chargement...

haut de page
Remontez pour accéder au menu
200 visiteurs :: Invité  » se connecter  » s'enregistrer

Naglfar - Cerecloth

Chronique

Naglfar Cerecloth
Les fans de Naglfar sont des gens patients. 8 ans entre deux albums, ça laisse le temps de faire quelques nombreuses infidélités aux Suédois, mais les retrouvailles n’en seront que plus fortes ? En tout cas, à l’échelle de nombreuses écoutes assidues, il m’est devenu clair que le trio infernal (complété d’un bassiste & batteur de session pas mauvais au demeurant) était revenu en pleine forme.

« Cerecloth » reprend sans surprises là où « Teras » s’était achevé : du black/death Suédois comme on en fait peu voire plus, excepté les quelques pépites que notre Mitch national arrive à dégotter au fil des promos qui dégoulinent dans nos boites mails. Ce qui démarque d’emblée ce nouvel album de son prédécesseur, voire de tout ce qu’à fait Naglfar depuis..disons « Sheol », c’est une tendance à à mettre en avant une vigueur renouvelée : rarement Naglfar n’a joué aussi rapidement, sans discontinuer s’entend. Les titres « calmes » (tout est relatif) sont peu nombreux, que ce soit l’appel au headbang « Like Poison for the Soul » (dont les paroles, particulièrement nihilistes, résonnaient fort en cette période inédite de confinement mondial..), ou le quasi instrumental « Necronaut » aux mélodies aériennes, non éloigné d’un Septic Flesh ancienne époque (le nom du groupe en deux mots est volontaire, clin d’œil aux fans de « Ophidian Wheel » et consorts..). « Last Breath of Yggradsil » finira cette énumération en sa position de titre de clôture, plus massif et atmosphérique que ses petits copains.

Sorti de ces 3 titres, la tendance au blast malfaisant, appuyé par les hurlements criardivement jouissifs de Kristofer Olivius hantent le reste de la tracklist : « Cerecloth », en guise de titre éponyme/d’ouverture, a la lourde tâche de retisser le lien entre le groupe et ses auditeurs, et le réussit sans trop d’emphase (le titre est aussi simple dans sa structure que ridiculeusement efficace) ; « Vortex of Negativity » est mis en avant au travers du premier clip pour cet album, et possède quelques unes des plus belles mélodies de l’album ; « Cry of the Serafim » est un faux ami mid tempo qui dégénère en furie sur sa seconde moitié, accompagné d’un riff épique à souhait à partir de 3mn10 (Eucharist & Dawn, votre esprit hante ces quelques notes..). « The Dagger in Creation » (élu plus solo de l’album..) & « A Sanguine Tide Unleashed » ne sont que brutalité & mélodies entremêlées. Plus important encore que nos BPMs, l’inspiration n’aura pas défaut au duo de guitaristes Nilsson/Norman au bout de 8 années, et l’album se vit encore plus intensément au fil d’écoutes attentives au casque/écouteurs sur son aspect mélodique, pour laquelle on remerciera une production & un mixage « naturel », mettant de côté le son parfois plastique/moderne de leurs autres récentes productions.

Il n’est point nécessaire d’écrire des paragraphes entiers pour vous aider à vous faire votre opinion : ce break de 8 ans, bien qu’excessivement long pour des assoiffées d’un genre dont l’âge d’or est probablement derrière lui, nous permet de bénéficier d’un groupe revigoré et en plein forme pour célébrer sa 15e année d’existence. Ayant débuté à la même époque que Dissection, Dawn & consorts, dont l’on sait les destins respectifs (mais l’espoir fait vivre, pour certains), Naglfar reste l’un des derniers membres actifs de cette époque, et avec des livraisons de la qualité de « Cerecloth », les Suédois nous permettent de renouer avec les émotions que suscitait cette scène à sa création. Si vous êtes client des mélodies glaciales mais délicates du genre, n’hésitez plus, c’est un très bon cru..

DONNEZ VOTRE AVIS

Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.

4 COMMENTAIRE(S)

Mitch citer
Mitch
25/05/2020 09:42
note: 7.5/10
Chris connait mon avis sur le groupe, même les débuts de Naglfar ("Sheol" compris) m'ont toujours paru surestimés par rapport à la concurrence No Fashion Records. "Harvest" est très bon je trouve et "Pariah" possède quelques passages assez redoutables.

Du même avis que J-C. Je retrouve des mélodies et une intensité (restes de Setherial par moment ?) à l'aura "nineties" qui titillent mes esgourdes même si ça globalement cela reste effectivement trop classique et cela manque parfois un peu de saveur. Dommage pour le chant sous mixé d'ailleurs. On pourrait faire le parallèle avec le dernier Necrophobic (sortie CM, Necrolord, retour au black/death à l'ancienne).

Merci Century Media pour ces rééditions et nouvelles sorties de ce genre oublié. Unanimated pour la prochaine livraison (dont l'EP était malheureusement pas si folichon) ?
Solarian citer
Solarian
24/05/2020 18:24
note: 5/10
8 piges pour ça... et ben... Mais au fond ça ne me surprend pas vraiment.
L'artwork pas très engageant ne me disait déjà rien qui vaille (Necrolord faisant ici dans le minimum syndical mais finalement ça colle bien avec la musique), et encore une fois, Naglfar passe selon moi complètement à côté. De toute façon ce groupe enchaîne les ratages depuis le départ de Rydén et j'en démordrai pas.
Où est passée la majesté mélodique de Vittra ? Où sont passés la noirceur, l'impulsivité, la violence et surtout le talent d'écriture du grand Diabolical ? Où sont passés les riffs géniaux et les mélodies carnassières de Sheol ?

Triste à dire, mais ces nouvelles ritournelles, pourtant bien calibrées et bien emballées, n'arrivent même pas à la cheville du titre le plus faible des disques susmentionnés.
Quant à espérer retrouver un jour le feeling ou les sensations dégagées par des tueries comme Horncrowned Majesty, I Am Vengeance et Black God Aftermath, je crois que ça relève désormais de l'utopie. C'est quand même con de vieillir...
NightSoul citer
NightSoul
23/05/2020 20:13
note: 8/10
Très bon album qui nécessitera pas mal d'écoutes tout de même. Reste à voir si celui-ci passera l'épreuve du temps !
Jean-Clint citer
Jean-Clint
23/05/2020 19:11
note: 7.5/10
Sans être aussi enthousiaste que toi j'ai quand même été surpris d'un certain retour aux sources du groupe (notamment dans la production) après un "Téras" que j'avais trouvé assez inspide. Le trio retrouve une certaine inspiration et quelques titres font mouche. Un bon retour bien agréable !

AJOUTER UN COMMENTAIRE

 
Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.
Naglfar
Black/Death Mélodique
2020 - Century Media Records
notes
Chroniqueur : 8/10
Lecteurs : (4)  7/10
Webzines : (8)  6.66/10

plus d'infos sur
Naglfar
Naglfar
Black/Death Mélodique - 1992 - Suède
  

vidéos
Cerecloth
Cerecloth
Naglfar

Extrait de "Cerecloth"
  
Vortex of Negativity
Vortex of Negativity
Naglfar

Extrait de "Cerecloth"
  
Cry of the Serafim
Cry of the Serafim
Naglfar

Extrait de "Cerecloth"
  
Last Breath of Yggdrasil
Last Breath of Yggdrasil
Naglfar

Extrait de "Cerecloth"
  

tracklist
01.   Cerecloth  (04:05)
02.   Horns  (04:38)
03.   Like Poison for the Soul  (06:31)
04.   Vortex of Negativity  (05:02)
05.   Cry of the Serafim  (04:25)
06.   The Dagger in Creation  (05:07)
07.   A Sanguine Tide Unleashed  (03:54)
08.   Necronaut  (03:29)
09.   Last Breath of Yggdrasil  (06:30)

Durée : 43:41

line up
voir aussi
Naglfar
Naglfar
Vittra

1995 - Regain Records
  
Naglfar
Naglfar
Sheol

2003 - New Haven Records
  
Naglfar
Naglfar
Diabolical

1999 - Regain Records
  
Naglfar
Naglfar
Pariah

2005 - Century Media Records
  
Naglfar
Naglfar
Harvest

2007 - Century Media Records
  

Essayez aussi
Martriden
Martriden
The Unsettling Dark

2008 - Candlelight Records
  
Kalmah
Kalmah
They Will Return

2002 - Spikefarm Records
  
Deadlock
Deadlock
Earth.Revolt

2005 - Lifeforce Records
  
Unanimated
Unanimated
In The Light Of Darkness

2009 - Regain Records
  
Night Crowned
Night Crowned
Humanity Will Echo Out (EP)

2018 - Black Lion Records
  

Torture Throne
Stench Of Innocence (EP)
Lire la chronique
Riverside
Wasteland
Lire la chronique
Hyperdontia
Abhorrence Veil / Excreted ...
Lire la chronique
Tempestarii
Chaos at Feast
Lire la chronique
Hulder
Godslastering: Hymns Of A F...
Lire la chronique
Bleedskin
Blood Reign
Lire la chronique
Candiria
300 Percent Density
Lire la chronique
Vulgarite
Fear Not the Dark nor the S...
Lire la chronique
Touché Amoré
Lament
Lire la chronique
Dream Theater
Metropolis, Pt. 2 – Scenes ...
Lire la chronique
White Magician
Dealers of Divinity
Lire la chronique
5ème cérémonie des BM Awards
Lire le podcast
The Bishop of Hexen
The Death Masquerade
Lire la chronique
Koffin
Nailed Into The Coffin (Démo)
Lire la chronique
Kataklysm
Unconquered
Lire la chronique
Power Trip
Hornet's Nest (Single)
Lire la chronique
Warside
The Enemy Inside (EP)
Lire la chronique
Phthisis
Embodiment Of Decay (Démo)
Lire la chronique
Pain of Salvation
In The Passing Light of Day
Lire la chronique
Selbst
Relatos de angustia
Lire la chronique
Vacuous
Katabasis (EP)
Lire la chronique
Wayward Dawn
House Of Mirrors (EP)
Lire la chronique
Echoes Of Death Fanzine
Lire l'interview
Vile Creature
Glory, Glory! Apathy Took H...
Lire la chronique
The Body
Christs, Redeemers
Lire la chronique
Dream Theater
Falling into Infinity
Lire la chronique
Un suppôt et au lit : MARDUK
Lire le podcast
Godflesh
Streetcleaner
Lire la chronique
Wombbath
Tales Of Madness
Lire la chronique
Biohazard
Urban Discipline
Lire la chronique