chargement...

haut de page
Remontez pour accéder au menu
98 visiteurs :: Invité  » se connecter  » s'enregistrer

Exocrine - Maelstrom

Chronique

Exocrine Maelstrom
A l'instar du Covid-19 qui a touché nombre de personnes il existe également le syndrome Unique Leader, qui s'il n'est pas encore reconnu par l'Oms a également la fâcheuse tendance à contaminer les groupes de son catalogue, les transformant souvent de noms intéressants et à suivre vers ceux à fuir totalement. Parmi les exemples les plus flagrants on peut citer nos locaux d'EXOCRINE qui après deux premiers opus intéressants chez Great Dane, avaient fait le grand saut en partant outre-Atlantique afin de bénéficier d'une meilleure promotion au niveau international, au détriment de leur style si personnel. Car c'est peu de dire que « Molten Giant » a divisé lors de sa sortie il y'a presque deux ans de cela, en effet si l'on reconnaissait sans peine les solos magnifiques de Sylvain Octor-Perez ainsi les plans légèrement progressifs, pour le reste ça se contentait de tabasser dans le vide, la faute à un manque chronique d'inspiration et à une production plastique et synthétique sans âme. Autant dire qu'on n'attendait pas grand-chose de ce quatrième opus des Bordelais (qui ont encore une fois changé de batteur), et malheureusement bien que le nouveau venu fasse un boulot de titan derrière son kit le résultat est encore plus insipide que précédemment, tant il n'y a hélas pratiquement rien à sauver malgré une qualité technique toujours aussi impressionnante et des leads là-encore très travaillés (mais paradoxalement moins en réussite).

Car aujourd'hui on peut légitimement affirmer que le style originel des gars est définitivement mort et enterré, même s'ils incorporent encore quelques éléments que l'on n'aurait pu entendre à l'époque de « Unreal Existence », mais qui vont se faire bien trop rares et tomber surtout comme un cheveu sur la soupe. En attendant de voir ces détails apparaître le démarrage de cette galette s'effectue sur les chapeaux de roue et montre déjà des limites et erreurs de trajectoires diverses, en effet « Maelstrom » va directement dévoiler un récital du plus mauvais goût. Alternant entre blasts intensifs, cassures techniques à tout bout de champ et patterns écrasants des plus classiques, c'est surtout l'apparition de cette voix claire en arrière-plan qui va être le début de la fin de cette plage, vu que cela n'amène rien... et encore cela reste potable car c'est sans compter sur break électronique absolument indigeste qui renforce ainsi cette sensation de gloubiboulga dégueulasse. Heureusement que le soliste sort de sa réserve et permet ainsi de faire respirer l'ensemble, sinon il est évident qu'on aurait été pris de hauts de coeur en permanence, mais à cet instant là on ne se doutait pas que les choses allaient s'empirer pourtant c'est bien ce qui se passe sur l'indigeste « The Kraken ». Il était dit que rien ne serait épargné à l'auditeur, et dès la deuxième composition c'est ce qui arrive, tant ici au milieu des riffs et plans génériques (où la vitesse joue la diversité) c'est la venue de ces nappes de claviers électroniques affreuses qui finissent d'enterrer les quelques espoirs de renouveau. On se demande bien ce qu'elles viennent foutre ici, hormis renforcer l'herméticité de cet album qui n'avait pas besoin de ça pour être déjà en bonne place parmi les ratages de l'année, sentiment qui ne va faire que s'accentuer jusqu'à l'ultime morceau.

Pourtant à partir de « Wall Of Water » une (bonne) surprise va apparaître en guise d'outro (après des riffs syncopés pas dégueulasses mais trop basiques pour captiver sur la durée), où l'on va entendre de la trompette sur fond d'ambiance jazzy et de bruits de vagues apaisants. Si l'on se demande pourquoi les mecs ont décidé d'en mettre sur ce long-format il faut reconnaître néanmoins le boulot effectué par l'instrumentiste dont le souffle et le feeling font presque penser à un bord de plage en fin de journée, en train de siroter un cocktail des plus fruités. Si cet instant détente sera absent de l'infâme « Abyssal Flesh » (où le délire synthétique atteint des sommets) tout comme sur le plus lent et passe-partout « Orbital Station », il va faire son retour remarqué dès les premières secondes de l'ennuyeux « The Wreck » ainsi que sur le barré et halluciné « Galactic Gods ». Sur ce dernier outre un démarrage au piano étonnant on pourrait croire que Maurice André s'est invité pour jouer tant son instrument fétiche y est mis en avant, et heureusement d'ailleurs car pour le reste on ne retient rien du tout tant ça frappe fort dans le néant, sans passion ni finesse.

Du coup à l'instar de son prédécesseur aucun titre ne se dégage du lot au milieu de cet océan d'ennui, qui frôle la catastrophe absolue, et prouve là-encore qu'à vouloir jouer la surenchère technique bourrée d'effets divers, la musique finit par y perdre son âme et son groove. D'ailleurs l'autre ressenti flagrant est cette impression que ce long-format dure une plombe (les quarante-deux minutes semblent ne jamais vouloir se terminer). Bref le charme initial du combo est définitivement évaporé, celui-ci sonnant désormais comme quasiment toutes les signatures de son label, qui obtiennent une visibilité plus importante au détriment de la qualité et de l'intérêt des fans, qui s'en iront écouter autre chose de plus naturel et de plus facile à digérer. Dommage en tout cas que les Girondins se soient fourvoyés dans cette musique pompeuse et prétentieuse, d'où ils auront dorénavant toutes les peines du monde à s'échapper s'ils veulent se refaire une virginité musicale, celle-ci au mieux prendra probablement énormément de temps, voire au pire ne reviendra jamais. Du coup il est légitime de ressentir un sentiment de gâchis tant en son temps (pas si lointain) le quartet avait les armes pour rivaliser avec les meilleurs musiciens de l'hexagone, et même au-delà des frontières... mais ça c'était avant !

DONNEZ VOTRE AVIS

Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.

7 COMMENTAIRE(S)

MoM citer
MoM
05/07/2020 17:03
Je suis content de voir que Exocrine divise.
De mon côté, déjà depuis leur deuxième album, je suis circonspect. Mais qu'est-ce que ça m'aurait fait chier que ce groupe tombe dans l'oubli. Là, il divise, il fait parler de lui - et rien que leur premier album, vraiment excellent dans l'utilisation du style Cynic dans un Tech plus brutal, je suis content de voir que ce groupe trouve toujours des adeptes !

De mon côté, je trouve ça pire que Molten Giant, qui alignait tous les poncifs que je ne supporte pas dans le Tech synthétique signé Unique Leader. Ici, c'est pire car on est en 2020, et que Wormhole, avec son "The Weakest Among Us", est venu gentiment nous montrer comment concilier savoir-faire Tech des 90's et brutal slam direct de la décennie passée.
Là, rien n'est tenté, on reste dans les clous, en plus avec un son beaucoup trop compact : je passe mon tour et me remets un coup d'Unreal Existence Gros sourire
coreandcoupdate citer
coreandcoupdate
05/07/2020 08:16
Pas d'accord du tout. Le groupe a réussi cette fois encore à sortir un album excellent, plus prog que jamais, et bourré d'accroches intelligentes au milieu d'un bel étalage technico-brutal. La prod et l'approche ne plairont en effet peut-être pas aux amateurs de marécages sordides, mais perso cette sortie finira certainement dans mon Top de l'année
Keyser citer
Keyser
03/07/2020 13:24
Jean-Clint a écrit : Keyser a écrit : Ouh putain JC qui met 4,5/10 c'est que ça doit vraiment être très très très mauvais !

Ecoute le et tu te feras ton opinion, toi qui adore le Unique Leader actuel Mr Green


Non merci Mr Green
TarGhost citer
TarGhost
03/07/2020 11:43
note: 8/10
Keyser a écrit : Ouh putain JC qui met 4,5/10 c'est que ça doit vraiment être très très très mauvais !

C'est vrai ça Jean-Clint tu as besoin de parler ? Qu'est-ce qui ne va pas ?
Clin d'oeil Même sur VS tu ne t'étais jamais lâché comme ça !

Mais je comprends, les derniers Unique Leader laissent a désirer mais je suis Exocrine depuis ses debuts chez Great Dane et je trouve qu'ils ont vraiment trouvé la bonne alchimie sur ce coup-la.
Après hein, les coups et les douleurs comme on dit...
Jean-Clint citer
Jean-Clint
03/07/2020 11:10
note: 4.5/10
Keyser a écrit : Ouh putain JC qui met 4,5/10 c'est que ça doit vraiment être très très très mauvais !

Ecoute le et tu te feras ton opinion, toi qui adore le Unique Leader actuel Mr Green
Keyser citer
Keyser
03/07/2020 11:05
Ouh putain JC qui met 4,5/10 c'est que ça doit vraiment être très très très mauvais !
TarGhost citer
TarGhost
03/07/2020 09:45
note: 8/10
Ah et bien pour une fois pas d'accord avec toi Jean-Clint, je trouve au contraire que le groupe se bonifie avec le temps et qu'il a trouvé le parfait équilibre entre technique, puissance et groove sur ce nouvel album...

AJOUTER UN COMMENTAIRE

 
Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.
Exocrine
Death Moderne Technique
2020 - Unique Leader Records
notes
Chroniqueur : 4.5/10
Lecteurs : (1)  8/10
Webzines : (1)  7/10

plus d'infos sur
Exocrine
Exocrine
Death Moderne Technique - 2013 - France
  

tracklist
01.   Maelstrom
02.   The Kraken
03.   Wall Of Water
04.   Abyssal Flesh
05.   Orbital Station
06.   The Wreck
07.   Starvation Project
08.   The Chosen One
09.   Galactic Gods

Durée : 42 minutes

line up
parution
26 Juin 2020

voir aussi
Exocrine
Exocrine
Molten Giant

2018 - Unique Leader Records
  
Exocrine
Exocrine
Ascension

2017 - Great Dane Records
  
Exocrine
Exocrine
Unreal Existence

2015 - Great Dane Records
  

Essayez plutôt
Slave One
Slave One
Omega Disciples

2020 - Dolorem Records
  
Archspire
Archspire
Relentless Mutation

2017 - Season Of Mist
  
Beneath The Massacre
Beneath The Massacre
Fearmonger

2020 - Century Media Records
  
Soreption
Soreption
Monument Of The End

2018 - Sumerian Records
  
Sophicide
Sophicide
Perdition Of The Sublime

2012 - Willowtip Records
  

Disavowed
Revocation Of The Fallen
Lire la chronique
Transilvania
Night of Nights
Lire la chronique
Wolfkrieg
When the Cold Comes
Lire la chronique
Korn
The Nothing
Lire la chronique
Prison of Mirrors
De Ritualibus et Sacrificii...
Lire la chronique
Spirit Possession
Spirit Possession
Lire la chronique
Valgrind
Condemnation
Lire la chronique
UNDERGROUND ! C'est quoi et à quoi ça sert ?
Lire le podcast
Inclination
Midwest Straight Edge (EP)
Lire la chronique
Carthage
Punic Wars!
Lire la chronique
K.F.R.
Nihilist
Lire la chronique
Fistula
The Process of Opting Out
Lire la chronique
Shed The Skin
The Forbidden Arts
Lire la chronique
Pearl Jam
Pearl Jam
Lire la chronique
Masacre
Reqviem
Lire la chronique
Lantern
Dimensions
Lire la chronique
Temple Of Dread
World Sacrifice
Lire la chronique
Stygian Crown
Stygian Crown
Lire la chronique
Atavist
III: Absolution
Lire la chronique
Aherusia
Nostos ~ An Answer (?)
Lire la chronique
Nattverd
Styggdom
Lire la chronique
Bilan 2010-2019 : la sélection de la rédaction
Lire le bilan
Pearl Jam
Riot Act
Lire la chronique
Evil Warriors
Schattenbringer (EP)
Lire la chronique
Bastard Priest
Vengeance... Of The Damned ...
Lire la chronique
Panzer Squad
s/t (EP)
Lire la chronique
Pearl Jam
Gigaton
Lire la chronique
Black Funeral
Scourge of Lamashtu
Lire la chronique
Thou
Blessings Of The Highest Or...
Lire la chronique
Temnein
Tales : Of Humanity And Greed
Lire la chronique