chargement...

haut de page
Remontez pour accéder au menu
200 visiteurs :: Invité  » se connecter  » s'enregistrer

Amyl And The Sniffers - Big Attraction & Giddy Up

Chronique

Amyl And The Sniffers Big Attraction & Giddy Up (Compil.)
Avant de faire remuer le popotin de tous les amateurs de Rock’n’Roll avec un premier album fiévreux et particulièrement rafraîchissant, les Australiens d’Amyl And The Sniffers comptaient déjà à leur actif deux EPs sortis à l’époque au format cassette mais malheureusement introuvables aujourd’hui à moins d’avoir les moyens ou l’envie de lâcher plus de cinquante balles dans l’un des supports audio les moins pratiques encore en circulation... Du coup, les labels Homeless Records (Australie) et Damaged Goods (Royaume-Unis) ont eu la bonne idée de réunir ces deux sorties sous la forme d’une compilation visant à vous faire économiser quelques euros tout en vous assurant un plaisir d’écoute quasi-identique (le rembobinage en moins).

Expédiée en seulement vingt minutes, cette courte compilation nous propose de (re)découvrir dans un premier temps les six titres de Big Attraction (2017) suivi de près par ceux de Giddy Up (2016). Et hormis l’artwork qui diffère selon le label que vous choisirez de supporter, sachez qu’il n’y a aucune différence en matière de contenu puisque l’une ou l’autre de ces éditions comporte un total de dix titres, pas un de plus.

Sans surprise, ces quelques morceaux s’inscrivent dans la droite lignée de ceux proposés par Amyl And The Sniffers sur son premier album. On retrouve ainsi ce délicieux Punk Rock 77 dépouillé et primitif avec ces riffs à trois notes simples mais toujours très efficaces, ces accords bluesy passablement énervés, cette batterie dynamique malgré un nombre de patterns pour le moins limités, cette basse tout en rondeurs et bien sûr cette attachante pile électrique qu’est la déjantée Amy Taylor, chanteuse charismatique aux mini-shorts colorés et à la langue toujours aussi bien pendue ("People look at me like I am a hooker but I just want to be a venue booker. I’m not a loser, no. I'm not a loser").

Loin de bouleverser le petit monde du Rock’n’Roll avec sa musique rudimentaire empruntant autant aux Ramones qu’aux Stooges, AC/DC ou la scène Punk/Hardcore des années 80, Amyl And The Sniffers avait su apporter l’année dernière un soupçon de fraîcheur grâce à un premier album rondement bien mené entre brûlots ultra efficaces, hymnes Punk Rock aux refrains fédérateurs et titres mid-tempos évidemment plus modérés mais non moins abrasifs. Avec Big Attraction et Giddy Up le constat reste sensiblement le même bien qu’il faille tout de même reconnaître que la plupart des titres, notamment ceux de Giddy Up servi par un son de guitare craché par un ampli 10w en fin de vie, sont malgré tout un poil moins efficaces. Il y a bien évidemment quelques exceptions, notamment l’excellent "I’m Not A Loser" qui ouvre cette compilation sur les chapeaux de roues, "Blowjobs", "Balaclava Lover Boogie", "Westgate" ou bien encore "Mandalay" mais d’une manière générale on est tout de même un léger cran en dessous qualitativement parlant.
Pour autant, loin de moi l’idée de vouloir cracher dans la soupe puisque comme sur ce premier album éponyme, on prend toujours beaucoup de plaisir à écouter Amy Taylor et son accent à couper au couteau s’exciter dans tous les sens alors que derrière, ses trois compères dont les mulets feraient pâlir n’importe quel redneck de Georgie se la jouent rockers décontractés avec cet espèce d’insolence et de je m’en foutisme qui en fait un groupe ultra efficace et finalement très attachant.

Bref, je ne vais pas vous tenir le crachoir plus longtemps surtout qu’il s’agit d’un style pour le moins dépouillé qui ne se prête ni à la dissertation verbeuse ni à l’explication de texte approfondie. Ainsi, pour résumer et en finir avec cette chronique, sachez que si vous êtes amateurs de Punk Rock fiévreux influencé notamment par la vieille garde anglaise ou américaine et que vous en pincez pour les chanteuses qui n’ont pas froid aux yeux et pour qui être Rock’n’Roll ne se résume par à porter un t-shirt The Ramones acheté chez H&M, alors il n’y a a priori aucune raison pour que vous ne tombiez pas sous les charmes dévergondés d’Amyl And The Sniffers, groupe de Rock foutraque, authentique et terriblement addictif dont les titres présents sur cette compilation, s’ils ne sont effectivement pas tous aussi jouissifs que ceux proposés sur leur premier album, se montrent tout de même fort sympathiques et agréables. Voilà en tout cas de quoi attaquer le déconfinement avec la banane.

DONNEZ VOTRE AVIS

Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.

AJOUTER UN COMMENTAIRE

 
Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.
Amyl And The Sniffers
notes
Chroniqueur : 3.5/5
Lecteurs :   -
Webzines :   -

plus d'infos sur
Amyl And The Sniffers
Amyl And The Sniffers
Punk Rock - 2015 - Australie
  

tracklist
01.   I'm Not A Loser  (01:53)
02.   Blowjobs  (01:33)
03.   Mole (Sniff Sniff)  (00:49)
04.   Balaclava Lover Boogie  (03:42)
05.   Westgate  (02:17)
06.   70s Street Munchies  (02:26)
07.   Pleasure Forever  (01:17)
08.   Caltex Cowgirl  (03:12)
09.   Mandalay  (01:36)
10.   Stole My Pushbike  (01:02)

Durée : 19:47

line up
parution
18 Mai 2018

voir aussi
Amyl And The Sniffers
Amyl And The Sniffers
Amyl And The Sniffers

2019 - Rough Trade
  

Essayez aussi
The Turbo A.C.'s
The Turbo A.C.'s
Avenue X

2005 - Bitzcore Records
  
Planes Mistaken For Stars
Planes Mistaken For Stars
Prey

2016 - Deathwish Inc.
  
Uniform
Uniform
The Long Walk

2018 - Sacred Bones Records
  
Daggers
Daggers
Neon Noir Erotica

2020 - Throatruiner Records / Fer De Lance Records
  
Letlive.
Letlive.
The Blackest Beautiful

2013 - Epitaph Records
  

Undergang
Aldrig I Livet
Lire la chronique
Old Man Gloom
Seminar IX: Darkness Of Being
Lire la chronique
Bròn
Pred dverima noći
Lire la chronique
Opium Warlords
Nembutal
Lire la chronique
Traveler
Termination Shock
Lire la chronique
Bedsore
Hypnagogic Hallucinations
Lire la chronique
Soulburn
Noa’s D’ark
Lire la chronique
Les sorties de 2020
Vos albums et déceptions de...
Voir le sondage
Lure
Morbid Funeral (Démo)
Lire la chronique
Sodom
Genesis XIX
Lire la chronique
Sainte Marie des Loups
Funérailles de Feu
Lire la chronique
Pearl Jam
MTV Unplugged (Live)
Lire la chronique
Old Man Gloom
Seminar VIII: Light Of Meaning
Lire la chronique
Hallowed Butchery
Deathsongs From the Hymnal ...
Lire la chronique
The Kryptik
Behold Fortress Inferno (EP)
Lire la chronique
Moldé Volhal
Into The Cave Of Ordeals......
Lire la chronique
Inquisition
Black Mass For A Mass Grave
Lire la chronique
Havukruunu
Uinuos syömein sota
Lire la chronique
Lie In Ruins
Floating In Timeless Streams
Lire la chronique
Sarcator
Sarcator
Lire la chronique
Biesy
Transsatanizm
Lire la chronique
Unurnment
Self-Immolation Suite (EP)
Lire la chronique
Cimetière
Extinction
Lire la chronique
Dayal Patterson
Black Metal : l'évolution d...
Lire la chronique
Skelethal
Unveiling The Threshold
Lire la chronique
Bliss Of Flesh
Tyrant
Lire la chronique
Sinister
Deformation of the Holy Realm
Lire la chronique
Finntroll
Vredesvävd
Lire la chronique
Darkenhöld
Arcanes & Sortilèges
Lire la chronique
Paysage D'Hiver
Im Wald
Lire la chronique