chargement...

haut de page
Remontez pour accéder au menu
101 visiteurs :: Invité  » se connecter  » s'enregistrer

Pearl Jam - Binaural

Chronique

Pearl Jam Binaural
Réglé comme du papier à musique, Pearl Jam signera son entrée dans les années 2000 avec la sortie d’un sixième album intitulé Binaural. À bien des égards celui-ci marque pour le groupe de Seattle le passage à une nouvelle ère puisqu’au-delà de cet exploit qui est d’avoir survécu aux années 90 (dès fois que ça aurait un peu de mal à rentrer, je vous rappelle qu’Alice In Chains, Nirvana et Soundgarden ne sont à ce stade plus de la partie et que The Smashing Pumpkins s’apprête à tirer sa révérence), on note effectivement quelques changements de taille. Le premier est l’intronisation officielle de Matt Cameron (ex-Soundgarden) dans les rangs de la formation. Présent derrière les fûts depuis le départ de Jack Irons en 1998, Binaural est néanmoins le premier album qu’il enregistrera en compagnie du groupe. L’autre grande nouveauté est le choix de Pearl Jam de ne pas faire appel aux services du producteur Brendan O’Brien. À la place, les Américains choisiront d’embaucher Tchad Blake (Elvis Costello, Peter Gabriel, Tom Waits, U2, Fiona Apple, Fishbone...), déjà pour voir si l’herbe est plus verte ailleurs mais surtout pour s’essayer à de nouvelles choses comme notamment la technique de l’enregistrement binaural que maîtrise plutôt bien ce bon monsieur (technique d’enregistrement garantissant une restitution en trois dimensions ainsi qu’une spatialisation sensée être identique à ce que peut capter l’oreille humaine). Pas rancunier, Brendan O’Brien fera cependant son retour pour le mixage, Pearl Jam ayant été finalement assez peu satisfait du travail de Tchad Blake sur certains titres de l’album que le groupe souhaitait plus « lourds ». Enfin, pour en finir avec les présentations d’usage, sachez que l’artwork représente une photo de la nébuleuse du sablier prise par le télescope Hubble en 1996. Un choix vraisemblablement justifié par l’atmosphère de l’album et le fait que face à l’immensité de l’univers nous ne sommes en fin de compte que bien peu grand chose.

Enregistré entre 1999 et 2000 au Litho Studio de Seattle, Binaural s’offre ici une production beaucoup moins abrasive que pour No Code ou Yield. Habitué des productions léchées, Tchad Blake va effectivement donner à ce sixième album une couleur bien différente de celle de ses prédécesseurs avec un côté toujours très naturel et très Rock mais cette fois-ci bien plus propre et cristallin. D’une certaine manière, le travail effectué sur ce sixième album se rapproche de ce qui a été fait à l’époque par Rick Parashar sur Ten. Tout y est extrêmement limpide avec un côté chaud, cosy et particulièrement agréable. Une production au service de chaque instrument et notamment de cette basse ronde et vibrante qui n’a peut-être jamais aussi bien sonnée que sur cet album. D’ailleurs, peut-être que cette fameuse technique de l’enregistrement binaural y est pour quelque chose (la question peut légitimement se poser à l’écoute de titres comme "Nothing As It Seems", "Light Years" ou "Of The Girl" où le son est effectivement très organique et immersif) ? En attendant, si Binaural semble effectivement avoir moins de caractère que ses aînés, il faut bien avouer que l’on s’y sent particulièrement bien. Une production raffinée et tout en sobriété pour un groupe définitivement entré dans l’âge adulte.

Pourtant, à en juger par les trois premiers titres, on pourrait croire que Pearl Jam tente d’une certaine manière de renouer avec ses plus jeunes années. De "Breakerfall" à "God’s Dice" en passant par ce "Evacutation" composé par Matt Cameron dont on reconnait immédiatement la patte, tous s’inscrivent dans une catégorie de morceaux plutôt directs et entrainants. Certes, on sent bien que l’intensité et l’énergie ne sont plus tout à fait les mêmes qu’il y a une petite dizaine d’années mais la volonté du groupe de ne pas tirer un trait sur son passé et ses racines reste néanmoins toujours bien vivante.
Après cette entrée en matière rythmée, Pearl Jam va néanmoins calmer le jeu significativement à coup de titres électro-acoustiques sombres et mélancoliques porteur d’atmosphères délicieusement feutrées. Certes, la transition pourra sembler un peu difficile à avaler après un tel début mais cette baisse de régime ne fait que mettre en lumière l’un des principaux atouts de Pearl Jam, celui d’être avant toute chose un excellent groupe de Rock que ce soit sur le terrain de compositions débordantes d’énergie faites pour transpirer ou celui de titres plus introspectifs et touchants. Digne héritiers de ces formations iconiques qui ont marqué la jeunesse de chacun des membres du groupe (de Led Zeppelin à The Who en passant par Neil Young ou Lynyrd Skynyrd), Pearl Jam continue à l’aube de cette nouvelle décennie de s’affranchir de ces carcans dans lesquels on l’a gentiment placé au début des années 90 avec l’effervescence de la scène alternative. Si "Breakerfall", "God’s Dice" et "Evacutation" sont donc effectivement de très bons morceaux, ce ne sont finalement peut-être pas eux que l’on retiendra à l’issu de ces cinquante deux minutes. On leur préfèrera sûrement des compositions certes plus posées et moins immédiates mais aussi plus riches et marquantes telles que la troublée et troublante "Nothing As It Seems" avec notamment un Mike McCready en très grand forme (sans parler de ces délicieuses lignes de basse), ce « Thin Air » simple mais terriblement attachant, "Insignificance" ou "Sleight Of Hand" soufflant tous les deux à merveille le chaud et le froid, « Of The Girl », ses percussions entrainantes et son puissant feeling Americana/Blues/Folk, "Grievance" au dénouement intense et poignant ou encore ce « Rival » façon piano-bar du far-west avec là encore un Mike McCready fort inspiré. Finalement, il n’y a bien que "Soon Forget" qui pour peine à me convaincre. Un titre au yukulele plutôt anecdotique que Vedder à écrit et composé alors qu’il faisait face à la panne de l’écrivain...

Malgré cette phase de transitions amorcée depuis plusieurs mois (le départ de Jack Irons, l’arrivée de Matt Cameron, le changement de producteur, les déboires de santé de Mike McCready parti en cure de désintoxication, le manque d’inspiration d’Eddie Vedder...), Binaural s’avère être néanmoins un album particulièrement bien mené. Certes, il peut sembler manquer un peu d’homogénéité avec ces trois premiers titres par forcément très raccord avec le reste de l’album mais Pearl Jam a toujours aimé naviguer en eaux troubles, prenant ce qu’il y avait à prendre à gauche ou à droite dans ces genres qu’il affectionne tant. Par conséquent, si Yield n’avait pas forcément fait l’unanimité à l’époque de sa sortie et même encore aujourd’hui, nombreux sont ceux qui s’accordent à dire que ce sixième album figure parmi les meilleurs du groupe de Seattle. Une position qui vaut ce qu’elle vaut mais qui suggère néanmoins qu’après dix ans de carrière, Pearl Jam continue de faire preuve d’une très grande pertinence.

DONNEZ VOTRE AVIS

Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.

1 COMMENTAIRE(S)

uruk citer
uruk
26/06/2020 08:41
Il faut vraiment que j'essaie le grunge...

AJOUTER UN COMMENTAIRE

 
Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.
Pearl Jam
Grunge
2000 - Epic Records
notes
Chroniqueur : 8.5/10
Lecteurs :   -
Webzines : (4)  7.04/10

plus d'infos sur
Pearl Jam
Pearl Jam
Grunge - 1990 - Etats-Unis
  

tracklist
01.   Breakerfall  (02:19)
02.   Gods' Dice  (02:26)
03.   Evacuation  (02:56)
04.   Light Years  (05:06)
05.   Nothing As It Seems  (05:27)
06.   Thin Air  (03:32)
07.   Insignificance  (04:28)
08.   Of The Girl  (05:07)
09.   Grievance  (03:14)
10.   Rival  (03:38)
11.   Sleight Of Hand  (04:47)
12.   Soon Forget  (01:46)
13.   Parting Ways  (03:43)

Durée : 52:05

line up
parution
16 Mai 2000

voir aussi
Pearl Jam
Pearl Jam
Vitalogy

1994 - Epic Records
  
Pearl Jam
Pearl Jam
No Code

1996 - Epic Records
  
Pearl Jam
Pearl Jam
Ten

1991 - Epic Records
  
Pearl Jam
Pearl Jam
Vs.

1993 - Epic Records
  
Pearl Jam
Pearl Jam
Yield

1998 - Epic Records
  

Essayez aussi
Temple Of The Dog
Temple Of The Dog
Temple Of The Dog

1991 - A&M Records
  
The Smashing Pumpkins
The Smashing Pumpkins
Gish

1991 - Caroline Records
  
Alice In Chains
Alice In Chains
Dirt

1992 - Columbia Records
  
Soundgarden
Soundgarden
Louder Than Love

1989 - A&M Records
  
Alice In Chains
Alice In Chains
Rainier Fog

2018 - BMG
  

Irae
Lurking in the Depths
Lire la chronique
Death Courier
Necrotic Verses
Lire la chronique
Bašmu
Enshrined In Eternity
Lire la chronique
Exocrine
Maelstrom
Lire la chronique
Cryptic Shift
Visitations from Enceladus
Lire la chronique
Bezwering
Aan De Wormen Overgeleverd
Lire la chronique
Odiosior
Odiosior (EP)
Lire la chronique
Non Serviam
Le Cœur Bat
Lire la chronique
Hum
Inlet
Lire la chronique
Nexion
Seven Oracles
Lire la chronique
Mosaic
Secret Ambrosian Fire
Lire la chronique
BLACK METAL qui parle de virus !
Lire le podcast
Gloom
Rider of the Last Light
Lire la chronique
Witchcraft
Legend
Lire la chronique
Front
Antichrist Militia (EP)
Lire la chronique
Pearl Jam
Binaural
Lire la chronique
Buköwski
Grind on the Rocks
Lire la chronique
Le sondage des années 2010
Votre top 10 ! Difficile he...
Voir le sondage
Vspolokh
Помре
Lire la chronique
Zemial
Nykta
Lire la chronique
Meth Leppard
Woke
Lire la chronique
Runemagick / Chthonic Deity
Chthonicmagick (Split 12")
Lire la chronique
Azziard
Liber Secondus - Exégèse
Lire la chronique
Cathedral
The Last Spire
Lire la chronique
Carach Angren
Franckensteina Strataemontanus
Lire la chronique
Xibalba
Años en Infierno
Lire la chronique
Brutal Avengers
Chapter II - Mission to Ext...
Lire la chronique
PPCM #35 - Cherchons du STONER DEATH METAL !
Lire le podcast
Gravesend
Preparations For Human Disp...
Lire la chronique
Grave Circles
Tome II
Lire la chronique