chargement...

haut de page
Remontez pour accéder au menu
200 visiteurs :: Invité  » se connecter  » s'enregistrer

Sodomisery - The Great Demise

Chronique

Sodomisery The Great Demise
« Nicolas aime la page Sodomisery », oui sur le fil Facebook de ses grands-parents ça peut faire bizarre… Mais pousse levé pour avoir trouvé un tel nom de groupe ! Par contre autant avertir de suite nos lecteurs « brutasses » (généralement adeptes du conduit anal) car malgré une appellation et un logo/artwork (classieux je dois avouer) pareils le style pratiqué pourrait paraître légèrement hors sujet. Formé en 2015 à Stockholm par Harris Sopovic, Sodomisery pratique un black/death typiquement suédois à la fibre anticosmique (mélodies glaciales par paquet incluses). Les noms du line-up ne parleront pas à grand monde si ce n’est ceux des ex-membres (LIK, Diabolical ou Netherbird) ou du frappeur (ex-Smothered). Après un EP à la pochette signée du grand Anders Nyström (Katatonia, Bloodbath), le groupe signe chez le découvreur de talents Testimony Records pour son premier album The Great Demise toujours sous la production du Wing Studios (Demonical, Centinex, Diabolical).

Death/black ? Black/death ? Blackened death ? Difficile de faire un choix mais la première étiquette de Metal-Archives semble la plus appropriée. Une musique à la base reposant indéniablement sur les références black/death de No Fashion Records mais dont la majorité des riffs sonneront typiquement death metal. Quitte même à titiller le death technique éloquent dans ses riffs alambiqués (soli en sus) ou le death/thrash sous acides. De facto les compositions paraîtront plutôt bigarrées et gourmandes, aux structures variées et aux passages taillés pour capter la nuque (frontaux et accrocheurs). Rayon « extrême mélodique suédois », vous devriez pouvoir trouver votre bonheur à de nombreux moments, particulièrement sur l’épique « Into The Cold », « Sacrifice » (comme un air de Mörk Gryning), le At The Gates nerveux « The Messenger » ou les tremoli blast écrasant de « Arise » façon The Forsaken (2:15).

Puissant le son est clairement, mais à l’instar du nom du groupe, qui ne sied pas forcément. Une production un peu trop compressée (batterie de surcroît) pour le genre donnant comme un arrière-goût de plastique lors des passages plus subtils ou ambiancés. Point qui fait malheureusement défaut à la galette, un socle « nineties » mais sans la saveur intrinsèque. Rageant car on sent que Sodomisery (oui on peut lancer les jeux de mots) est tout prêt de donner ce petit frisson qui ferait toute la différence, encore trop dans la retenue et la maîtrise (la production chirurgicale en atteste). Typiquement le break du morceau « Arise » (3 :51) placé en fin d’album qui vous frustre littéralement. Après The Great Demise aurait clairement gagné à être rogné de ses passages à rallonge relativement lambda qui font retomber abruptement le soufflé (le départ raté de « Reapers Key », « Into The Void » ou le titre éponyme). Dommage que le groupe n’ait d’ailleurs pas inclus les morceaux de son EP (sortie digitale uniquement) plus bas du front certes mais des plus redoutables.

Avec le confinement et mon temps de chroniqueur/auditeur plus que limité, ce premier album The Great Demise aurait dû passer à la trappe après une simple écoute. D’emblée trop classique, aux longueurs disséminées et à la production quelque peu aseptisée… Sauf qu’après de nouvelles tentatives plus assidues, le boulot de composition de Sodomisery demeure plutôt remarquable et certains passages sont justes imparables pour les adorateurs de metal extrême mélodique suédois. Espérons que le groupe affûte ses titres et son atmosphère car la suite pourrait passer dans la section haute du bilan annuel.

DONNEZ VOTRE AVIS

Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.

2 COMMENTAIRE(S)

Chri$ citer
Chri$
15/05/2020 22:38
Sympathique en effet, mais on va attendre le prochain Mörk Gryning dans le genre plutôt... avec le Naglfar (chronique incoming) en amuse gueule..
Jean-Clint citer
Jean-Clint
15/05/2020 08:50
note: 7.5/10
Effectivement les extraits dévoilés sont particulièrement alléchants, et mélangent intelligemment puissance, mélodie et brutalité. Rien d'original sur le fond comme la forme mais ça reste très bon à l'écoute et ça passe tout seul, le genre de disque qu'on apprécie de réécouter de temps en temps.

AJOUTER UN COMMENTAIRE

 
Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.
Sodomisery
Death/Black
2020 - Testimony Records
notes
Chroniqueur : 7.5/10
Lecteurs : (1)  7.5/10
Webzines : (5)  7.69/10

plus d'infos sur
Sodomisery
Sodomisery
Death/Black - 2015 - Suède
  

tracklist
01.   Reapers Key  (05:23)
02.   Into the Cold  (05:17)
03.   Sacrifice  (05:05)
04.   The Messenger  (04:53)
05.   In the Void  (05:41)
06.   The Great Demise  (06:14)
07.   Until They Burn  (05:53)
08.   Arise  (05:40)
09.   The Abyss  (01:13)

Durée : 45:19

line up
parution
22 Mai 2020

Essayez aussi
Abigail Williams
Abigail Williams
In The Shadow Of A Thousand Suns

2008 - Candlelight Records
  
Noctes
Noctes
Pandemonic Requiem

1997 - No Fashion Records
  
Embrace Of Thorns
Embrace Of Thorns
Praying For Absolution

2011 - Nuclear War Now! Productions
  
Blood Of The Wolf
Blood Of The Wolf
II: Campaign Of Extermination

2018 - Autoproduction
  
Destruktor
Destruktor
Nailed

2009 - Hells Headbangers Records
  

Torture Throne
Stench Of Innocence (EP)
Lire la chronique
Riverside
Wasteland
Lire la chronique
Hyperdontia
Abhorrence Veil / Excreted ...
Lire la chronique
Tempestarii
Chaos at Feast
Lire la chronique
Hulder
Godslastering: Hymns Of A F...
Lire la chronique
Bleedskin
Blood Reign
Lire la chronique
Candiria
300 Percent Density
Lire la chronique
Vulgarite
Fear Not the Dark nor the S...
Lire la chronique
Touché Amoré
Lament
Lire la chronique
Dream Theater
Metropolis, Pt. 2 – Scenes ...
Lire la chronique
White Magician
Dealers of Divinity
Lire la chronique
5ème cérémonie des BM Awards
Lire le podcast
The Bishop of Hexen
The Death Masquerade
Lire la chronique
Koffin
Nailed Into The Coffin (Démo)
Lire la chronique
Kataklysm
Unconquered
Lire la chronique
Power Trip
Hornet's Nest (Single)
Lire la chronique
Warside
The Enemy Inside (EP)
Lire la chronique
Phthisis
Embodiment Of Decay (Démo)
Lire la chronique
Pain of Salvation
In The Passing Light of Day
Lire la chronique
Selbst
Relatos de angustia
Lire la chronique
Vacuous
Katabasis (EP)
Lire la chronique
Wayward Dawn
House Of Mirrors (EP)
Lire la chronique
Echoes Of Death Fanzine
Lire l'interview
Vile Creature
Glory, Glory! Apathy Took H...
Lire la chronique
The Body
Christs, Redeemers
Lire la chronique
Dream Theater
Falling into Infinity
Lire la chronique
Un suppôt et au lit : MARDUK
Lire le podcast
Godflesh
Streetcleaner
Lire la chronique
Wombbath
Tales Of Madness
Lire la chronique
Biohazard
Urban Discipline
Lire la chronique