chargement...

haut de page
Remontez pour accéder au menu
200 visiteurs :: Invité  » se connecter  » s'enregistrer

Neptunian Maximalism - Éons

Chronique

Neptunian Maximalism Éons


Oui, hein ? Je te comprends, j'ai eu la même réaction - bouche-bée, sur le cul, appelle ça comme tu veux. Ce que tu regardes, c'est "Vajrabhairava", une toile de Kaneko Tomiyuki, judicieusement choisie par Neptunian Maximalism pour illustrer leur nouvel album, "Éons". Judicieux, parce qu'elle illustre à merveille ce qui se joue sur ce monstre de plus de deux heures, étalé sur trois disques : un joyeux boxon enfiévré, tantôt tribal, tantôt mystique, piochant, à droite chez Magma, à gauche chez Zu, tout le nécessaire pour faire entrer l'auditeur en transe. Une bestiole à milles facettes, menaçant, qui serpente entre les effluves d'encens.

Qu'est ce que tu me dis ? Tu tiques sur la niche musicale dans laquelle j'ai choisi de ranger Neptunian Maximalism ? Drone et Free Jazz ? Qu'est ce que c'est que ce bordel ? De deux choses l'une : "Éons" est un peu trop turbulent pour qu'on puisse l'immobiliser, et coller une étiquette sur son front - de toutes façons, ce serait réducteur. Autant être honnête avec toi, je me suis posé la même question au fil de mes écoutes : qu'est-ce qui peut bien faire de Neptunian Maximalism un groupe extrême et, de ce fait, lui faire mériter une place dans nos colonnes ? Est-ce que c'est son écurie, I, Voidhanger Records (que j'aime de plus en plus), toujours à la recherche de pépites métalliques qui sortent de l'ordinaire ? Est-ce que c'est sa durée colossale, qui fera fuir bon nombre d'entre vous (et m'a également collé un haut-le-cœur à sa découverte) ? Pour moi, en tout cas, "Éons" est extrême dans ses parti-pris comme dans ce qu'il donne à écouter : il est si jusqu'au-boutiste, si dense, difficile à appréhender, que ce sont les réactions à son sujet qui seront tranchées : celui qui ne parviendra pas à percer l'univers de Neptunian Maximalism restera, immanquablement, sur le carreau. L'autre, qui s'abandonnera complètement au disque, se surprendra à y revenir, plus que de raison.

Rien n'est orthodoxe, que ce soit dans le groupe ou dans son bébé. Articulé autour de Guillaume Cazalet, Neptunian Maximalism change constamment de line-up, accueillant cuivres, toms et cordes au gré de ses envies. Ambitieux, "Éons" raconte une évolution fantasmée de l'espèce humaine, partant de l'ère Anthropocène jusqu'à celle du Probocène, où nous serions dominés par des éléphants doués de raison. Rien que ça. Mieux, ses grognements et passages scandés le sont en proto-langage, emprunté au professeur (et artiste) Pierre Lanchantin. Tu as déjà mal au crâne ? Ce serait comme avoir mal aux jambes au pied de l'Everest, avant son ascension... Un peu de courage !

Un sacré sommet que cet "Éons". Presque impossible à décrire, finalement. Aux cuivres d'une richesse peu commune, qui s'épanchent en nappes diffuses, hantant des compositions qui savent prendre leur temps (entre 4 et 16 minutes), il faut ajouter la section rythmique, répétitive, saccadée (ce charleston !), qui vient rythmer le cortège, paré d'atours criards. Trois disques dans les mêmes teintes, mais pourtant si différents. "To The Earth (Aker Hu Benben)" s'impose comme le plus accessible, un visage humain, presque familier, mais dont on ne parvient que difficilement à en discerner les traits. Parfois très construit, mais sonnant plus souvent comme de longues improvisations, menées de main de maître par des artisans qui connaissent leurs instruments sur le bout des doigts. "To The Moon (Heka Khaibit Sekhem)", toujours solidement cadencé, laisse plus de place à la basse et aux longues plages quasi-bruitistes ("Vajrabhairava Part Ii - The Rising"), le rendant, de facto, autrement plus sombre, plus sentencieux, bourré d'échos qui désorientent. "To The Sun (Ânkh Maât Sia)" va finir de t'achever : son ouverture, "Eôs - Avènement De L'éon Evaísthitozoïque Probocène Flamboyant" (à tes souhaits), s'apparente à une longue marche en plein désert, interminable. Mais tu prendras plaisir à te faire brûler le derme par l'astre ardent qui illumine ce dernier disque. Mieux, tu vas complètement t'abandonner, te laisser frapper par ses rayons, épuisé par les deux gros morceaux qui l'ont précédé. Un chemin de croix, certes, éprouvant, mais dont on ressort, d'une certaine manière, grandi.

Extrême, "Éons" l'est, indéniablement. Parce qu'il a refusé tout compromis, de durée, comme de forme. Neptunian Maximalism fait comme bon lui semble, s'affranchissant de toute étiquette, toute norme, empruntant au Noise Rock, aux musiques religieuses, psychédéliques, pour construire, pierre après pierre, un univers d'une richesse impressionnante... Et surtout hermétique. Parce qu'il nécessite de poser une RTT pour l'écouter d'une traite, parce qu'il est tout sauf orthodoxe, "Éons" risque d'en laisser plus d'un sur le bord de la route - mais, si perdus seront-ils, tous ne pourront que saluer la prise de risque, tout comme l'étendue du talent des petites mains qui l'ont façonné. "Éons" s'apprécie comme une toile abstraite. On ne sait pas comment l'expliquer de façon rationnelle, mais il saura toucher ceux qui accepteront de jouer le jeu, et de se faire dévorer tout entier par l'Oni menaçant de la pochette, véritable gardien du temple. À vos risques et périls, donc. En tout cas, moi, j'y retourne !

DONNEZ VOTRE AVIS

Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.

3 COMMENTAIRE(S)

gulo gulo citer
gulo gulo
12/06/2020 12:46
J'aime bien, au premier abord ça me fait penser à un extended dub de Gravetemple.
Sagamore citer
Sagamore
11/06/2020 11:20
Oui, c'est très particulier et exigeant, si tu rentres pas dedans, ça paraît effectivement bien long...
AxGxB citer
AxGxB
11/06/2020 11:27
L'artwork est effectivement superbe. Pour la musique, j'ai plus de mal à m'enthousiasmer. Les quelques extraits (j'allais pas me farcir les 3 disques) m'ont pas vraiment retourné. J'attendais quelque chose de plus engagé (peu importe le style en fait). À retenter à l'occasion quand même...

AJOUTER UN COMMENTAIRE

 
Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.
Neptunian Maximalism
Drone/Free Jazz
2020 - I, Voidhanger Records
notes
Chroniqueur : 8/10
Lecteurs :   -
Webzines :   -

plus d'infos sur
Neptunian Maximalism
Neptunian Maximalism
Drone/Free Jazz - Belgique
  

tracklist
Disque 1 - To The Earth (Aker Hu Benben)

01.   Daiitoku-myōō No Ōdaiko 大威徳明王 鼓童 - L'impact De Théia Durant L'éon Hadéen
02.   Nganga - Grand Guérisseur Magique De L'ère Probocène
03.   Lamasthu - Ensemenceuse Du Reigne Fongique Primordial & Infanticides Des Singes Du Néogène
04.   Ptah Sokar Osiris - Rituel De L'ouverture De La Bouche Dans L'éon Archéen
05.   Magická Džungl'a - Carboniferous
06.   Enūma Eliš - La Mondialisation Ou La Création Du Monde: Éon Protérozoïque

Disque 2 - To The Moon (Heka Khaibit Sekhem)

01.   Zâr - Empowering The Phurba / Éon Phanérozoïque
02.   Vajrabhairava Part I - The Summoning (Nasatanada Zazas!)
03.   Vajrabhairava Part Ii - The Rising
04.   Vajrabhairava Part Iii - The Great Wars Of Quaternary Era Against Ego
05.   Iadanamada! - Homo-sensibilis Se Prosternant Sous La Lumière Cryptique De Proboscidea-sapiens
06.   Ol Sonuf Vaoresaji! - La Sixième Extinction De Masse: Le Génocide Anthropocène

Disque 3 - To The Sun (Ânkh Maât Sia)

01.   Eôs - Avènement De L'éon Evaísthitozoïque Probocène Flamboyant
02.   Heka Hou Sia - Les Animaux Pensent-ils Comme On Pense Qu'ils Pensent?
03.   Heliozoapolis - Les Criosphinx Sacrés D'amon-rê, Protecteurs Du Cogito Ergo Sum Animal
04.   Khonsou Sokaris - We Are, We Were And We Will Have Been

Durée : 02:13:14

parution
26 Juin 2020

Découverte de l'année
Morbific
Ominous Seep Of Putridity
Lire la chronique
Werewolves
What a Time to Be Alive
Lire la chronique
Hideous Divinity
LV-426 (EP)
Lire la chronique
Indian
Slights and Abuse / The Syc...
Lire la chronique
Ildfar
Som vinden farer vil
Lire la chronique
Torche
Meanderthal
Lire la chronique
The Plague
Within Death
Lire la chronique
Baphomet
The Dead Shall Inherit
Lire la chronique
Zwiespalt
Distanz
Lire la chronique
Vanden Plas
Beyond Daylight
Lire la chronique
Antagonized
Intense perversion
Lire la chronique
Phantasmagore
Insurrection Or Submission ...
Lire la chronique
Sadistik Forest
Obscure Old Remains (EP)
Lire la chronique
Anthropophagous
Death Fugue
Lire la chronique
Odd Dimension
The Blue Dawn
Lire la chronique
Carnal Tomb
Festering Presence (EP)
Lire la chronique
Blacklisted
No One Deserves to Be Here ...
Lire la chronique
Sorcier Des Glaces
Un Monde de Glace et de Sang
Lire la chronique
Vallendusk
Heralds Of Strife
Lire la chronique
Midnight Betrothed
Dreamless
Lire la chronique
Shadowspawn
The Biology Of Disbelief
Lire la chronique
Jerry Cantrell
Boggy Depot
Lire la chronique
Vanden Plas
Far Off Grace
Lire la chronique
The Devil's Blood
The Time Of No Time Evermore
Lire la chronique
Grave Miasma
Abyss Of Wrathful Deities
Lire la chronique
Impaled Nazarene
Eight Headed Serpent
Lire la chronique
Gärgäntuäh
Dödenlicht (Démo)
Lire la chronique
Nordgeist
Frostwinter
Lire la chronique
Earth and Pillars
Earth II
Lire la chronique
Inferno
Paradeigma (Phosphenes of A...
Lire la chronique