chargement...

haut de page
Remontez pour accéder au menu
199 visiteurs :: Invité  » se connecter  » s'enregistrer

Goats Of Doom - Tie On Hänen Omilleen

Chronique

Goats Of Doom Tie On Hänen Omilleen
Malgré une productivité régulière et une décennie d’existence au compteur, on ne peut pas dire que le combo de Nivala bénéficie d’une renommée hors de ses frontières (comme au sein de sa propre patrie), il faut dire que celui-ci depuis ses débuts évolue dans la deuxième division du genre d’où il semble aujourd’hui définitivement condamné à errer, la faute à une musique générique et passe-partout. Rien de mauvais en soi mais celle-ci s’oublie aussitôt une fois l’écoute terminée, et malheureusement ce cinquième opus va continuer dans cette droite ligne, en proposant un Black-Metal sobre et direct mâtiné de Punk et d’énergie contagieuse, mais qui ne marquera pas les esprits. Car à l’instar des autres longs-formats ce nouveau volet va comporter quelques moments endiablés des plus intéressants, mais auquel il manque toujours le petit plus pour faire la différence, et ainsi extirper ses créateurs de la concurrence de haute lutte qui a lieu actuellement au sein de leur pays.

Bénéficiant d’une homogénéité tout du long de ces trente-six minutes, les sept compos de ce « Tie On Hänen Omilleen » vont défiler tranquillement sans pour autant qu’une se détache du reste, chose qui reste là-aussi une constante. Comme d’habitude ses géniteurs démarrent fort via « Mustan Unen Äiti » remuant et glacial, où les différents tempos sont de sortie entre blasts continus, mid-tempo remuant et passages rapides punkisants au riffing minimaliste et coupant. Porté par une alternance de voix criardes et possédées l’ensemble passe tout seul (aidé en cela par une production crue et légèrement sale totalement en raccord), faisant le métier avec sérieux et application, à défaut d’être mémorable. Car même si c’est bien fait et rudimentaire techniquement on s’aperçoit dès la plage suivante que tout cela à tendance à s’éterniser inutilement, en effet « Kuolonkorjaaja » (tout comme plusieurs plages qui vont suivre) finit par répéter en boucle les mêmes plans, ce qui amène une certaine redondance. Ici même si ça joue sur l’alternance entre parties ultra-rapides et d’autres plus lentes tout cela s’essouffle de façon tout aussi expéditive, comme cela s’entend également sur le morceau-titre et « Aamen », qui malgré des relents épiques sont beaucoup trop classiques et linéaires pour captiver durablement (même si là-encore on est loin d’un ratage en règle).

Heureusement les plages centrales sans être grandioses vont suffisamment captiver pour tirer leur épingle du jeu, en premier lieu le dynamique et entraînant « Sinne Mihin Valheet Ei Yllä » où la rage et l’énergie sont encore plus flagrants, et d’où émerge une certaine mélancolie glaciale et neigeuse, portée par une rythmique majoritairement élevée. Ce schéma de construction se retrouve un peu plus loin sur le tout aussi réussi « Veren Veljeskunta » dépouillé et entraînant, d’où émerge un solo sorti de nulle part et qui amène un soupçon d’accroche supplémentaire, au milieu de ce déluge de violence. Si « Vakaumus Ja Kuolema » montre une facette moins radicale, celle-ci est compensée par des passages guerriers entraînants et parfaits pour headbanguer, d’où ressort une certaine nostalgie d’une époque révolue, sur fond de rythmique médium à l’efficacité sans bornes. Du coup sans être le disque de l’année celui-ci possède quand même des arguments intéressants où l’on prendra plaisir à taper du pied et remuer la tête à plusieurs reprises, et ce même si l’écoute restera assez distraite. Car il n’est franchement pas sûr qu’on y revienne fréquemment, tant il y’a mieux et surtout plus marquant, même si on est loin d’une sortie foireuse. Mais simplement tout y est beaucoup trop basique et entendu des milliers de fois auparavant pour qu’on en retienne quelquechose sur la durée, même si le contenu proposé s’appréciera sans problème sur le moment, ce qui est toujours ça de pris.

DONNEZ VOTRE AVIS

Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.

2 COMMENTAIRE(S)

Sakrifiss citer
Sakrifiss
06/08/2020 12:27
note: 8.5/10
J'ai bien accroché à ce groupe qui nous balance du black metal héroïque ultra entrainant.
Goodnacht citer
Goodnacht
07/06/2020 14:09
Chronique bien sévère ! On est pas loin du trve black melo typiquement finlandais.

Ultra accrocheur, dynamique et mélodique tout en possédant un son organique.

Et pis ça chante en finnois, m'faudra donc 6 mois pour mémoriser les titres des morceaux !

Dans la lignée de l'excellence musicale à la finlandaise, il trouvera sa place, entre Antimateria, The Trve Werwolf et autre Aegrus.

AJOUTER UN COMMENTAIRE

 
Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.
Goats Of Doom
Black Metal
2020 - Purity Through Fire
notes
Chroniqueur : 6.5/10
Lecteurs : (1)  8.5/10
Webzines : (1)  7/10

plus d'infos sur
Goats Of Doom
Goats Of Doom
Black Metal - Finlande
  

tracklist
01.   Mustan Unen Äiti
02.   Kuolonkorjaaja
03.   Sinne Mihin Valheet Ei Yllä
04.   Vakaumus Ja Kuolema
05.   Veren Veljeskunta
06.   Tie On Hänen Omilleen
07.   Aamen

Durée : 36 minutes

line up
parution
31 Janvier 2020

Essayez plutôt
Clandestine Blaze
Clandestine Blaze
New Golgotha Rising

2015 - Northern Heritage
  
Cult of Erinyes
Cult of Erinyes
Tiberivs

2017 - Code666
  
Revenge
Revenge
Behold.Total.Rejection

2015 - Underground Activists
  
Lord Ketil
Lord Ketil
Long Lone Among the Wolves

2018 - Ogmios Underground
  
Conspiracy
Conspiracy
Concordat

2009 - Pulverised Records
  

Paradise Lost
Paradise Lost
Lire la chronique
Tristengrav
II - Nychavge (EP)
Lire la chronique
Fluoride
Disentanglement
Lire la chronique
Soul Blind
Greatest Hits Vol. I (Compil.)
Lire la chronique
Putrid Offal
Sicknesses Obsessions
Lire la chronique
Novae Militiae
Topheth
Lire la chronique
Ascended Dead / Evil Priest
Nexus Of The Black Flame / ...
Lire la chronique
Uada
Djinn
Lire la chronique
Drowning / Misgivings
Requiem For Gods Perdition ...
Lire la chronique
Polymoon
Caterpillars Of Creation
Lire la chronique
Candiria
Beyond Reasonable Doubt
Lire la chronique
L'affaire JP FOURNIER... L'illustrateur qui tua son père.
Lire le podcast
Darkened
Kingdom Of Decay
Lire la chronique
The Great Old Ones
Cosmicism
Lire la chronique
Eirik
Omnis Erit Eductus
Lire la chronique
Paradise Lost
Gothic
Lire la chronique
Bestial Invasion
Monomania
Lire la chronique
Palehorse
Soft as Butter; Hard as Ice
Lire la chronique
Lik
Misanthropic Breed
Lire la chronique
Necrot
Mortal
Lire la chronique
Diabolic pour "Mausoleum of the Unholy Ghost"
Lire l'interview
Skeletal Remains
The Entombment Of Chaos
Lire la chronique
Diabolic
Mausoleum of the Unholy Ghost
Lire la chronique
Katavasia
Magnus Venator
Lire la chronique
Hulder
De Oproeping Van Middeleeuw...
Lire la chronique
Morta
Fúnebre (EP)
Lire la chronique
Disembowel
Echoes Of Terror
Lire la chronique
Mimorium
Blood of Qayin
Lire la chronique
Bethlehem
Dictius Te Necare
Lire la chronique
StoneBirds
Collapse and Fail
Lire la chronique