chargement...

haut de page
Remontez pour accéder au menu
137 visiteurs :: Invité  » se connecter  » s'enregistrer

Old Corpse Road - On Ghastly Shores Lays the Wreckage of Our Lore

Chronique

Old Corpse Road On Ghastly Shores Lays the Wreckage of Our Lore
Quatre années après un album qui m’avait enthousiasmé, OLD CORPSE ROAD est enfin de retour avec son troisième méfait. Et comme c’était prévisible, il a changé de label. Souvenons-nous que c’était chez Cacophonous Records, écurie mythique revenue des profondeurs des abysses, qu’il était sorti. Un retour qui n’aura pas été très long puisqu’après quelques albums il a à nouveau disparu des radars. Il nous aura donc fait découvrir quelques formations prometteuses, parmi lesquelles je retiens surtout NECRONAUTICAL et OLD CORPSE ROAD. Et si c’est désormais Candlelight Records qui s’occupe des premiers, c’est chez le un peu moins flamboyant mais tout de même bien connu Trollzorn Records que l’on retrouve les deuxièmes. Une collaboration qui me surprend un peu parce que le label allemand est spécialisé dans le Viking, dans le Folk, dans le pagan et que cette formation anglaise n e se range pas vraiment sous l’une de ces étiquettes...

Mais finalement, quelle étiquette conviendrait à OLD CORPSE ROAD ? Difficile à dire parce qu’il aime faire des grands écarts. Celui qui l’écoutera pour la première fois retiendra surtout une chose, c’est le côt black metal sympho ultra inspiré par CRADLE OF FILTH. Mais à un point tel qu’on ne peut pas penser à autre chose ! La façon de crier, ou plutôt LES façons de crier, sont identiques. La voix grave qui joue avec une plus nasillarde... « C’est Dani Filth ? » se demandera légitimement l’auditeur perdu. Non, non, ce n’est pas Dani, c’est son sosie vocal ! Et la musique s’inspire aussi par moment très amplement de celle de son illustre grand frère. Mais si c’est ce qui saute aux oreilles de celui qui découvre, ce n’est absolument pas la seule facette de ces compositions. Si lorsque l’imitation de CRADLE OF FILTH est enclenchée elle est totale, les 8 pistes de cet album de 65 minutes proposent aussi beaucoup de passages qui sont complètement inimaginables chez l’autre Anglais ! On va trouver par exemple des ambiances médiévales qui n’ont jamais été explorées chez CRADLE. On va également avoir de longs passages instrumentaux aux ambiances « naturelles » qui n’ont pas leur place chez CRADLE : des cris de mouettes, de l’acoustique, des vagues...

Et ainsi, lorsque OLD CORPSE ROAD s’éloigne de son premier modèle, c’est pour se raprocher un peu de A FOREST OF STARS. C’est mélangé très naturellement et finalement avec une belle efficacité. On se laisse bien transporter par le résultat mais c’est sûr que c’est à condition d’avoir un petit intérêt pour le black metal « classe », le black metal anglais de gentlemen. C’est vraiment bien organisé, bien mis en place, bien agencé... Ensuite, on ne peut pas nier qu’il manque une étincelle. Il y a quelque chose qui empêche de monter un échelon supérieur. Difficile de mettre le doigt sur ce que c’est, et il se peut que cela soit tout simplement une aura, un charme, un petit plus qui serait déterminant. Dommage, mais je me satisfais bien de cet album, et surtout je suis à nouveau très enthousiaste du style pratiqué, qui est terriblement dénigré mais qui sait pourtant toucher une autre partie de notre âme.

DONNEZ VOTRE AVIS

Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.

AJOUTER UN COMMENTAIRE

 
Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.
Old Corpse Road
Black Metal Symphonique
2020 - Trollzorn Records
notes
Chroniqueur : 7.5/10
Lecteurs :   -
Webzines : (6)  7.56/10

plus d'infos sur
Old Corpse Road
Old Corpse Road
Black Metal Symphonique - 2007 - Royaume-Uni
  

tracklist
01.   On Ghastly Shores Lays the Wreckage of Our Lore
02.   Harbingers of Death (Voices in the Tempest)
03.   Black Ship
04.   Sea Fire
05.   As Waves Devour Their Carcasses
06.   Demons of the Farne
07.   The Ghosts of the Ruinous Dunstanburgh Castle
08.   WaterLore

Durée : 64:39

parution
15 Mai 2020

voir aussi
Old Corpse Road
Old Corpse Road
Of Campfires and Evening Mists

2016 - Cacophonous Records
  

Essayez aussi
Embryonic Cells
Embryonic Cells
Horizon

2018 - Apathia Records
  
Syn Ze Șase Tri
Syn Ze Șase Tri
Stăpîn peste stăpîni

2015 - Code666
  
Apotheosis
Apotheosis
Farthest From The Sun

2002 - Nocturnal Art Productions
  
Emperor
Emperor
In The Nightside Eclipse

1994 - Candlelight Records
  
Old Man's Child
Old Man's Child
In Defiance Of Existence

2003 - Century Media Records
  

Lure
Morbid Funeral (Démo)
Lire la chronique
Sodom
Genesis XIX
Lire la chronique
Sainte Marie des Loups
Funérailles de Feu
Lire la chronique
Pearl Jam
MTV Unplugged (Live)
Lire la chronique
Old Man Gloom
Seminar VIII: Light Of Meaning
Lire la chronique
Hallowed Butchery
Deathsongs From the Hymnal ...
Lire la chronique
The Kryptik
Behold Fortress Inferno (EP)
Lire la chronique
Moldé Volhal
Into The Cave Of Ordeals......
Lire la chronique
Inquisition
Black Mass For A Mass Grave
Lire la chronique
Havukruunu
Uinuos syömein sota
Lire la chronique
Lie In Ruins
Floating In Timeless Streams
Lire la chronique
Sarcator
Sarcator
Lire la chronique
Biesy
Transsatanizm
Lire la chronique
Unurnment
Self-Immolation Suite (EP)
Lire la chronique
Cimetière
Extinction
Lire la chronique
Dayal Patterson
Black Metal : l'évolution d...
Lire la chronique
Skelethal
Unveiling The Threshold
Lire la chronique
Bliss Of Flesh
Tyrant
Lire la chronique
Sinister
Deformation of the Holy Realm
Lire la chronique
Finntroll
Vredesvävd
Lire la chronique
Darkenhöld
Arcanes & Sortilèges
Lire la chronique
Paysage D'Hiver
Im Wald
Lire la chronique
SpellBook
Magick & Mischief
Lire la chronique
Golden Ashes
In the Lugubrious Silence o...
Lire la chronique
Owls Woods Graves
Citizenship of the Abyss
Lire la chronique
Puteraeon
The Cthulhian Pulse: Call F...
Lire la chronique
Omegavortex
Spectral Blackness (Compil.)
Lire la chronique
Carnal Ruin
The Damned Lie Rotting (EP)
Lire la chronique
BLACK METAL : La collection DIGI internationaux de SAKRIFISS
Lire le podcast
Henrik Palm
Poverty Metal
Lire la chronique