chargement...

haut de page
Remontez pour accéder au menu
200 visiteurs :: Invité  » se connecter  » s'enregistrer

Necrot - Mortal

Chronique

Necrot Mortal
Formé en 2011 à Oakland, Californie, il aura fallu plusieurs années à Necrot pour réussir à tirer son épingle du jeu. La sortie en 2017 de son premier album intitulé Blood Offerings avait quelque peu permis de changer la donne sans pour autant que le nom du groupe soit encore sur toutes les lèvres. Ce sont bien plus probablement tous ces concerts particulièrement musclés effectués ces deux/trois dernières années qui ont permis de braquer sur eux les projecteurs (je garde encore un excellent souvenir de leur prestation au Killtown Death Fest 2018). Une situation tout à fait idéale pour un groupe qui a sorti fin août sont deuxième album sous la houlette une fois de plus de Tankcrimes Records (un album qui d’ailleurs compte aujourd’hui pas moins de quatorze entrées dans les différents classements du Billboard américain).

Comme vraisemblablement on ne change pas une équipe qui gagne, Necrot a de nouveau fait appel aux talents de l’artiste néerlandais Marald Van Haasteren. Si le bonhomme a fait de bonnes choses par le passé (Baroness, Entrapment, Mortuous, Kylesa...), je trouve que ses travaux pour le groupe américain n’ont jamais été de très bon goût. Alors effectivement il y a du mieux comparé à l’artwork de Blood Offerings (notamment au niveau de ces couleurs un peu moins dégueulasses) mais malgré tout ça pue quand même toujours un peu trop la seconde division à mon goût. De là à me dire que cela convient très bien à un groupe comme Necrot, il n’y a qu’un pas que je vous laisse libre de franchir...

Opérant depuis sa formation sous la forme d’un trio qui malgré des planning respectifs parfois chargés n’a pas bougé d’un iota (pour rappel, on trouve chez Necrot des membres de Vastum, Mortuous, Acephalix, Saviours...), le groupe d’Oakland poursuit naturellement sur sa lancée sans rien changer à une formule empruntant toujours autant à Bolt Thrower qu’à Vastum. Ainsi, comme c’était déjà le cas sur son prédécesseur, ce nouvel album est marqué par un rythme relativement soutenu. Des attaques frontales menées à coups de rythmiques particulièrement entrainantes (mention spéciale à l’excellent "Dying Life" dont l’intensité ne faiblit quasiment jamais) héritées pour la plupart de la scène Punk des années 80. Necrot n’étant pas du genre à se montrer particulièrement radin lorsqu’il s’agit de faire courber l’échine et exciter les foules, le groupe va ainsi enchaîner les passages exécutés pied au plancher à base essentiellement de tchouka-tchouka endiablés et de séquences blastées naturellement un poil plus soutenues. Des accélérations toujours extrêmement efficaces et bien senties, contrastées soit par des passages au groove redoutable qui donnent quand même un peu envie de tout casser ("Dying Life" à 2:31, "Asleep Forever" à 2:16, "Sinister Will" à 2:11, "Malevolent Intentions" à 1:51, "Mortal" et son riffing mid-tempo qui pue la bagarre) soit par des moments emprunts d’un certain feeling mélodique ("Dying Life" à 2:41, "Stench Of Decay" à 2:09, "Asleep Forever" à 3:13, "Sinister Will" à 3:32, "Mortal" à 5:51).

Comme son prédécesseur, Mortal mise donc sur l’immédiateté de ses compositions dont émanent une fois de plus un réel sentiment d’urgence. Un atout qu’on ne peut pas enlever à un groupe dont l’efficacité n’est clairement plus à démontrer. Pour autant, il est aisé d’entendre les critiques adressées à l’égard de ce Death Metal répétitif, toujours très simple dans ses constructions et dans son exécution et dont le riffing peut bien souvent paraitre relativement limité (comme c’est le cas ici sur la première moitié d'"Asleep Forever" qui apparait comme le moment le plus faible de l’album). Ces défauts liés tout simplement aux qualités mêmes de ce Death Metal sont néanmoins largement compensés par le caractère particulièrement volontaire de ces compositions qui semblent littéralement vouloir marcher sur l’auditeur. Comme chez Vastum et Bolt Thrower, on va effectivement retrouver cette espèce de dynamique qui s’impose ici par la force des choses, tel un char d’assaut lancé à pleine allure prêt à tout défoncer sur son passage.

Avec ce deuxième album, Necrot poursuit ce qu’il a entrepris trois ans plus tôt sans jamais chercher à changer quoi que ce soit à sa recette. Une formule simple comme "bonjour" et qui effectivement n’a aujourd’hui plu à faire ses preuves. Pourtant, comme ce fût le cas pour moi avec Blood Offerings (il a fallu ce fameux concert au KTDF pour que je sois remis sur le droit chemin), je reste convaincu que plusieurs écoutent restent nécessaires pour passer outre l’aspect peut-être trop facile/générique/répétitif de l’ensemble et ainsi se laisser attraper par ces riffs ultra efficaces, ce groove redoutable et ces accélérations destructrices. Là encore, Mortal ne concourra pas dans la course à l’album de l’année mais il reste néanmoins une sortie particulièrement solide pour quiconque apprécie ce genre de Death Metal ô combien percutant.

DONNEZ VOTRE AVIS

Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.

1 COMMENTAIRE(S)

Charon Del Hadès citer
Charon Del Hadès
13/09/2020 11:29
Par contre, ce patronyme est bien naze.

AJOUTER UN COMMENTAIRE

 
Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.
Necrot
Death Metal
2020 - Tankcrimes Records
notes
Chroniqueur : 7.5/10
Lecteurs :   -
Webzines : (1)  7/10

plus d'infos sur
Necrot
Necrot
Death Metal - 2011 - Etats-Unis
  

nouveaute
A paraître le 28 Août 2020

tracklist
01.   Your Hell  (05:00)
02.   Dying Life  (04:35)
03.   Stench Of Decay  (03:40)
04.   Asleep Forever  (05:29)
05.   Sinister Will  (06:16)
06.   Malevolent Intentions  (04:37)
07.   Mortal  (08:32)

Durée : 38:09

line up
voir aussi
Necrot
Necrot
Blood Offerings

2017 - Tankcrimes Records
  

Essayez aussi
Sedimentum
Sedimentum
Demo (Démo)

2019 - Autoproduction
  
Undergang
Undergang
Misantropologi

2017 - Dark Descent Records
  
Ossuarium
Ossuarium
Calcified Trophies Of Violence (Démo)

2017 - Autoproduction
  
Bloodbath
Bloodbath
The Fathomless Mastery

2008 - Peaceville Records
  
Infester
Infester
To The Depths, In Degradation

1994 - Moribund Records
  

Paradise Lost
Paradise Lost
Lire la chronique
Tristengrav
II - Nychavge (EP)
Lire la chronique
Fluoride
Disentanglement
Lire la chronique
Soul Blind
Greatest Hits Vol. I (Compil.)
Lire la chronique
Putrid Offal
Sicknesses Obsessions
Lire la chronique
Novae Militiae
Topheth
Lire la chronique
Ascended Dead / Evil Priest
Nexus Of The Black Flame / ...
Lire la chronique
Uada
Djinn
Lire la chronique
Drowning / Misgivings
Requiem For Gods Perdition ...
Lire la chronique
Polymoon
Caterpillars Of Creation
Lire la chronique
Candiria
Beyond Reasonable Doubt
Lire la chronique
L'affaire JP FOURNIER... L'illustrateur qui tua son père.
Lire le podcast
Darkened
Kingdom Of Decay
Lire la chronique
The Great Old Ones
Cosmicism
Lire la chronique
Eirik
Omnis Erit Eductus
Lire la chronique
Paradise Lost
Gothic
Lire la chronique
Bestial Invasion
Monomania
Lire la chronique
Palehorse
Soft as Butter; Hard as Ice
Lire la chronique
Lik
Misanthropic Breed
Lire la chronique
Necrot
Mortal
Lire la chronique
Diabolic pour "Mausoleum of the Unholy Ghost"
Lire l'interview
Skeletal Remains
The Entombment Of Chaos
Lire la chronique
Diabolic
Mausoleum of the Unholy Ghost
Lire la chronique
Katavasia
Magnus Venator
Lire la chronique
Hulder
De Oproeping Van Middeleeuw...
Lire la chronique
Morta
Fúnebre (EP)
Lire la chronique
Disembowel
Echoes Of Terror
Lire la chronique
Mimorium
Blood of Qayin
Lire la chronique
Bethlehem
Dictius Te Necare
Lire la chronique
StoneBirds
Collapse and Fail
Lire la chronique