chargement...

haut de page
Remontez pour accéder au menu
109 visiteurs :: Invité  » se connecter  » s'enregistrer

Resent - Crosshairs

Chronique

Resent Crosshairs
Oui, je vous comprends, je suis fatigué comme vous de lire partout des références à la pandémie actuelle, de lire les nombres de morts quotidiens, l’incompétence et la connerie qui en résultent... Et donc, croyez-moi, c’est sans ironie ou sous-entendus que j’écris la phrase suivante : 2020 est une belle année pour le sludge.

Vous êtes tout de même autorisé à rire, bien entendu. Que ce genre de musique porté sur la misère, l’isolation, l’intoxiqué et l’infectieux, retrouve ici bonne mine, hé ! Voilà qui donne envie de faire du trait d’esprit ! Après Come to Grief, la compilation de Meth Drinker, le nouvel album de Slave Hands – je suis tenté de citer ici le retour prochain aux affaires de Fistula, mais les dernières œuvres des Ricains obligent à la précaution –, vient le tour des mystérieux Canadiens de Resent d’appuyer que le sludge dégueulasse, cru, des années 90 est toujours bien vivant et pertinent. Une sortie que l’on doit entre autres à Dry Cough (« toux sèche »...) Records, décidément dans les bons coups en ce début d’année (après le réussi No More Feelings), et qui coche toutes les cases du sludge canal historique, avec ce que tout cela implique.

Car avec un son typique, des riffs typiques (au point de se demander si on ne les a pas déjà entendus quelque part, cf. « Miserable » et ses relents Griefiens plus que prononcés), leur imaginaire typique – douleur, mort, maladie, peur... – forçant à user et abuser des champs lexicaux de la dépravation et la désolation, il est presque permis de croire que l’anonymat que les membres de Resent cultivent vaut aussi pour leur musique. Regardez vos étagères et demandez-vous si vous n’avez pas déjà assez d’exemplaires de ce sludge devant tout à Grief, Noothgrush ou Corrupted. Si la réponse est « oui », vous pouvez quitter cette page tout de suite : Crosshairs ne vous apportera rien de plus que ce que vous avez déjà en suffisance.

Les quelques insatiables poursuivant leur lecture auront par contre raison de rester. Resent réalise avec son premier longue-durée une belle résurrection d’un sludge aussi traditionnel que difficile à pratiquer. Le petit frisson, si particulier, que seul le genre est capable d’offrir est bien présent dans ces quarante-trois minutes au groove lancinant et terne. « Les choses se passent » chez les Canadiens en somme, dans ces samples aussi jouissifs que misérables, ces riffs plombants, ces cris aussi apeurés qu’effrayants (évoquant ceux de Bryan Funck de Thou dans une version désenchantée et psychiatrique). On a même droit à un petit twist dans cette formule respectée à la lettre avec un son brut et strident au possible, frôlant constamment la noise. Enfin, même si le final « Miscarriage » joue particulièrement bien son rôle d’enfonceur de clou (ce riff qui tourne et s’automutile), chaque titre est assez distinct les uns des autres, avec ce qu’il faut de marquant, tout en respectant cette ambiance noire et étouffante au sujet de laquelle Crosshairs ne fait aucune concession.

Un jusqu’auboutisme qui fait passer l’œuvre de celle d’un premier de la classe à celle du cancre fascinant et dangereux si appréciable dans le sludge. Il manque définitivement peu de chose à Resent pour devenir un peu plus qu’un groupe à conseiller en priorité aux fans du genre. Seulement, ce qu’il transmet s’inscrit tant dans un certain classicisme que, pour le moment, il ne se destine qu’à eux. Mais ces derniers auraient bien tort de ne pas se pencher sur Crosshairs.

DONNEZ VOTRE AVIS

Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.

1 COMMENTAIRE(S)

gulo gulo citer
gulo gulo
11/05/2020 18:50
Ca avait l'air de sonner pas mal, en effet, et d'être fait avec pas mal de personnalité - si seulement j'avais été d'humeur à écouter de ça...

AJOUTER UN COMMENTAIRE

 
Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.
Resent
notes
Chroniqueur : 7/10
Lecteurs :   -
Webzines :   -

plus d'infos sur
Resent
Resent
Sludge - Canada
  

vidéos
Victimized
Victimized
Resent

Extrait de "Crosshairs"
  

tracklist
01.   Miserable  (06:21)
02.   Degenerate  (07:20)
03.   Wallowing In Filth  (08:56)
04.   Crosshairs  (08:24)
05.   Victimized  (05:11)
06.   Miscarriage  (06:50)

Durée : 43 minutes 5 secondes

parution
1 Mai 2020

Essayez aussi
Bädr Vogu
Bädr Vogu
Exitium

2012 - Memento Mori
  
Wort
Wort
Not Your Cup of Tea (EP)

2014 - When Planets Collide
  
Acid Bath
Acid Bath
When The Kite String Pops

1994 - Rotten Records
  
Radien
Radien
Maa (EP)

2016 - Indépendant
  
Iron Monkey
Iron Monkey
Iron Monkey

1996 - Union Mill
  

Reek
Death Is Something There Be...
Lire la chronique
Engrossed
Initial Decay (Compil.)
Lire la chronique
Pilori
À Nos Morts
Lire la chronique
French Black Metal : Les plus gros conn*rds
Lire le dossier
Misanthrope
Bâtisseur de Cathédrales : ...
Lire la chronique
Spell
Opulent Decay
Lire la chronique
Cemetarian
Tomb Of Morbid Stench (Démo)
Lire la chronique
16
Dream Squasher
Lire la chronique
Wayward Dawn
Haven Of Lies
Lire la chronique
October Falls
A Fall of an Epoch
Lire la chronique
Pearl Jam
Yield
Lire la chronique
Gris
Il était une forêt...
Lire la chronique
Odraza
Rzeczom
Lire la chronique
Ectoplasma
White-Eyed Trance
Lire la chronique
Violence Gratuite
EPonyme (EP)
Lire la chronique
Laetitia in Holocaust
Fauci Tra Fauci
Lire la chronique
Winter Deluge
Degradation Renewal (EP)
Lire la chronique
Nekrovault
Totenzug : Festering Peregr...
Lire la chronique
Infestment
Human Altar (Démo)
Lire la chronique
Naglfar
Cerecloth
Lire la chronique
Asofy
Amusia
Lire la chronique
Helfró
Helfró
Lire la chronique
Infestment
Maggots In Your Brain (Démo)
Lire la chronique
Serment
Chante, O Flamme de la Libe...
Lire la chronique
Unearthly Trance
V
Lire la chronique
Kurnugia
Forlorn And Forsaken
Lire la chronique
Misanthrope
Lire l'interview
Iku-Turso
Pakana
Lire la chronique
Massacre
From Beyond
Lire la chronique
Bâ'a
Deus Qui Non Mentitur
Lire la chronique