chargement...

haut de page
Remontez pour accéder au menu
79 visiteurs :: Invité  » se connecter  » s'enregistrer

Asofy - Amusia

Chronique

Asofy Amusia
Je n’aime pas qu’on me suce les tétons. Je suis même toujours surpris que certains hommes aiment ça tant moi je ne ressens rien. Mes tétons étant ainsi insensibles, je râle toujours intérieurement quand une bouche commence à s’en approcher. Bien entendu, je ne le dis pas. Je ne le dis pas pour la simple raison que si on veut me sucer les tétons, c’est qu’il est censé se passer quelque chose de plus agréable par la suite. C’est bien censé être un préliminaire, et vous pouvez être sûr qu’en vous plaignant de ce suçage, ou même en suggérant qu’il n’est pas nécessaire, la partenaire se retrouvera penaud au point de peut-être bien ne plus vouloir poursuivre l’affaire débutée. Mieux vaut donc se taire et même faire semblant d’aimer en laissant échapper une simulation de gémissement. Répétons-le, c’est un préliminaire, et il ne devrait donc pas s’éterniser. Personne n’a jamais continuer à sucer un téton plus de 2 minutes. Vous imaginez bien la gêne qui s’installerait si c’était le cas ! Là on aurait du mal à retenir des commentaires qui mettrait fin au préliminaire mais aussi à sa suite : « Tu pourras le sucer toute la journée, il ne fondra pas hein ! », « Si tu veux du lait, j’en ai au frigo ! »...

C’est pourtant ce que fait ASOFY. Sa musique est un préliminaire désagréable qui dure, qui dure, et qui dure carrément 56 minutes. Insupportable tant il ne se passe rien. Tu te dis que le préliminaire va finir et que tu vas déchirer du cul comme un dingue, mais non, tu te retrouves à la fin de l’album comme un con, les couilles encore toutes pleines et ton téton en piteux état. Les Italiens ont choisi de faire un black metal très fortement trempé dans le doom, mais un doom qui veut péter assez haut, lent mais presque progressif. Pas du tout malsain à cause d’un côté « post » omniprésent, et donc l’incapacité de maintenir l’attention de l’auditeur. On se réveille par moment en se demandant pourquoi le morceau qui est censé exploser n’explose pas. Les accélérations qu’on prévoit sont trop peu présentes, comme sur « Amusia » où l’on ressent enfin quelque chose au bout de 8 minutes ennuyeuses, dans le passage qui est LE moment réussi de l’album, mais qui n’efface pas la frustration de tout le reste. C’est finalement un petit mordillage qui laisse croire que les choses sérieuses vont commencer, avant que ce soit à nouveau la langue qui revienne, et qui suce, et qui suce, et qui suce...

Je n'avais pas aimé l'album de 2013, il avait eu 3.5/10, c'est encore pire ici. Allez, 3/10. Mais si toi tu as le tété sensible, tu peux très bien aller essayer !!!

DONNEZ VOTRE AVIS

Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.

2 COMMENTAIRE(S)

Solarian citer
Solarian
23/05/2020 11:38
Arf ! C'est clair que là t'as bien vendu le bouzin ^^
Pas mal la métaphore filée avec, heu... disons le libertinage décomplexé haha !
N'empêche qu'effectivement, ce truc est d'une médiocrité suprême. Que c'est chiant et soporifique... Un bon substitut au valium et ses dérivés sans les effets secondaires, c'est déjà pas si mal... 'toute façon j'ai toujours été partisan des médecines naturelles Gros sourire
VBestiole citer
VBestiole
23/05/2020 01:05
Ahahaha ! Vendu par une telle chro, j’achète direct !

AJOUTER UN COMMENTAIRE

 
Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.
Asofy
Post Black Doom
2020 - Avantgarde Music
notes
Chroniqueur : 3/10
Lecteurs :   -
Webzines : (2)  8.25/10

plus d'infos sur
Asofy
Asofy
Post Black Doom - 2000 - Italie
  

nouveaute
A paraître le 15 Mai 2020

tracklist
01.   Agnosia
02.   Palinodia
03.   Amusia
04.   Residuo
05.   Alterazione
06.   Distonia
07.   Allucinazione
08.   Ricordo

Durée : 56:26

voir aussi
Asofy
Asofy
Percezione

2013 - Avantgarde Music
  

Essayez plutôt
Vous Autres
Vous Autres
Champ Du Sang

2019 - Sleeping Church Records / Sludgelord Records
  
Demande à la poussière
Demande à la poussière
Demande à la poussière

2018 - Argonauta Records
  
Atriarch
Atriarch
Dead as Truth

2017 - Relapse Records
  
Mudbath
Mudbath
Corrado Zeller

2015 - Lost Pilgrims
  
Mourning Dawn
Mourning Dawn
Waste (EP)

2017 - Aesthetic Death
  

Downset
downset.
Lire la chronique
Reek
Death Is Something There Be...
Lire la chronique
Engrossed
Initial Decay (Compil.)
Lire la chronique
Pilori
À Nos Morts
Lire la chronique
French Black Metal : Les plus gros conn*rds
Lire le dossier
Misanthrope
Bâtisseur de Cathédrales : ...
Lire la chronique
Spell
Opulent Decay
Lire la chronique
Cemetarian
Tomb Of Morbid Stench (Démo)
Lire la chronique
16
Dream Squasher
Lire la chronique
Wayward Dawn
Haven Of Lies
Lire la chronique
October Falls
A Fall of an Epoch
Lire la chronique
Pearl Jam
Yield
Lire la chronique
Gris
Il était une forêt...
Lire la chronique
Odraza
Rzeczom
Lire la chronique
Ectoplasma
White-Eyed Trance
Lire la chronique
Violence Gratuite
EPonyme (EP)
Lire la chronique
Laetitia in Holocaust
Fauci Tra Fauci
Lire la chronique
Winter Deluge
Degradation Renewal (EP)
Lire la chronique
Nekrovault
Totenzug : Festering Peregr...
Lire la chronique
Infestment
Human Altar (Démo)
Lire la chronique
Naglfar
Cerecloth
Lire la chronique
Asofy
Amusia
Lire la chronique
Helfró
Helfró
Lire la chronique
Infestment
Maggots In Your Brain (Démo)
Lire la chronique
Serment
Chante, O Flamme de la Libe...
Lire la chronique
Unearthly Trance
V
Lire la chronique
Kurnugia
Forlorn And Forsaken
Lire la chronique
Misanthrope
Lire l'interview
Iku-Turso
Pakana
Lire la chronique
Massacre
From Beyond
Lire la chronique