chargement...

haut de page
Remontez pour accéder au menu
105 visiteurs :: Invité  » se connecter  » s'enregistrer

Instigate - Echoes Of A Dying World

Chronique

Instigate Echoes Of A Dying World (EP)
Si la scène Death venue d’Italie n’est pas forcément la plus qualitative actuellement elle est en revanche une des plus productive, tant ces dernières années ont vu l’apparition de nombre de formations évoluant autant dans un style moderne que rétro. Parmi ces nouveaux venus qui se démarquent on peut citer facilement INSTIGATE qui comporte en son sein quelques vieux briscards locaux accompagnés pour l’occasion par un mercenaire de la batterie, qui livrent à peine un an après leur création un premier Ep particulièrement prometteur (et sorti par Everlasting Spew - un signe qui ne trompe pas quant au niveau proposé). Fondé par deux membres de BLOODTRUTH et rejoints ensuite par le chanteur de DEMIURGON le trio a décidé de faire appel au tentaculaire Kevin Talley (DYING FETUS, MISERY INDEX, SUFFOCATION et tant d’autres) pour s’occuper des fûts, un choix qui va se révéler être des plus judicieux tant celui-ci va apporter un groove et un supplément de puissance à une musique déjà bien inspirée, et aux influences diverses.

Car durant un peu plus de dix minutes on va y retrouver aussi bien des plans à l’ancienne que plus actuels, et même des relents Hardcore bien sentis comme sur le titre d’ouverture l’excellent « Obliteration », particulièrement lourd et groovy. Voyant l'intégration d'une bonne dose de blasts à l’ensemble tout ceci reste néanmoins basé sur des rythmiques écrasantes où lenteur et mid-tempo sont de sortie, et où le chant puissant va se révéler être des plus convaincant, chose que l’on va retrouver sur le court et redoutable « Embrace The End ». Montrant une facette plus sobre sans y perdre en variations et en accroche on y voit toute la palette du groupe exécutée facilement et portée durant un moment par un tapis de double étouffant, avant que le tempo ne se mette à accélérer afin d’offrir une facette old-school, où le riffing efficace fait le métier sans partir dans tous les sens. Cependant si ici l'heure était à la sobriété le tentaculaire « Atonement » va sortir de sa boîte tous les différents éléments techniques qui ne vont pas arrêter de se succéder les uns après les autres, et ce de façon récurrente entre lourdeur et brutalité, bridage et rapidité mais aussi inspirations extérieures. En effet certains passages lorgnent presque vers le Thrash au niveau du batteur (dont le jeu aux pieds ressemble à s'y méprendre à celui de Dave Culross, époque MALEVOLENT CREATION), tout en y ajoutant quelques relents Grind et des riffs très Deathcore, qui s'agglomèrent totalement aux nombreuses cassures rythmiques (tout en restant relativement discrets), et à une ambiance martiale assumée. Voyant l'ajout de breaks et ne cessant de jouer les montagnes Russes on se rend compte du boulot impressionnant exécuté par le mercenaire et ses baguettes, qui permet à cette compo d'être la plus travaillée et variée, tout en rendant aussi bien que les précédentes.

Autant dire que pour un coup d'essai c'est un vrai coup de maître réussi par les transalpins, tant leur musique est fluide et ne faiblit jamais en intensité, permettant ainsi d'headbanguer régulièrement et de se vider la tête sans avoir aucune autre prétention que celle de faire passer un bon moment. Si l'on pouvait craindre que le large panel d'influences de chacun des musiciens puisse nier à la qualité générale (et sonner ainsi comme un pétard mouillé), il n'en est heureusement rien tant ceux-ci ont su rester dans les clous, pour proposer un bon disque sympathique et qui défoule. Du coup on a déjà hâte d'écouter la suite qui s'annonce sous les meilleurs auspices, et confirme une fois encore le talent de découvreur de son label qui est à l'heure actuel un des meilleurs dans le domaine du Metal de la mort sous toutes ses formes.

DONNEZ VOTRE AVIS

Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.

AJOUTER UN COMMENTAIRE

 
Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.
Instigate
notes
Chroniqueur : 4/5
Lecteurs :   -
Webzines : (2)  3.75/5

plus d'infos sur
Instigate
Instigate
Death Metal - 2019 - Etats-Unis / Italie
  

tracklist
01.   Obliteration
02.   Embrace The End
03.   Atonement

Durée : 11 minutes

line up
parution
5 Juin 2020

Essayez aussi
Desekryptor
Desekryptor
Chasm Of Rot (Compil.)

2017 - Cavernous Records
  
Death
Death
Symbolic

1995 - Roadrunner Records
  
Behemoth
Behemoth
Evangelia Heretika (DVD)

2010 - Nuclear Blast Records
  
Father Befouled
Father Befouled
Desolate Gods

2017 - Dark Descent Records
  
Deathcult
Deathcult
Beasts Of Faith

2016 - Invictus Productions
  

Disavowed
Revocation Of The Fallen
Lire la chronique
Transilvania
Night of Nights
Lire la chronique
Wolfkrieg
When the Cold Comes
Lire la chronique
Korn
The Nothing
Lire la chronique
Prison of Mirrors
De Ritualibus et Sacrificii...
Lire la chronique
Spirit Possession
Spirit Possession
Lire la chronique
Valgrind
Condemnation
Lire la chronique
UNDERGROUND ! C'est quoi et à quoi ça sert ?
Lire le podcast
Inclination
Midwest Straight Edge (EP)
Lire la chronique
Carthage
Punic Wars!
Lire la chronique
K.F.R.
Nihilist
Lire la chronique
Fistula
The Process of Opting Out
Lire la chronique
Shed The Skin
The Forbidden Arts
Lire la chronique
Pearl Jam
Pearl Jam
Lire la chronique
Masacre
Reqviem
Lire la chronique
Lantern
Dimensions
Lire la chronique
Temple Of Dread
World Sacrifice
Lire la chronique
Stygian Crown
Stygian Crown
Lire la chronique
Atavist
III: Absolution
Lire la chronique
Aherusia
Nostos ~ An Answer (?)
Lire la chronique
Nattverd
Styggdom
Lire la chronique
Bilan 2010-2019 : la sélection de la rédaction
Lire le bilan
Pearl Jam
Riot Act
Lire la chronique
Evil Warriors
Schattenbringer (EP)
Lire la chronique
Bastard Priest
Vengeance... Of The Damned ...
Lire la chronique
Panzer Squad
s/t (EP)
Lire la chronique
Pearl Jam
Gigaton
Lire la chronique
Black Funeral
Scourge of Lamashtu
Lire la chronique
Thou
Blessings Of The Highest Or...
Lire la chronique
Temnein
Tales : Of Humanity And Greed
Lire la chronique