chargement...

haut de page
Remontez pour accéder au menu
200 visiteurs :: Invité  » se connecter  » s'enregistrer

Pearl Jam - Pearl Jam

Chronique

Pearl Jam Pearl Jam
Vous allez dire que je vous saoule avec Pearl Jam mais, premièrement, je vous rappelle quand même que je vous avait prévenu en début d’année que 2020 serait pour moi l’occasion de revenir en ces pages sur la longue et généreuse discographie des Américains et que deuxièmement, si avec les vacances qui arrivent je veux tenir le rythme d’un album par mois que je me suis fixé (outre Gigaton chroniqué le mois dernier histoire de coller un tant soit peu à l’actualité), me voilà d’ores et déjà contraint de revenir à la charge. Et tant pis pour tous les rageux car je vous rappel que je fais encore ce que je veux !

Pour la première fois en quatorze ans de carrière, il aura donc fallu plus de deux ans à Pearl Jam pour sortir un nouvel album. En effet c’est en 2006, soit quatre ans après Riot Act, que sort Pearl Jam, huitième album du groupe de Seattle dont l’intitulé fût justifié à l’époque par le fait que les titres de certaines chansons étaient suffisamment équivoques ("Life Wasted", "World Wide Suicide", "Unemployable", "Army Reserve") pour ne pas avoir à en rajouter une couche. Côté artwork, on ne peut pas dire que le groupe se soit également beaucoup foulé. Un fond bleu, un avocat coupé en deux, un jeu d’ombre discutable, un logo Pearl Jam passablement stylisée et puis basta... On a vu mieux même s’il ne fallait peut-être pas attendre davantage d’une idée balancée à la va vite par un groupe vraisemblablement pressé d’en finir et de passer à autre chose.

Après plusieurs années de collaboration avec Epic Records, Pearl Jam ira trouver refuge chez J Records, label indépendant passé pourtant rapidement sous la coupe de RCA Records / Sony Music. C’est Adam Kasper avec qui le groupe a déjà travaillé par le passé (notamment sur Riot Act) qui chapeautera les sessions d’enregistrement et de mixage tenues tout au long de l’année 2005 aux Studios X de Seattle. Un album a peine préparé puisque le groupe, entre tournées, festivals et naissance (premier bébé pour Eddie Vedder), arrivera en studio les mains dans les poches avec seulement quelques riffs et idées dans sa besace.
C’est sûrement ce qui explique, au moins en partie, ce sentiment d’urgence et d’immédiateté qui frappe lors des premières écoutes de l’album. Car s’il y a une chose qui caractérise ce huitième témoignage longue-durée c’est bien cette approche dépouillée, simple et plutôt directe (la production plus abrasive d’Adam Kasper n’y est pas étrangère) menée tout au long d’une première moitié qui ne manque pas d’allant. Si certains y ont vu un retour aux sources pour le moins convaincant, j’y vois surtout un moyen pour le groupe d’exprimer sa rage, sa frustration et sa colère vis à vis du monde qui nous entoure et de ce pays dans lequel il vit. Porté à nouveau par ce sens de la contestation qui va pousser Eddie Vedder à s’exprimer à travers des paroles acerbes traitant là encore de sujets d’actualité (la réélection de George W. Bush, l’engagement des troupes américaines en Irak, la pauvreté grandissante aux États-Unis, le poids de la religion au quotidien...), le groupe de Seattle va s’installer dans une dynamique plutôt surprenante (aidé par le jeu explosif et varié de Matt Cameron) même si plus on avance dans l’album et plus les choses tendent à s’apaiser. Un déséquilibre qui par la force des choses tend à rendre les derniers titres moins percutants d’autant plus que ces morceaux moins tendus sont aussi les moins bons de l’album.

En effet, la seule véritable faiblesse de cet album éponyme (outre ce déséquilibre évoqué plus haut) ne réside absolument pas dans le caractère simple et épurée de ses morceaux à l’héritage Punk/Hard Rock évident mais plutôt dans ses ballades qui n’arrivent pas à atteindre la profondeur et la gravité de celles dont Pearl Jam avait jusque-là l’habitude. Le processus de composition vite expédié (l’album a été composé en une dizaine de jours à partir de rien ou presque) et l’enregistrement plutôt décousu n’y sont probablement pas étranger au même titre que ce léger manque d’arrangements, ces riffs trop légers/passe-partout/inoffensifs et finalement assez peu inspirés et inspirants et cet engagement moins intense et passionné qu’à l’accoutumé. Plein de facteurs qui laissent finalement l’auditeur sur une impression plutôt mitigée face à des titres tels que "Parachutes", "Gone", "Army Reserve" ou "Come Back" qui, s’ils sont loin d’être mauvais, paraissent tout de même un peu trop faciles et surtout dénués de caractère. Reste heureusement ce "Inside Job" dont les paroles composées pour la première fois de l’histoire du groupe par Mike McCready est illuminé par le travail mélodique de ce même monsieur, notamment ces deux excellents solos proposés à 4:50 et 5:48. Un moyen de clôturer l’album sur une note tout de même plus convaincante après ces quelques titres moins engageants et mémorables. D’ailleurs les solos de McCready sont probablement l’un des points fort de l’album. Un travail soigné et inspiré permettant d’illuminer chaque composition ou presque par ce talent d’écriture, ce feeling mélodique hérité des années 70 et cette puissance évocatrice qui dégage ici quelque chose de lumineux et de positif. De "Life Wasted" à "World Wide Suicide" en passant par "Comatose", "Severed Hand" ou "Big Wave", l’Américain offre une nouvelle fois une belle démonstration de tout son talent.

Plein d’intentions dont certaines un peu osées (arriver en studio les mains dans les poches en est une belle), Pearl Jam souffre malgré ses qualités et ses prises de risques d’un léger manque de profondeur et de caractère, notamment par rapport à certains albums précédents peut-être un peu plus convenus sur le fond comme sur la forme mais que je trouve néanmoins plus marquants. On saura néanmoins apprécier le parti pris de Pearl Jam d’arriver après quatre ans d’absence avec un album résolument agressif même si encore une fois on aurait aimé que celui-ci soit mieux équilibré et que les quelques titres plus posés soient à la hauteur de ce à quoi le groupe nous avait jusque-là habitué. Et puis surtout, ces compositions, si elles sont parfois maladroites portent tout de même les paroles d’un groupe décidé à faire entendre sa voix, à changer les choses et pourquoi pas à ouvrir les yeux et les mentalités de certains. Un disque chargé politiquement et socialement par un groupe soucieux d’aborder les choses d’une manière plus positive et moins sombre qu’auparavant. Certes, le résultat n’est peut-être pas aussi convaincant que sur les albums précédents du groupe mais Pearl Jam n’en demeure pas moins un très bon album de Rock truffés de compositions particulièrement efficaces ("Life Wasted", "World Wide Suicide", "Comatose", "Severed Hand", "Unemployable", "Big Wave") sur lequel il n’est jamais désagréable de revenir.

DONNEZ VOTRE AVIS

Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.

AJOUTER UN COMMENTAIRE

 
Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.
Pearl Jam
Grunge
2006 - J Records
notes
Chroniqueur : 7.5/10
Lecteurs : (1)  8/10
Webzines : (3)  7/10

plus d'infos sur
Pearl Jam
Pearl Jam
Grunge - 1990 - Etats-Unis
  

vidéos
Life Wasted
Life Wasted
Pearl Jam

Extrait de "Pearl Jam"
  
World Wide Suicide
World Wide Suicide
Pearl Jam

Extrait de "Pearl Jam"
  

tracklist
01.   Life Wasted  (03:54)
02.   World Wide Suicide  (03:29)
03.   Comatose  (02:19)
04.   Severed Hand  (04:30)
05.   Marker In The Sand  (04:23)
06.   Parachutes  (03:36)
07.   Unemployable  (03:04)
08.   Big Wave  (02:58)
09.   Gone  (04:09)
10.   Wasted Reprise  (00:53)
11.   Army Reserve  (03:45)
12.   Come Back  (05:29)
13.   Inside Job  (07:08)

Durée : 49:44

line up
parution
2 Mai 2006

voir aussi
Pearl Jam
Pearl Jam
Gigaton

2020 - Monkeywrench Records / Republic Records
  
Pearl Jam
Pearl Jam
Riot Act

2002 - Epic Records
  
Pearl Jam
Pearl Jam
Yield

1998 - Epic Records
  
Pearl Jam
Pearl Jam
Vitalogy

1994 - Epic Records
  
Pearl Jam
Pearl Jam
Binaural

2000 - Epic Records
  

Essayez aussi
Temple Of The Dog
Temple Of The Dog
Temple Of The Dog

1991 - A&M Records
  
Soundgarden
Soundgarden
Screaming Life / Fopp (Compil.)

1990 - Sub Pop Records
  
Soundgarden
Soundgarden
King Animal

2012 - Vertigo
  
Alice In Chains
Alice In Chains
Facelift

1990 - Columbia Records
  
Alice In Chains
Alice In Chains
Black Gives Way To Blue

2009 - EMI
  

Paradise Lost
Paradise Lost
Lire la chronique
Tristengrav
II - Nychavge (EP)
Lire la chronique
Fluoride
Disentanglement
Lire la chronique
Soul Blind
Greatest Hits Vol. I (Compil.)
Lire la chronique
Putrid Offal
Sicknesses Obsessions
Lire la chronique
Novae Militiae
Topheth
Lire la chronique
Ascended Dead / Evil Priest
Nexus Of The Black Flame / ...
Lire la chronique
Uada
Djinn
Lire la chronique
Drowning / Misgivings
Requiem For Gods Perdition ...
Lire la chronique
Polymoon
Caterpillars Of Creation
Lire la chronique
Candiria
Beyond Reasonable Doubt
Lire la chronique
L'affaire JP FOURNIER... L'illustrateur qui tua son père.
Lire le podcast
Darkened
Kingdom Of Decay
Lire la chronique
The Great Old Ones
Cosmicism
Lire la chronique
Eirik
Omnis Erit Eductus
Lire la chronique
Paradise Lost
Gothic
Lire la chronique
Bestial Invasion
Monomania
Lire la chronique
Palehorse
Soft as Butter; Hard as Ice
Lire la chronique
Lik
Misanthropic Breed
Lire la chronique
Necrot
Mortal
Lire la chronique
Diabolic pour "Mausoleum of the Unholy Ghost"
Lire l'interview
Skeletal Remains
The Entombment Of Chaos
Lire la chronique
Diabolic
Mausoleum of the Unholy Ghost
Lire la chronique
Katavasia
Magnus Venator
Lire la chronique
Hulder
De Oproeping Van Middeleeuw...
Lire la chronique
Morta
Fúnebre (EP)
Lire la chronique
Disembowel
Echoes Of Terror
Lire la chronique
Mimorium
Blood of Qayin
Lire la chronique
Bethlehem
Dictius Te Necare
Lire la chronique
StoneBirds
Collapse and Fail
Lire la chronique