chargement...

haut de page
Remontez pour accéder au menu
163 visiteurs :: Invité  » se connecter  » s'enregistrer

Detherous / Stench Of Death - s/t

Chronique

Detherous / Stench Of Death s/t (Split-CD)
Un an à peine après la sortie de l’excellentissime « Hacked To Death » revoilà déjà le quatuor Canadien de retour avec deux nouveaux morceaux (et autant de membres fraîchement recrutés), sous la forme d’un Split complété par le projet parallèle de l'actuel guitariste soliste. Si l’on va reparler plus loin de ce duo on va prendre les choses dans l’ordre et commencer avec le quartet dont le Death/Thrash à l’ancienne avait marqué les esprits l’année dernière, et le moins que l’on puisse dire c’est que celui-ci n’a pas changé son fusil d’épaule et confirme tout le bien que l’on pensait de lui, vu qu’il a tout pour devenir désormais incontournable.

En effet dès les premières secondes de « The Saw » (où l’on retrouve en invité au chant Chris Monroy de SKELETAL REMAINS) on s’aperçoit que la recette musicale reste inchangée et qu’elle fait toujours mouche, tant on y entend ses fameux passages lents rampants et ses parties rapides et endiablées, qui se succèdent l’une après l’autre. Sans chercher la complication le combo utilise ce qui a fait le succès de son album en jouant sur l’alternance et l’entrain, avec ce côté rentre-dedans des plus efficace pour un rendu impeccable, à l’instar du très court et tout aussi réussi « Make Them Die Slowly ». Ne laissant pas de place aux moments plus lents ici la priorité est mise sur la vitesse qui s’enchaîne qu’elle soit speedée ou en mid-tempo remuant à souhait (et propice au headbanging), portée par le sens du riff des deux gratteux qui est toujours particulièrement goûtu et acéré, tout en amenant de l’agressivité et de la fluidité tant le batteur privilégie le groove au surplus technique, sans jamais en faire des tonnes. Histoire de clôturer sa partie dignement le groupe a eu l’excellente idée de reprendre fidèlement un classique du SEPULTURA des débuts (« Troops Of Doom » - initialement sorti en 1986), qui ne révolutionnera rien mais montre que les petits jeunes ont tout appris de leurs aînés et reprennent leurs originaux avec autant de brutalité que de panache.

Une fois cette première moitié terminée place à STENCH OF DEATH qui évolue lui dans un registre plus primitif et putride, où lenteur et humidité sont ici primordiales tant ça montre une facette Doom des plus dépouillées. Car le ton est donné dès le démarrage de « Grotesque Procession », où porté par un chant guttural ultra-profond le tempo bridé presque à son maximum renforce ce sentiment d’oppression, aidé en cela par un riffing limité au strict minimum et techniquement rudimentaire, afin de donner plus de force à un style poisseux et désespéré. Si cette composition fait preuve d’un dépouillement total « Endless Chambers, Ageless Crypts » va diversifier un peu plus le jeu du binôme, car même si la lenteur et le bridage restent toujours majoritaires ils vont s’effacer par passages via quelques légères accélérations sans pour autant grimper fort en bpm. Tout en montrant une certaine variation il faut reconnaître que la musique proposée ici bien qu’étant agréable n’atteint pas le niveau de DETHEROUS qui remporte le duel haut la main, et ce malgré la très bonne (et fidèle) cover d’AUTOPSY (« Twisted Mass Of Burnt Decay ») qui conclut les débats.

Car il est indéniable que la formation de Damon MacDonald est désormais bien installée parmi celles qui sont à suivre et nul doute que leur prochain long-format va être particulièrement attendu, tant on a la preuve ici qu’il ne s’agit pas d’un feu de paille. On espère la même chose pour STENCH OF DEATH même s’il lui sera difficile de rivaliser, tant ça se montre vite répétitif malgré une ambiance d’une noirceur extrême, mais dont le côté hermétique et rudimentaire montre vite ses limites. Du coup difficile de savoir si ce projet annexe le restera ou prendra de l’ampleur, vu que pour l’instant il n’arrive pas à la cheville du combo principal de son leader et multi-instrumentiste, celui-ci étant beaucoup plus à l’aise pour balancer les solos avec ses autres camarades de jeu que dans son rôle de leader.

DONNEZ VOTRE AVIS

Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.

5 COMMENTAIRE(S)

X-Death citer
X-Death
29/07/2020 19:53
note: 7.5/10
Vraiment pas mal Detherous, ça tabasse !

Le riff a 1mn40 sur Make Them Die Slowly, bidon mais tellement bon.... La reprise de Sepultura est excellente.
LeMoustre citer
LeMoustre
21/07/2020 19:01
Ok, merci. L'album tourne intensément depuis son achat, hâte de découvrir ça.
Jean-Clint citer
Jean-Clint
21/07/2020 16:14
note: 8/10
LeMoustre a écrit : Euh, c'est sorti en format CD chez qui ? Leur bandcamp ne le précise pas.

Pour l'instant ça n'est disponible qu'en digital, mais le groupe prévoit une sortie cd prochainement, j'en sais pas plus...
LeMoustre citer
LeMoustre
21/07/2020 15:32
Euh, c'est sorti en format CD chez qui ? Leur bandcamp ne le précise pas.
Deathrash citer
Deathrash
20/07/2020 19:32
Detherous ça bute vraiment.
Et très bon choix pour la cover de Sepultura

AJOUTER UN COMMENTAIRE

 
Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.
Detherous / Stench Of Death
Death Metal
2020 - Autoproduction
notes
Chroniqueur : 8/10
Lecteurs : (1)  7.5/10
Webzines :   -

plus d'infos sur
Detherous
Detherous
Death/Thrash Old-School - 2014 - Canada
  
Stench Of Death
Stench Of Death
Canada
  

tracklist
DETHEROUS :

01.   The Saw
02.   Make Them Die Slowly
03.   Troops Of Doom (SEPULTURA cover)

STENCH OF DEATH :

04.   Grotesque Procession
05.   Endless Chambers, Ageless Crypts
06.   Twisted Mass Of Burnt Decay (AUTOPSY cover)

Durée : 18 minutes

line up
parution
10 Juin 2020

voir aussi
Detherous
Detherous
Hacked To Death

2019 - Redefining Darkness Records
  

Essayez aussi
Vermingod
Vermingod
Whisperer Of The Abysmal Wisdom

2015 - Ungodly Ruins Productions
  
Bolt Thrower
Bolt Thrower
...For Victory

1994 - Earache Records
  
Gruesome
Gruesome
Dimensions Of Horror (EP)

2016 - Relapse Records
  
Aäzylium
Aäzylium
Confinement

2014 - Autoproduction
  
God Macabre
God Macabre
The Winterlong

1993 - Mangled Beyond Recognition
  

Hyperborée et Thulé ! Encore un thème Arisk ???
Lire le podcast
Coffin Rot
Reduced To Visceral Sludge ...
Lire la chronique
Nordjevel
Fenriir (EP)
Lire la chronique
Morbific
Ominous Seep Of Putridity
Lire la chronique
Werewolves
What a Time to Be Alive
Lire la chronique
Hideous Divinity
LV-426 (EP)
Lire la chronique
Indian
Slights and Abuse / The Syc...
Lire la chronique
Ildfar
Som vinden farer vil
Lire la chronique
Torche
Meanderthal
Lire la chronique
The Plague
Within Death
Lire la chronique
Baphomet
The Dead Shall Inherit
Lire la chronique
Zwiespalt
Distanz
Lire la chronique
Vanden Plas
Beyond Daylight
Lire la chronique
Antagonized
Intense perversion
Lire la chronique
Phantasmagore
Insurrection Or Submission ...
Lire la chronique
Sadistik Forest
Obscure Old Remains (EP)
Lire la chronique
Anthropophagous
Death Fugue
Lire la chronique
Odd Dimension
The Blue Dawn
Lire la chronique
Carnal Tomb
Festering Presence (EP)
Lire la chronique
Blacklisted
No One Deserves to Be Here ...
Lire la chronique
Sorcier Des Glaces
Un Monde de Glace et de Sang
Lire la chronique
Vallendusk
Heralds Of Strife
Lire la chronique
Midnight Betrothed
Dreamless
Lire la chronique
Shadowspawn
The Biology Of Disbelief
Lire la chronique
Jerry Cantrell
Boggy Depot
Lire la chronique
Vanden Plas
Far Off Grace
Lire la chronique
The Devil's Blood
The Time Of No Time Evermore
Lire la chronique
Grave Miasma
Abyss Of Wrathful Deities
Lire la chronique
Impaled Nazarene
Eight Headed Serpent
Lire la chronique
Gärgäntuäh
Dödenlicht (Démo)
Lire la chronique