chargement...

haut de page
Remontez pour accéder au menu
200 visiteurs :: Invité  » se connecter  » s'enregistrer

Transilvania - Night of Nights

Chronique

Transilvania Night of Nights
Transilvania est l’archétype du groupe qui a tout pour me plaire. Un nom bien référencé, une esthétique tout ce qu’il y a de plus culte à base de clous, de rituels et de gueules noircies, et une musique parfaitement traditionnelle. Les trois musiciens officient dans ce black/thrash si cher à mon cœur, qui emprunte autant à la NWOBHM qu’aux premiers Master’s Hammer et Venom, mélodique et ambiancé, évoquant les légendes de l’Europe de l’Est. J’ai toujours aimé cette frange bien précise du metal à l’ancienne, qui aime raconter les mythes morbides des Carpates. Il s’agit bien souvent de groupes de black/thrash heavysant, pas tout à fait sous le joug scandinave, qui continuent à révérer la Transylvanie quand tous ont tourné désormais la tête au Nord au moment de trouver de l’inspiration dans ce que le folklore peut avoir de plus inquiétant. Oui, décidément, Transilvania avait tout pour me plaire. D’autant que le groupe a eu la bonne idée d’être autrichien, pays de provenance de l’un des meilleurs groupes du genre pratiqué ici au cours de la dernière décennie, j’ai nommé Triumphant.

Petit carnet d’adresses retrouvé dans les poches du groupe au moment de la composition : Master’s Hammer, Denial of God, Bathory, Tormentor, Venom, King Diamond. Si tout n’était pas encore assez clair, voilà ce que vous pouvez attendre. Des lignes de guitare relativement travaillées, mélodiques, qui ondulent comme les lacets escarpés de la route menant au château de Dracula. Riffing bâtard de trémolo-picking, d’accords un peu théâtraux et de galopades plus heavy, le tout craché par un ampli que l’on sent assez dépouillé et épargné par les pédales en cascades. La batterie est un poil en retrait, réverbérée bien variée, passant du blast à des motifs plus aérés ou au contraire plus aiguisés, tout à fait de circonstance. Le chant vociféré est on ne peut plus classique, plein de réverbération lui aussi, et s’insère dans le tout sans problème. Les pistes oscillent entre 3 et 6 minutes, prenant le temps de développer les ambiances horrifiques de ce Night of Nights en douceur. On a parfois l’apparition de quelques éléments supplémentaires. Un clavier bien cheap mais goûtu sur « Circle », des interventions régulières de guitare folk… Sans oublier les mélodies électriques qui conservent toujours cet aspect presque dansant, rappelant des danses de village qui auraient été perverties par le Malin. Malokarpatan n’est parfois pas loin ! On retrouve les évocations des sorcières, les rites sacrificiels impies tels qu’ils étaient perçus dans les villages les plus reculés, les revenants et les odieuses métamorphoses.

Toute la musique de Transilvania fait plaisir à entendre. L’espace de trois quarts d’heure, on est immergé dans cette atmosphère délicieusement poussiéreuse, avec parfois de grosses fulgurances d’ambiance et de mélodie, comme sur la fin de « Guardians of Necropolis » ou le riff d’intro suivi d’une très jolie mélodie de « Moonlight Sorcery ». Les autrichiens ont digéré leurs influences et restituent à merveille leur passion pour cette vague de groupe préparatoire au black metal scandinave. On retrouve cette emphase et cette théâtralité typique, avec une certaine prévalence de Denial of God dont l’ombre se fait forte sur la musique de Transilvania. Ce qui manque, en revanche, c’est un petit soupçon de personnalité supplémentaire. Dieu sait que je ne suis pas du genre à exiger absolument une originalité incroyable dans les groupes que j’écoute et que je me satisfais fort bien d’une musique passéiste et traditionnelle. Mais ce qui fait un bon groupe traditionnel, c’est sa capacité à dégager une identité propre en utilisant les armes fourbies par les anciens. C’est le défaut qui fait passer Night of Nights du rang d’album qui aurait pu être une tuerie à celui d’album prometteur. Ceci, et peut-être un léger maque d’accroche ponctuel. Si tout avait été au niveau d’une piste comme « Moonlight Sorcery », l’album aurait été excellent. En l’état actuel, quelque chose manque.

Transilvania s’apprête à sortir son second album. On ne peut qu’espérer qu’ils aient rangé un peu leurs disques de chevets sous leurs lits, et qu’ils aient laissé davantage d’espace à des idées plus personnelles. Formellement, tout est là, il n’y a plus qu’à faire prendre au tout une teinte moins connue. J’attends les spectres transylvains au tournant pour cette seconde sortie, que je vois venir avec enthousiasme.

DONNEZ VOTRE AVIS

Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.

1 COMMENTAIRE(S)

Keyser citer
Keyser
14/08/2020 07:23
Je n'ai que le split avec Kafirun mais le morceau côté Transilvania était vraiment cool. Même pas fait attention qu'ils avaient sorti un album ... je checkerai le nouveau !

AJOUTER UN COMMENTAIRE

 
Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.
Transilvania
Black/Thrash/Heavy
2018 - Into Dungeon Records
notes
Chroniqueur : 7.5/10
Lecteurs :   -
Webzines : (1)  8.5/10

plus d'infos sur
Transilvania
Transilvania
Black/Thrash/Heavy - 2014 - Autriche
  

tracklist
Side A
01.   Post Meridiem  (02:00)
02.   The Night of Nights  (03:25)
03.   One Night in Salem  (06:25)
04.   Transformation  (03:58)
05.   Homunculus  (04:24)
06.   Howl over Bedburg  (03:47)
Side B
07.   Ante Meridiem  (01:19)
08.   Circle  (06:09)
09.   Guardians of Necropolis  (05:09)
10.   Moonlight Sorcery  (05:55)
11.   Ghosts Along the Candles  (06:00)

Durée : 48 min.

parution
31 Janvier 2018

Essayez aussi
Aryos
Aryos
Les stigmates d'Hécate

2015 - Exu Rei Records
  
Shackles
Shackles
Traitor's Gate

2009 - Hells Headbangers Records
  

Paradise Lost
Paradise Lost
Lire la chronique
Tristengrav
II - Nychavge (EP)
Lire la chronique
Fluoride
Disentanglement
Lire la chronique
Soul Blind
Greatest Hits Vol. I (Compil.)
Lire la chronique
Putrid Offal
Sicknesses Obsessions
Lire la chronique
Novae Militiae
Topheth
Lire la chronique
Ascended Dead / Evil Priest
Nexus Of The Black Flame / ...
Lire la chronique
Uada
Djinn
Lire la chronique
Drowning / Misgivings
Requiem For Gods Perdition ...
Lire la chronique
Polymoon
Caterpillars Of Creation
Lire la chronique
Candiria
Beyond Reasonable Doubt
Lire la chronique
L'affaire JP FOURNIER... L'illustrateur qui tua son père.
Lire le podcast
Darkened
Kingdom Of Decay
Lire la chronique
The Great Old Ones
Cosmicism
Lire la chronique
Eirik
Omnis Erit Eductus
Lire la chronique
Paradise Lost
Gothic
Lire la chronique
Bestial Invasion
Monomania
Lire la chronique
Palehorse
Soft as Butter; Hard as Ice
Lire la chronique
Lik
Misanthropic Breed
Lire la chronique
Necrot
Mortal
Lire la chronique
Diabolic pour "Mausoleum of the Unholy Ghost"
Lire l'interview
Skeletal Remains
The Entombment Of Chaos
Lire la chronique
Diabolic
Mausoleum of the Unholy Ghost
Lire la chronique
Katavasia
Magnus Venator
Lire la chronique
Hulder
De Oproeping Van Middeleeuw...
Lire la chronique
Morta
Fúnebre (EP)
Lire la chronique
Disembowel
Echoes Of Terror
Lire la chronique
Mimorium
Blood of Qayin
Lire la chronique
Bethlehem
Dictius Te Necare
Lire la chronique
StoneBirds
Collapse and Fail
Lire la chronique