chargement...

haut de page
Remontez pour accéder au menu
200 visiteurs :: Invité  » se connecter  » s'enregistrer

Hellsodomy - Morbid Cult

Chronique

Hellsodomy Morbid Cult
Cela fait un moment que l'on n'a pas évoqué la scène metal extrême turque, en particulier celle de Kadıköy à Istanbul. Et encore plus longtemps que je dois chroniquer du Hellsodomy. Depuis la première démo prometteuse Masochistic Molestation (2014), en fait, achetée en tape dans une version limitée spéciale Metal Magic Festival où le groupe donnait son premier concert en Europe grâce à son label danois de l'époque, Deadbangers. Un super souvenir, je passais mon temps à beugler "Hellsodomy" chaque fois que je croisais les musiciens sur le site. Il faut dire que les happy hours "une pinte achetée une pinte offerte" de 11h à 13h n'aidait pas à la sobriété ! Les Turcs avaient ensuite signé chez Barbarian Wrath pour son premier EP Sodomy is Nigh (2015) qui comportait la démo et quatre nouveaux titres, récupéré lui au NRW Deathfest, autre petit festival européen incontournable. Pas non plus de chronique malgré une qualité toujours au rendez-vous. Puis le premier album Chaostorm en 2016 sur un autre label allemand, Go Fuck Yourself Productions. Il m'avait un peu déçu celui-ci, le trouvant moins inspiré malgré la reprise de trois anciennes compos. Du coup, toujours pas de chronique. Trois ans et demi d'attente et quelques modifications de line-up (changement de batteur et d'un guitariste) pour voir arriver fin 2019 le deuxième long-format Morbid Cult, cette fois via les Finlandais de Saturnal Records. Et enfin la voilà cette foutue chronique de Hellsodomy, chez qui on retrouve des membres et ex-membres de Engulfed, Sarinvomit et Persecutory. Miam !

Finalement, le timing pour évoquer le quatuor stambouliote n'est pas si mauvais car celui-ci fait un retour en force sur ce Morbid Cult. On sent un groupe qui a mûri et pris du temps pour composer un album qui s'avère à la fois le plus varié de sa discographie, le plus abouti, le mieux produit, le plus mélodique et aussi le plus brutal. Ce, tout en gardant l'état d'esprit qui anime la formation depuis sa création. Pas de changement de style à l'horizon, plutôt un développement et une meilleure exploitation du potentiel. Hellsodomy, comme son nom l'indique, ne fait pas dans le romantisme, quoiqu'il n'est pas le groupe le plus bruyant de son quartier. Sorte de mélange entre du thrash (surtout), du death (pas mal) et du black (un peu), du blackened thrash/death en gros, la musique des Ottomans se veut simple, directe, efficace et old-school, avec toutefois un peu plus de "subtilités mélodiques" et un caractère un peu moins primitif qu'avant. Le tout, malgré aussi une production plus propre, conserve tout de même un côté bestial et sauvage qui rappelle les groupes sud-américains d'hier et aujourd'hui (Mutilator, Vulcano, Sarcófago, Atomic Aggressor, Anal Vomit, Grave Desecrator, Invincible Force ...), notamment au niveau de la voix râpeuse. On pense aussi à des trucs teutons comme Poison et Nocturnal, des machins australiens à la Hobbs Angel of Death, Nocturnal Graves ou Destruktor, du norvégien à la Aura Noir ainsi que du Ricain genre Gravehill et bien sûr Possessed. Pour un rendu qui sonne deuxième moitié des années 1980 avec une production plus moderne. Niveau rythmique tout est dans l'efficacité par le biais de tchouka-tchouka, de blast-beats et de mid-tempo headbangants et groovy, sur des morceaux courts entre trois et quatre minutes. Le riffing, quoique pas des plus originaux, se montre assez inspiré, entre attaques thrashies et tremolos sombres death ou un peu black aux mélodies plus ou moins accentuées. Quelques solo chaotico-mélodiques et autres leads en tremolo plutôt bien ficelés viennent enrichir la panoplie. Le résultat se veut très efficace, on accroche tout de suite et cela reste suffisamment intéressant pour passer le cap des écoutes sans lassitude. De l'intro instrumentale "Into Perversion" à "Souls Devoured", Hellsodomy arrive en effet à rester à peu près constant dans la qualité avec toutefois une préférence personnelle pour l'excellent "Pestilence of Black Blood", belle démonstration de l'étendue des possibilités des Turcs, ainsi que ce "Furious Chants" jubilatoire avec dans l'ordre du blast, du thrashy groovy, un peu de d-beat punky, du thrash qui bourre, un riff mortuaire à la Grave Miasma et des touches black/thrash à la Nifelheim. À l'inverse, "From the Seed to the Grave", en dépit d'un refrain à beugler sous la douche et d'un bon solo, et "Dazed Victims", un peu trop thrash de base, se placent comme les deux morceaux les moins passionnants.

C'est que la Sodomie de l'Enfer (ça sonne vachement moins bien en français !) n'a pas encore trouvé la recette parfaite. Les riffs sont bons dans l'ensemble mais certains, les plus typiques thrash, tombent dans le générique sans trop d'intérêt, ce qui plombait déjà Chaostorm à plus grande échelle. Les séquences mid-tempos sautillantes, ce n'est pas non plus ce que je préfère même si elles apportent du groove et de la variété à des rythmiques souvent rapides, là où Hellsodomy se montre le plus convaincant. Il faut bien qu'il y ait encore de la marge de progression ! En tout cas progression il y a bien eu depuis le dernier album et pas qu'un peu. Les Stambouliotes ont affiné leur style sans trop faire de compromis, ils sonnent même encore plus violents et sombres qu'avant (plus de blasts !), juste moins primitifs. Morbid Cult s'impose ainsi comme la meilleure sortie des Turcs même si je garde un penchant pervers pour la première démo, valeur sentimentale oblige ("Heeellsodooomyyy" !). Les aficionados de son old-school thrash, death et même black devraient y trouver de quoi se faire plaisir. Alors ne vous fiez pas aux apparences, vous ne l'aurez pas dans le cul !

DONNEZ VOTRE AVIS

Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.

AJOUTER UN COMMENTAIRE

 
Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.
Hellsodomy
Blackened Thrash/Death
2019 - Saturnal Records
notes
Chroniqueur : 7.5/10
Lecteurs :   -
Webzines : (2)  6/10

plus d'infos sur
Hellsodomy
Hellsodomy
Blackened Thrash/Death - 2011 - Turquie
  

tracklist
01.   Into Perversion  (01:26)
02.   Endless Demise  (03:18)
03.   Pestilence of Black Blood  (04:51)
04.   Charged to Kill  (02:58)
05.   From the Seed to the Grave  (03:23)
06.   Hateclan  (03:54)
07.   Divided Souls  (02:57)
08.   Mortem in Comfort  (03:15)
09.   Dazed Victims  (02:49)
10.   Furious Chants  (04:08)
11.   Souls Devoured  (05:41)

Durée : 38:40

line up
parution
6 Décembre 2019

Essayez aussi
Invincible Force
Invincible Force
Satan Rebellion Metal

2015 - Dark Descent Records
  
Infirmity
Infirmity
Descendants of Sodom

2019 - Lost Apparitions Records
  
Charon
Charon
Sulphur Seraph
(The Archon Principle)

2012 - Sepulchral Voice Records
  
Scythian
Scythian
Hubris In Excelsis

2015 - Hells Headbangers Records
  
Shackles
Shackles
Traitor's Gate

2009 - Hells Headbangers Records
  

Torture Throne
Stench Of Innocence (EP)
Lire la chronique
Riverside
Wasteland
Lire la chronique
Hyperdontia
Abhorrence Veil / Excreted ...
Lire la chronique
Tempestarii
Chaos at Feast
Lire la chronique
Hulder
Godslastering: Hymns Of A F...
Lire la chronique
Bleedskin
Blood Reign
Lire la chronique
Candiria
300 Percent Density
Lire la chronique
Vulgarite
Fear Not the Dark nor the S...
Lire la chronique
Touché Amoré
Lament
Lire la chronique
Dream Theater
Metropolis, Pt. 2 – Scenes ...
Lire la chronique
White Magician
Dealers of Divinity
Lire la chronique
5ème cérémonie des BM Awards
Lire le podcast
The Bishop of Hexen
The Death Masquerade
Lire la chronique
Koffin
Nailed Into The Coffin (Démo)
Lire la chronique
Kataklysm
Unconquered
Lire la chronique
Power Trip
Hornet's Nest (Single)
Lire la chronique
Warside
The Enemy Inside (EP)
Lire la chronique
Phthisis
Embodiment Of Decay (Démo)
Lire la chronique
Pain of Salvation
In The Passing Light of Day
Lire la chronique
Selbst
Relatos de angustia
Lire la chronique
Vacuous
Katabasis (EP)
Lire la chronique
Wayward Dawn
House Of Mirrors (EP)
Lire la chronique
Echoes Of Death Fanzine
Lire l'interview
Vile Creature
Glory, Glory! Apathy Took H...
Lire la chronique
The Body
Christs, Redeemers
Lire la chronique
Dream Theater
Falling into Infinity
Lire la chronique
Un suppôt et au lit : MARDUK
Lire le podcast
Godflesh
Streetcleaner
Lire la chronique
Wombbath
Tales Of Madness
Lire la chronique
Biohazard
Urban Discipline
Lire la chronique