chargement...

haut de page
Remontez pour accéder au menu
200 visiteurs :: Invité  » se connecter  » s'enregistrer

Daggers - Neon Noir Erotica

Chronique

Daggers Neon Noir Erotica
Les nuits alcooliques, celles qui se commencent dans la libération des sens qu’offre la première goulée, les promesses qu’elle contient qui poussent à l’avidité, avant que le trop-plein nous rende maussade, d’une sensualité pataude et délirante, brinquebalant son corps dans des rues qu’on ne voit plus, cervelle palpitante et bouche pâteuse, pensées inassouvies et carcasse impuissante... C’est cette poétique-là que développe Daggers sur Neon Noir Erotica.

Un retour que j’attendais avec impatience, tant le groupe m’avait laissé en pleine addiction avec son précédent album, l’ovni It's Not Jazz, It's Blues, et un concert mémorable lors d’une des dernières éditions du regretté Yell Fest. Pris par d’autres lubies (Cocaïne Piss, Necrodancer ou encore Deathmaze), la bande aura décidé de prendre son temps, Neon Noir Erotica arrivant pas loin de six ans après son fameux prédécesseur, disque imparfait mais marquant.

Et c’est, passée l’acclimatation à un nouveau virage, l’impression générale qui s’échappe également de ce nouvel album. Que Daggers décide de prendre d’autres voies n’est pas une surprise en soi, tant It's Not Jazz, It's Blues fonctionnait comme un one shot, un parti-pris unique qu’il aurait sans doute été hasardeux de poursuivre tel quel. Exit donc les quelques velléités jazz, le groupe conservant son style tout en tirant sa force des expériences diverses de ses membres. En se concentrant sur un mélange entre hardcore et noise rock variant les plaisirs, tous rassemblés dans un voile nocturne où les ivresses s’accumulent, il évoque désormais une sorte de Planes Mistaken For Stars avançant saoul et « soul » dans les heures d’épuisement que l’on s’autorise le soir, bars écumés et esprit essoufflé.

Dès le démarrage de « Back Alley Sacrament », c’est la gueule en vrac, la soif à la gorge, que les Belges se présentent, emmenés par la voix rauque et hypersensible de Gregory Mertz. Une ambiance de déroute volontaire, entre tristesse de l’exercice et frénésie charnelle, personnifiée par des guitares mélodiques et grinçantes, des lignes vocales éteintes et chantantes. « Cultural Blight », « Wild Blue Yonder » et « Loather » déroulent alors avec une grâce incroyable ce décor grisé et grisant, les couleurs s’étiolant dans l’éthylique, parfaite entame avant de s’écrouler dans les abîmes alambiquées d’un Daughters (dont Daggers ne se rapproche pas que phonétiquement).

Cependant, Neon Noir Erotica s’accroche à ce genre de passions mornes et capiteuses également sur le plan de l’amertume qu’elles laissent au cœur le lendemain. Son érotisme finit en effet par lasser de trop de lassitude ne se dépassant jamais, par exemple lors d’instants cycliques où l’attention se perd (« Harvester »). Des passages qui remplissent là où d’autres tapissent (foutu « Pipe Dog »), jusqu’à un « Eschewal » acoustique et forestier aussi charmant qu’incongru, renforçant l’impression que ces trente-cinq minutes, commençant par une certaine vision de la faim vécue comme une fin en soi, ne trouvent aucune conclusion à leurs errances.

En cela, il a été tentant de voir en Neon Noir Erotica une déception, tant les réussites qu’il contient – nombreuses – sont mises dans l’ombre de cette impression de « pas assez ». Six ans d’absence, un prédécesseur toujours aussi étincelant ainsi qu’une personnalité forte, renforcent certainement cette insatisfaction. Pourtant, il paraît excessif de ne pas conseiller ne serait-ce qu’une écoute de ce longue-durée, accrocheur et étrange, contemporain et personnel, ce qu’il touche du doigt étant aussi particulier que rare. Une musique faite en dilettante, à entendre dans le sens d’une délectation partagée entre amateurs mais aussi celui d’une gaucherie des actes faits sans réfléchir. Dommage, le génie dont est capable Daggers étant une nouvelle fois palpable malgré cette petite sensation de gâchis. L’alcool, quelle saloperie...

DONNEZ VOTRE AVIS

Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.

2 COMMENTAIRE(S)

LANGOUSTE citer
LANGOUSTE
14/06/2020 20:08
note: 9/10
Je pense que c'est le format de leurs albums et le fait que ça soit toujours compact et dense à la fois qui fait que je l'écoute en boucle depuis un moment. Toujours au top pour moi, mais je saurais pas trop en parler pour l'instant, à part pour dire qu'il est moins froid que le précédent. Puis cracher un morceau comme "Wild Blue Yonder" et ne pas relâcher la pression tout du long ensuite, c'est quand même extraordinaire !
TarGhost citer
TarGhost
14/06/2020 19:02
Pas mieux que toi Ikea, j'ai également comme une amertume métallique de fond de 8° à l'écoute de cet album. Qui aurait pu aller beaucoup plus loin dans le trip. Tant pis, je passe mon tour et repart (encore une fois) sur cette Banlieue Triste...quitte aussi à traîner mes panards dans la FANGE...

AJOUTER UN COMMENTAIRE

 
Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.
Daggers
Hardcore / Punk / Noise Rock
2020 - Throatruiner Records / Fer De Lance Records
notes
Chroniqueur : 7/10
Lecteurs : (2)  8.5/10
Webzines :   -

plus d'infos sur
Daggers
Daggers
Hardcore / Punk / Noise Rock - 2007 - Belgique
  

tracklist
01.   Black Alley Sacrament  (01:53)
02.   Cultural Blight  (01:52)
03.   Wild Blue Yonder  (02:54)
04.   Loather  (02:09)
05.   Nerveweb  (03:40)
06.   Pipe Dog  (03:08)
07.   Widow Maker  (02:16)
08.   Dreadnaught  (03:13)
09.   Racer  (03:43)
10.   Obscurantist  (01:45)
11.   Harvester  (06:47)
12.   Eschewal  (01:55)

Durée : 35 minutes 24 secondes

line up
parution
17 Juillet 2020

voir aussi
Daggers
Daggers
It’s Not Jazz, It’s Blues

2014 - Throatruiner Records
  

Nervous Decay
Nervous Decay
Lire la chronique
Forsmán
Dönsum í Logans Ljóma (EP)
Lire la chronique
Empyrium
Über den Sternen
Lire la chronique
Nattverd
Vandring
Lire la chronique
Wheel
Preserved In Time
Lire la chronique
Foscor
Els Sepulcres Blancs
Lire la chronique
Agent Steel
No Other Godz Before Me
Lire la chronique
Metallica
No Life 'til Leather (Démo)
Lire la chronique
Seth
La Morsure du Christ
Lire la chronique
Pharmacist / Oozing
Forbidden Exhumation / Than...
Lire la chronique
Vipère
Sombre marche (Démo)
Lire la chronique
Sacramental Blood
Ternion Demonarchy
Lire la chronique
Wesenwille
II: A Material God
Lire la chronique
Obsessions maladives
Lire l'interview
Vitrail
Les pages oubliées
Lire la chronique
Chevalier
Life And Death (EP)
Lire la chronique
Abjection
Malignant Deviation (EP)
Lire la chronique
Cult Of Occult
Ruin (EP)
Lire la chronique
Skáphe
Skáphe³
Lire la chronique
Drastus
Venoms (Compil.)
Lire la chronique
Aussichtslos
Völlig aussichtslos
Lire la chronique
Biohazard
State Of The World Address
Lire la chronique
Cirith Ungol
Half Human Past (EP)
Lire la chronique
Cirith Ungol
Forever Black
Lire la chronique
Aria
Armageddon
Lire la chronique
Vreid
Wild North West
Lire la chronique
Endseeker
Mount Carcass
Lire la chronique
Sulk
Tennis Elbow (EP)
Lire la chronique
Eclipsus
Yûrei
Lire la chronique
13th Moon
Putridarium (EP)
Lire la chronique