chargement...

haut de page
Remontez pour accéder au menu
101 visiteurs :: Invité  » se connecter  » s'enregistrer

The Wizar'd - Subterranean Exile

Chronique

The Wizar'd Subterranean Exile
« Personne ne mérite le bonheur » dit le poète. Alors on écoute du doom qui pleure, on se fait du mal, on laisse l’ennui s’installer car on se dit qu’il y a quelque chose là-dedans qui nous parle, des images intéressantes, une pesanteur qui nous rattache à l’instant, une beauté qui se conquiert...

« Ta gueule ! » répond The Wizar’d au poète et à cette introduction, nous pétant les dents à coups de cannettes de bière. « Le bonheur ne se mérite pas, il se prend ! » déclame-t-il depuis des années, hurlant la joie qu’est le doom de ses poumons de poitrinaire, chaque fois plus proche du bonheur total que lors de son dernier essai. C’est donc sans surprise que la bande, après le virage Ancient Tome of Arcane Knowledge, revient plus forte que jamais avec Subterranean Exile, son quatrième longue-durée. Sept ans d’absence qui semblent avoir été une éternité à attendre la suite qu’allaient apporter ces sales gosses à leur avancée vers un heavy metal de plus en plus majoritaire en surface, mais restant constamment sous la coupe tranquillement dominatrice, papale, du doom metal. Elle est enfin là et ne déçoit aucunement, les choses reprenant comme si le temps n’avait aucune prise sur ces hérauts d’une musique à l’ancienne, pure, qui, comme chez Darkthrone, relève plus d’un fantasme que d’une réalité historique.

Car The Wizar’d n’est clairement pas un copiste, encore moins un arriviste. Il chante une nouvelle fois sur Subterranean Exile ses temps anciens avec une gourmandise et un style le rendant à-part. Il y a bien sûr cette voix, reconnaissable entre mille et départageant toujours les amoureux des dégoûtés, ces hululements nasillards d’un Joker rêveur et fan de Iron Maiden, Rudimentary Peni en veste à patchs Manilla Road, étant toujours aussi radicaux. Surtout que les lignes vocales se sont faites encore plus pop-épiques et donc piquantes (pas sûr que vous l’ayez celle-là) qu’autrefois : impossible pour votre serviteur de ne pas dandiner et serrer le poing à chaque montée de voix de Ol’ Rusty tant leurs arrivées surviennent toujours avec la volonté de transmettre le feu qui les habite. Qu’on écoute « Long Live the Dead », le morceau-titre ou encore « Evil in My Heart », et qu’on vienne me dire, les joues rouges de claques et d’efforts physiques sur le plancher ayant fait office de dancefloor sur le moment, que ce doom-ci n’a pas un petit goût de reviens-y !

Quand, en plus, les guitares se mettent au diapason de leur prédicateur, bougeant leurs corps malingres (la production est on-ne-peut plus « True to the bone »), accumulant grands moments sur grands moments où soufflent autant le chaud allant des jambes à la tête que le froid des nuits où partir à l’aventure (« Dark Forces », comme une invitation), que faut-il de plus pour que vous vous jetiez sur ce groupe ? Il n’y a rien à déplorer sur ces trente-cinq minutes trop courtes car trop rares et trop précieuses. Mieux, là où les albums précédents pouvaient avoir quelques instants de latence, légers mais regrettables dans l’optique « All Killer, No Filler » de The Wizar’d, Subterranean Exile ne descend jamais de son piédestal du doom épique et accrocheur jusqu’à des soli tous à tomber, un exercice peu aisé pour qui ne goûte d’habitude pas plus que ça les joies du manche. Ici, l’onanisme est collectif, les Australiens partageant avec grâce et intelligence leur amour béat et bêta, entre diversité des morceaux (le feeling rock de « Master of the Night », celui plus heavy en slow motion de « Wizard’s Revenge ») et unicité de l’ensemble, le tout guidé de la main conquérante de ce sorcier écrivant SON heavy / doom avec intransigeance, à la fois pour lui et pour ceux qui se risqueront à l’écouter.

Mais stop. J’ai beau avoir exprimé plusieurs fois mon admiration pour ces idiots-là, leur anonymat malgré des réussites s'accumulant me pose question. Je l’avoue, j’ai parfois l’impression de crier dans le vide, comme eux lancent leurs hymnes sans regarder en arrière, avec personnalité et passion. Subterranean Exile, ou une énième perle de The Wizar’d que l’on qualifiera sans doute « d’injustement oubliée » dans quelques années. Après tout, peut-être ne méritez-vous effectivement pas le bonheur, ne cherchant pas les félicités que cache cette voix mal habillée mais au cœur en chocolat, préférant des plaisirs de moines engoncés dans un autrefois et des dogmes jusqu’à porter la bure – un costume qui n’est pas synonyme de jouissance, si vous voulez mon avis. Alors que ce cadeau est à côté de vous, disponible, offert, à portée de main... Ah ! Comme je vous plains...

DONNEZ VOTRE AVIS

Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.

4 COMMENTAIRE(S)

lkea citer
lkea
20/04/2020 18:15
Oh, on peut penser à d'autres (Witchfinder General, Trouble...) mais à mon sens, The Wizar'd s'extirpe assez de tout ça par son chant - qui a un monde en lui et sur lequel je n'ai pas insisté ici car bon, après trois chroniques hein... - mais aussi son sens de la mélodie.

Ecoutez tous ce groupe.
andreas_hansen citer
andreas_hansen
20/04/2020 15:33
Du coup l'album est très bien, on sent surtout le Pagan Altar worship en fait.
andreas_hansen citer
andreas_hansen
20/04/2020 14:23
Je l'ai vu passer un paquet de fois dans mes recommandations celui-là mais j'ai jamais eu le temps de me pencher dessus. Ta chronique m'a motivé à le faire !
lkea citer
lkea
20/04/2020 13:37
Mince, j'ai oublié de parler des backing vocals bien hooligans qui sont encore plus présents et que c'est vachement bien. Ben voilà, c'est fait.

AJOUTER UN COMMENTAIRE

 
Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.
The Wizar'd
Heavy / Doom Metal
2020 - Cruz Del Sur Music
notes
Chroniqueur : 8.5/10
Lecteurs :   -
Webzines : (2)  7.17/10

plus d'infos sur
The Wizar'd
The Wizar'd
Heavy / Doom Metal - 2004 - Australie
  

tracklist
01.   Subterranean Exile  (04:54)
02.   Wizard's Revenge  (05:58)
03.   Master of the Night  (05:04)
04.   Ecstatic Visions Held Within the Monastic Tower  (01:37)
05.   Long Live the Dead  (05:58)
06.   Evil in My Heart  (04:30)
07.   Dark Forces  (07:05)

Durée : 35 minutes 25 secondes

line up
parution
24 Avril 2020

voir aussi
The Wizar'd
The Wizar'd
Ancient Tome of Arcane Knowledge

2014 - Barbarian Wrath
  
The Wizar'd
The Wizar'd
Pathways Into Darkness

2010 - Barbarian Wrath
  
The Wizar'd
The Wizar'd
Infernal Wizardry

2008 - Rusty Axe Records
  

Essayez aussi
Black Sabbath
Black Sabbath
Heaven And Hell

1980 - Warner Bros. / Vertigo
  
Grand Magus
Grand Magus
Wolf God

2019 - Nuclear Blast Records
  
While Heaven Wept
While Heaven Wept
Of Empires Forlorn

2003 - Rage Of Achilles Records
  
Black Sabbath
Black Sabbath
Black Sabbath

1970 - Warner Bros. / Vertigo
  
Doomsword
Doomsword
The Eternal Battle

2011 - Dragonheart Records
  

Reek
Death Is Something There Be...
Lire la chronique
Engrossed
Initial Decay (Compil.)
Lire la chronique
Pilori
À Nos Morts
Lire la chronique
French Black Metal : Les plus gros conn*rds
Lire le dossier
Misanthrope
Bâtisseur de Cathédrales : ...
Lire la chronique
Spell
Opulent Decay
Lire la chronique
Cemetarian
Tomb Of Morbid Stench (Démo)
Lire la chronique
16
Dream Squasher
Lire la chronique
Wayward Dawn
Haven Of Lies
Lire la chronique
October Falls
A Fall of an Epoch
Lire la chronique
Pearl Jam
Yield
Lire la chronique
Gris
Il était une forêt...
Lire la chronique
Odraza
Rzeczom
Lire la chronique
Ectoplasma
White-Eyed Trance
Lire la chronique
Violence Gratuite
EPonyme (EP)
Lire la chronique
Laetitia in Holocaust
Fauci Tra Fauci
Lire la chronique
Winter Deluge
Degradation Renewal (EP)
Lire la chronique
Nekrovault
Totenzug : Festering Peregr...
Lire la chronique
Infestment
Human Altar (Démo)
Lire la chronique
Naglfar
Cerecloth
Lire la chronique
Asofy
Amusia
Lire la chronique
Helfró
Helfró
Lire la chronique
Infestment
Maggots In Your Brain (Démo)
Lire la chronique
Serment
Chante, O Flamme de la Libe...
Lire la chronique
Unearthly Trance
V
Lire la chronique
Kurnugia
Forlorn And Forsaken
Lire la chronique
Misanthrope
Lire l'interview
Iku-Turso
Pakana
Lire la chronique
Massacre
From Beyond
Lire la chronique
Bâ'a
Deus Qui Non Mentitur
Lire la chronique