chargement...

haut de page
Remontez pour accéder au menu
107 visiteurs :: Invité  » se connecter  » s'enregistrer

Perdition Temple - Sacraments Of Descension

Chronique

Perdition Temple Sacraments Of Descension
Cinq ans, c’est en général le temps qu’il faut à Gene Palubicki pour gérer ses sempiternelles histoires de line-up et donner naissance à un nouvel album de Perdition Temple, l’un des deux groupes dans lequel il officie encore avec Blasphemic Cruelty. Et en effet, il y a eu pas mal de changements depuis 2015 et la sortie du très bon The Tempter's Victorious puisqu’avec le retrait d’Impurath, Gene s’est vu contraint de reprendre du service derrière le micro, une position qu’il n’avait plus tenu depuis la sortie d’Edict Of The Antichrist Elect il y a déjà dix ans. Pour cette cuvée 2020, il est également à noter que Bill Taylor (guitare) et Gabriel Gozainy (basse) ne sont plus de la partie et que seul le dernier a été remplacé par Alex Blume d’Ares Kingdom et Blasphemic Cruelty.

C’est donc désormais sous la forme d’un trio qu’opère Perdition Temple dont le troisième album intitulé Sacraments Of Descension est sorti en mars dernier sur Hells Headbangers Records. Un disque illustré par le Chilien Daniel Corcuera (Cruciamentum, Diocletian, Eggs Of Gomorrh, Necrowretch, Slaughtbbath, Unaussprechlichen Kulten...) qui livre ici une oeuvre absolument infernale. Un travail une fois de plus réussi et surtout particulièrement raccord avec ce genre de Death Metal intense et jusqu’au-boutiste qui plaît tant à l’ami Palubicki.

Car ce ne sont pas les années qui passent qui semblent avoir entamé la motivation et l’énergie du musicien américain toujours aussi prompt à dégainer ses riffs éclairs plus ou moins tarabiscotés. Ainsi, l’ancien compagnon d’arme de Pete Helmkamp au sein d’Angelcorpse poursuit ses pérégrinations en terrains hostiles à coups de compositions toujours aussi frontales. L’attaque étant bien souvent la meilleure des défenses, Perdition Temple passe effectivement le plus clair de son temps le couteau entre les dents, pilonnant à tout va à coup de blasts quasi-interrompus et de riffs éclairs qui semblent changer de direction comme un girouette en pleine tempête.

Toujours coincé quelque part entre Angelcorpse, Morbid Angel et Nox, Perdition Temple nous livre ainsi un troisième album toujours aussi dénué d’originalité. Pour autant et comme à chaque fois, le seul constat qui s’impose à la fin de cette petite demi heure particulièrement musclée c’est à quel point cette formule s’avère ô combien redoutable. Une efficacité à toute épreuve même face à un son de batterie pas forcément toujours très engageant. En effet, c’est là l’un des principaux points noirs de ce Sacraments Of Descension, une batterie extrêmement volontaire mais à la couleur parfois trop impersonnelle et synthétique. Dans l’ensemble de ces trente-quatre minutes, celle-ci ne s’avère pas particulièrement gênante (personnellement, je m’y fait plutôt bien) mais si l’on décide de s’y attarder un peu trop longuement, il est vrai que l’on en vient alors assez facilement à se sentir agacer par ces triggues systématiques et surtout un poil trop voyants et ce son, notamment celui de la grosse caisse et de la caisse claire, beaucoup trop clinique et pas suffisamment naturel.
Un détail qui peut donc selon votre sensibilité sur le sujet avoir toute son importance mais sur lequel je passe outre bien volontiers ici, préférant me rendre à l’évidence simple que Perdition Temple nous régale une fois de plus grâce à un album absolument sauvage, mené pied au plancher le temps de compositions pourtant toujours assez longues (4:30 de moyenne) mais diablement efficaces. Faisant fi des modes et autres retours en grâces, Gene Palubicki ne se fait pas prier pour jouer ce qu’il sait jouer de mieux : des riffs exécutés à toute berzingue, changeant de caps au gré de ses envies, tricotant avec une énergie et une intensité qui frise l’hystérie. Cerise sur le gâteau, l’Américain se montre une fois encore généreux lorsqu’il s’agit de dispensés ces fameux solos chaotico-mélodiques hérités du grand Trey Azagthoth. Une dynamique à perdre haleine que va (tenter de, diront les mauvaises langues) suivre Ronnie Parmer à coup de blasts soutenus mais au final assez peu variés (caisse claire et double grosse-caisse à fond les ballons). Car c’est là l’autre point noir du Death Metal de Perdition Temple, une certaine redondance dans le propos et l’exécution qui aurait pu lui être préjudiciable si le groupe avait fait l’erreur de s’éterniser. Fort heureusement ce n’est pas le cas et surtout on trouve tout un tas de ralentissements toujours bien sentis qui permettent ainsi d’aérer l’ensemble et de changer le ton à coups de séquences forcément un poil moins punitives.

Hormis ces histoires récurrentes de line-up, rien n’a vraiment changé du côté de Perdition Temple qui continue à faire preuve d’une belle intensité en oeuvrant dans un Death Metal pour le moins bestial et finalement assez peu représenté ces dernières années. Certes, l’affiliation avec Angelcorpse auquel il a brillamment participé reste encore et toujours aussi évidente mais comme Pete Helmkamp semble en avoir terminé avec le groupe et que les choses se sont plutôt ramollies du côté d’Abhomine, ce troisième album constitue un parfait substitut à tous ceux en manque de ce genre d’album hystérique et jusqu’au-boutiste. Enfin, même si Impurath s’en était très bien sorti à l’époque de The Tempter's Victorious, il faut bien avouer que cela fait plaisir d’entendre à nouveau le père Palubicki s’arracher les cordes vocales à un débit lui aussi particulièrement soutenu. Bref, tout ça manque peut-être d’originalité et de personnalité mais cela n’a finalement que peu d’importance lorsque l’on se prend une telle dérouillée. Allez, rendez-vous en 2025.

DONNEZ VOTRE AVIS

Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.

12 COMMENTAIRE(S)

TarGhost citer
TarGhost
20/07/2020 19:44
note: 8/10
Putain d'album. Point à la ligne.
Charon Del Hadès citer
Charon Del Hadès
17/07/2020 10:11
C'est justement ce coté "incontrôlé" (du moins en apparence) qui fait tout le...hum...charme de ce groupe. Les trois albums se suivent avec chacun leurs spécificités, de même que pour les autres sorties du bonhomme.
La seule exception est peut-être pour son nouveau projet nommé "Inverser", davantage dans un esprit black.
Jean-Clint citer
Jean-Clint
17/07/2020 09:23
note: 7.5/10
Dommage effectivement que le son ultra compressé gâche l'écoute, car pour le reste c'est toujours efficace et on reconnait sans peine le boulot de Palubicki. Un bon cru qui s'écoute facilement à défaut d'être marquant (comme le reste de l'oeuvre du groupe), tant on a parfois l'impression que ça joue en roue-libre.
Charon Del Hadès citer
Charon Del Hadès
16/07/2020 18:25
À ceux qui se demandent : "est-il fou ce gars là ?", je répondrai que oui.
Mais cela n'a rien à voir avec le fait que mon portable part officiellement en génitoires.
À défaut d'avoir tourné sept fois ma langue dans ma bouche, je vous donne sept fois mon avis.
C'est cadeau !
Charon Del Hadès citer
Charon Del Hadès
16/07/2020 18:04
En ce qui me concerne, j'aime beaucoup les travaux de mister Palubicki.
Effectivement la batterie en carton fait un peu tâche dans ce déferlement de colère, mais je note tout de même qu'il arrive à garder le cap malgré un style plus que balisé. En ce qui me concerne je soutiens car au final, le cahier des charges qui prévoit pour ce genre d'albums haine, vitesse et jusqu'au boutisme, est rempli.
Charon Del Hadès citer
Charon Del Hadès
16/07/2020 18:04
En ce qui me concerne, j'aime beaucoup les travaux de mister Palubicki.
Effectivement la batterie en carton fait un peu tâche dans ce déferlement de colère, mais je note tout de même qu'il arrive à garder le cap malgré un style plus que balisé. En ce qui me concerne je soutiens car au final, le cahier des charges qui prévoit pour ce genre d'albums haine, vitesse et jusqu'au boutisme, est rempli.
Charon Del Hadès citer
Charon Del Hadès
16/07/2020 18:04
En ce qui me concerne, j'aime beaucoup les travaux de mister Palubicki.
Effectivement la batterie en carton fait un peu tâche dans ce déferlement de colère, mais je note tout de même qu'il arrive à garder le cap malgré un style plus que balisé. En ce qui me concerne je soutiens car au final, le cahier des charges qui prévoit pour ce genre d'albums haine, vitesse et jusqu'au boutisme, est rempli.
AxGxB citer
AxGxB
16/07/2020 17:28
note: 8/10
DARKFACHOR a écrit : Ne fais plus ça, je suis une vieille personne au cœur fragile xd

On va essayer, promis Mr Green
DARKFACHOR citer
DARKFACHOR
16/07/2020 17:06
Ne fais plus ça, je suis une vieille personne au cœur fragile xd
AxGxB citer
AxGxB
16/07/2020 17:05
note: 8/10
DARKFACHOR a écrit : Le décès d'Impurath ???

My bad, j'ai confondu avec Tragenda... Merci d'avoir relevé Clin d'oeil
DARKFACHOR citer
DARKFACHOR
16/07/2020 16:58
Le décès d'Impurath ???
Keyser citer
Keyser
16/07/2020 16:15
note: 5/10
Ouais eh bien le père Palubicki aurait mieux fait de se réécouter Exterminate avant d'enregistrer cet album. Si c'est plutôt bien branlé niveau riffs et chant (proche d'Angelcorpse évidemment), côté batterie et production c'est franchement naze. Non seulement le son de batterie est infect mais Parmer ne sait toujours pas blaster correctement, je sais pas comment ce mec arrive à jouer dans autant de groupes et pas des moindres (Brutality, Malevolent Creation, Amon ...). Quant à la production globale, c'est plastique et sans âme. Bref ça joue vite mais ça ne dégage absolument aucune haine, aucune brutalité, aucune "evilness", c'est d'une platitude rasoir ...

AJOUTER UN COMMENTAIRE

 
Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.
Perdition Temple
notes
Chroniqueur : 8/10
Lecteurs : (3)  6.83/10
Webzines : (2)  8/10

plus d'infos sur
Perdition Temple
Perdition Temple
Death Metal - 2009 - Etats-Unis
  

tracklist
01.   Nemesis Obsecration  (04:52)
02.   Desolation Usurper  (04:28)
03.   Eternal Mountain  (03:35)
04.   Devil's Countess  (04:47)
05.   Crypts Of Massacre  (04:11)
06.   Carnal Harvest  (04:20)
07.   Red Reaping  (04:15)
08.   Antichrist  (03:50)

Durée : 34:18

line up
parution
27 Mars 2020

voir aussi
Perdition Temple
Perdition Temple
The Tempter's Victorious

2015 - Hells Headbangers Records
  

Essayez aussi
Utumno
Utumno
Across The Horizon (EP)

1993 - Cenotaph Records
  
Coldworker
Coldworker
Rotting Paradise

2008 - Relapse Records
  
Trenchrot
Trenchrot
Dragged Down To Hell (Démo)

2013 - Nihilistic Holocaust
  
Torturerama
Torturerama
It Begins At Birth (EP)

2014 - Dolorem Records
  
God Dethroned
God Dethroned
Under The Sign of the Iron Cross

2010 - Metal Blade Records
  

Transilvania
Night of Nights
Lire la chronique
Wolfkrieg
When the Cold Comes
Lire la chronique
Korn
The Nothing
Lire la chronique
Prison of Mirrors
De Ritualibus et Sacrificii...
Lire la chronique
Spirit Possession
Spirit Possession
Lire la chronique
Valgrind
Condemnation
Lire la chronique
UNDERGROUND ! C'est quoi et à quoi ça sert ?
Lire le podcast
Inclination
Midwest Straight Edge (EP)
Lire la chronique
Carthage
Punic Wars!
Lire la chronique
K.F.R.
Nihilist
Lire la chronique
Fistula
The Process of Opting Out
Lire la chronique
Shed The Skin
The Forbidden Arts
Lire la chronique
Pearl Jam
Pearl Jam
Lire la chronique
Masacre
Reqviem
Lire la chronique
Lantern
Dimensions
Lire la chronique
Temple Of Dread
World Sacrifice
Lire la chronique
Stygian Crown
Stygian Crown
Lire la chronique
Atavist
III: Absolution
Lire la chronique
Aherusia
Nostos ~ An Answer (?)
Lire la chronique
Nattverd
Styggdom
Lire la chronique
Bilan 2010-2019 : la sélection de la rédaction
Lire le bilan
Pearl Jam
Riot Act
Lire la chronique
Evil Warriors
Schattenbringer (EP)
Lire la chronique
Bastard Priest
Vengeance... Of The Damned ...
Lire la chronique
Panzer Squad
s/t (EP)
Lire la chronique
Pearl Jam
Gigaton
Lire la chronique
Black Funeral
Scourge of Lamashtu
Lire la chronique
Thou
Blessings Of The Highest Or...
Lire la chronique
Temnein
Tales : Of Humanity And Greed
Lire la chronique
Withering Surface
Meet Your Maker
Lire la chronique