chargement...

haut de page
Remontez pour accéder au menu
90 visiteurs :: Invité  » se connecter  » s'enregistrer

Head of the Demon - Deadly Black Doom

Chronique

Head of the Demon Deadly Black Doom
Le premier album de Head of the Demon était un album maladroit et charmant, déjà original mais aussi plein de promesses. Ce premier album était bien un premier album, avec tout ce que cela peut sous-entendre de positif, frais et particulier.

Le deuxième album de Head of the Demon, Sathanas Trismegistos, était un album qui approfondissait et révélait ce qui n’était auparavant qu’entraperçu, remplissant toutes les attentes tout en gardant une part de mystère le rendant fascinant encore aujourd’hui. Ce deuxième album était bien un deuxième album, avec tout ce que cela peut sous-entendre de perfectionné, constant et unique.

Le troisième album de Head of the Demon, Deadly Black Doom, est – le suspens est intenable – bien un troisième album. Avec ce que tout cela peut sous-entendre de maîtrisé, sûr de soi et... d’ennuyeux. Aïe.

Malheureusement, la bande à Saibot n’aura pas réussi à tenir plus longtemps sur la crête sur laquelle elle dansait avec finesse deux longue-durées auparavant : celle d’un doom / black metal fort en occultisme traditionnel, parvenant à redonner à des clichés musicaux et thématiques leur malfaisance originelle. Au premier abord, la musique des Suédois n’a pourtant que très peu changé. Toujours adepte de mélodies s’étalant, allant et venant, dans une valse cyclique misant davantage sur l’hypnose que la variété, elle n’évolue que peu, au détour de quelques riffs et transitions plus dynamiques qu’autrefois (« Dawn Walker » et « En to Pan » par exemple). Une déclinaison qui fait son effet au départ, ce petit rien donnant à croire qu’il fait tout lors de motifs centraux réussis en eux-mêmes, où l’ondulation des changements de rythme se transmet au corps, lors de « The House of Peor » ou encore les arpèges mélancoliques de « Set-Sutekh ». De quoi penser que l’on a ici l’album rock de la formation jusqu’à une production claire et ample, dépourvue de violence, tablant sur un son naturel pour emporter. Deadly Black Doom porte bien son nom, tant il est premier degré et illustre une musique au premier degré, sans l’énigme qui faisait le prix de Sathanas Trismegistos.

Et c’est bien ce qui fait que, charmé au départ, on finit par oublier ce disque, les recherches d’une ambiance autre que celle d’une musique classiquement occulte se révélant infructueuses. La comparaison avec les œuvres précédentes de Head of the Demon se fait clairement au détriment de Deadly Black Doom : moins enivrantes, moins profondes, les images qu’il convoque laissent moins place à la suggestion et plus au déjà-vu. Autrefois vénéneux et hypnotique, maintenant accrocheur mais aussi inconstant, frôlant même l’agacement lors d’incursions vocales trop répétitives (« Set-Sutekh »), Head of the Demon a clairement perdu de sa superbe, ne la retrouvant que par éclats et rarement de bout en bout, « Dawn Walker » et « Voidsoul » se révélant les seules compositions satisfaisantes du début à la fin.

N’est pas Satyricon qui veut. En allant vers une présentation plus formelle de leur style, les Suédois ont perdu en intérêt, là où ce pari aurait pu être concluant si le plaisir musical brut qu’ils paraissent viser avait conservé, derrière ses atours plus classiques, ce pouvoir de fascination autrefois puissant. Agréable de temps à autre, Deadly Black Doom n’en reste pas moins une déception. Certes, il peut habiller joliment des séances de lecture ou d’occupations quotidiennes. Mais quand on se rappelle que Head of the Demon était jusque-là un livre en soi dans lequel plonger délicieusement, on ne peut qu’être frustré. Un album à réserver aux fanatiques en somme, dont, pour cette fois, je ne fais pas partie.

DONNEZ VOTRE AVIS

Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.

1 COMMENTAIRE(S)

gulo gulo citer
gulo gulo
18/04/2020 09:25
note: 5.5/10
Me semblait bien, oui.

AJOUTER UN COMMENTAIRE

 
Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.
Head of the Demon
notes
Chroniqueur : 6/10
Lecteurs : (1)  5.5/10
Webzines : (1)  8/10

plus d'infos sur
Head of the Demon
Head of the Demon
Doom / Black Metal - 2012 - Suède
  

tracklist
01.   The House of Peor  (09:14)
02.   Dawn Walker  (07:17)
03.   En to Pan  (08:33)
04.   Set-Sutekh  (07:04)
05.   St. Cyprian  (08:09)
06.   Voidsoul  (09:49)

Durée : 50 minutes 6 secondes

line up
parution
30 Avril 2020

voir aussi
Head of the Demon
Head of the Demon
Sathanas Trismegistos

2016 - Invictus Productions / The Ajna Offensive
  
Head of the Demon
Head of the Demon
Head of the Demon

2012 - The Ajna Offensive
  

Essayez plutôt
P.H.O.B.O.S.
P.H.O.B.O.S.
श्मशान काली (EP)

2015 - Megaton Mass Products
  
Rorcal
Rorcal
Világvége

2013 - Cal Of Ror / Sick Man Getting Sick Records / Lost Pilgrims
  
P.H.O.B.O.S.
P.H.O.B.O.S.
Phlogiston Catharsis

2018 - Transcending Obscurity
  
Maïeutiste
Maïeutiste
Maïeutiste

2015 - Les Acteurs de l'Ombre
  
Eibon
Eibon
II

2013 - Throatruiner Records / Aesthetic Death
  

Okkultokrati
La Ilden Lyse
Lire la chronique
Deicide
Legion
Lire la chronique
Förgjord
Laulu kuolemasta
Lire la chronique
Thætas
Shrines To Absurdity
Lire la chronique
Instigate
Echoes Of A Dying World (EP)
Lire la chronique
The Phantom Carriage
7-Year Epilogue
Lire la chronique
Athanatheos
Jerusalem (or how Yahveh be...
Lire la chronique
Smile
What a Wonderful World (EP)
Lire la chronique
Fange
Poigne (EP)
Lire la chronique
Electric Wizard
Let Us Prey
Lire la chronique
Crowbar
Odd Fellows Rest
Lire la chronique
Dawn of Nil
Culminating Ruins
Lire la chronique
Sombre Héritage
Alpha Ursae Minoris
Lire la chronique
Candiria
Surrealistic Madness
Lire la chronique
Devouring Void
Septic Fluid Dripping From ...
Lire la chronique
Vaal
Visioen Van Het Verborgen Land
Lire la chronique
Mourning Beloveth / The Ruins Of Beverast
Don’t Walk on the Mass Grav...
Lire la chronique
Lifeless Dark
Who Will Be The Victims? (D...
Lire la chronique
Bait
Revelation Of The Pure
Lire la chronique
Mora Prokaza
By Chance
Lire la chronique
Meurtrières
Meurtrières (EP)
Lire la chronique
Irae
Lurking in the Depths
Lire la chronique
Death Courier
Necrotic Verses
Lire la chronique
Bašmu
Enshrined In Eternity
Lire la chronique
Exocrine
Maelstrom
Lire la chronique
Cryptic Shift
Visitations from Enceladus
Lire la chronique
Bezwering
Aan De Wormen Overgeleverd
Lire la chronique
Odiosior
Odiosior (EP)
Lire la chronique
Non Serviam
Le Cœur Bat
Lire la chronique
Hum
Inlet
Lire la chronique