chargement...

haut de page
Remontez pour accéder au menu
200 visiteurs :: Invité  » se connecter  » s'enregistrer

Asofy - Amusia

Chronique

Asofy Amusia
Je n’aime pas qu’on me suce les tétons. Je suis même toujours surpris que certains hommes aiment ça tant moi je ne ressens rien. Mes tétons étant ainsi insensibles, je râle toujours intérieurement quand une bouche commence à s’en approcher. Bien entendu, je ne le dis pas. Je ne le dis pas pour la simple raison que si on veut me sucer les tétons, c’est qu’il est censé se passer quelque chose de plus agréable par la suite. C’est bien censé être un préliminaire, et vous pouvez être sûr qu’en vous plaignant de ce suçage, ou même en suggérant qu’il n’est pas nécessaire, la partenaire se retrouvera penaud au point de peut-être bien ne plus vouloir poursuivre l’affaire débutée. Mieux vaut donc se taire et même faire semblant d’aimer en laissant échapper une simulation de gémissement. Répétons-le, c’est un préliminaire, et il ne devrait donc pas s’éterniser. Personne n’a jamais continuer à sucer un téton plus de 2 minutes. Vous imaginez bien la gêne qui s’installerait si c’était le cas ! Là on aurait du mal à retenir des commentaires qui mettrait fin au préliminaire mais aussi à sa suite : « Tu pourras le sucer toute la journée, il ne fondra pas hein ! », « Si tu veux du lait, j’en ai au frigo ! »...

C’est pourtant ce que fait ASOFY. Sa musique est un préliminaire désagréable qui dure, qui dure, et qui dure carrément 56 minutes. Insupportable tant il ne se passe rien. Tu te dis que le préliminaire va finir et que tu vas déchirer du cul comme un dingue, mais non, tu te retrouves à la fin de l’album comme un con, les couilles encore toutes pleines et ton téton en piteux état. Les Italiens ont choisi de faire un black metal très fortement trempé dans le doom, mais un doom qui veut péter assez haut, lent mais presque progressif. Pas du tout malsain à cause d’un côté « post » omniprésent, et donc l’incapacité de maintenir l’attention de l’auditeur. On se réveille par moment en se demandant pourquoi le morceau qui est censé exploser n’explose pas. Les accélérations qu’on prévoit sont trop peu présentes, comme sur « Amusia » où l’on ressent enfin quelque chose au bout de 8 minutes ennuyeuses, dans le passage qui est LE moment réussi de l’album, mais qui n’efface pas la frustration de tout le reste. C’est finalement un petit mordillage qui laisse croire que les choses sérieuses vont commencer, avant que ce soit à nouveau la langue qui revienne, et qui suce, et qui suce, et qui suce...

Je n'avais pas aimé l'album de 2013, il avait eu 3.5/10, c'est encore pire ici. Allez, 3/10. Mais si toi tu as le tété sensible, tu peux très bien aller essayer !!!

DONNEZ VOTRE AVIS

Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.

3 COMMENTAIRE(S)

Jor citer
Jor
24/06/2020 15:32
Chronique de l'année
Solarian citer
Solarian
23/05/2020 11:38
Arf ! C'est clair que là t'as bien vendu le bouzin ^^
Pas mal la métaphore filée avec, heu... disons le libertinage décomplexé haha !
N'empêche qu'effectivement, ce truc est d'une médiocrité suprême. Que c'est chiant et soporifique... Un bon substitut au valium et ses dérivés sans les effets secondaires, c'est déjà pas si mal... 'toute façon j'ai toujours été partisan des médecines naturelles Gros sourire
VBestiole citer
VBestiole
23/05/2020 01:05
Ahahaha ! Vendu par une telle chro, j’achète direct !

AJOUTER UN COMMENTAIRE

 
Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.
Asofy
Post Black Doom
2020 - Avantgarde Music
notes
Chroniqueur : 3/10
Lecteurs :   -
Webzines : (2)  8.25/10

plus d'infos sur
Asofy
Asofy
Post Black Doom - 2000 - Italie
  

tracklist
01.   Agnosia
02.   Palinodia
03.   Amusia
04.   Residuo
05.   Alterazione
06.   Distonia
07.   Allucinazione
08.   Ricordo

Durée : 56:26

parution
15 Mai 2020

voir aussi
Asofy
Asofy
Percezione

2013 - Avantgarde Music
  

Essayez plutôt
Vous Autres
Vous Autres
Champ Du Sang

2019 - Sleeping Church Records / Sludgelord Records
  
Rorcal
Rorcal
Világvége

2013 - Cal Of Ror / Sick Man Getting Sick Records / Lost Pilgrims
  
Atriarch
Atriarch
Dead as Truth

2017 - Relapse Records
  
Demande à la poussière
Demande à la poussière
Demande à la poussière

2018 - Argonauta Records
  
Mourning Dawn
Mourning Dawn
Waste (EP)

2017 - Aesthetic Death
  

Torture Throne
Stench Of Innocence (EP)
Lire la chronique
Riverside
Wasteland
Lire la chronique
Hyperdontia
Abhorrence Veil / Excreted ...
Lire la chronique
Tempestarii
Chaos at Feast
Lire la chronique
Hulder
Godslastering: Hymns Of A F...
Lire la chronique
Bleedskin
Blood Reign
Lire la chronique
Candiria
300 Percent Density
Lire la chronique
Vulgarite
Fear Not the Dark nor the S...
Lire la chronique
Touché Amoré
Lament
Lire la chronique
Dream Theater
Metropolis, Pt. 2 – Scenes ...
Lire la chronique
White Magician
Dealers of Divinity
Lire la chronique
5ème cérémonie des BM Awards
Lire le podcast
The Bishop of Hexen
The Death Masquerade
Lire la chronique
Koffin
Nailed Into The Coffin (Démo)
Lire la chronique
Kataklysm
Unconquered
Lire la chronique
Power Trip
Hornet's Nest (Single)
Lire la chronique
Warside
The Enemy Inside (EP)
Lire la chronique
Phthisis
Embodiment Of Decay (Démo)
Lire la chronique
Pain of Salvation
In The Passing Light of Day
Lire la chronique
Selbst
Relatos de angustia
Lire la chronique
Vacuous
Katabasis (EP)
Lire la chronique
Wayward Dawn
House Of Mirrors (EP)
Lire la chronique
Echoes Of Death Fanzine
Lire l'interview
Vile Creature
Glory, Glory! Apathy Took H...
Lire la chronique
The Body
Christs, Redeemers
Lire la chronique
Dream Theater
Falling into Infinity
Lire la chronique
Un suppôt et au lit : MARDUK
Lire le podcast
Godflesh
Streetcleaner
Lire la chronique
Wombbath
Tales Of Madness
Lire la chronique
Biohazard
Urban Discipline
Lire la chronique