chargement...

haut de page
Remontez pour accéder au menu
105 visiteurs :: Invité  » se connecter  » s'enregistrer

Hyems - Anatomie des Scheiterns

Chronique

Hyems Anatomie des Scheiterns
Vous savez pourquoi je suis chroniqueur sur Thrashocore ? Parce que j’ai réussi le test d’entrée ! Parce que j’ai été jugé apte à m’exprimer sur le black metal. Et ça, c’est parce que je suis une mine d’informations. Je suis l’encyclopédie avec bite intégrée du style musical. Si je ne suis pas sur VS Webzine, c’est parce que le webzine a fermé ! Si je ne suis pas sur Horns Up, c’est parce que j’ai la véritable âme du black metal qui se veut underground mais pas trop non plus. Et puis, je sais que je suis à ma place ici puisque tu es toi-même en train de me lire maintenant ! Rahahahaha ! Bon… tu as peut-être cliqué sur la chronique sans savoir à l’avance qui l’avait rédigée… MAIS, tu es content que ce soit moi, parce que c’est un gage de qualité. Si ! Bien sûr que si ! Et si aujourd’hui je suis aussi confiant en ma splendeur, c’est parce qu’en écoutant HYEMS, j’ai deviné… sa nationalité ! Tu vois, j’étais là, avec le troisième – et nouvel – album trois ans après Devianz - Dem Menschen ein Wolf, et rien qu’avec les mélodies, j’ai eu un flash !!! Je me suis dit : « Oh, ça doit être allemand ! ». Et devine quoi, le groupe à l’origine de ce Anatomie des Scheiternes est… allemand ! Ça t’en bouche un trou, hein ! OK, OK, je vois le sceptique caché en toi en train de protester que les titres d’albums étaient quand même de sacrés indices… Tu n’as pas tort ! Mais vois-tu, quand j’ai pensé « Oh, ça doit être allemand ! », bah j’avais plus le titre de l’album et le nom des compositions en tête !!! Ah ah !!! Et pourtant j’ai trouvé ! Et j’ai trouvé sans même me laisser influencer par les paroles ! Parce que c’est vrai que le chanteur hurle dans sa langue natale, (l’allemand hein, c’est bon tu suis bien l’histoire hein !?), mais que ce n’est pas en m’en rendant compte que j’ai eu à l’esprit « Oh, ça doit être allemand ! ». Pas du tout ! Là, normalement, ton cœur commence à palpiter, et tu te dis « Merde, mais alors comment il a fait ? ». Bah voilà, c’est ça, c’est mon talent ! Rahahahahaah. Allez, j’arrête, je vais te donner l’explication. En fait, la musique de HYEMS, ces 7 compositions, ces 48 minutes de jeu, tout cela m’a fait penser à ENDSTILLE ! Voilààààààà ! Bah si ! ENDSTILLE, le groupe qui tabasse bien, mais en incluant des mélodies. Celui dont on attend un nouvel album depuis 2013. Eh bah il est… allemand. Et quand j’ai écouté HYEMS, j’au trouvé que ça y ressemblait ! Et HYEMS est… allemand !!! Et ça tabasse pareil, avec aussi l’inclusion de mélodies qui font taper du pied ! Voilà ! Donc du coup, j’aime bien écouter cet album parce qu’il me rassure et me redonne confiance en moi. J’ai ma place sur Thrashocore. Toi aussi, tu devrais écouter cet album, parce que même si tu n’as pas mon niveau de connaissances et que tu ne devines pas qu’il est allemand en l’écoutant, tu devrais apprécier son agressivité et ses rondeurs bien mêlées. Et si tu l’aimes pas, tu pourras regarder la pochette, elle est bien aussi !

DONNEZ VOTRE AVIS

Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.

AJOUTER UN COMMENTAIRE

 
Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.
Hyems
Black Metal destructeur
2020 - Black Sunset
notes
Chroniqueur : 7/10
Lecteurs :   -
Webzines :   -

plus d'infos sur
Hyems
Hyems
Black Metal destructeur - 2000 - Allemagne
  

écoutez
tracklist
01.   Triumph des Scheiterns
02.   Vom Bankrott einer Seele
03.   Siechtum – Briefe vom Ende
04.   In diesem Graben
05.   Zerwürfnis im Tal Josaphat
06.   Morgendämmerung
07.   In Ketten

Durée : 48:00

parution
1 Mai 2020

voir aussi
Hyems
Hyems
Antinomie

2007 - Restrain Records
  

Essayez aussi
Cirith Gorgor
Cirith Gorgor
Sovereign

2019 - Hammerheart Records
  
Nocturnal Amentia
Nocturnal Amentia
Necromentia

2012 - Zyklon-B Productions
  
Arkona
Arkona
Lunaris

2016 - Debemur Morti Productions
  
1349
1349
Massive Cauldron of Chaos

2014 - Indie Recordings
  
Blue Hummingbird on the Left
Blue Hummingbird on the Left
Atl Tlachinolli

2019 - Iron Bonehead Productions
  

Reek
Death Is Something There Be...
Lire la chronique
Engrossed
Initial Decay (Compil.)
Lire la chronique
Pilori
À Nos Morts
Lire la chronique
French Black Metal : Les plus gros conn*rds
Lire le dossier
Misanthrope
Bâtisseur de Cathédrales : ...
Lire la chronique
Spell
Opulent Decay
Lire la chronique
Cemetarian
Tomb Of Morbid Stench (Démo)
Lire la chronique
16
Dream Squasher
Lire la chronique
Wayward Dawn
Haven Of Lies
Lire la chronique
October Falls
A Fall of an Epoch
Lire la chronique
Pearl Jam
Yield
Lire la chronique
Gris
Il était une forêt...
Lire la chronique
Odraza
Rzeczom
Lire la chronique
Ectoplasma
White-Eyed Trance
Lire la chronique
Violence Gratuite
EPonyme (EP)
Lire la chronique
Laetitia in Holocaust
Fauci Tra Fauci
Lire la chronique
Winter Deluge
Degradation Renewal (EP)
Lire la chronique
Nekrovault
Totenzug : Festering Peregr...
Lire la chronique
Infestment
Human Altar (Démo)
Lire la chronique
Naglfar
Cerecloth
Lire la chronique
Asofy
Amusia
Lire la chronique
Helfró
Helfró
Lire la chronique
Infestment
Maggots In Your Brain (Démo)
Lire la chronique
Serment
Chante, O Flamme de la Libe...
Lire la chronique
Unearthly Trance
V
Lire la chronique
Kurnugia
Forlorn And Forsaken
Lire la chronique
Misanthrope
Lire l'interview
Iku-Turso
Pakana
Lire la chronique
Massacre
From Beyond
Lire la chronique
Bâ'a
Deus Qui Non Mentitur
Lire la chronique