chargement...

haut de page
Remontez pour accéder au menu
94 visiteurs :: Invité  » se connecter  » s'enregistrer

Glaciation - Ultime éclat

Chronique

Glaciation Ultime éclat
J’aurais aimé pouvoir commencer cette chronique sans parler des histoires de line-up. Le drama s’est formé autour de GLACIATION parce que les gens aiment ça. Il a suffi de grandes déclarations d’anciens membres pour que tout le monde y aille de son commentaire, de sa comparaison. « Hreidmarr le voleur de groupe », « GLACIATION fait une BATUSHKA »... La confrontation, la recherche de la Vérité, l’envie de pencher vers l’un ou l’autre des parties. Qu’en retenir ? Rien. Tout cela n’est que le résultat de la vie qui passe, des relations humaines qui ne peuvent pas être idéales, de l’envie de chacun qui pren parfois des routes différentes. Et personne n’a nécessairement tort. L’enfant appartient-il à ses parents naturels, à la personne qui l’a élevé ou alors à celui qui a décidé de l’adopter pour son bien ? Ce n’est pas à moi de donner la réponse, mais le fait est là, notre chanteur culte adulé depuis le succès d’ANOREXIA NERVOSA est désormais la locomotive et il a le soutien du label. Osmose Productions - et donc notre légendaire Hervé Herbaut - ne se sont pas demandé si Ultime éclat était légitime ou pas. Si les membres fondateurs retrouvent l’envie de travailler ensemble et de « corriger » la trajectoire prise par leur ancien bébé et son papa actuel, j’espère de tout cœur qu’ils le feront, parce qu’ils sont eux aussi talentueux. Ils pourront s’appeler THE TRVE GLACIATION ou THE REAL GLACIATION, et ils auront tout mon soutien également.

Cinq années ont passé depuis Sur les falaises de marbre. Album qui a acquis un statut culte et auquel je n’avais pas hésité à mettre un énorme 9.5/10. L’attente était donc particulièrement douloureuse, et angoissante. Plus on attend une suite à un album qu’on a adoré, et plus on risque de ne pas l’aimer, parce qu’on idéalise finalement ce qu’on a apprécié. Sur les falaises de marbre n’est plus pour moi un simple album de qualité, mais un album qui a marqué mes années 2010. Il y a carrément un effet de nostalgie qui rentre en jeu et qui le met sur un piédestal gênant pour son successeur. Bon, en en ayant conscience j’ai tenté d’éviter de me faire un avis sur la première écoute. Pourtant j’étais tout fébrile, et je tendais l’oreille pour capter tous les détails qui allaient me replonger cinq ans en arrière. Et bien entendu j’ai eu la mauvaise réaction : « Ouais, c’est pas au même niveau ». Comme quoi, même en étant préparé on a du mal à se retenir !

En fait, ce n’est pas ça du tout. Les nouvelles compositions sont juste un peu plus vicieuses, se dévoilant d’une manière moins directe. Il y a bien des passages qui transportent dès la première écoute et donc qui parviennent à convaincre immédiatement, mais d’autres se dévoilent par la suite, après les avoir redécouvertes. On apprécie les détails, et la richesse qui est finalement une constante chez Hreidmarr. L’ensemble de ses projets ont pour point commun de prendre d’autres dimensions au fil des écoutes. Bien entendu, c’est entre autres dû à sa voix, ou plutôt à ses voix, au pluriel, qui font partie des plus marquantes du black metal français. Sa voix criée, sa voix parlée, sa voix plus claire… Elles sont toutes les trois reconnaissables. Qualitative, puissante, avec une diction qui permet de comprendre ce qui est dit en français. Certains ont du mal d’ailleurs avec son aisance, ou avec son timbre, et reprochent aussi le fait qu’il soit mis en avant. Oui, il est effectivement mis en avant sur ces compositions. C’est un sujet qui suscite une polémique parce que cette grosse présence fait qu’on ne pense presque plus qu’à lui. On ferme les yeux, et on le voit, on le touche presque. La musique en perd un peu d’impact. Moi, je suis un grand admirateur donc je ne m’en plains pas, mais effectivement c’est sa silhouette qui s’impose constamment.

Et pourtant la musique ne démérite pas. Absolument pas. Et ce dès la première piste, « Ultime éclat » qui débute avec une sonnerie de cavalerie pour vite enchaîner avec un riff flamboyant emporté par une batterie déchaînée. Et pour ceux qui connaissent GLACIATION, il y a bien évidemment une évolution du titre, des changements de rythme, un moment de calme qui permet à la tempête de reprendre encore plus puissamment, et des paroles qu’on n’oublie pas. Un ensemble d’éléments qui rendent les ambiances très dramatiques. Tout l’album est ainsi, à raconter quelque chose, à aller d’un point A à un point B en passant par le point G. Un point G que l’on cherchait depuis des siècles et qu’on a donc trouvé. On le croyait caché dans un vagin, il est en fait dans l’oreille. Et cet album appuie fort dessus, le titille aussi parfois, bref, le travaille bien comme il faut !

Pourquoi une note inférieure à l’album précédent ? Eh bien pour des raisons tout simplement d’ordre de découverte. On a perdu la surprise, on a gagné cependant en force et en solidité. Je me souviens que j’avais regretté la fin de Sur les falaises de marbre, trop instrumentale, mais là, je n’ai rien à enlever. Tout est nécessaire, jusque la dernière piste au piano de presque 5 minutes : « Les grands champs d’hiver ».

Bravo à Hreidmarr, mais aussi à ses nouveaux acolytes, que nous n’avons pas encore cités : Grégoire (batterie) et Arnhwald (guitares, claviers, chœurs…) tous deux de DEATHCODE SOCIETY, A. Sethnacht d’ESCHATON (guitares), et enfin Katia von Wasgau (basse, piano…)

DONNEZ VOTRE AVIS

Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.

5 COMMENTAIRE(S)

crucifist citer
crucifist
21/05/2020 03:34
Bâ'a j'ai préféré Deus Qui Non Mentitur qui est quand même plus ou moins dans la même veine.
Oxcidium citer
Oxcidium
26/04/2020 14:29
note: 8.5/10
J'étais un tout petit peu déçu à la première écoute. Mais en me le remettant hier j'ai trouvé que dans l'ensemble on avait un album solide. Je le mettrai pas au niveau du premier qui est une perle incroyable mais on a quand même un sacré album.
Aussi, j'ai beaucoup aimé les jeux de voix qui peut faire.
Stockwel citer
Stockwel
25/04/2020 16:23
Déception pour moi aussi. Sur les falaises de marbre était une claque monumentale, mon album préféré de la décennie, et il est aujourd'hui dans mon top 5 des meilleurs albums de tous les temps, aux côtés d'Emperor et Anorexia... donc difficile de faire mieux, ou aussi bien.
La 1e chanson est une tuerie, le reste est bon sans être extraordinaire, même après beaucoup d'écoutes.
C'est plutôt 8 ou 8.5 pour moi.
Solarian citer
Solarian
24/04/2020 17:19
note: 8.5/10
Mera a écrit : Légère déception de mon côté mais c’était inévitable vu l’estime que je porte à son prédécesseur. Et pourtant, l’album démarre extrêmement fort. Les 2 premières pistes sont excellentes et j’y retrouve tout ce qui me plaisait dans les falaises de marbre. En particulier “Le rivage” est une petite tuerie, probablement une de mes chansons préférées du groupe. Ça dégringole un peu ensuite malheureusement. Moins d’impact, de folie, moins de cette dualité entre accalmie et tempête. Même l’interview insérée sonne faux contrairement à cette de Marguerite Duras. Mais je vais me le remettre tiens, peut-être que l’avoir laissé décanter en aura changé ma perception Sourire

Tout pareil, tout du moins au début, où seule la 1ère piste m'avait vraiment mis sur le cul. Pour le reste, il manquait ce petit truc génial un peu décalé et aussi ce grain de folie dont tu parles.
Sauf que depuis, je le trouve finalement presque aussi bon que son prédécesseur, bien que le côté franchouillard qui sentait bon le pinard et le clacos maison se soit dilué au profit d'une orientation plus homogène, plus propre et calibrée...

Un disque peut-être plus exigeant malgré son approche paradoxalement plus conventionnelle. Du beau boulot en tout cas.
Mera citer
Mera
24/04/2020 10:47
Légère déception de mon côté mais c’était inévitable vu l’estime que je porte à son prédécesseur. Et pourtant, l’album démarre extrêmement fort. Les 2 premières pistes sont excellentes et j’y retrouve tout ce qui me plaisait dans les falaises de marbre. En particulier “Le rivage” est une petite tuerie, probablement une de mes chansons préférées du groupe. Ça dégringole un peu ensuite malheureusement. Moins d’impact, de folie, moins de cette dualité entre accalmie et tempête. Même l’interview insérée sonne faux contrairement à cette de Marguerite Duras. Mais je vais me le remettre tiens, peut-être que l’avoir laissé décanter en aura changé ma perception Sourire

AJOUTER UN COMMENTAIRE

 
Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.
Glaciation
Black Metal
2020 - Osmose Productions
notes
Chroniqueur : 9/10
Lecteurs : (4)  8.25/10
Webzines :   -

plus d'infos sur
Glaciation
Glaciation
Black Metal - 2011 - France
  

tracklist
01.   Ultime éclat
02.   Le rivage
03.   Et puis le soufre
04.   Acta Est Fabula
05.   Ce qu'il y à de chaos
06.   Vers le zéro absolu
07.   Les grands champs d'hiver

Durée : 50:45

parution
28 Février 2020

voir aussi
Glaciation
Glaciation
1994

2012 - No Contact / Tour de Garde
  
Glaciation
Glaciation
Sur les falaises de marbre

2015 - Osmose Productions
  

Essayez aussi
Malokarpatan
Malokarpatan
Stridžie dni

2015 - Hexencave Productions
  
Non Opus Dei
Non Opus Dei
Diabeł

2015 - Witching Hour Productions
  
Ende
Ende
The God's Rejects - Demo MMVIII (Démo)

2015 - Cold Dark Matter
  
Warpvomit
Warpvomit
Barbaric Triumph Of Evil (Compil.)

2016 - Iron Bonehead Productions
  
Christicide
Christicide
Christicide

2007 - Of Crawling Shadows Records
  

Reek
Death Is Something There Be...
Lire la chronique
Engrossed
Initial Decay (Compil.)
Lire la chronique
Pilori
À Nos Morts
Lire la chronique
French Black Metal : Les plus gros conn*rds
Lire le dossier
Misanthrope
Bâtisseur de Cathédrales : ...
Lire la chronique
Spell
Opulent Decay
Lire la chronique
Cemetarian
Tomb Of Morbid Stench (Démo)
Lire la chronique
16
Dream Squasher
Lire la chronique
Wayward Dawn
Haven Of Lies
Lire la chronique
October Falls
A Fall of an Epoch
Lire la chronique
Pearl Jam
Yield
Lire la chronique
Gris
Il était une forêt...
Lire la chronique
Odraza
Rzeczom
Lire la chronique
Ectoplasma
White-Eyed Trance
Lire la chronique
Violence Gratuite
EPonyme (EP)
Lire la chronique
Laetitia in Holocaust
Fauci Tra Fauci
Lire la chronique
Winter Deluge
Degradation Renewal (EP)
Lire la chronique
Nekrovault
Totenzug : Festering Peregr...
Lire la chronique
Infestment
Human Altar (Démo)
Lire la chronique
Naglfar
Cerecloth
Lire la chronique
Asofy
Amusia
Lire la chronique
Helfró
Helfró
Lire la chronique
Infestment
Maggots In Your Brain (Démo)
Lire la chronique
Serment
Chante, O Flamme de la Libe...
Lire la chronique
Unearthly Trance
V
Lire la chronique
Kurnugia
Forlorn And Forsaken
Lire la chronique
Misanthrope
Lire l'interview
Iku-Turso
Pakana
Lire la chronique
Massacre
From Beyond
Lire la chronique
Bâ'a
Deus Qui Non Mentitur
Lire la chronique