chargement...

haut de page
Remontez pour accéder au menu
200 visiteurs :: Invité  » se connecter  » s'enregistrer

Xibalba - Años en Infierno

Chronique

Xibalba Años en Infierno
Peut-être n’ai-je pas l’avis majoritaire concernant la discographie de Xibalba, mais je trouvais avant Años en Infierno que le groupe de Californie n’avait jamais réussi à répondre aux attentes laissées par Madre Mia Gracias Por Los Dias. Ce premier album, étrange et novateur, avait alors quelque chose de particulier dans sa conception (proche de la compilation) et son atmosphère menaçante que le trop ambitieux Hasta La Muerte et surtout le pataud Tierra Y Libertad ne parvenaient pas à égaler. Quittant l’underground, décidant de taper plus fort et de faire voir en grand les visions qui habitaient ses yeux, la formation m’avait alors déçu, trouvant ses temples aztèques bien vides.

Jusqu’à ce qu’elle décide d’y mettre le feu sur Años en Infierno. La bande originaire de Pomona, en abandonnant toute ambition au format cinémascope (trente-six minutes contre un Hasta La Muerte approchant l’heure par exemple), adopte alors une politique de la terre brûlée lui permettant d’apporter de nouveau le petit frisson qu’avait marqué sa rencontre avec elle en 2011. Point de détours, point d’expérimentations outrancières, lors des six premiers titres de l’essai : juste l’humilité de vouloir bien faire les choses, dans un mix entre hardcore beatdown et death metal trouvant son parfait équilibre dans le chaos.

Enfin, nous ne sommes plus avec eux dans le jeu des genres, les formules « death metal pour coreux » ou « hardcore infernal », une bataille d’étiquettes qui donne envie de partir du magasin les mains vides, aucun costume leur allant vraiment. Non, Años en Infierno montre un Xibalba qui choisit de ne plus choisir et de jouer visiblement la musique qu’il aime, un Obituary mythologique, un Bolt Thrower rappelant son amour pour le crust, usant des armes les plus simples (qu’il est tentant de mettre ce mot partout, tant cet album a la saveur de l’évidence !) pour mettre ses ennemis à terre. Que les Ricains les utilisent avec talent, troquant les armes lourdes de « Santa Muerte » ou « La Injusticia » pour les attaques aériennes, leads majestueuses et altières, durant « Corredor de la Muerte » et « Saka » avant de marquer le pas sauvage des troupes au sol lors de « En La Oscuridad » ! Un disque conquérant, enfiévré au point de devenir prophétique, d’une juste colère guidant chaque riff : c’est ce que parvient à transmettre cette grosse demi-heure mieux que les attaques tempérées des longue-durées précédents.

Nathan Rebolledo et sa voix acerbe, sorte de version urbaine et enragée de Karl Willets ; le jeu musclé de Jason Brunes comme des jambes marquant l’effort ; les drops de Brian Ortiz personnifiant la douleur de l’assaut... il y aurait de quoi épiloguer longtemps sur les prises de territoire réussies de bout en bout que fait le groupe en décidant de sortir, en apparence, « son album qui bute ». Mais il ne s’arrête pas sur Años en Infierno à cet unique objectif, pourtant déjà hautement jouissif. Non, il rappelle qu’il a été, au départ, un projet plus profond que ne pouvait le laisser croire ses faux-airs bêtas et frimeurs, la mine sombre pour pas grand-chose à part le style que cela lui donne.

Xibalba n’est en effet pas Nails. L’auditeur rassasié d’images de puissance, de combats menés en maître de guerre gérant finement les coups de primates, ne voit alors pas arriver « El Abismo » et ses deux parties qui présentent la fin des batailles et leur tristesse prégnante. Un diptyque où l’on se situe au bout de cette « route furieuse » jusqu’à nous faire goûter l’après. On pense au chant clair essoufflé du Cult of Luna période Somewhere Along The Highway mais arrêté au bord de ruines fumantes. Les sursauts s’y font plus anxieux, étonnamment étouffants, quittant les peintures physiques des membres s’activant pour laisser entrer le trauma. Un final où la mélancolie profonde qu’il y a derrière l’exercice de destruction transparaît pleinement. Rien de cela n’est gratuit, les menaces et démonstrations de force se terminant dans une fatigue corporelle et mentale (si je pensais utiliser ce terme pour qualifier un jour la musique des Ricains !) faisant que l’on réécoute ce disque avec un autre esprit que lors de sa découverte, celui que l’on donne à un groupe pas si con, clairement pas cool, bel et bien « cold ».

En somme, un moyen-métrage qui a tout d’un grand, et aisément l’album le plus death metal, dans ce qu’il convoque et fait ressentir, que vous pourrez trouver cette année. « En toute simplicité ».

DONNEZ VOTRE AVIS

Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.

5 COMMENTAIRE(S)

Krokodil citer
Krokodil
20/06/2020 15:24
note: 5/10
Perdu depuis HLM. Toujours pas retrouvé.
lkea citer
lkea
20/06/2020 14:40
note: 8.5/10
Sim a écrit : Phrenelith

Ah oui, en effet ! Bon, meilleur album death du milieu d'année sûr, on verra pour le reste Moqueur
gulo gulo citer
gulo gulo
20/06/2020 14:27
note: 8.5/10
Sim a écrit : Phrenelith et Undergang

Ok, je rajoute "pour l'instant" ^^
Sim citer
Sim
20/06/2020 14:10
gulo gulo a écrit : C'est d'évidence l'album death de l'année.
Attends les albums de Phrenelith et d’Undergang je pense !

Belle tarte ce Xibalba, j’adorerai les voir en live !
gulo gulo citer
gulo gulo
20/06/2020 13:30
note: 8.5/10
C'est d'évidence l'album death de l'année.

AJOUTER UN COMMENTAIRE

 
Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.
Xibalba
Death Metal / Hardcore
2020 - Southern Lord Recordings
notes
Chroniqueur : 8.5/10
Lecteurs : (3)  7.83/10
Webzines : (2)  8.04/10

plus d'infos sur
Xibalba
Xibalba
Death Metal / Hardcore - Etats-Unis
  

tracklist
01.   La Injusticia  (04:55)
02.   Corredor de la Muerte  (02:12)
03.   Santa Muerte  (04:31)
04.   Saka  (04:24)
05.   Años en Infierno  (02:38)
06.   En La Oscuridad  (03:54)
07.   El Abismo I  (06:40)
08.   El Abismo II  (06:36)

Durée : 35 minutes 53 secondes

line up
parution
29 Mai 2020

voir aussi
Xibalba
Xibalba
Hasta La Muerte

2012 - Southern Lord Recordings
  
Xibalba
Xibalba
Madre Mia Gracias Por Los Dias

2011 - Southern Lord Recordings
  
Incendiary / Xibalba
Incendiary / Xibalba
Split 7'' (Split 7")

2012 - Closed Casket Activities
  
Xibalba
Xibalba
Tierra Y Libertad

2015 - Southern Lord Recordings
  

Essayez aussi
The Kandidate
The Kandidate
Facing The Imminent Prospect Of Death

2012 - Napalm Records
  
Sordid Leader
Sordid Leader
Serpent Aeon (EP)

2010 - Autoproduction
  
Darkest Hour
Darkest Hour
Hidden Hands Of A Sadist Nation

2003 - Victory Records
  
Hierophant
Hierophant
Mass Grave

2016 - Season Of Mist
  
Darkest Hour
Darkest Hour
Godless Prophets & The Migrant Flora

2017 - Southern Lord Recordings
  

Irae
Lurking in the Depths
Lire la chronique
Death Courier
Necrotic Verses
Lire la chronique
Bašmu
Enshrined In Eternity
Lire la chronique
Exocrine
Maelstrom
Lire la chronique
Cryptic Shift
Visitations from Enceladus
Lire la chronique
Bezwering
Aan De Wormen Overgeleverd
Lire la chronique
Odiosior
Odiosior (EP)
Lire la chronique
Non Serviam
Le Cœur Bat
Lire la chronique
Hum
Inlet
Lire la chronique
Nexion
Seven Oracles
Lire la chronique
Mosaic
Secret Ambrosian Fire
Lire la chronique
BLACK METAL qui parle de virus !
Lire le podcast
Gloom
Rider of the Last Light
Lire la chronique
Witchcraft
Legend
Lire la chronique
Front
Antichrist Militia (EP)
Lire la chronique
Pearl Jam
Binaural
Lire la chronique
Buköwski
Grind on the Rocks
Lire la chronique
Le sondage des années 2010
Votre top 10 ! Difficile he...
Voir le sondage
Vspolokh
Помре
Lire la chronique
Zemial
Nykta
Lire la chronique
Meth Leppard
Woke
Lire la chronique
Runemagick / Chthonic Deity
Chthonicmagick (Split 12")
Lire la chronique
Azziard
Liber Secondus - Exégèse
Lire la chronique
Cathedral
The Last Spire
Lire la chronique
Carach Angren
Franckensteina Strataemontanus
Lire la chronique
Xibalba
Años en Infierno
Lire la chronique
Brutal Avengers
Chapter II - Mission to Ext...
Lire la chronique
PPCM #35 - Cherchons du STONER DEATH METAL !
Lire le podcast
Gravesend
Preparations For Human Disp...
Lire la chronique
Grave Circles
Tome II
Lire la chronique