chargement...

haut de page
Remontez pour accéder au menu
196 visiteurs :: Invité  » se connecter  » s'enregistrer

Pearl Jam - Backspacer

Chronique

Pearl Jam Backspacer
L’une des particularités les plus remarquables de Backspacer est d’être encore aujourd’hui (et probablement pour toujours) l’album le plus court de la discographie de Pearl Jam. Sorti le 20 septembre 2009, celui qui célébrait il y a quelques jours encore son onzième anniversaire, pointe en effet largement sous la barre des quarante minutes (trente six pour être exact). Un détail qui n’aura pas échappé à tous les amateurs de la formation de Seattle qui jusque-là nous avait habitué à des albums dépassant pour la plupart (à la seule exception de Vs.) les cinquante minutes. Toutefois, au-delà de ces chiffres sans grande importance, il faut bien voir que ce neuvième album est surtout le disque le plus immédiat jamais composé par Pearl Jam. Un album épuré, tourné sur l’essentiel et à l’atmosphère résolument plus positive (comme le soulignait très justement Eddie Vedder à l’époque de la sortie de l’album, l’élection de Barak Obama après deux mandats passés sous l’administration de Georges W. Bush n’y fût sûrement pas étranger).

L’autre bonne surprise de ce Backspacer, c’est le retour de Brendan O’Brien dans le rôle de producteur en chef. Si celui-ci a toujours collaboré de près (on lui doit les productions de Vs., Vitalogy, No Code et Yield) ou de loin (il fût en charge du mixage de Binaural et Riot Act) avec les Américains, il n’avait plus produit un seul album de Pearl Jam depuis l’enregistrement de Yield en 1997. Un retour aux affaires signé d’une production toujours aussi impeccable, moins abrasive et dépouillée que celles de Vitalogy ou No Code, mais possédant néanmoins ce qu’il faut de caractère et de personnalité pour permettre à ces nouvelles compositions de briller une fois de plus comme il se doit dans un contexte finalement de moins en moins porté sur la musique Rock.

Enregistré à Los Angeles au début de l’année 2009, Backspacer est le premier album depuis Vs. à ne pas avoir été couché sur bande dans un studio de Seattle. C’est également le premier album pour lequel Pearl Jam a pris le temps de composer et répéter chaque morceau avant d’entrer en studio plutôt que d’arriver comme il l’a fait bien souvent les mains dans les poches, avec seulement quelques idées plus ou moins finalisées dans sa besace. Voilà qui explique alors peut-être pourquoi ce neuvième album semble faire preuve d’une plus grande homogénéité que son prédécesseur quelque peu plombé par des morceaux de moins bonne facture (notamment parmi les titres les plus calmes proposés par le groupe) et une sévère baisse de régime à mi-parcours...

Mais si le groupe a effectivement pris le temps de soigner ses compositions en amont, celles-ci ne sont pas plus élaborées, plus complexes ou plus originales pour autant. D’une manière générale, malgré la qualité d’écriture toujours aussi évidente et le soin apporté à la finalisation de certains arrangements, c’est même plutôt l’inverse tant, encore une fois, les morceaux de Backspacer se concentrent effectivement sur l’essentiel. Un minimalisme musical parfaitement étudié afin de ne viser que deux choses : l’efficacité et l’immédiateté. Pour y parvenir, le groupe de Seattle va miser en priorité sur des morceaux dynamiques, marqués par des rythmiques simples mais ultra entrainantes (le très Rock "Gonna See My Friend", "Got Some", l’excellent "The Fixer" au refrain particulièrement addictif ou encore les biens nommés "Johnny Guitar" et "Supersonic") ainsi que quelques mises en relief qui ont le sait pertinemment n’auront jamais le charme de ces titres d’antan (de l’eau à naturellement passé sous les ponts depuis "Elderly Woman Behind The Counter In A Small Town" et à l’époque de Backspacer Pearl Jam est déjà depuis belle lurette un groupe beaucoup plus mature et très prompt à nous balancer des balades un peu plus "faciles" et grand-public) mais qui à l’inverse de ceux proposés sur Pearl Jam ne donnent pas le sentiment d’avoir été composés à la vite ni de manquer de présence, de profondeur ou d’émotions ("Just Breathe" en forme de mise en bouche sympathique mais peut-être un peu trop facile à mon goût, le très bon "Amongst The Waves" avec son refrain chargé en émotion et surtout l’un des seuls véritables solos de l’album, "Speed Of Sound" ou "The End" qui clôture l’album sur une touche acoustique bienvenue à grand renfort de violons). Finalement, le seul véritable petit défaut que l’on pourrait trouver à ce neuvième album c’est justement l’absence de solo qui aurait très certainement conféré un esprit Rock’n’Roll encore plus saisissant. Malheureusement le père McCready est quasiment aux abonnés absents sur ce disque (à l’exception de son excellente contribution sur le titre "Amongst The Waves") et c’est bien dommage car le bonhomme à toujours eu le chic pour sublimer les titres de Pearl Jam avec ses solos toujours extrêmement inspirés. Tant pis pour nous…

Sans être d’une grande originalité, Backspacer est pourtant un album plein de surprises. De sa durée extrêmement réduite pour un album de Pearl Jam à cette immédiateté qui en découle en passant par le retour de Brendan O’Brien à la production où cet artwork fait de vignettes cartoonesques signées Dan Perkins aka Tom Tomorrow (This Modern World), ce neuvième album ne ressemble à aucun autre disque de Pearl Jam. Pourtant, comme d’habitude (enfin à l’exception de Gigaton qui en a quand même chamboulé plus d’un) on s’y sent comme à la maison, en compagnie d’un groupe qui à l’approche de ses vingt ans de carrière continue ici son petit bonhomme de chemin en gardant en tête une idée simple, celle de se faire plaisir sans se soucier de ce que peuvent bien penser les autres. Alors effectivement, Backspacer ne sera probablement jamais considéré comme un incontournable de la musique Rock, pour autant il reste un disque particulièrement solide que ce soit au regard de la discographie bien fourni de Pearl Jam (surtout après un album éponyme moins évident) ou bien d’une manière plus générale grâce à cette capacité à condenser en l’espace d’une grosse demi-heure ces titres à l’énergie débordante et ces moments de calme sous forme de balades bien souvent gorgées d’émotions.

DONNEZ VOTRE AVIS

Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.

AJOUTER UN COMMENTAIRE

 
Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.
Pearl Jam
notes
Chroniqueur : 8/10
Lecteurs : (1)  8/10
Webzines : (3)  6.83/10

plus d'infos sur
Pearl Jam
Pearl Jam
Grunge - 1990 - Etats-Unis
  

vidéos
The Fixer
The Fixer
Pearl Jam

Extrait de "Backspacer"
  
Just Breathe
Just Breathe
Pearl Jam

Extrait de "Backspacer"
  
Amongst The Waves
Amongst The Waves
Pearl Jam

Extrait de "Backspacer"
  

tracklist
01.   Gonna See My Friend  (02:47)
02.   Got Some  (03:01)
03.   The Fixer  (02:57)
04.   Johnny Guitar  (02:49)
05.   Just Breathe  (03:34)
06.   Amongst The Waves  (03:57)
07.   Unthought Known  (04:08)
08.   Supersonic  (02:38)
09.   Speed Of Sound  (03:34)
10.   Force Of Nature  (04:03)
11.   The End  (02:55)

Durée : 36:38

line up
parution
20 Septembre 2009

voir aussi
Pearl Jam
Pearl Jam
Riot Act

2002 - Epic Records
  
Pearl Jam
Pearl Jam
Pearl Jam

2006 - J Records
  
Pearl Jam
Pearl Jam
No Code

1996 - Epic Records
  
Pearl Jam
Pearl Jam
Lightning Bolt

2013 - Monkeywrench Records
  
Pearl Jam
Pearl Jam
Yield

1998 - Epic Records
  

Essayez aussi
Soul Blind
Soul Blind
Greatest Hits Vol. I (Compil.)

2020 - Trip Machine Laboratories
  
Alice In Chains
Alice In Chains
MTV Unplugged (Live)

1996 - Columbia Records
  
Soundgarden
Soundgarden
King Animal

2012 - Vertigo
  
Temple Of The Dog
Temple Of The Dog
Temple Of The Dog

1991 - A&M Records
  
Soundgarden
Soundgarden
Down On The Upside

1996 - A&M Records
  

Wyrd
Vandraren
Lire la chronique
Graveland
Hour of Ragnarok
Lire la chronique
Lymphatic Phlegm
Pathogenesis Infest Phlegms...
Lire la chronique
Fleshdriver
Leech (EP)
Lire la chronique
Aborted
Maniacult
Lire la chronique
Haken
The Mountain
Lire la chronique
Chamber Of Unlight
Realm Of The Night
Lire la chronique
10 Code
Ride
Lire la chronique
Abandon
When It Falls Apart
Lire la chronique
Witch Vomit
Abhorrent Rapture (EP)
Lire la chronique
Malevolent Creation
Dead Man's Path
Lire la chronique
Árstíðir lífsins
Saga á tveim tungum II: Eig...
Lire la chronique
Archgoat
Heavenly Vulva (Christ's La...
Lire la chronique
Mr. Bungle
Mr. Bungle
Lire la chronique
Thy Light
Thy Light (EP)
Lire la chronique
Civerous
The Expedition Of Illness (...
Lire la chronique
Sacrifixion
Shower Me In Death (EP)
Lire la chronique
Vanden Plas
Christ Φ
Lire la chronique
Mourning Beloveth
Dust
Lire la chronique
French Black Metal : Les nouveaux sont-ils à la HAUTEUR ?
Lire le podcast
16
Blaze of Incompetence
Lire la chronique
Ungfell
Es Grauet
Lire la chronique
Revenant Marquis
Below The Landsker Line
Lire la chronique
Pa Vesh En
Maniac Manifest
Lire la chronique
Rixe
Collection (Compil.)
Lire la chronique
Ashen
Godless Oath (EP)
Lire la chronique
Sermon Of Flames
I Have Seen The Light, And ...
Lire la chronique
Caverne
La Fin De Tous Les Chants
Lire la chronique
Turn Cold
Break Your Faith (EP)
Lire la chronique
Kirottu
Deity Embers
Lire la chronique