chargement...

haut de page
Remontez pour accéder au menu
200 visiteurs :: Invité  » se connecter  » s'enregistrer

Unholy - From the Shadows

Chronique

Unholy From the Shadows
Né sur les cendres de Holy Hell – qui a sorti une demo en 1989, Kill Jesus –, Unholy sort véritablement de l'ombre en 1990. Évoluant sous la forme d'un quatuor et gardant la même base avec Pasi Äijö, Ismo Toivonen, Jarkko Toivonen et Kimmo Häninen, les courts formats s'enchaînent entre 90 et 92. Si la formation délivre toujours un doom/death ténébreux, cette dernière affine son jeu au fil des réalisations et montre une personnalité plus marquée. Après un changement de line-up en 1991 (Jan Kuhanen prenant place derrière les fûts au détriment de Kimmo), les jeunes musiciens passent un cap avec leur excellente – et dernière – demo Trip to Depressive Autumn, réalisé en 91. Trouvant un bon écho, celle-ci sortira et sera distribuée via Wild Rags Records (US) et Lethal Records (Europe) en 1992. Ils signent d'ailleurs rapidement un deal avec le label autrichien pour la parution de leur premier album From the Shadows un an plus tard. Malgré leur amertume et leur mécontentement dû, entre autres, à un mixage bâclé, ce longue durée va néanmoins faire date – son influence continuant son œuvre encore aujourd'hui (cf. dernièrement Self Hypnosis). Cet ovni semblant venir d'outre-espace avec ces ambiances totalement hallucinées forme avec The Second Ring of Power – second album et chef d’œuvre absolu, sorti dans la foulée en 1993 – la première période du groupe. Cette période où la folie créatrice se mêle à la puissance évocatrice pour vous exploser littéralement en pleine face. Les années ont beau défiler et les écoutes se succéder, les sensations restent intactes. Un fait qui laisse aussi toujours incrédule face au manque de reconnaissance de Unholy et ce malgré les rééditions. Mais retournons à From the Shadows. Installez-vous et accrochez-vous bien, c'est parti pour un Trip Infra Vert !


Les hostilités débutent d'ailleurs avec grandeur et décadence, cueilli par la mélodie d'un Dies Iræ remanié, déformé (à la manière de Berlioz et son Songe d'une Nuit de Sabbat). La Mort plane tout au long du longue durée, portée par des atmosphères à la fois lugubres et ésotériques. Une Mort qui sonne comme une recherche et une renaissance à travers les croyances primitives et une plus grande connaissance de son être. Le rythme lourd et entêtant agit telle une drogue. Vous êtes transcendé par les ambiances hypnotiques à souhait, accentuées par les notes de claviers – tenus par Ismo Toivonen – comme sur les titres « Alone » ou encore « Passe Tiermes ». Les riffs heavy jouissifs et sous acides posés ici et là (cf. « Creative Lunacy ») finissent par couper définitivement les derniers liens qui vous rattachaient au monde réel. La musique très instinctive et spirituelle des Finlandais vous permet de vous forger vos propres images, chaque titre faisant naître des sensations différentes. La voix spectrale et grave de Tanja Wehsely vous plonge avec délice dans des contrées inconnues. Les

« Now I'll transpire,
Gray blow is my home,
Is myyyy hoooome. »

frissons vous parcourent lorsque la tension monte d'un cran et que son chant vibre avec ferveur, totalement habité (le grandiose « Gray Blow »). Tenant le rôle de Shaman, Pasi Äijö mène le voyage de son timbre des plus caverneux et accrocheurs. Poussant de longues plaintes, susurrant sur « Autumn » ou encore paraissant être en pleine montée sur « The Trip Was Infra Green», ce dernier arrive à maintenir le cap. Il dégage quelque chose de profondément obscur et raw à l'image du son bien organique ou encore des ses percussions tribales sur « Creative Lunacy ». Vous survolez avec lui des vestiges anciens où sont ensevelis des divinités anciennes ainsi que d'innombrables mystères.


From The Shadows prend racine en des temps ataviques et jusqu'au tréfonds de votre âme. Il sonde patiemment, remue afin de susciter des réactions, provoquer le réveil salvateur. Entremêlant habilement toutes leurs influences allant du bon hard rock et heavy occulte des 70's au prog sans oublier le black metal de la première vague (des groupes comme Celtic Frost), les Finlandais dépeignent un univers unique. Si une lumière singulière se dégage de certaines compositions, notamment les plus expérimentales (cf. « Creative Lunacy » ou bien « Colossal Vision » pour ne citer qu'elles), la noirceur partout s'étend, infinie. L'air funèbre ouvrant le morceau introductif ainsi que les notes de claviers horrifiques (renvoyant aux vieux films d'épouvante) résonnent et prennent davantage de sens au fil de l'écoute. Comme si Unholy présageait dès le départ une fin funeste à ce trip sous substances. Les miasmes vous enveloppent peu à peu sur l'occulte et menaçante « Stench of Ishtar ». L'ambiance se fait plus pesante comme si des terreurs passées étaient terrées non loin et prêtes à fondre sur vous. Le temps et l'espace s'estompent, les frontières s'effritent et l'obscurité s'étire toujours plus. Le ton se durcit avec des atmosphères plus sentencieuses mises en relief par les touches de synthétiseur, des parties mid tempos vous faisant dodeliner de la tête et des lignes de guitares inquiétantes et anxiogènes – qui tournent en boucle sur « The Trip Was Infra Green ». Les riffs à la fois épurés et lancinants vous glacent d'effroi, vous plongent dans l'outre-espace. Les notes dissonantes ainsi que le chant presque inhumain de Pasi Äijö sur « Passe Tiermes » achèvent le rituel et votre passage vers « autre chose ».


Composé en majeur partie de titres figurant sur les démos, ce premier album est une petite pépite de doom/death avant-gardiste. Plus d'une heure de transe et de visions fantasmagoriques ! Certes la magie n’opérera pas chez tout le monde – énorme révélation de mon côté (comme l'a été Thergothon) – et tout n'est pas parfait comme le mixage donc (mais qui paradoxalement confère une aura singulière à l'ensemble) ainsi que des claviers peut-être un peu trop kitsch par endroit. Néanmoins, ce dernier classe les Finlandais au-dessus du lot et leur permet de signer un deal avec Avantgarde Music pour la sortie de leur culte The Second Ring of Power.

DONNEZ VOTRE AVIS

Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.

2 COMMENTAIRE(S)

Solarian citer
Solarian
12/05/2020 10:53
Je ne connais que The Second Ring of Power, chopé à l'époque grâce un report sur la scène finnoise dans un hors-série de Metal Hammer si ma mémoire est bonne...
Ce disque m'avait complètement retourné de par son ambiance unique et ses mélodies hallucinées. Je ne me suis jamais penché sur le reste, je sais pas trop pourquoi...
Raziel citer
Raziel
11/05/2020 08:01
Love.

Un chef d'oeuvre en effet.
Un OVNI aussi.

AJOUTER UN COMMENTAIRE

 
Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.
Unholy
notes
Chroniqueur : 9/10
Lecteurs : (3)  8.33/10
Webzines : (1)  4/10

plus d'infos sur
Unholy
Unholy
Death/Doom metal avantgardiste - 1990 † 2012 - Finlande
  

formats
  • CD / 1993 - Lethal Records
  • CD / 1999 - Avantgarde Music
  • CD / 2011 - Peaceville Records
  • Vinyl / 2017 - Peaceville Records

tracklist
01.   Alone  (07:51)
02.   Gray Blow  (07:22)
03.   Creative Lunacy  (07:03)
04.   Autumn  (03:10)
05.   Stench Of Ishtar  (07:29)
06.   Colossal Vision  (08:24)
07.   Time Has Gone  (05:47)
08.   The Trip Was Infra Green  (08:02)
09.   Passe Tiermes  (07:05)

Durée : 62:15

line up
voir aussi
Unholy
Unholy
The Second Ring of Power

1994 - Avantgarde Music
  

Undergang
Aldrig I Livet
Lire la chronique
Old Man Gloom
Seminar IX: Darkness Of Being
Lire la chronique
Bròn
Pred dverima noći
Lire la chronique
Opium Warlords
Nembutal
Lire la chronique
Traveler
Termination Shock
Lire la chronique
Bedsore
Hypnagogic Hallucinations
Lire la chronique
Soulburn
Noa’s D’ark
Lire la chronique
Les sorties de 2020
Vos albums et déceptions de...
Voir le sondage
Lure
Morbid Funeral (Démo)
Lire la chronique
Sodom
Genesis XIX
Lire la chronique
Sainte Marie des Loups
Funérailles de Feu
Lire la chronique
Pearl Jam
MTV Unplugged (Live)
Lire la chronique
Old Man Gloom
Seminar VIII: Light Of Meaning
Lire la chronique
Hallowed Butchery
Deathsongs From the Hymnal ...
Lire la chronique
The Kryptik
Behold Fortress Inferno (EP)
Lire la chronique
Moldé Volhal
Into The Cave Of Ordeals......
Lire la chronique
Inquisition
Black Mass For A Mass Grave
Lire la chronique
Havukruunu
Uinuos syömein sota
Lire la chronique
Lie In Ruins
Floating In Timeless Streams
Lire la chronique
Sarcator
Sarcator
Lire la chronique
Biesy
Transsatanizm
Lire la chronique
Unurnment
Self-Immolation Suite (EP)
Lire la chronique
Cimetière
Extinction
Lire la chronique
Dayal Patterson
Black Metal : l'évolution d...
Lire la chronique
Skelethal
Unveiling The Threshold
Lire la chronique
Bliss Of Flesh
Tyrant
Lire la chronique
Sinister
Deformation of the Holy Realm
Lire la chronique
Finntroll
Vredesvävd
Lire la chronique
Darkenhöld
Arcanes & Sortilèges
Lire la chronique
Paysage D'Hiver
Im Wald
Lire la chronique