chargement...

haut de page
Remontez pour accéder au menu
200 visiteurs :: Invité  » se connecter  » s'enregistrer

Kurnugia - Forlorn And Forsaken

Chronique

Kurnugia Forlorn And Forsaken
Parmi les récentes sorties du label espagnol Memento Mori on trouve le premier album d’un groupe américain encore largement méconnu aujourd’hui et qui pourtant compte dans ses rangs tout un tas de vieux briscards expérimentés mais vraisemblablement voués à errer dans les méandres de l’underground à tout jamais.
Formé à Cleveland en 2012, Kurnugia est un groupe de Death Metal autour duquel on va en effet retrouver des membres ou ex-membres de groupes comme Embalmer, Decrepit, Nunslaughter, Terror (le groupe de Thrash, pas celui de Hardcore), Limbsplitter et même Integrity et Ringworm. Après deux EPs parus respectivement en 2013 (Tribulations Of The Abyss) et 2016 (Condemned To Obscurity), les Américains ont sorti le mois dernier un split en compagnie de Surgikill ainsi qu’un premier album intitulé Forlorn And Forsaken dont l’artwork pas forcément très folichon a été confié à Mark Cooper (Funeralopolis, Hemotoxin, Konkeror, Orphalis, Omnihility, Slaughterday...).

Au programme de ce premier album, un Death Metal à l’ancienne puisant sans trop de surprise l’essentielle de son inspiration du côté de la scène américaine du début des années 90. Vous pouvez donc d’ores et déjà passer votre chemin si la notion d’originalité est pour vous un sujet rédhibitoire. En effet, on ne peut pas dire que la musique de Kurnugia fasse preuve de beaucoup de personnalité tant celle-ci renvoie de part ses riffs, ses constructions ou ses atmosphères à des groupes considérés aujourd’hui comme de véritables pionniers dans le genre et dont les sorties récentes restent suffisamment solides pour continuer de faire pâlir la concurrence (Incantation et Immolation en tête de lice). Doit-on pour autant bouder son plaisir et passer à côté de ce genre d’albums particulièrement bien ficelés ? En ce qui me concerne, la réponse est non, évidemment.

Servi par une production musclée qui ne manquera pas de vous coller au fond de votre canapé tout en offrant ce qu’il faut d’aspérités pour y trouver cette authenticité et ce cachet doucement suranné qui font bien souvent défaut aux productions dites "modernes", Forlorn And Forsaken est un album aussi peu original qu’efficace. Moins porté sur le mid-tempo qu’un Incantation (même si on trouve tout de même quelques passages pesants tout au long de ces trente-huit minutes) et également moins technique qu’un Immolation au riffing si particulier, Kurnugia va tout miser sur la qualité de ses riffs particulièrement incisifs et immédiats ainsi que sur sa section rythmique des plus volontaires. Car derrière ses fûts, monsieur Chris Dora fort d’une expérience pour le moins significative (ex-Decrepit, ex-Integrity, ex-Ringworm et même ex-Incantation (live)) est loin de faire semblant, enchainant avec panache les tapis de double, les (hammer) blasts punitifs et bien entendu ces fameuses séquences de tchouka-tchouka toutes plus entrainantes les unes que les autres. Certes, il y a encore pas mal de marge avant de qualifier cet album de brutal mais en attendant les Américains sont loin de se traîner la bite. Et lorsque le tempo ralenti au profit de moments plus insidieux, monsieur Dora nous sert un jeu naturellement plus en retenu mais cependant toujours aussi écrasant. Bref, Kurnugia n’est clairement pas du genre à traîner la patte, préférant imposer à ses auditeurs une cadence relativement soutenue qu’il va intelligemment nuancer grâce à quelques ralentissements pesants toujours très bien sentis.

Si Chris Dora tient la mesure à bon rythme, la paire de guitaristes Dylan Gordon (Limbsplitter, ex-Embalmer) et Larry Kozumplik (ex-Decrepit) n’a certainement pas à rougir de quoi que ce soit. Ces derniers vont ainsi nous dispenser leurs riffs sombres et autres trémolos en provenance des Enfers qui, à défaut de posséder une personnalité particulièrement bien trempée (et oui, toujours le spectre d’Incantation qui plane au-dessus de chaque composition), ne se laisseront clairement pas marcher sur les pieds. Passé ainsi cette chouette introduction bien sombre probablement tirée d’un film que je n’arrive pas à trouver (j’ai bien envie de dire Batman de Tim Burton mais sans aucune certitude), Dylan et Larry vont enchaîner les riffs sombres plus ou moins rapides, les leads infernaux ainsi que les solos inquiétants au feeling délicieusement 90’s. On sent parfois pointer quelques notes plus mélodiques que les autres comme par exemple sur "When The Moment Of Death Arrives" et son côté late-Dismember mais d’une manière générale le Death Metal de Kurnugia est tout de même beaucoup plus porté sur l’attaque que sur la recherche de mélodies, aussi convaincantes soient-elles.

La plus grande faiblesse de ce premier album ? Son manque évident de personnalité. Sa plus grande force ? Être capable de dispenser la bonne parole avec autant d’efficacité. Si par chance c’est bien c’est bien ce dernier point qui prime chez vous pour l’appréciation d’un album ou d’un groupe alors Forlorn And Forsaken ne devrait certainement pas manquer de vous séduire tant chaque titre se concentre sur l’essentiel tout en étant capable d’apporter un soupçon non négligeable de nuance. Amateurs de Death Metal virile et dynamique (sans être trop brutal ni technique), voilà donc de quoi attiser votre curiosité.

DONNEZ VOTRE AVIS

Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.

2 COMMENTAIRE(S)

Jean-Clint citer
Jean-Clint
21/05/2020 13:23
note: 8/10
Excellent album en effet, pas original mais ça le fait le métier comme il faut avec des compositions rugueuses et efficaces. Un groupe qui mérite véritablement d'être mis en avant !
Keyser citer
Keyser
21/05/2020 07:16
note: 8/10
Très bon album de death US classique et terriblement efficace. Me fait pas mal penser aux morceaux récents bourrins sur les derniers Incantation (ça plus la voix de Paul proche de celle de John).

AJOUTER UN COMMENTAIRE

 
Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.
Kurnugia
Death Metal
2020 - Memento Mori
notes
Chroniqueur : 8/10
Lecteurs : (2)  8/10
Webzines : (2)  7.5/10

plus d'infos sur
Kurnugia
Kurnugia
Death Metal - 2012 - Etats-Unis
  

tracklist
01.   Intro  (00:46)
02.   To The Cursed Depths  (02:44)
03.   Crown Of Suffer  (03:19)
04.   Shroud Of Damnation  (04:06)
05.   Pervert The Pious  (04:21)
06.   Eroded Faith  (03:35)
07.   Thy Sanguine Altar  (03:42)
08.   All Consuming Grief  (03:59)
09.   Decaying Serenades  (05:22)
10.   When The Moment Of Death Arrives  (05:24)

Durée : 37:18

line up
parution
27 Avril 2020

Essayez aussi
Morbific
Morbific
Pestilent Hordes (Démo)

2020 - Autoproduction
  
Experiment Fear
Experiment Fear
Assuming The Godform

1995 - Massacre Records
  
Disma
Disma
The Vault Of Membros (Démo)

2009 - Autoproduction
  
Lantern
Lantern
II: Morphosis

2017 - Dark Descent Records
  
Aeon
Aeon
Rise To Dominate

2007 - Metal Blade Records
  

Torture Throne
Stench Of Innocence (EP)
Lire la chronique
Riverside
Wasteland
Lire la chronique
Hyperdontia
Abhorrence Veil / Excreted ...
Lire la chronique
Tempestarii
Chaos at Feast
Lire la chronique
Hulder
Godslastering: Hymns Of A F...
Lire la chronique
Bleedskin
Blood Reign
Lire la chronique
Candiria
300 Percent Density
Lire la chronique
Vulgarite
Fear Not the Dark nor the S...
Lire la chronique
Touché Amoré
Lament
Lire la chronique
Dream Theater
Metropolis, Pt. 2 – Scenes ...
Lire la chronique
White Magician
Dealers of Divinity
Lire la chronique
5ème cérémonie des BM Awards
Lire le podcast
The Bishop of Hexen
The Death Masquerade
Lire la chronique
Koffin
Nailed Into The Coffin (Démo)
Lire la chronique
Kataklysm
Unconquered
Lire la chronique
Power Trip
Hornet's Nest (Single)
Lire la chronique
Warside
The Enemy Inside (EP)
Lire la chronique
Phthisis
Embodiment Of Decay (Démo)
Lire la chronique
Pain of Salvation
In The Passing Light of Day
Lire la chronique
Selbst
Relatos de angustia
Lire la chronique
Vacuous
Katabasis (EP)
Lire la chronique
Wayward Dawn
House Of Mirrors (EP)
Lire la chronique
Echoes Of Death Fanzine
Lire l'interview
Vile Creature
Glory, Glory! Apathy Took H...
Lire la chronique
The Body
Christs, Redeemers
Lire la chronique
Dream Theater
Falling into Infinity
Lire la chronique
Un suppôt et au lit : MARDUK
Lire le podcast
Godflesh
Streetcleaner
Lire la chronique
Wombbath
Tales Of Madness
Lire la chronique
Biohazard
Urban Discipline
Lire la chronique