chargement...

haut de page
Remontez pour accéder au menu
107 visiteurs :: Invité  » se connecter  » s'enregistrer

Death Courier - Necrotic Verses

Chronique

Death Courier Necrotic Verses
On a beau écouter du metal depuis plus de 20 ans, posséder une collection importante et passer son temps libre à farfouiller un peu partout, il y a toujours des groupes qui nous passent sous le nez, même des vieux de la vieille. Une belle leçon d'humilité ! C'est le cas de Death Courier, groupe faisant pourtant figure de pionnier du death metal en Grèce puisque formé dès 1987 et dont je n'avais jamais entendu parler avant l'annonce de sa signature sur le label Transcending Obscurity Records. La formation sortira un nombre conséquent de démos, une compilation, un split, un EP ainsi qu'un long-format avant de se séparer en 1993. Il faudra alors attendre 2009 pour voir le combo revenir d'entre les morts autour de son chanteur-bassiste Billy Soulas. Démo, splits, album, live et compilation suivront jusqu'à ce Necrotic Verses fraîchement sorti début juin par la maison de disques indienne. On y retrouve Death Courier sous la forme d'un trio dont deux des membres officient aussi dans Vermingod. Ah ça, je connais !

L'extrait mis en ligne en avant-première m'avait bien mis l'eau à la bouche, c'est donc avec une certaine excitation que je découvris l'intégralité de Necrotic Verses il y a quelques mois. Une seule écoute suffira pour confirmer la torgnole dans la tronche. Foutre Satan quelle tuerie ! Une grosse demi-heure de death metal comme je l'aime. Pas original pour un sou mais diablement efficace et hautement inspiré qui passe comme une lettre à la poste (Death Courier, poste, vous l'avez ?!). Les Grecs livrent un death metal simple, direct, rapide et brutal, d'obédience old-school et aux influences thrash évidentes sur des morceaux courts et intenses qui filent droit. On pense entre autres au Malevolent Creation post-2000 ou à leurs compatriotes de Mass Infection. En gros soit ça blaste, soit ça fait du tchouka-tchouka, sur des riffs en trémolos qui bourdonnent pour les plus sombres ou qui gazouillent pour ceux aux mélodies plus appuyées. Bon, j'exagère un peu, le trio de Patras varie tout de même un peu les plaisirs en n'oubliant jamais l'accroche (ce bon vieux groove dark à la Morbid Angel) et en ralentissant la cadence en quelques occasions, notamment sur une deuxième moitié d'album un peu plus développée, après le très bon interlude instrumental plus posé aux dissonances bien utilisées. Cela dit, cela reste plutôt rare et ce n'est pas toujours ce que le groupe fait de mieux, certains ralentissements n'étant pas spécialement passionnants voire plutôt plan-plans ("Necrotic Verses" à 2'33, "As Heaven Blends with Rot" à 1'38, etc.). Quoique les passages doomy à 1'54 et 3'00 sur "When Death Fits to Skin" se montrent très plaisants, tout comme le début mid-tempo dissonant de "Pillars of Murk" ou l'intro ambiancée de "Remnants" sur laquelle le batteur joue bien avec ses toms, montrant qu'il sait faire autre chose que frapper comme un sourd.

Mais franchement, si tout cela s'avère bienvenu afin d'apporter un minimum de diversité, ce n'est pas ce que l'on le retient et ce qui marque le plus sur Necrotic Verses. Non ici, ce qui fout la trique, c'est l'orgie de blast-beats sur des trémolos inspirés, une combinaison bien connue mais foutrement efficace qui fait une nouvelle fois ses preuves. La batterie et la guitare se révèlent ainsi les deux facteurs déterminants, quand la basse ne démérite pas pour autant et que le chant growlé se fait par contre plus convenu. En insistant bien sur l'excellente production, surtout de la batterie qui sonne du feu de Satan sans goût désagréable de plastique. Voilà un vrai bon son naturel et puissant, bien plus brutal que toutes ces batteries synthétiques modernes qui ne dégagent rien (prenez-en de la graine Vitriol et Perdition Temple !). Hormis quelques semi-blasts un peu patauds, bravo à Ilias Iliopoulos pour son jeu et ce parti pris sonore que je ne peux qu'encourager. Et bien sûr bravo à George Petousis (il y a toujours au moins un George dans un groupe grec !) qui distille son riffing à l'ancienne impeccable morceau après morceau. Il s'adonne aussi à quelques solos corrects mais ce n'est pas sa spécialité ("As Heaven Blends with Rot" à 2'12 strident puis plus "cosmique", "Pillars of Murk" à 2'12 pas mal mais pas assez développé, "Immune to Burial" à 2'00 déjà plus construit sur du tchouka-tchouka). On appréciera, au-delà de ces trémolos mémorables, l'atmosphère sombre qui s'en dégage. Et là, il va falloir parler de la fin magistrale de "Remnants" qui évoque à la fois le Mass Infection du dernier album et "Teeth into Red" de Dead Congregation lorsque le ciel s'obscurcit définitivement par ces blasts tenus longtemps, donnant l'assaut final sur des guitares lentes aux dissonances malveillantes. Putain que c'est bon !

Pas de capuche, pas de cierges, pas d'encens, pas de symboles ésotériques compliqués, pas de paroles philosophiques, pas de pochette ultra chiadée cachant trop souvent une enveloppe vide (l'artwork sobre de Misanthropic-Art illustre pourtant on ne peut mieux la musique), Death Courier ne s'embarrasse d'aucune fioriture ici. Il va à l'essentiel et c'est tout à son honneur tant l'opus s'avère réussi. Foutrement jouissif, Necrotic Verses convainc l'auditeur à grands coups de blast-beats au son parfait, de trémolos accrocheurs, de parfum thrash enivrant et de groove diabolique, le tout dans une ambiance noire prenante. Seuls quelques ralentissements moins inspirés et un chant assez lambda font quelques accrocs à un ensemble sinon d'une efficacité redoutable. Certains pourront trouver l'œuvre trop classique, pas moi. C'est tout le death metal que j'aime, présenté ici en une leçon imparable d'un peu plus de trente minutes. Une révélation pour moi qui n'avais jamais croisé ces vétérans, la baffe s'en trouvant d'autant plus marquante. Une nouvelle preuve de la vivacité de la scène death metal grecque et l'un des meilleurs albums de l'année dans le genre, assurément !

DONNEZ VOTRE AVIS

Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.

3 COMMENTAIRE(S)

Seb` citer
Seb`
23/07/2020 09:09
Putain, tellement propre et efficace.
C'est pas ultra rapide, ni technique (sur le papier, rien pour m'attirer quoi) mais qu'est ce que ça passe cremasse !
Une petite tuerie qui me fait un peu penser à du Defaced.
Putain d'album !
LeMoustre citer
LeMoustre
05/07/2020 09:20
Pareil, ça donne envie, ça
Astraldeath citer
Astraldeath
04/07/2020 17:00
Ta kro m'a bien hypé, je vais aller y porter une oreille Sourire

AJOUTER UN COMMENTAIRE

 
Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.
Death Courier
notes
Chroniqueur : 8.5/10
Lecteurs : (2)  9/10
Webzines : (3)  8.44/10

plus d'infos sur
Death Courier
Death Courier
Death Metal - 1987 - Grèce
  

tracklist
01.   Necrotic Verses  (03:40)
02.   Mourning Ecstasy  (02:07)
03.   As Heaven Blends with Rot  (02:47)
04.   When Death Fits to Skin  (04:04)
05.   Interlude  (02:02)
06.   Pillars of Murk  (03:42)
07.   Morsimon Imar  (02:34)
08.   Immune to Burial  (03:15)
09.   Visceral Slice  (03:19)
10.   Remnants  (06:14)

Durée : 33:44

line up
parution
5 Juin 2020

Essayez aussi
Sulphur Aeon
Sulphur Aeon
Gateway To The Antisphere

2015 - Ván Records / Imperium Productions
  
Malfeitor
Malfeitor
Dum Morior Orior

2012 - Hellthrasher Productions
  
Question
Question
Doomed Passages

2014 - Chaos Records
  
Tomb Mold
Tomb Mold
Primordial Malignity

2017 - Blood Harvest Records
  
Purgatory
Purgatory
Necromantaeon

2011 - War Anthem Records
  

Disavowed
Revocation Of The Fallen
Lire la chronique
Transilvania
Night of Nights
Lire la chronique
Wolfkrieg
When the Cold Comes
Lire la chronique
Korn
The Nothing
Lire la chronique
Prison of Mirrors
De Ritualibus et Sacrificii...
Lire la chronique
Spirit Possession
Spirit Possession
Lire la chronique
Valgrind
Condemnation
Lire la chronique
UNDERGROUND ! C'est quoi et à quoi ça sert ?
Lire le podcast
Inclination
Midwest Straight Edge (EP)
Lire la chronique
Carthage
Punic Wars!
Lire la chronique
K.F.R.
Nihilist
Lire la chronique
Fistula
The Process of Opting Out
Lire la chronique
Shed The Skin
The Forbidden Arts
Lire la chronique
Pearl Jam
Pearl Jam
Lire la chronique
Masacre
Reqviem
Lire la chronique
Lantern
Dimensions
Lire la chronique
Temple Of Dread
World Sacrifice
Lire la chronique
Stygian Crown
Stygian Crown
Lire la chronique
Atavist
III: Absolution
Lire la chronique
Aherusia
Nostos ~ An Answer (?)
Lire la chronique
Nattverd
Styggdom
Lire la chronique
Bilan 2010-2019 : la sélection de la rédaction
Lire le bilan
Pearl Jam
Riot Act
Lire la chronique
Evil Warriors
Schattenbringer (EP)
Lire la chronique
Bastard Priest
Vengeance... Of The Damned ...
Lire la chronique
Panzer Squad
s/t (EP)
Lire la chronique
Pearl Jam
Gigaton
Lire la chronique
Black Funeral
Scourge of Lamashtu
Lire la chronique
Thou
Blessings Of The Highest Or...
Lire la chronique
Temnein
Tales : Of Humanity And Greed
Lire la chronique