chargement...

haut de page
Remontez pour accéder au menu
200 visiteurs :: Invité  » se connecter  » s'enregistrer

Ulcerate - Stare Into Death and Be Still

Chronique

Ulcerate Stare Into Death and Be Still
Raffiné. Si je devais résumer en un mot le label Debemur Morti, ce serait bien par celui-là. En effet, quelque soit l’artiste présenté sous sa bannière, c’est toujours ce côté extrêmement travaillé, esthétique, à la fois à-part et cohérent avec le reste du catalogue du label, qui me marque immédiatement – Archgoat étant l’exception qui confirme la règle. Blut Aus Nord, Aevangelist, Terra Tenebrosa, Au Champs Des Morts, Infestus, Throane... Malgré les avis contrastés que l’on peut avoir sur ces formations, on ne peut que trouver entre elles un dénominateur commun dans cette intention de plonger dans une certaine idée de l’obscur, à milles lieux des clichés – Archgoat étant l’exception qui confirme la règle (bis) –, travaillant comme Pierre Soulages le noir en tant que matière pour mieux révéler sa spécificité et, en même temps, sa richesse.

Raffiné. C’est, en toute logique, le premier mot qui m’est venu en tête à l’écoute de ce nouveau disque d’Ulcerate, Stare into Death and Be Still, première réalisation au sein du label Debemur Morti. Il est clair que les Néo-Zélandais n’auraient pas pu trouver meilleur endroit où faire paraître leur sixième album : clairement marquée par la scène française, comme le montre ses interviews ainsi que les rappels à Deathspell Omega décelables dans ses créations, la bande menée par Paul Kelland trouve ici la maison parfaite où installer confortablement son post-death metal couronné à plusieurs reprises, que ce soit avec l’indomptable The Destroyers of All ou la victoire totale Shrines of Paralysis, deux mètre-étalons ayant aujourd’hui valeurs d’influences majeures d’une scène souhaitant emmener le metal extrême vers plus d’atmosphère et d’audace à la fois.

D’audace, pourtant, Stare into Death and Be Still semble au départ en manquer. Ulcerate assume pleinement le virage mélodique que ce nouveau longue-durée emprunte. Moins tarabiscoté, mais sortant toujours les biscottos à la moindre occasion jusqu’à considérer le cerveau comme un muscle à faire travailler (le nombre de tours d’échauffement reste conséquent avant de prétendre pouvoir entrapercevoir les qualités de la bête), il nous offre le style particulier des Néo-zélandais sous son versant le plus accessible, voire accrocheur. Un mot que je ne pensais jamais employer pour la formation et pourtant, comment qualifier autrement ses charges toutes leads dehors guidant le morceau-titre, « The Lifeless Advance » ou encore « Exhale the Ash » ? Impossible à mettre en défaut sur le plan formel, qu’il décide de prendre à bras-le-corps, le groupe paraît alors gagner en maîtrise ce qu’il perd en atmosphère, faisant craindre les premières fois de décevoir comme lors du rutilant mais trop superficiel Vermis.

La note empêche tout suspens : ces questionnements préalables, ces doutes, classiques dans mon approche d’une formation que je vois toujours prendre le risque de rater ses mélanges ambitieux, ont trouvé au fur et à mesure des écoutes de quoi les rassurer puis les éteindre. Stare into Death and Be Still est fataliste dans son raffinement, un long geste ample et magnifique qui ne mène à rien, à part l’inéluctable. Là réside le supplément d’âme que donne le trio à son déballage épatant. Tout entier dédié à son discours, qu’il cherche simplement à habiller des plus beaux mots, Ulcerate paraît avoir fait vœux de contrition – jusqu’à un batteur moins directement impressionnant qu’autrefois, se situant en arrière-cour pour mieux soutenir l’ensemble – pour transmettre son ambiance de défi envers la mort. « Regarde en elle et sois calme », voilà le mantra que répètent ces notes épiques et virulentes, leur aura dorée se trouvant prisonnière d’un gris mortifère, ton sur ton, terne sur terne, par une production alternant le spectral (ces quelques instants clairs et osseux comme chez The Cure, cf. « There is No Horizon », « Visceral Ends » ou encore « Dissolved Orders ») et le massif avec, encore et toujours, la volonté affichée de « dire ».

Cette maîtrise technique dont fait preuve cinquante-huit minutes durant Ulcerate ne transmet au final pourtant pas la même sensation que l’on peut avoir devant la contemplation du travail d’un artisan orfèvre, patient et maniaque. Elle transmet l’émotion qui naît d’un tracé, certes agile, mais continu d’un monde à vifs se dessinant dans notre esprit. Un monde dont la voix de Paul Kelland et les élans du guitariste Michael Hoggard se font l’écho, au travers d’une histoire âpre (le démarrage sauvage de « Drawn Into the Next Void ») mêlant recueillement et avancée luttant contre le destin. Une histoire tenant indéniablement de la tragédie, les différents mouvements qui constituent Stare into Death and Be Still semblant à chaque fois statiques, contenant dans leurs chamboulements la sentence les mettant à l’arrêt, tel un homme proche de la mort et décidant de mener dignement le combat contre cette dernière, même s’il est perdu d’avance.

Car Ulcerate s’est humanisé sur Stare into Death and Be Still. Auparavant animal mythologique et suicidaire (The Destroyers of All) ou encore monstre halluciné par l’envie de faire couler le sang (Shrines of Paralysis), il acquiert par ses mélodies et les émotions qu’elles procurent, une certaine proximité le rendant plus empathique, émouvant et... forcément moins unique. Certes, l’écoute reste exigeante, éprouvante même, les Néo-zélandais assurant leur position sur le trône d’un post death metal que les copieurs ne sont pas prêts de pouvoir revendiquer. De même, la durée de l’ensemble, en soi déjà dense, oblige toujours à certaines dispositions pour pouvoir l’apprécier à sa juste valeur. Mais, pour la première fois avec eux, on est surpris de trouver dans certains titres un déroulé plus prévisible et classique qu’autrefois à force d’allers et retours (« Inversion », ce que la bande a fait de plus proche d’un tube ?).

Rien de dérangeant pour autant, Stare into Death and Be Still montrant que Ulcerate, loin de se reposer sur ses lauriers, ose une nouvelle variation de son style, en perpétuel changement. Si cette œuvre est, dans mon top personnel, a priori moins exceptionnelle que The Destroyers of All et Shrines of Paralysis, les préjugés négatifs que j’ai pu avoir à son encontre ont été rapidement balayés, au point de trouver en elle une forme d’aboutissement de ce que le groupe expérimente depuis Everything is Fire. Ulcerate, ici plus sûr de lui que jamais, solennel et maître de soi, risque-t-il de devenir plus tard convenu dans son death metal non-conventionnel ? Le temps, comme pour toute chose, apportera ses réponses. En tous cas, ce n’est pas Stare into Death and Be Still qui risque d’éteindre l’admiration que je voue à la formation.

DONNEZ VOTRE AVIS

Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.

8 COMMENTAIRE(S)

Dantefever citer
Dantefever
10/08/2020 22:54
J'avais jamais entendu de musique comme ça avant. C'est inexprimable.
Solarian citer
Solarian
02/05/2020 16:10
The Destroyers of All m'avait bien fait décoller. Vermis n'était qu'une bouillie hermétique insupportable pour mes oreilles, tandis que Shrines of Paralysis m'était complètement passé au-dessus.
Ici par contre, je retrouve avec plaisir le souffle atmosphérique, la force de frappe, la lisibilité harmonique et les balises mélodiques qui m'avaient tant botté sur le cru 2011.
Le riffs me parlent à nouveau car il se retiennent, même si on reste dans un trip alambiqué vachement cérébral, et surtout, putain cette ambiance ! Abyssale, tellurique, inexorable, épique, insalubre, aliénante, tragique... Oui tout ça à la fois et bien plus encore. Achat prévu !
TarGhost citer
TarGhost
30/04/2020 19:49
Magistral
InnerDam citer
InnerDam
30/04/2020 19:29
note: 9/10
Faur dire qu'avec "Shrines of Paralysis" ils avaient déjà placé la barre très haut, mais là.. que dire.
L'album est tout simplement magistral, l'apport mélodique emmène Ulcerate vers des contrées inattendues,plus atmosphériques mais sans perdre pour autant de sa puissance de frappe.
Encore une fois, il va falloir plusieures dizaines d'écoutes pour le maîtriser.
Emperor68 citer
Emperor68
30/04/2020 16:06
note: 10/10
Album de l'année pour ma part, on verra si quelqu'un d'autre arrive à le détroner d'ici là mais la barre est placée haute. Concernant les influences je trouve qu'on retrouve plus du Blut Aus Nord que du Deathspell Omega, notamment sur des titres comme "Visceral Ends" ou "Dissolved Orders". Debemur Morti leur va à ravir.
northstar citer
northstar
30/04/2020 14:02
note: 9/10
Raffiné. Si je devais résumer en un mot le label Debemur Morti, ce serait bien par celui-là.
Oui !
Sagamore citer
Sagamore
30/04/2020 08:10
note: 8/10
Imposant.
Astraldeath citer
Astraldeath
29/04/2020 14:25
note: 9/10
Raffiné, comme tu dis, j'ai surtout senti la patte des derniers méfaits de Gorguts et notamment de leur "Pleiades' Dust" qui a été étudié jusque dans l'ADN et resservi ici en plus abouti avec l'influence d'autres groupes, comme DSO justement.

AJOUTER UN COMMENTAIRE

 
Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.
Ulcerate
Post Death Metal
2020 - Debemur Morti Productions
notes
Chroniqueur : 8.5/10
Lecteurs : (8)  9.13/10
Webzines : (8)  8.63/10

plus d'infos sur
Ulcerate
Ulcerate
Post Death Metal - 2002 - Nouvelle-Zélande
  

vidéos
Dissolved Orders
Dissolved Orders
Ulcerate

Extrait de "Stare Into Death and Be Still"
  

tracklist
01.   The Lifeless Advance  (07:01)
02.   Exhale the Ash  (06:19)
03.   Stare into Death and Be Still  (08:24)
04.   There is No Horizon  (07:02)
05.   Inversion  (07:05)
06.   Visceral Ends  (05:40)
07.   Drawn into the Next Void  (08:37)
08.   Dissolved Orders  (08:15)

Durée : 58 minutes 23 secondes

line up
parution
24 Avril 2020

voir aussi
Ulcerate
Ulcerate
Of Fracture And Failure

2007 - Neurotic Records
  
Ulcerate
Ulcerate
The Destroyers Of All

2011 - Willowtip Records
  
Ulcerate
Ulcerate
Shrines of Paralysis

2016 - Relapse Records
  
Ulcerate
Ulcerate
Everything is Fire

2009 - Willowtip Records
  
Ulcerate
Ulcerate
Vermis

2013 - Relapse Records
  

Essayez aussi
Walrus Resist
Walrus Resist
Staring from the Abyss

2010 - Pervade Productions
  
Gorguts
Gorguts
Colored Sands

2013 - Season Of Mist
  
Epoch
Epoch
Sacrosanct

2017 - Lavadome Productions
  
Gorguts
Gorguts
Pleiades' Dust (EP)

2016 - Season Of Mist
  
Bring Me The Horizon
Bring Me The Horizon
Suicide Season

2008 - Visible Noise
  

Paradise Lost
Paradise Lost
Lire la chronique
Tristengrav
II - Nychavge (EP)
Lire la chronique
Fluoride
Disentanglement
Lire la chronique
Soul Blind
Greatest Hits Vol. I (Compil.)
Lire la chronique
Putrid Offal
Sicknesses Obsessions
Lire la chronique
Novae Militiae
Topheth
Lire la chronique
Ascended Dead / Evil Priest
Nexus Of The Black Flame / ...
Lire la chronique
Uada
Djinn
Lire la chronique
Drowning / Misgivings
Requiem For Gods Perdition ...
Lire la chronique
Polymoon
Caterpillars Of Creation
Lire la chronique
Candiria
Beyond Reasonable Doubt
Lire la chronique
L'affaire JP FOURNIER... L'illustrateur qui tua son père.
Lire le podcast
Darkened
Kingdom Of Decay
Lire la chronique
The Great Old Ones
Cosmicism
Lire la chronique
Eirik
Omnis Erit Eductus
Lire la chronique
Paradise Lost
Gothic
Lire la chronique
Bestial Invasion
Monomania
Lire la chronique
Palehorse
Soft as Butter; Hard as Ice
Lire la chronique
Lik
Misanthropic Breed
Lire la chronique
Necrot
Mortal
Lire la chronique
Diabolic pour "Mausoleum of the Unholy Ghost"
Lire l'interview
Skeletal Remains
The Entombment Of Chaos
Lire la chronique
Diabolic
Mausoleum of the Unholy Ghost
Lire la chronique
Katavasia
Magnus Venator
Lire la chronique
Hulder
De Oproeping Van Middeleeuw...
Lire la chronique
Morta
Fúnebre (EP)
Lire la chronique
Disembowel
Echoes Of Terror
Lire la chronique
Mimorium
Blood of Qayin
Lire la chronique
Bethlehem
Dictius Te Necare
Lire la chronique
StoneBirds
Collapse and Fail
Lire la chronique