chargement...

haut de page
Remontez pour accéder au menu
200 visiteurs :: Invité  » se connecter  » s'enregistrer

Thecodontion - Supercontinent

Chronique

Thecodontion Supercontinent
Thecodontion est un duo de Death Metal Italien, sans guitares (ou presque), qui parle de fossiles et de périodes géologiques.

Franchement, j'hésite à terminer ma chronique là-dessus. Cette phrase ne pique-t-elle pas votre curiosité ? Moi, si. C'est en tout cas l'une des raisons pour lesquelles je me suis décidé à jeter une oreille sur "Supercontinent". D'ordinaire plutôt imperméable au Death Metal, l'album me semblait plein de promesses - au pire, vu ce qui était annoncé, j'allais me fendre la gueule, au mieux, mettre le pied sur un territoire qui m'était totalement inconnu. Impossible de ne pas évoquer cette pochette, œuvre de Stefan Thanneur (Chaos Echœs), colorée, grouillante, que dis-je, fumante ! Tout comme il est impossible de ne pas faire mention de l'étendard sous lequel sort la version digipack de ce premier longue-durée : I, Voidhanger Records. Cette année, plus que jamais, le label Transalpin prouve qu'il marche sur l'eau, sans pression, à contre-courant de toute mode ou lobby. Ouais, les meilleures fées se sont réunies autour du berceau de "Supercontinent", c'est indéniable.

Pas de surprises, c'est pour ça que l'album sonne si bien. Si l'on est un peu déstabilisés, au premier abord, par cette basse très organique qui prend ses aises dans le spectre sonore, et par cette batterie sèche, claquante à souhait, on se laisse très rapidement prendre au jeu préhistorique de nos deux ritals. Parce que leur Death Metal, en plus d'être d'une lourdeur jurassique, se paie le luxe d'être varié. Atmosphérique quand il faut, par le biais de ces interludes instrumentaux d'excellente facture, "Supercontinent" en serait presque pictural : il dessine aussi bien le mouvement des plaques que les bestioles plus ou moins massives qui chassent et paissent au milieu d'un joyeux bordel végétal. La faute à un master signé Necromorbus, certes, mais aussi au créneau, finalement assez unique, choisi par G.E.F. et G.D.

Du concept jusqu'à son exécution, l'album est surprenant de bout en bout, de part en part, en témoigne ce duo de voix qui emprunte clairement à Carcass, période "Symphonies of Sickness", d'abord, tantôt growlées, tantôt gerbantes, qu'on croirait piochées dans un disque de Goregrind. La basse, pendant des années cantonnée au rôle de plante verte, prend ici une belle revanche : tonitruante ! Des mares goudronneuses, desquelles s'extirpent quelques notes claires, des soli foudroyants, cordes frottées, cordes pincées, qu'importe, le résultat est impressionnant - de précision, et de puissance. Renforcée par la prestation du frappeur en chef, qui, au premier abord, peut sembler chaotique, voire simplet dans ses effusions... Et pourtant, de ce jeu sur les toms (en plein blast-beat, comme sur "Ur"), jusqu'aux parties délicieusement tribales (sur l'interlude "Lerova"), sa palette de révèle comme un bon cru : au fil des dégustations. Tout en nuances et en petites prises de risques qui maintiennent, intactes, l'illusion d'évoluer dans un univers inhospitalier.

"Supercontinent" est cru, frontal, à l'image de la faune qu'il dépeint... Tout en restant en marge, à part - il suffit de jeter un coup d’œil à ses textes, richement documentés et étrangement poétiques. Un petit Death Metal mijoté dans les chaudrons d'Antediluvian, tirant tantôt sur le Jazz (les solos de basses disséminés çà et là), tantôt vers le Grindcore, Thecodontion accouche d'un véritable objet non-identifié, fascinant dans sa démesure et son jusqu'au-boutisme, attirant comme peut l'être n'importe quelle terra incognita. "Supercontinent" nous fait vivre un fantasme de môme, en nous catapultant directement dans les bottes d'Alan Grant, parti calmer quelques écaillés (ou emplumés, c'est selon) qui auraient un peu trop pris la confiance. Une petite curiosité, et une belle découverte.

DONNEZ VOTRE AVIS

Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.

3 COMMENTAIRE(S)

Jor citer
Jor
24/06/2020 15:16
Hâte de l'entendre celui-là, les titres déjà dispo sont goûtus, et la chronique rend le tout encore plus alléchant!

C'est vrai que I, Voidhanger est en train de cartonner cette année. Une de leur sorties que j'attends avec une extrême impatience, c'est Creature // Ex Cathedra, ça a l'air incroyable! Les titres previews sont hallucinants. Genre Arcturus rencontre Véhémence à un concert de fanfare.
Sagamore citer
Sagamore
10/06/2020 15:09
Troll Traya a écrit : Merci pour cette chro', elle m'à grave donnée envie ! Allez, zou, commande passée chez Voidhanger après l'écoute des extraits sur bandcamp !

Mission accomplie alors Sourire Tu ne seras pas déçu, j'ai pris un peu de temps à rentrer dedans, mais une fois installé, c'est diablement bon !
Troll Traya citer
Troll Traya
10/06/2020 13:57
Merci pour cette chro', elle m'à grave donnée envie ! Allez, zou, commande passée chez Voidhanger après l'écoute des extraits sur bandcamp !

AJOUTER UN COMMENTAIRE

 
Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.
Thecodontion
notes
Chroniqueur : 7.5/10
Lecteurs :   -
Webzines : (2)  5.5/10

plus d'infos sur
Thecodontion
Thecodontion
Death Metal - 2016 - Italie
  

tracklist
01.   Gyrosia  (02:09)
02.   Vaalbara  (04:12)
03.   Ur  (06:33)
04.   Kenorland  (04:24)
05.   Lerova  (02:24)
06.   Nuna  (06:02)
07.   Rodinia  (03:52)
08.   Tethys  (01:58)
09.   Laurasia-Gondwana  (03:06)
10.   Pangaea  (07:37)
11.   Panthalassa  (02:41)

Durée : 44:58

parution
26 Juin 2020

Essayez aussi
Tomb Mold
Tomb Mold
Manor Of Infinite Forms

2018 - 20 Buck Spin Records
  
Trenchrot
Trenchrot
Necronomic Warfare

2014 - Unspeakable Axe Records
  
Outre-Tombe
Outre-Tombe
Nécrovortex

2018 - Temple Of Mystery Records
  
Mortal Wound
Mortal Wound
Forms Of Unreasoning Fear (Démo)

2018 - Maggot Stomp Records
  
Gohrgone
Gohrgone
In Oculis

2019 - Autoproduction
  

Indian
Slights and Abuse / The Syc...
Lire la chronique
Ildfar
Som vinden farer vil
Lire la chronique
Torche
Meanderthal
Lire la chronique
The Plague
Within Death
Lire la chronique
Baphomet
The Dead Shall Inherit
Lire la chronique
Zwiespalt
Distanz
Lire la chronique
Vanden Plas
Beyond Daylight
Lire la chronique
Antagonized
Intense perversion
Lire la chronique
Phantasmagore
Insurrection Or Submission ...
Lire la chronique
Sadistik Forest
Obscure Old Remains (EP)
Lire la chronique
Anthropophagous
Death Fugue
Lire la chronique
Odd Dimension
The Blue Dawn
Lire la chronique
Carnal Tomb
Festering Presence (EP)
Lire la chronique
Blacklisted
No One Deserves to Be Here ...
Lire la chronique
Sorcier Des Glaces
Un Monde de Glace et de Sang
Lire la chronique
Vallendusk
Heralds Of Strife
Lire la chronique
Midnight Betrothed
Dreamless
Lire la chronique
Shadowspawn
The Biology Of Disbelief
Lire la chronique
Jerry Cantrell
Boggy Depot
Lire la chronique
Vanden Plas
Far Off Grace
Lire la chronique
The Devil's Blood
The Time Of No Time Evermore
Lire la chronique
Grave Miasma
Abyss Of Wrathful Deities
Lire la chronique
Impaled Nazarene
Eight Headed Serpent
Lire la chronique
Gärgäntuäh
Dödenlicht (Démo)
Lire la chronique
Nordgeist
Frostwinter
Lire la chronique
Earth and Pillars
Earth II
Lire la chronique
Inferno
Paradeigma (Phosphenes of A...
Lire la chronique
Shinda Saibo No Katamari
Ostriched Existence (EP)
Lire la chronique
Deathswarm
Forward Into Oblivion
Lire la chronique
Sleep
Iommic Life (EP)
Lire la chronique