe aujourd’hui le cap du long-format, et confirme largement les promesses entrevues auparavant, avec une musique simple où l’entrain et la vitesse prédominent sur tout le reste. Les amateurs d’écriture recherchée et de technique de malade en seront pour leurs frais vu qu’ici tout y est réduit à sa plus simple expression, entre compositions expéditives qui ne traînent pas en longueur et plans instrumentaux rudimentaires, il ne faut donc pas s’attendre à quelquechose de raffiné. Mais cela n’est pas le but de ce disque qui en à peine une demi-heure va montrer suffisamment de qualités et d’homogénéité, pour mettre une pêche d’enfer à l’auditeur et lui donner envie d’y revenir suffisamment fréquemment.

Car dès le démarrage de « A Fool » les points vont être mis sur les i vu que ça va être particulièrement remuant et presque dansant, via un riffing punkisant et un rythme global enlevé calé sur un mid-tempo basique et hyper efficace, d’où émerge une basse vrombissante qui écrase tout sur son passage. Celle-ci nous renvoie en effet aux grandes heures du Swedeath de par son côté grassouillet et dégoulinant de partout, même quand la vitesse se fait moins présente comme sur « Life Goes On…Not » qui s’enchaîne juste derrière. Basé sur des influences Doom il se fait plus sombre avant ensuite de trouver la bonne fréquence et de monter progressivement en pression, histoire d’offrir plus de variété et de densité, le tout avec toujours cette invitation au headbanging des plus autoritaire. Ce point va d’ailleurs être présente de façon quasiment constante sur toute cette galette, et ce même quant à l’instar du bridé (et étouffant) « Wolves Of The 80’s » l’ensemble reste basé sur un tempo très lent, mais toujours accrocheur comme il faut. Conservant leur feeling et leur puissance sans discontinuer les trois acolytes y rajoutent même quelques relents épiques et guerrier à souhait, comme sur « The Red Line » et « Last Verse For The Buried » où l’ombre du AMON AMARTH des origines n’est jamais très loin (et ajoute un vrai supplément d’âme et de variété). Et quand ça n’est pas le son de Johan Hegg qui retentit c’est carrément celui de Lemmy Kilmister que l’on entend sur « The Eye Of The Golem » où l’introduction menée par le bassiste fait penser à nombre de tubes des regrettés Britanniques, avant que la suite ne se maintienne calée à toute vapeur.

Autant dire que ces trente-deux minutes remplies de bonne humeur et menées tambour battant défilent sans coup férir et mettent une sacrée branlée à nombre de vétérans (notamment Suédois), et ce même si le pantouflard et trop long « Empty Heart » vient légèrement casser la dynamique (sans pour autant l’arrêter). Du coup ça serait faire la fine bouche que de ne pas apprécier cette livraison impeccable qui malgré un côté interchangeable d’une plage à l’autre ne baisse sa garde qu’en de rares moments, suintant de graisse par tous les pores et groovesque de bout en bout. Avec sa simplicité, son entrain contagieux et communicatif cette coup d’éclat des Finnois se déguste tranquillement sans avoir besoin de se triturer la tête dans tous les sens, celle-ci permettant surtout de se la vider. Bref c’est typiquement le genre de disque qui ressortira de temps en temps de son étagère, sans forcément marquer les esprits sur la longueur, mais qui a néanmoins suffisamment d’atouts pour permettre de relâcher la pression et ainsi se faire du bien, ce qui est toujours très appréciable en toutes circonstances, et permet de se faire un trip nostalgique toujours sympathique à l’heure actuelle.

DONNEZ VOTRE AVIS

Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.

2 COMMENTAIRE(S)

Mitch citer
Mitch
15/09/2020 10:30
J'écoute avec attention toutes les sorties de Testimony Records. J'avais pas été transcendé par les extraits, je vais retenter. Clin d'oeil
coreandcoupdate citer
coreandcoupdate
14/09/2020 18:25
Il a pas écouté ça le Mitchounet ? C'est plus Punk/crapoteux que chamallow, mais il y a quand même bcp de bonnes choses, y compris des poussées mélo et du son buzzsaw qui meule !!

AJOUTER UN COMMENTAIRE

 
Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.
Nerve Saw
Death Primitif
2020 - Testimony Records
notes
Chroniqueur : 7.5/10
Lecteurs :   -
Webzines : (2)  7.34/10

plus d'infos sur
Nerve Saw
Nerve Saw
Death Primitif - 2010 - Finlande
  

tracklist
01.   A Fool
02.   Life Goes On… Not
03.   No Lead
04.   The Red Line
05.   Ghosts In Dialogue
06.   Empty Heart
07.   Nails
08.   Last Verse For The Buried
09.   P.I.A.T.
10.   The Eye Of The Golem
11.   Wolves Of The 80’s

Durée : 32 minutes

line up
parution
27 Mars 2020

Essayez aussi
Cianide
Cianide
Unhumanized (EP)

2019 - Hells Headbangers Records
  
Winter Deluge
Winter Deluge
Degradation Renewal (EP)

2020 - Osmose Productions
  
Skullcrush
Skullcrush
Archaic Towers Of Annihilation

2019 - Raw Skull Recordz
  
Confessor A.D.
Confessor A.D.
Too Late To Pray (EP)

2018 - Nihilistic Holocaust
  
Violent Hammer
Violent Hammer
Riders Of The Wasteland

2020 - Hells Headbangers Records
  

Evulse
Call Of The Void (Démo)
Lire la chronique
Gaerea
Limbo
Lire la chronique
Kairon; IRSE!
Polysomn
Lire la chronique
Burial Remains
Spawn Of Chaos
Lire la chronique
L7
Smell The Magic (EP)
Lire la chronique
Azath
Through a Warren of Shadow
Lire la chronique
Paradise Lost
Paradise Lost
Lire la chronique
Tristengrav
II - Nychavge (EP)
Lire la chronique
Fluoride
Disentanglement
Lire la chronique
Soul Blind
Greatest Hits Vol. I (Compil.)
Lire la chronique
Putrid Offal
Sicknesses Obsessions
Lire la chronique
Novae Militiae
Topheth
Lire la chronique
Ascended Dead / Evil Priest
Nexus Of The Black Flame / ...
Lire la chronique
Uada
Djinn
Lire la chronique
Drowning / Misgivings
Requiem For Gods Perdition ...
Lire la chronique
Polymoon
Caterpillars Of Creation
Lire la chronique
Candiria
Beyond Reasonable Doubt
Lire la chronique
L'affaire JP FOURNIER... L'illustrateur qui tua son père.
Lire le podcast
Darkened
Kingdom Of Decay
Lire la chronique
The Great Old Ones
Cosmicism
Lire la chronique
Eirik
Omnis Erit Eductus
Lire la chronique
Paradise Lost
Gothic
Lire la chronique
Bestial Invasion
Monomania
Lire la chronique
Palehorse
Soft as Butter; Hard as Ice
Lire la chronique
Lik
Misanthropic Breed
Lire la chronique
Necrot
Mortal
Lire la chronique
Diabolic pour "Mausoleum of the Unholy Ghost"
Lire l'interview
Skeletal Remains
The Entombment Of Chaos
Lire la chronique
Diabolic
Mausoleum of the Unholy Ghost
Lire la chronique
Katavasia
Magnus Venator
Lire la chronique