chargement...

haut de page
Remontez pour accéder au menu
200 visiteurs :: Invité  » se connecter  » s'enregistrer

Sorrow - Hatred And Disgust

Chronique

Sorrow Hatred And Disgust
Quelque part au fin fond de YouTube se cache aujourd’hui, parmi d’autres secrets bien gardés, les plus obscurs groupes de Death Metal ayant émergé au cours des années 80 et 90. Ceux qui de nos jours font encore de l’underground une mine de trésors pas forcément toujours dignes d’intérêt mais qui, pour beaucoup, restent encore à découvrir. Toutefois, pour poser ses oreilles sur ces vieilleries restées pourrir à l’ombre des plus grands noms, il faut bien souvent prendre le temps de chercher et accepter de se laisser porter par les algorithmes de la plateforme américaine. Car s’ils ne seront pas forcément tous couronnés de succès, ces clics lancés au hasard d’une suggestion pourraient à l’inverse se révéler forts payants !

Parmi ces formations dont personne ne parle mais qui pourtant mériteraient davantage d’exposition, on trouve les Américains de Sorrow. Formés à New-York en 1991 par trois anciens membres d’Apparition, le trio sortira dans la foulée via R/C Records un premier EP intitulé Forgotten Sunrise dont on retiendra surtout la photo d’un Brett Clarin qui, entre moustaches latérales et short beaucoup trop court et serré, frise l’attentat à la pudeur. Après l’arrivée de Billy Rogan la même année en tant que second guitariste, le groupe poursuit sur sa lancé avec la sortie en 1992 de Hatred And Disgust, un premier album paru cette fois-ci chez Roadrunner Records et dont l'illustration est signée des mains de l'artiste japonais Hiro Takahashi qui trois ans plus tard signera l'artwork d'un certain Pierced From Within..

"A humans thirst can never be quenched. Too much is never enough" lance à la volée un Andy Marchione porté par les riffs plombés et menaçants de Brett Clarin et Billy Rogan. A l’image de ces derniers tout en sobriété, le growl y est posé et intelligible faisant ainsi de cette première longue séquence pourtant très simple l’un des moments forts de l’album. Une entrée en matière pesante qui, au-delà de ce pédigrée Death Metal évident, révèle également l’appétence des New-Yorkais pour le Doom. D’ailleurs un petit coup d’oeil à la durée de ces six compositions suffit normalement à comprendre où l’on met les pieds. Oscillant entre cinq et dix minutes, les quelques morceaux proposés ici par Sorrow laisse supposer, au moins sur le papier, que le groupe new-yorkais est plutôt du genre à prendre son temps et à dérouler ses riffs à un train de sénateur plutôt que dans l’urgence et la frénésie la plus totale. Si vous n’avez donc aucune sensibilité avec le genre, mieux vaut passer votre chemin.

Pour les autres, il faut bien être conscient que le Death/Doom de Sorrow n’a en soit rien de très original. Sauf qu’à l’époque rares étaient les groupes à mêler les deux genres de la sorte. En effet, l’un des atouts les plus évidents de la formation new-yorkaise est sa capacité à trancher en proposant tout au long de l’album quelques accélérations bien musclées ou des passages non dénués de groove contrastant franchement avec le reste de ces séquences beaucoup plus écrasantes. De "Insatiable" à 3:32 à "Forced Repression" à 1:20 en passant par "Illusion Of Freedom" à 2:26, "Human Error" à 3:08, "Separative Adjectives" à 3:25 et "Unjustified Reluctance" à 7:57 nombreux sont les passages beaucoup plus soutenus insufflant une véritable dynamique à l’ensemble. Des séquences volontaires bien souvent appuyées par des solos frénétiques amenant bien évidemment une énergie et une intensité supplémentaire à ces moments menés le couteau entre les dents.
Outre cette cohabitation de genres, le Death/Doom de Sorrow brille également par la qualité de ses riffs très simples mais particulièrement efficaces et bien sentis. Un sens de la formulation parfois effrayant (difficile de ne pas faire la grimace et de s’interroger sur les capacités de Roadrunner Records à miser sur le bon cheval lorsque l’on entend pour la première fois le riff d’introduction de "Forced Repression") mais plus généralement aux petits oignons (les excellents riffs plombés de "Insatiable", "Forced Repression" (passé cette fameuse introduction), "Illusion Of Freedom", "Human Error" ou "Separative Adjectives"). Un riffing qui ne devrait certainement pas manquer de convaincre l’amateur de Death rampant et schizophrène d’autant plus que la production signée Steve Koslowski n’a pas pris une seule ride. Ce son lourd, abrasif et naturel sert ici parfaitement le propos de Sorrow qui de ses riffs, de ses accélérations, de ses passages plus pesants et de ce growl redoutable va venir écraser l’auditeur sous une véritable chape de plomb avant de venir le secouer bien fort sans crier gare.

Malgré ces bases et éléments plus que solides, Hatred And Disgust n’aura jamais vraiment réussi à faire de Sorrow un groupe de valeur aux yeux du public. Face à une concurrence particulièrement impitoyable, une période déjà moins propice à ce genre de sorties et à une séparation soudaine survenue l’année suivante, peu de gens se sont finalement intéressés au cas des New-Yorkais qui ont simplement fini par sombrer dans l’anonymat le plus total. Heureusement, on aime creuser par chez nous et mettre ainsi en lumière le temps d’une modeste chronique des albums oubliés qui mériteraient davantage de reconnaissance. Si vous avez un tant soit peu d’intérêt pour le genre, ce seul et unique album de Sorrow mérite très clairement que l’on y jette une oreille attentive. Car sans forcément égaler le talent de ses pairs ayant eu davantage de succès (bien que ce dernier ne soit pas nécessairement lié uniquement au talent), on trouve durant ces trente-neuf minutes de quoi satisfaire à (presque) toutes les exigences en matière de Death/Doom.

DONNEZ VOTRE AVIS

Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.

4 COMMENTAIRE(S)

AxGxB citer
AxGxB
17/06/2020 21:01
TarGhost a écrit : Suis passé à côté du groupe à l'époque mais il est vrai que la concurrence était rude en 1992. C'est quelques années plus tard que j'ai rattrapé mon retard via la compil' Mutilated. "Illusion of Freedom" est un sacré bon morceau quoiqu'il en soit ! Tiens, AxGxB si tu traînes tes guêtres sur les étagères poussiéreuses de Roadrunner, tu pourrais peut-être remettre au goût du jour les deux albums d'Optimum Wound Profile parus au début des années 90 ?

Alors non, ce n'est pas prévu. Je ne connaissais même pas le groupe. Je suis pas trop versé dans l'industriel mais j'écouterai quand même Clin d'oeil
Flesh29 citer
Flesh29
17/06/2020 11:10
@ Targhost : comme toi j'avais acheté la compil Mutilated en pensant y trouver des inédits. Bon, RR s'était vraiment pas foulé !

Comme "bizarrerie" ils avaient aussi Skin Chamber. Jamais compris pourquoi le groupe apparaissait sur les 2 compils.

TarGhost citer
TarGhost
17/06/2020 10:46
Suis passé à côté du groupe à l'époque mais il est vrai que la concurrence était rude en 1992. C'est quelques années plus tard que j'ai rattrapé mon retard via la compil' Mutilated. "Illusion of Freedom" est un sacré bon morceau quoiqu'il en soit ! Tiens, AxGxB si tu traînes tes guêtres sur les étagères poussiéreuses de Roadrunner, tu pourrais peut-être remettre au goût du jour les deux albums d'Optimum Wound Profile parus au début des années 90 ?
Flesh29 citer
Flesh29
17/06/2020 10:14
J’ai toujours eu une tendresse pour le groupe et plus particulièrement cet album. Album que j’ai découvert via la compilation « At Death’s Door II » qui mettait en avant le titre « Illusion of freedom » (mon préféré forcément). D’ailleurs la pochette de cette compil m’avait bien marqué à l’époque (signée également par Hiro Takahashi).

J’aime son côté « atypique » pour l’époque où on était plus dans la course à qui serait le plus rapide et où la brutalité et le niveau technique grimpaient au fur et à mesure. Ici le riffing est simple, direct, massif conférant aux morceaux efficacité et accroche tandis que les parties lentes et écrasantes distillent un climat sombre et pesant. Les « accélérations » et les solis sont parfaitement amenés et viennent apporter de la nervosité à l’ensemble.

La production rend parfaitement justice aux compos et bien qu'ancrée dans son époque sonne toujours « actuelle » à mon goût.

Vraiment dommage pour le groupe que l’album n’ait pas bénéficié d’un travail promotionnel digne de ce nom de la part de Roadrunner. En même temps en 92 la concurrence était rude, pour ne pas dire féroce, avec dans leur catalogue Deicide, Obituary, Pestilence, Suffocation, Gorguts, Malevolent Creation, Sepultura.

Un album qui mérite vraiment d’être (re)mis en avant !

AJOUTER UN COMMENTAIRE

 
Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.
Sorrow
Death / Doom
1992 - Roadrunner Records
notes
Chroniqueur : 8/10
Lecteurs :   -
Webzines : (1)  2.5/10

plus d'infos sur
Sorrow
Sorrow
Death / Doom - 1991 † 1993 - Etats-Unis
  

tracklist
01.   Insatiable  (06:33)
02.   Forced Repression  (06:19)
03.   Illusion Of Freedom  (04:52)
04.   Human Error  (06:17)
05.   Separative Adjectives  (05:31)
06.   Unjustified Reluctance  (10:21)

Durée : 39:53

line up
parution
6 Octobre 1992

Essayez aussi
My Dying Bride
My Dying Bride
Turn Loose The Swans

1993 - Peaceville Records
  
Schammasch
Schammasch
Contradiction

2014 - Prosthetic Records
  
Inborn Suffering
Inborn Suffering
Wordless Hope

2006 - Sound Riot Records
  
My Shameful
My Shameful
...Of Dust

2005 - Firedoom Music
  
Ghost Brigade
Ghost Brigade
Until Fear No Longer Defines Us

2011 - Season Of Mist
  

Irae
Lurking in the Depths
Lire la chronique
Death Courier
Necrotic Verses
Lire la chronique
Bašmu
Enshrined In Eternity
Lire la chronique
Exocrine
Maelstrom
Lire la chronique
Cryptic Shift
Visitations from Enceladus
Lire la chronique
Bezwering
Aan De Wormen Overgeleverd
Lire la chronique
Odiosior
Odiosior (EP)
Lire la chronique
Non Serviam
Le Cœur Bat
Lire la chronique
Hum
Inlet
Lire la chronique
Nexion
Seven Oracles
Lire la chronique
Mosaic
Secret Ambrosian Fire
Lire la chronique
BLACK METAL qui parle de virus !
Lire le podcast
Gloom
Rider of the Last Light
Lire la chronique
Witchcraft
Legend
Lire la chronique
Front
Antichrist Militia (EP)
Lire la chronique
Pearl Jam
Binaural
Lire la chronique
Buköwski
Grind on the Rocks
Lire la chronique
Le sondage des années 2010
Votre top 10 ! Difficile he...
Voir le sondage
Vspolokh
Помре
Lire la chronique
Zemial
Nykta
Lire la chronique
Meth Leppard
Woke
Lire la chronique
Runemagick / Chthonic Deity
Chthonicmagick (Split 12")
Lire la chronique
Azziard
Liber Secondus - Exégèse
Lire la chronique
Cathedral
The Last Spire
Lire la chronique
Carach Angren
Franckensteina Strataemontanus
Lire la chronique
Xibalba
Años en Infierno
Lire la chronique
Brutal Avengers
Chapter II - Mission to Ext...
Lire la chronique
PPCM #35 - Cherchons du STONER DEATH METAL !
Lire le podcast
Gravesend
Preparations For Human Disp...
Lire la chronique
Grave Circles
Tome II
Lire la chronique