chargement...

haut de page
Remontez pour accéder au menu
200 visiteurs :: Invité  » se connecter  » s'enregistrer

Soul Devourment - Eternal Perdition

Chronique

Soul Devourment Eternal Perdition (EP)
Après un petit tour par l’Angleterre le temps de deux écrits qui, je l’espère, aurons-su aiguiser votre curiosité, on va cette fois-ci faire un petit arrêt en Californie et plus particulièrement dans la ville de Los Angeles pour aborder ensemble le cas d’un jeune groupe dont la pige végète dans ma liste de chroniques en attente depuis beaucoup trop longtemps...

Formé en 2019, Soul Devourment compte en son sein des membres de Malignant, Mechanist, Beyond Death ou Mutated. À l’exception du premier groupe de cette liste qui a sorti un excellent EP sur les labels Sewer Rot et Maggot Stomp au début de leurs activités en 2018, on ne peut pas dire que ce line-up brille par son expérience ni par ses références. Rien de dramatique là encore puisque, vous le verrez, les Californiens s’en sortent ici avec les honneurs.

Eternal Perdition est leur toute première sortie. Un EP paru en avril 2020 et pressé depuis cette date dans presque tous les formats que ce soit par Black Hole Productions (CD), Sewer Rot Records (cassette), Burning Coffin Records (cassette) ou bien encore Hostile Records (cassette). Si la couleur du logo et du titre varient en fonction du label, l’artwrok chargé signé Gutslaughter Rahma Putri Murliawanti (Blood Ouroboros, Maul, Phantasmagore...) reste quant à lui en tout point identique. Une oeuvre qui, là encore, ne devrait pas manquer d’orienter les bonnes personnes vers ce EP de vingt deux minutes.

Dès les premières secondes de "Purifying The Kadingir Sanctum (Hellwalkers Revengeance)", on est rapidement saisi par cette production rugueuse et abrasive qui nous ramène plusieurs années en arrière et notamment à ce qui se faisait du côté des Sunlight Studios il y a maintenant une trentaine d’années (seule la batterie, un peu maigrelette et synthétique vient pêcher). De fait, Soul Devourment va effectivement rendre ici hommage à la scène suédoise de la fin des années 80 et du début des années 90 avec principalement en ligne de mire des groupes tels que Carnage, Entombed et Dismember. Car au-delà de cette production tranchante au grain si particulier toujours aussi réjouissant, on va également retrouver quelques accélérations héritées de la scène Punk et menées bien évidemment à grands coups de tchouka-tchouka d’une efficacité toujours aussi redoutable ("Purifying The Kadingir Sanctum (Hellwalkers Revengeance)", "Genocidal Warlord Of The Waste") et autres D-Beat que les Californiens ne vont pas hésiter à dépoussiérer et revisiter ("Intergalactic Tyrant Of Death").
Sauf que la Suède n’est clairement pas la seule influence dominante à l’écoute de ce Eternal Perdition. En effet, il suffit là encore de poser ses oreilles sur "Purifying The Kadingir Sanctum (Hellwalkers Revengeance)" pour se rendre compte qu’au-delà de cette production calquée sur les travaux passés de Tomas Skogsberg, les Californiens sont également allés piocher du côté de l’Angleterre et plus précisément de Coventry. On va ainsi retrouver avec un plaisir non dissimulé cette lourdeur et ce groove guerrier typiques de ce grand groupe qu’est Bolt Thrower. Que ce soit grâce à ce riffing conquérant et belliqueux ("Purifying The Kadingir Sanctum (Hellwalkers Revengeance)", "Spine Rip Fatality", la dernière partie de "Intergalactic Tyrant Of Death") ou bien grâce à ces mid-tempos écrasants déroulés par une section rythmique en mode "force tranquille" ("Purifying The Kadingir Sanctum (Hellwalkers Revengeance)", "Spine Rip Fatality"), l’hommage apparaît tout aussi flagrant que celui fait à la Suède tout au long de cette vingtaine de minutes.

Les Californiens vont néanmoins amener sur ce EP quelques petites touches plus personnelles. Tout d’abord en n’hésitant pas à brutaliser quelque peu leur propos le temps de courtes séquences menées tête dans le guidon. Des brèves accélérations redoutables exécutées cette fois-ci à coups de blasts soutenus histoire de dynamiser l’ensemble et de contraster avec ces mid-tempos belliqueux et ces accélérations de Punk à chien plus "tranquilles". C’est le cas sur "Intergalactic Tyrant Of Death" à 2:02 et "Genocidal Warlord Of The Waste" à 0:39. On note également la présence d’un solo plutôt bien fichu à partir de 2:52 sur "Purifying The Kadingir Sanctum (Hellwalkers Revengeance)". Seule tentative de ce EP, on regrettera que Soul Devourment n’ait pas souhaité réitérer l’exercice ailleurs. Enfin, ceux qui ont saigné la première version de Doom seront sûrement ravi de voir une reprise "metallisée" du titre "Sign Of Evil" qui accompagne le niveau E1M8 du célèbre jeu de 1993. Un clin d’oeil singulier et sympathique dont l’atmosphère a su conserver l’aspect glauque et déprimant de la version originale.

Si ce EP n’est pas exempt de défauts à commencer par ce manque de personnalité plutôt évident, et cette batterie au son un peu trop maigrelet et synthétique, il n’en reste pas moins que celui-ci s’écoute avec beaucoup de plaisir et l’envie d’y revenir. Aussi pour un premier jet, Eternal Perdition s’avère plutôt convaincant même si on a un petit peu le sentiment que le groupe se cherche, entre influences suédoises et anglaises prédominantes. La suite (un split en compagnie de Blood Spore, Coagulate et Gutvoid dont je vous parlerai très bientôt) va montrer que les Californiens vont réussir à mieux les digérer pour accoucher d’un titre à la fois plus brutal et aux références moins marquées. Mais on y reviendra. En attendant, si Bolt Thrower, Carnage, Dismember et Entombed sont le genre de groupes à vous faire frissonner, jeter une oreille à ce EP ne serait pas un trop mauvaise idée.

DONNEZ VOTRE AVIS

Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.

AJOUTER UN COMMENTAIRE

 
Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.
Soul Devourment
notes
Chroniqueur : 3.5/5
Lecteurs :   -
Webzines :   -

plus d'infos sur
Soul Devourment
Soul Devourment
Death Metal - 2019 - Etats-Unis
  

tracklist
01.   Purifying The Kadinger Sanctum (Hellwalkers Revengeance)  (04:43)
02.   Spine Rip Fatality  (04:47)
03.   Intergalactic Tyrant Of Death  (04:01)
04.   Genocidal Warlord Of The Waste  (04:54)
05.   Sign Of Evil (Doom E1M8 Cover)  (04:27)

Durée : 22:52

line up
parution
20 Avril 2020

Essayez aussi
Carnation
Carnation
Chapel Of Abhorrence

2018 - Season Of Mist
  
The Forsaken
The Forsaken
Beyond Redemption

2012 - Massacre Records
  
Pissgrave
Pissgrave
Posthumous Humiliation

2019 - Profound Lore Records
  
Gruesome
Gruesome
Twisted Prayers

2018 - Relapse Records
  
Bloodbath
Bloodbath
Unblessing The Purity (EP)

2008 - Peaceville Records
  

16
Blaze of Incompetence
Lire la chronique
Ungfell
Es Grauet
Lire la chronique
Revenant Marquis
Below The Landsker Line
Lire la chronique
Pa Vesh En
Maniac Manifest
Lire la chronique
Rixe
Collection (Compil.)
Lire la chronique
Ashen
Godless Oath (EP)
Lire la chronique
Sermon Of Flames
I Have Seen The Light, And ...
Lire la chronique
Caverne
La Fin De Tous Les Chants
Lire la chronique
Turn Cold
Break Your Faith (EP)
Lire la chronique
Kirottu
Deity Embers
Lire la chronique
While Heaven Wept
Sorrow of the Angels
Lire la chronique
Killing
Face The Madness
Lire la chronique
Soul Devourment
Eternal Perdition (EP)
Lire la chronique
Kataxu
Ancestral Mysteries
Lire la chronique
Portal
Avow
Lire la chronique
Metal In Franche Comté
Metal rends toi, nenni ma f...
Lire la chronique
Uerberos
Stand over Your Grave
Lire la chronique
Paysage D'Hiver
Geister
Lire la chronique
Fluisteraars
Gegrepen door de geest der ...
Lire la chronique
Tentation
Le Berceau Des Dieux
Lire la chronique
Netherbird
Arete
Lire la chronique
Mortuary Spawn
Spawned From The Mortuary (EP)
Lire la chronique
Evoker
Evil Torment (EP)
Lire la chronique
Dead Congregation
Rehearsal June 2005 (Démo)
Lire la chronique
Leprous
Aphelion
Lire la chronique
Sewer Fiend
Echoes From The Cistern (EP)
Lire la chronique
Borgne
Temps Morts
Lire la chronique
Natürgeist
Reinvigorated Terror (Démo)
Lire la chronique
Nocturnal
Serpent Death
Lire la chronique
Seum
Winterized
Lire la chronique