chargement...

haut de page
Remontez pour accéder au menu
161 visiteurs :: Invité  » se connecter  » s'enregistrer

Mosaic - Secret Ambrosian Fire

Chronique

Mosaic Secret Ambrosian Fire
Mosaic est un groupe à part. Au carrefour de la musique folk, de l’ambient, de la coldwave à la Dead Can Dance et du black metal à la Paysage d’Hiver, l’entité allemande étend son « Supreme Thuringian Folklore » via Eisenwald depuis un bon moment maintenant. Après l’extraordinaire compilation Old Man’s Wyntar, EP augmenté dont il faudra parler un jour, Mosaic revient avec Secret Ambrosian Fire, premier album à proprement parler, drapé dans le folklore et l’occultisme.

« Am Teufelsacker » introduit l’album avec les couleurs habituelles de Mosaic. Les cordes archaïques, les éléments ambient, la réverbération sur le lead de guitare lointain, la voix incantatoire, presque chamanique … Tout est bien là. Moins gelé, mois glacial et moins austère que sur Old Man’s Wyntar toutefois. Ici, Mosaic est plus délié, éclot, presque plus urfaustien. Tout l’aspect mystique du groupe ressurgit dans une version plus alanguie et épanchée que sur son périple gelé de naguère. Mosaic a tiré son nom de l’un des meilleurs albums de Wovenhand, et se fait le pendant européen du groupe de David Eugene Edwards. On y retrouve la même fièvre spirituelle, la même ferveur, la même capacité à extirper d’une terre ses mythes et ses légendes pour les faire danser à nouveau. « Brimstone Blossoms » voit Mosaic tourbillonner, convoquer en spirale les images de vieilles histoires oubliées et des dieux surannés. L’élan se continue sur « Cloven Fires », plus directement black metal, avec blasts et trémolos. Les imprécations de Martin Falkenstein, l’âme directrice de l’entité, ont toujours ce grain particulier, entre appels désespérés, murmures raclés, hurlements enragés et divagations d’ermite qui définissent très largement la personnalité de Mosaic.

En trois pistes, Mosaic nous remis en mémoire ce qui fait son alchimie si particulière. Cependant, Martin semble vouloir livrer ici quelque chose de plus généreux qu’auparavant. Le minimalisme qui caractérisait ses anciennes productions est quelque peu atténué, au profit d’une plus grande variété d’instruments, de sons et d’interventions. En fait, le black metal n’est que relativement peu présent dans cet album. « Ambrosia XIX », par exemple, se base sur une batterie troublante, au jeu progressif et hypnotique, supportant un enchevêtrement d’arpèges de guitare ondoyants, de pianos, de voix omniprésentes et protéiformes, de nappes de clavier en fond et d’autres sonorités difficilement saisissables qui approfondissent encore un paysage sonore déjà particulièrement vaste. Le travail de mixage, que j’imagine avoir été tout spécialement réfléchi et conséquent, doit être salué. Il parvient à donner une véritable et authentique sensation d’immersion, de plongée dans un univers autre.

Si je m’extasie proprement devant le travail que représente l’album, je dois pourtant lui déplorer une intensité moindre que sur Old Man’s Wyntar. Ce dernier avait le pouvoir d’emporter immédiatement, de saisir au col pour entraîner l’auditeur dans un hiver infini. Secret Ambrosian Fire, n’a pas cet effet spontané. Il demande plus d’investissement pour être percé et pénétré. Il exige même un certain effort pour se rendre accessible, et surtout une solide ouverture aux genres que sont l’ambient, le folk et tout ce qui touche aux musiques d’ambiance et d’atmosphère en général. S’il vous faut à tout prix des riffs, vous serez déçus ! La très wakefordienne « Coal Black Salt », par exemple, ravira les amateurs de Sol Invictus période « Death of the West ». « The Devil’s Place », en revanche, fait tonner un black metal atmosphérique incroyablement prenant sur dix minutes. Je vous l’ai dit, Mosaic est imprévisible, et vous servira de toutes ses recettes sans souci de vous ménager.

Sombre, profonde, mélancolique, hautement spirituelle, folklorique et un brin psychédélique, la musique de Mosaic combine des éléments de formations comme Urfaust, Agalloch, Fields of the Nephilim, Dead Can Dance, Wovenhand, Sol Invictus et Paysage d’Hiver. Martin brasse large, mais creuse aussi profond. Le faux pas, pour ces groupes qui aiment aller piocher dans beaucoup de courants différents, c’est souvent l’approche surfacique, le mélange d’éléments éparpillés qui tombent finalement à plat une fois combinés. Mosaic a le talent qu’il faut pour les magnifier, les mélanger entre eux. La musique dégagée est unique. Hypnotique, on l’a déjà dit, mais aussi forte, puissante, touchante, propre à emporter. Tout cela est étrange, oui, étrange. Mais il s’en dégage quelque chose que vous n’avez jamais entendu ailleurs, parole.

DONNEZ VOTRE AVIS

Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.

3 COMMENTAIRE(S)

Anken citer
Anken
30/07/2020 17:42
note: 8.5/10
Après l'hiver avec Old Man’s Wyntar, c'est l'automne qui nous est présenté avec cet album plus varié et moins rude que le précédent... Magnifique.
Dantefever citer
Dantefever
29/06/2020 11:38
note: 8.5/10
AxGxB a écrit : Il va falloir que je le réécoute car je suis bien moins emballé perso. L'absence de pistes "Black Metal" est assez dommageable en ce qui me concerne...
Sinon, petite coquille : "de plongée dans univers autre.". Doit manquer un "un" Clin d'oeil


Merci pour la coquille !

Ouais je comprends qu'on aime pas. Le black metal est moins important que la musique folk ou que l'ambient dans ce disque.
AxGxB citer
AxGxB
29/06/2020 06:57
Il va falloir que je le réécoute car je suis bien moins emballé perso. L'absence de pistes "Black Metal" est assez dommageable en ce qui me concerne...
Sinon, petite coquille : "de plongée dans univers autre.". Doit manquer un "un" Clin d'oeil

AJOUTER UN COMMENTAIRE

 
Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.
Mosaic
Black metal/Folk/Ambient
2019 - Eisenwald Tonschmiede
notes
Chroniqueur : 8.5/10
Lecteurs : (1)  8.5/10
Webzines : (1)  8.67/10

plus d'infos sur
Mosaic
Mosaic
Black metal/Folk/Ambient - 2006 - Allemagne
  

tracklist
01.   Am Teufelsacker  (05:56)
02.   Brimstone Blossoms  (03:44)
03.   Cloven Fires  (03:29)
04.   She-Water  (05:12)
05.   Ambrosia XIX  (05:35)
06.   Wetterdistel  (04:45)
07.   Coal Black Salt  (04:13)
08.   The Devil's Place  (10:18)
09.   Im Kohlensud  (05:37)

Durée : 48 min.

parution
13 Décembre 2019

Essayez aussi
Tamerlan
Tamerlan
Luciferian

2016 - Casus Belli Musica
  

Azath
Through a Warren of Shadow
Lire la chronique
Paradise Lost
Paradise Lost
Lire la chronique
Tristengrav
II - Nychavge (EP)
Lire la chronique
Fluoride
Disentanglement
Lire la chronique
Soul Blind
Greatest Hits Vol. I (Compil.)
Lire la chronique
Putrid Offal
Sicknesses Obsessions
Lire la chronique
Novae Militiae
Topheth
Lire la chronique
Ascended Dead / Evil Priest
Nexus Of The Black Flame / ...
Lire la chronique
Uada
Djinn
Lire la chronique
Drowning / Misgivings
Requiem For Gods Perdition ...
Lire la chronique
Polymoon
Caterpillars Of Creation
Lire la chronique
Candiria
Beyond Reasonable Doubt
Lire la chronique
L'affaire JP FOURNIER... L'illustrateur qui tua son père.
Lire le podcast
Darkened
Kingdom Of Decay
Lire la chronique
The Great Old Ones
Cosmicism
Lire la chronique
Eirik
Omnis Erit Eductus
Lire la chronique
Paradise Lost
Gothic
Lire la chronique
Bestial Invasion
Monomania
Lire la chronique
Palehorse
Soft as Butter; Hard as Ice
Lire la chronique
Lik
Misanthropic Breed
Lire la chronique
Necrot
Mortal
Lire la chronique
Diabolic pour "Mausoleum of the Unholy Ghost"
Lire l'interview
Skeletal Remains
The Entombment Of Chaos
Lire la chronique
Diabolic
Mausoleum of the Unholy Ghost
Lire la chronique
Katavasia
Magnus Venator
Lire la chronique
Hulder
De Oproeping Van Middeleeuw...
Lire la chronique
Morta
Fúnebre (EP)
Lire la chronique
Disembowel
Echoes Of Terror
Lire la chronique
Mimorium
Blood of Qayin
Lire la chronique
Bethlehem
Dictius Te Necare
Lire la chronique