chargement...

haut de page
Remontez pour accéder au menu
200 visiteurs :: Invité  » se connecter  » s'enregistrer

Spirit Possession - Spirit Possession

Chronique

Spirit Possession Spirit Possession
Katharsis. S’il y a un groupe de black metal qui a atteint quelque chose de particulier dans un genre codifié au point d’être éculé, a établi de nouveaux standards de radicalité tout en revenant à l’esprit originel du style, c’est bien lui. Un projet dont je regrette la disparition, au point de chercher son ombre durant chaque rencontre avec une formation prétendant s’en rapprocher. Des explorations souvent infructueuses, « furieux » étant plus que jamais un adjectif que je ne vois que s’appliquer à lui malgré quelques contre-exemples bienheureux (Death de Teitanblood, seul album à tenir la comparaison avec le feu de VVorld VVithout End).

Vous le voyez sans doute venir : Spirit Possession fait penser à Katharsis. Il y a pourtant, sur le papier, peu de lien entre ce projet parallèle de Steve Peacock (réputé pour diriger Ulthar, entre autres) et les Allemands. Prenant pour base un mélange de styles anciens dans leurs expressions (Heavy, Black et Speed Metal font une baston générale), mais les tournant et retournant par des structures chaotiques et une attitude punk dans l’esprit (de la production à l’exécution, tout sent la spontanéité et le manque de moyens institués en manifeste), le duo paraît en effet plus à voir avec le rétrograde en vogue dans les musiques extrêmes que ce black metal orthodoxe poussant l’agression sonore jusqu’à frôler l’inaudible.

Et cependant, dans ses lignes heavy et accrocheuses, ces riffs abrasifs et déglingués, cette voix (cette voix !) réverbérée et d’une avidité totalitaire, un vice semblable sourd, coule et court trente-cinq minutes durant, une intransigeance dans son parti-pris – qui n’exclut pas la variété, cf. la lourdeur habitant le morceau-titre ou encore les cavalcades de « Eleven Mouths » – faisant la différence entre le tout-venant et ce premier album. C’est ce que parvient à transmettre cette possession de l’esprit, redonnant toute la violence concrête à ce que la plupart n’annonce qu’en menace. Satanisme, horreur, inversion des valeurs et acclamation d’un monde où le laid devient nouvelle beauté, un absolu rendu réel... Ce rêve écarlate se réalise sur cet essai, chaque titre devenant une nouvelle preuve de sa vérité.

On n’appuiera jamais assez le risque qu’il y a à proposer en musique, non pas une suggestion, mais une réalisation. À ne pas se contenter d’imaginer le mal, mais de le porter et le transmettre, les riffs comme des lames, les chants comme des assauts. Spirit Possession y parvient, comme Katharsis y est parvenu avant lui, par une raideur de chaque instant, une succession d’états de siège de l’auditeur où jamais la transe ne faiblit. Sept titres, sept peintures de son univers tortueux de tortures : on pourra certes regretter ici l’absence d’un grand final (maladroitement préparé par les stridences de « Swallowing Throne » revenant à la toute fin de « Diamond Depth Illumination ») ; on répondra, charmé et bienveillant envers cette malveillance, que les Ricains se montrent définitifs dès les premières secondes de ce longue-durée. Tant de passion, tant de moments rouges et brûlants, tant d’impressions d’entendre deux personnes se dépasser et se transcender au service du vice, méritent en effet que l’on balaye d’un revers de main les quelques latences et flottements dans l’air. Car, que valent quelques baisses de régime face aux massacres que sont « Amongst Inverted Castles and Holy Laughter », « Deity of Knives and Pointed Apparitions » ou « Diamond Depth Illumination » ? Telle excessivité est rare, et rarement aussi prenante, particulièrement quand on met la fièvre au-dessus de toute autre qualité concernant un groupe se revendiquant, peu ou prou, du black metal.

Comme escompté à l’écoute de la démo parue quelques mois plus tôt, Spirit Possession est bien le carnage de l’année, de même que le nouveau groupe dont on peut espérer d’autres œuvres aussi réussies et encore plus drastiques. Cela tombe bien, on sent qu’il y a dans cette musique déjà impressionnante d’extrémisme de quoi aller encore plus loin, un ailleurs qui se dessine durant quelques instants suspendus, le soufre se mêlant à l’air pour l’envahir, à la manière du passage ambiancé de « Amongst Inverted Castles and Holy Laughter ». Quelques promesses et déjà de quoi être sacrément épaté : que vous faut-il de plus pour vous laisser posséder ?

DONNEZ VOTRE AVIS

Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.

5 COMMENTAIRE(S)

Drug-Sniffing Dog citer
Drug-Sniffing Dog
13/08/2020 10:57
Bon je vais arrêter de me forcer, quand ça veut pas... au pire, je retenterai dans quelque mois, mais là... plus j'insiste, moins ça marche.
M'enfin ça aura eu le mérite de me refaire sortir VVVVE. Clairement l'une des deux influences principale, l'autre étant Funereal Presence.
Cet album fait très "patchwork" des deux, je trouve.
Mais autant je trouve une cohérence dans les œuvres respectives de Katharsis et FP, autant là, je trouve ça totalement décousu, limite sans queue ni tête.
En revanche, l'artwork est chouette.

Astraldeath citer
Astraldeath
12/08/2020 13:05
lkea a écrit : Ah ben, il reste un bon cran au-dessus c'est sûr. Mais après, Spirit Possession rappelle sa fureur, mais ne joue pas non plus exactement dans la même cour. Et tant mieux, pas besoin d'un copier-coller de cet album !

Oui, bien sûr, je me plaignais pas d'un rip-off, je réagissais à la comparaison avec ce disque évoquée en début de chronique. Tant mieux qu'il ait sa propre patte, comme tu dis !
lkea citer
lkea
11/08/2020 19:42
note: 8.5/10
Ah ben, il reste un bon cran au-dessus c'est sûr. Mais après, Spirit Possession rappelle sa fureur, mais ne joue pas non plus exactement dans la même cour. Et tant mieux, pas besoin d'un copier-coller de cet album !
Astraldeath citer
Astraldeath
11/08/2020 19:30
Vvorld Vvithout End m'avait plus marqué. J'ai bien aimé ce disque mais il me parle pas tant que ça. J'y reviendrai en tout cas, ça c'est sûr.
Sagamore citer
Sagamore
11/08/2020 18:13
note: 9/10
2020 est une sale année sur bien des points, par contre, musicalement, elle régale. Une merveille, ce disque, possédé, furieux... Tu résumes le tout à merveille. Sur le podium, sans grande difficulté.

AJOUTER UN COMMENTAIRE

 
Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.
Spirit Possession
Possessed Black / Heavy / Punk
2020 - Profound Lore Records
notes
Chroniqueur : 8.5/10
Lecteurs : (2)  8.5/10
Webzines : (1)  7.5/10

plus d'infos sur
Spirit Possession
Spirit Possession
Possessed Black / Heavy / Punk - Etats-Unis
  

tracklist
01.   Deity of Knives and Pointed Apparitions  (04:33)
02.   Spirit Possession  (04:51)
03.   Twin Tongued Pathways  (04:36)
04.   Amongst Inverted Castles and Holy Laughter  (05:38)
05.   Eleven Mouths  (04:53)
06.   Swallowing Throne  (05:18)
07.   Diamond Depth Illumination  (05:00)

Durée : 34 minutes 49 secondes

line up
  • S. / Voix, Guitares, Basse
  • A. / Batterie, Claviers

parution
24 Juillet 2020

Paradise Lost
Paradise Lost
Lire la chronique
Tristengrav
II - Nychavge (EP)
Lire la chronique
Fluoride
Disentanglement
Lire la chronique
Soul Blind
Greatest Hits Vol. I (Compil.)
Lire la chronique
Putrid Offal
Sicknesses Obsessions
Lire la chronique
Novae Militiae
Topheth
Lire la chronique
Ascended Dead / Evil Priest
Nexus Of The Black Flame / ...
Lire la chronique
Uada
Djinn
Lire la chronique
Drowning / Misgivings
Requiem For Gods Perdition ...
Lire la chronique
Polymoon
Caterpillars Of Creation
Lire la chronique
Candiria
Beyond Reasonable Doubt
Lire la chronique
L'affaire JP FOURNIER... L'illustrateur qui tua son père.
Lire le podcast
Darkened
Kingdom Of Decay
Lire la chronique
The Great Old Ones
Cosmicism
Lire la chronique
Eirik
Omnis Erit Eductus
Lire la chronique
Paradise Lost
Gothic
Lire la chronique
Bestial Invasion
Monomania
Lire la chronique
Palehorse
Soft as Butter; Hard as Ice
Lire la chronique
Lik
Misanthropic Breed
Lire la chronique
Necrot
Mortal
Lire la chronique
Diabolic pour "Mausoleum of the Unholy Ghost"
Lire l'interview
Skeletal Remains
The Entombment Of Chaos
Lire la chronique
Diabolic
Mausoleum of the Unholy Ghost
Lire la chronique
Katavasia
Magnus Venator
Lire la chronique
Hulder
De Oproeping Van Middeleeuw...
Lire la chronique
Morta
Fúnebre (EP)
Lire la chronique
Disembowel
Echoes Of Terror
Lire la chronique
Mimorium
Blood of Qayin
Lire la chronique
Bethlehem
Dictius Te Necare
Lire la chronique
StoneBirds
Collapse and Fail
Lire la chronique