chargement...

haut de page
Remontez pour accéder au menu
200 visiteurs :: Invité  » se connecter  » s'enregistrer

Purtenance - Buried Incarnation

Chronique

Purtenance Buried Incarnation
L'histoire de PURTENANCE a commencé dans la célèbre ville de Nokia en Finlande un beau jour de 1989 sous le nom originel de PURTENANCE AVULSION, avant de prendre ensuite son actuelle dénomination deux ans plus tard puis de mettre en boîte dans la foulée un EP et un album. Après ces débuts prometteurs le combo se mettait brutalement à l'arrêt dès l'année suivante, et ce durant deux décennies, où il avait fini par être totalement oublié même par les puristes les plus chevronnés et motivés. Revenu aux affaires en 2012 avec une nouvelle équipe à ses côtés le duo Harri Salo et Juha Rannikko semble aujourd'hui bel et bien décidé à rattraper le temps perdu, et ce malgré l'inconstance du line-up qui ne semble pas vouloir les freiner, vu que depuis cette renaissance il se montre particulièrement productif. En effet avec ce troisième opus depuis 2013 (où est venu se greffer un autre court-format) le quatuor continue désormais de faire parler régulièrement de lui, même s'il demeure relativement confidentiel et ne pouvant espérer mieux que la deuxième division du Death Metal où il évolue depuis toujours. Car même si cinq ans se sont écoulés depuis l'agréable « ...To Spread The Flame Of Ancients » il fait peu de doutes que cette livraison passera tout aussi inaperçue que les précédentes, la faute à une musique certes bien jouée et exécutée mais néanmoins trop générique et passe-partout pour vraiment marquer les esprits, à l'heure où la concurrence est de plus en plus exacerbée.

Car même si l'ombre de BOLT THROWER règne en maître sur cette galette il faut bien reconnaître qu'on est loin du talent du regretté quintet de Coventry, tant ici les compositions des nordiques se révèlent être trop plan-plan et mollassonnes pour captiver sur la durée, malgré une écriture sobre et efficace et une production old-school à souhait. En effet bien qu'elle sonne live et naturelle et que ça lorgne sans vergogne vers l'époque de « Realm Of Chaos » et « War Master » l'ensemble après un bon début va lentement mais sûrement tomber dans la redite et le manque d'entrain. Donnant le ton d'entrée avec la rampante introduction « Into The Artic Gloom », le groupe va enchaîner avec très bon et sombre « Shrouded Vision Of Afterlife » d'obédience Doom, où de subtiles variations permettent à l'ensemble de garder un attrait et d'éviter la répétition, à l'instar du tout aussi réussi « Under The Pyre Of Unlightenment ». Toujours basé sur la lenteur il voit aussi l'apparition quelques parties mid-tempo parfaites pour headbanguer, histoire d'égayer un morceau rudimentaire et sans fioriture qui se montre accrocheur et prenant, à défaut de captiver totalement. Si musicalement tout passe encore bien sur le varié et réussi « The Malicious Moon » (aux quelques pointes de vitesse bienvenues) ainsi que sur l'entraînant « Lifeless Profundity » (où du tabassage se fait entendre), la seconde partie de cette réalisation va tomber dans une espèce de faux-rythme et souffrir d'une certaine linéarité. Preuve en est avec le répétitif « Wrapped In Lamentation » qui montre une noirceur accentuée, mais aussi un manque criant d'idées vu que ça tourne en rond pratiquement de suite sans jamais réussir à décoller, tout comme « Dark Womb Of Nothingness » où le jeu de batterie pique carrément celui d'Andrew Whale par ses nombreux roulements de toms et caisse claire incessants, sans pour autant avoir la saveur de celui du Britannique.

Bien qu'il ne soit pas parfait et manque cruellement de puissance durant certains passages clés ce disque n'est pas totalement à jeter malgré ses imperfections, certes ça s'écoutera d'une oreille distraite du fait d'une monotonie qui ne cesse de grandir au fil de son avancée, mais l'ensemble est quand même bien en place malgré que ça ne décolle qu'en de rares occasions (du fait entre autres d'un manque symptomatique de vitesse, et d'un côté interchangeable au niveau des riffs et patterns). Bref un ensemble sympathique et relativement homogène, à défaut de plus qui s'oubliera dès l'écoute terminée avant de rapidement retourner vers les classiques de Karl Willets et ses acolytes. Un rendu qui reflète donc ce que nous propose de façon habituelle Xtreem Music, à savoir une oeuvre sympathique mais qui sans être ratée se montre trop basique et sans imagination pour marquer l'année de son empreinte, du classique en somme pour le label Espagnol spécialiste du milieu de tableau de Liga Adelante.

DONNEZ VOTRE AVIS

Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.

2 COMMENTAIRE(S)

Deathrash citer
Deathrash
15/07/2020 16:41
Keyser a écrit : Je l'ai trouvé vachement chiant et mou alors qu'ils avaient gagné en puissance depuis leur retour. Tant pis ...

Pareil, j'ai beaucoup aimé l'album du retour avec sa production abyssale. Celui de 2015 un peu moins.
Par contre l'ep de 2017 est excellent. Ma sortie préféré du groupe je crois bien.

Et la, les extraits de cet album qui tournent depuis un moment ne m'ont pas du tout convaincu. À l'instar des derniers Incantation, c'est juste fatigué et mou.
Comme dit dans la chronique, du Xtreem bateau.
Keyser citer
Keyser
15/07/2020 12:43
note: 5/10
Je l'ai trouvé vachement chiant et mou alors qu'ils avaient gagné en puissance depuis leur retour. Tant pis ...

AJOUTER UN COMMENTAIRE

 
Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.
Purtenance
Death Metal
2020 - Xtreem Music
notes
Chroniqueur : 6.5/10
Lecteurs : (1)  5/10
Webzines : (1)  7/10

plus d'infos sur
Purtenance
Purtenance
Death Metal - 2012 - Finlande
  

tracklist
01.   Into The Artic Gloom
02.   Shrouded Vision Of Afterlife
03.   Under The Pyre Of Unlightenment
04.   The Malicious Moon
05.   Lifeless Profoundity
06.   Deathbed Confession
07.   Wrapped In Lamentation
08.   Dark Womb Of Nothingness
09.   Burial Secrecy

Durée : 39 minutes

line up
parution
23 Juin 2020

Essayez plutôt
Obscure Infinity
Obscure Infinity
Perpetual Descending Into Nothingness

2015 - F.D.A. Records
  
Stench Of Decay
Stench Of Decay
Where Death And Decay Reign (Démo)

2009 - Detest Records
  
Morbid Angel
Morbid Angel
Altars Of Madness

1989 - Earache Records
  
Skelethal
Skelethal
Antropomorphia (Démo)

2019 - Autoproduction
  
Gutless
Gutless
Mass Extinction (EP)

2018 - Autoproduction
  

White Magician
Dealers of Divinity
Lire la chronique
5ème cérémonie des BM Awards
Lire le podcast
The Bishop of Hexen
The Death Masquerade
Lire la chronique
Koffin
Nailed Into The Coffin (Démo)
Lire la chronique
Kataklysm
Unconquered
Lire la chronique
Power Trip
Hornet's Nest (Single)
Lire la chronique
Warside
The Enemy Inside (EP)
Lire la chronique
Phthisis
Embodiment Of Decay (Démo)
Lire la chronique
Pain of Salvation
In The Passing Light of Day
Lire la chronique
Selbst
Relatos de angustia
Lire la chronique
Vacuous
Katabasis (EP)
Lire la chronique
Wayward Dawn
House Of Mirrors (EP)
Lire la chronique
Echoes Of Death Fanzine
Lire l'interview
Vile Creature
Glory, Glory! Apathy Took H...
Lire la chronique
The Body
Christs, Redeemers
Lire la chronique
Dream Theater
Falling into Infinity
Lire la chronique
Un suppôt et au lit : MARDUK
Lire le podcast
Godflesh
Streetcleaner
Lire la chronique
Wombbath
Tales Of Madness
Lire la chronique
Biohazard
Urban Discipline
Lire la chronique
Gorephilia
In the Eye of Nothing
Lire la chronique
Apraxic
Edge Of Human
Lire la chronique
Abigor
Totschläger (A Saintslayer'...
Lire la chronique
End of Mankind
Antérieur à la lumière
Lire la chronique
Frozen Soul
Crypt Of Ice
Lire la chronique
Sanction
Broken In Refraction
Lire la chronique
No Return
Live XXX (Live)
Lire la chronique
Downset
Do We Speak A Dead Language?
Lire la chronique
Khthoniik Cerviiks
Æquiizoiikum
Lire la chronique
Dream Theater
A Change of Seasons (EP)
Lire la chronique