chargement...

haut de page
Remontez pour accéder au menu
200 visiteurs :: Invité  » se connecter  » s'enregistrer

Pilori - À Nos Morts

Chronique

Pilori À Nos Morts
Il est tentant de faire de Pilori un groupe-photographie, du genre qui compile une part de ce qui fait la scène actuelle. Celui qui voit ce qu’il écoute comme des cases d’un bingo à remplir sera en effet heureux de pouvoir remplir autant de lignes : avec son style clairement marqué par les sorties du label Throatruiner – Calvaiire, Cowards, Plebeian Grandstand, Fange, Vermin Womb –, ses invités marquant les amitiés et filiations – Matthias Jungbluth et Dylan Walker – ou plus simplement une noirceur typique se situant à cheval entre hardcore et metal extrême, il y a de quoi se dire que A Nos Morts ne tiendra que le temps d’un name-dropping expert avant d’aller chercher ailleurs des sensations plus neuves.

Difficile d’en vouloir à celui qui s’arrêtera à ce constat. Pilori assume tellement ses appartenances qu’il se destine clairement à ceux n’en ayant pas encore assez de ce type de musique ne s’embêtant pas d’étiquettes tant qu’elles restent extrêmes. Pourtant, une fois ce postulat accepté et mis de côté, la bande finit par laisser transpirer une personnalité propre, au fur et à mesure des allers et retours que créent ces vingt-quatre minutes denses et plus fouillées qu’elles le paraissent au départ. Telle hyperactivité, tel appétit, ne sauraient se contenter de taper dans un seul plat, malgré sa richesse : c’est donc dans une variété de genre que se nourrissent les Rouennais, leur mélange frôlant différentes écoles pour mieux s’exclure de toute catégorie. Ainsi, il garde essentiellement du grindcore le côté direct et sauvage, s’en servant pour empiler – avec une cohérence épatante – des sensations marquées par la négativité, certes, mais plus contrastées qu’on pourrait le croire.

Point de traditionnelle « fuite en avant » ici, plutôt la variété des plaisirs sadiques essayant tous les instruments de torture mis à sa disposition, que ce soit le crust le plus aigre (« Poursuite du Vent »), l’industriel le plus difforme (« Apnée » et son concassage en deuxième partie) ou encore le black metal le plus dénué d’empathie jetant son ombre sur l’ensemble. Pilori parvient à trouver le trait d’union à tout cela par une ambiance terne, « française », que j’aime tant, mais où l’habituelle moue austère cachant une véhémence acide fait imaginer des instants bouchers filmés en noir et blanc. Clairement, pour faire des ponts avec le cinéma que les Rouennais semblent tant apprécier – cf. le clip de « Que la Bête Meure » –, si on a l’habitude d’écouter des œuvres rendant hommage au Dewaere maussade et sensible de Série Noire, parfois au Giraudeau bagarreur de Rue Barbare, A Nos Morts fait plutôt penser au gore triste des chirurgies de Franju dans Les Yeux Sans Visage, voire à l’horreur crue et quasi-surnaturelle d’un Paul Meurisse à la fin de Les Diaboliques de Clouzot. Soit, pour simplifier, la peinture à vif d’une chair grise et palpitante, non-morte mais pas franchement synonyme de vie, vomissant sa bile incolore jusqu’à cette « Danse Macabre » rappelant que le temps passe, ultime idée noire et fatidique de cette (trop) petite demi-heure en sa compagnie.

Il faut pourtant bien noter que cette réussite à proposer ce qu’il faut de changements et d’identité neuve à une formule au frisson de moins en moins présent se trouve empêtrée de quelques longueurs, certes peu présentes (principalement le morceau-titre, laissant respirer là où on voudrait continuer à étouffer), mais assez dommageables sur un disque ne cherchant pas à s’éterniser. Ceci mis à part, A Nos Morts contient assez de moments forts au service d’une atmosphère continuellement présente pour donner envie de retourner vers lui régulièrement, dans l’attente d’un second album qui, espérons-le, approfondira encore un peu plus cette fascination pour le vice et ses vicissitudes qu’il embrasse à pleins crocs et que l’on partage sans gêne avec lui. Que cette bête-ci continue à vivre !

DONNEZ VOTRE AVIS

Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.

1 COMMENTAIRE(S)

lkea citer
lkea
01/06/2020 09:44
note: 7/10
Grosse coproduction pour ce disque, je n'ai mis ici que les labels français complices du crime pour ceux souhaitant faire de l'Hexagone un octogone.

Plus d'informations sur le bandcamp de la formation : https://pilori.bandcamp.com

AJOUTER UN COMMENTAIRE

 
Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.
Pilori
Blackened Crust / Grindcore / Death Metal
2020 - Terrain Vague / APB Records / Coups de Couteau
notes
Chroniqueur : 7/10
Lecteurs : (2)  8/10
Webzines :   -

plus d'infos sur
Pilori
Pilori
Blackened Crust / Grindcore / Death Metal - 2007 † 2012 - France
  

vidéos
Que la Bête Meure (avec Dylan Walker)
Que la Bête Meure (avec Dylan Walker)
Pilori

Extrait de "À Nos Morts"
  

tracklist
01.   Que la Bête Meure (avec Dylan Walker)  (03:21)
02.   Apnée  (01:28)
03.   La Grande Terreur  (01:07)
04.   Poursuite du Vent (avec Matthias Jungbluth)  (02:16)
05.   Roi des Rats  (00:39)
06.   À Nos Morts  (02:19)
07.   Lorsque Viendra la Nuit  (02:03)
08.   Divine Comédie  (01:31)
09.   Sous Mes Mains  (02:13)
10.   À la Recherche du Temps Perdu  (03:20)
11.   Danse Macabre  (03:35)

Durée : 23 minutes 58 secondes

line up
parution
26 Juin 2020

voir aussi
Pilori
Pilori
Demo (Démo)

2016 - Autoproduction
  

Essayez aussi
Mustasuo
Mustasuo
Katharsis

2020 - Inverse Records
  
Fukpig
Fukpig
3

2012 - Devizes Records
  

Mooncitadel
Onyx Castles And Silver Key...
Lire la chronique
Dodskold
Ödesriket
Lire la chronique
Steel Bearing Hand
Slay In Hell
Lire la chronique
Chotza
Plump u Primitiv (10 Jahr F...
Lire la chronique
Galvanizer
Prying Sight Of Imperception
Lire la chronique
Machine Head
The Burning Red
Lire la chronique
Ambush
Infidel
Lire la chronique
Stress Angel
Bursting Church
Lire la chronique
Ascendency
Birth Of An Eternal Empire ...
Lire la chronique
L'été dans le BLACK METAL
Lire le podcast
Steven Wilson
The Raven That Refused to S...
Lire la chronique
Vermineux
1337 (Démo)
Lire la chronique
Mannveira
Vitahringur
Lire la chronique
Astriferous
The Lower Levels Of Sentien...
Lire la chronique
Nine Inch Nails
The Downward Spiral
Lire la chronique
Hænesy
Garabontzia
Lire la chronique
Purification
The Exterminating Angel
Lire la chronique
Koldovstvo
Ни царя, ни бога
Lire la chronique
Goratory
Sour Grapes
Lire la chronique
Evoken
A Caress Of The Void
Lire la chronique
Unbounded Terror
Faith in Chaos
Lire la chronique
Profane Order
Slave Morality
Lire la chronique
Cathexis
Untethered Abyss
Lire la chronique
Gharmelicht
Gharmelicht
Lire la chronique
Khandra
All Occupied by Sole Death
Lire la chronique
Blind Guardian
Battalions Of Fear
Lire la chronique
Black Sabbath
Mob Rules
Lire la chronique
Vectis
No Mercy for the Weak (EP)
Lire la chronique
Goats Of Doom
Shiva
Lire la chronique
King Diamond
"Them"
Lire la chronique