chargement...

haut de page
Remontez pour accéder au menu
200 visiteurs :: Invité  » se connecter  » s'enregistrer

Sombre Héritage - Alpha Ursae Minoris

Chronique

Sombre Héritage Alpha Ursae Minoris
Le label québécois Sepulchral Productions a-t-il déjà sorti de mauvais albums ? C’est subjectif comme question bien entendu, mais en y réfléchissant bien, j’ai l’impression qu’il n’y a même pas d’albums moyens ou qui laissent indifférents chez eux. J’ai moi-même été très critique envers les opus de GRIS ou SOMBRES FORETS de 2013, mais ce n’était qu’une affaire de goût et on compte beaucoup de fans de À l'âme enflammée, l'äme constellée... et La mort du soleil. Ensuite, on n’a toujours entendu que du bien au sujet de FORTERESSE, MONARQUE, NEIGE ET NOIRCEUR et plus récemment, en 2020, SERMENT. Donc non, je ne vois pas quel album serait plus faible dans le répertoire de ce label, il n’y a pas de mauvais élève, de vilain petit canard… Le gérant, Myrkhaal, se fait ainsi pardonner son inactivité en tant que musicien, lui qui avait fait ses preuves au sein de l’excellent FROZEN SHADOWS.

On pourrait juste lui reprocher de ne pas signer plus de poulains, mais bon, si c’est la condition pour avoir de la qualité… 2020 note cependant l’année de deux nouveautés, de deux groupes nouvellement formés et donc l’occasion de prendre un bol d’air canadien. Le premier a été cité plus haut et ne pouvait pas décevoir puisqu’il est un projet solo de Moribond de FORTERESSE : SERMENT. Le deuxième, SOMBRE HERITAGE, titillait un peu plus la curiosité, composé de trois hommes officiant dans d’autres formations, mais encore méconnues chez nous. Le bassiste / guitariste / chanteur nommé Exu, et le batteur nommé Silencer jouent ensemble depuis plus de 10 ans au sein d’HAK-ED DAMM. Le groupe est complété par Molag-Venn, de NALZER, au chant.

Le trio a donc de l’expérience dans le black metal et c’est avec un album bien construit, de 6 pistes qui accumulent 37 minutes, qu’il se présente à nous. Première remarque, bien que ce ne soit pas non plus une règle absolue chez Sepulchral Productions, c’est bien en français que sont interprétées les compositions. « Sombre héritage », « Nature souillée », « Dissidence »… Et les paroles sont souvent compréhensibles, point important en ce qui me concerne car cela m’aide toujours à m’approprier plus rapidement des morceaux, et à même les entonner par moment. Le titre de l’album par contre vient bien du latin, et les amateurs d’astronomie savent que l’on parle de l’étoile la plus brillante de la constellation de la Petite Ourse. Une polaire… d’où le nom du premier morceau « Polaris ». Bon, c’est vrai qu’on ne voit pas très bien d’un coup comme ça le lien entre le nom du groupe, le nom de l’album, le nom des pistes, ni même avec le visuel de la pochette qui semble encore partir vers autre chose, mais il y en peut-être un, qui va me demander encore un peu de réflexion…

Côté musique. Classique. Bon mais classique. Les pistes sont construites selon les schémas efficaces du black metal pur et mélodique. Les guitares posent des riffs entraînants et l’ensemble s’écoute d’une traite, sans encombre. On peut par contre faire la fine bouche, et regretter de ne pas être plus transporté ou au contraire plus violenté. Il y a pour moi trois moments qui parviennent à m’extirper d’une petite sensation de monotonie, à savoir le refrain de « Sombre héritage », pour ses paroles et sa mélodie, les chœurs conquérants qui apparaissent sur plusieurs pistes et surtout sur « Déchéance », le rythme plus lent et les déclamations bien senties sur « Ténèbres ».
Alors ce que je retiens de ces débuts de SOMBRE HERITAGE, c’est un album respectable, mais auquel il manque quelques éléments, que je ne peux pas nécessairement déterminer en tant que simple auditeur, pour me convaincre plus. C’est la même sensation qu’avec EVOHE par exemple, voire CATUVOLCUS pour rester dans les références venues du Québec.

DONNEZ VOTRE AVIS

Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.

AJOUTER UN COMMENTAIRE

 
Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.
Sombre Héritage
notes
Chroniqueur : 7/10
Lecteurs :   -
Webzines :   -

plus d'infos sur
Sombre Héritage
Sombre Héritage
Black Metal - 2019 - Canada
  

tracklist
01.   Polaris
02.   Sombre héritage
03.   Nature souillée
04.   Déchéance
05.   Dissidence
06.   Ténèbres

Durée : 36:48

parution
24 Juin 2020

Essayez aussi
Duszę Wypuścił
Duszę Wypuścił
Ludowy nihilizm absolutny (EP)

2010 - Devoted Art Propaganda
  
Fuath
Fuath
I

2016 - Neuropa Records
  
Caverne
Caverne
Sentiers d'Avant (Compil.)

2016 - Résilience
  
Faceless Entity
Faceless Entity
In Via Ad Nusquam

2017 - Nebular Carcoma Records
  
Acherontas
Acherontas
Theosis

2010 - Dark Side Records
  

Transilvania
Night of Nights
Lire la chronique
Wolfkrieg
When the Cold Comes
Lire la chronique
Korn
The Nothing
Lire la chronique
Prison of Mirrors
De Ritualibus et Sacrificii...
Lire la chronique
Spirit Possession
Spirit Possession
Lire la chronique
Valgrind
Condemnation
Lire la chronique
UNDERGROUND ! C'est quoi et à quoi ça sert ?
Lire le podcast
Inclination
Midwest Straight Edge (EP)
Lire la chronique
Carthage
Punic Wars!
Lire la chronique
K.F.R.
Nihilist
Lire la chronique
Fistula
The Process of Opting Out
Lire la chronique
Shed The Skin
The Forbidden Arts
Lire la chronique
Pearl Jam
Pearl Jam
Lire la chronique
Masacre
Reqviem
Lire la chronique
Lantern
Dimensions
Lire la chronique
Temple Of Dread
World Sacrifice
Lire la chronique
Stygian Crown
Stygian Crown
Lire la chronique
Atavist
III: Absolution
Lire la chronique
Aherusia
Nostos ~ An Answer (?)
Lire la chronique
Nattverd
Styggdom
Lire la chronique
Bilan 2010-2019 : la sélection de la rédaction
Lire le bilan
Pearl Jam
Riot Act
Lire la chronique
Evil Warriors
Schattenbringer (EP)
Lire la chronique
Bastard Priest
Vengeance... Of The Damned ...
Lire la chronique
Panzer Squad
s/t (EP)
Lire la chronique
Pearl Jam
Gigaton
Lire la chronique
Black Funeral
Scourge of Lamashtu
Lire la chronique
Thou
Blessings Of The Highest Or...
Lire la chronique
Temnein
Tales : Of Humanity And Greed
Lire la chronique
Withering Surface
Meet Your Maker
Lire la chronique