chargement...

haut de page
Remontez pour accéder au menu
200 visiteurs :: Invité  » se connecter  » s'enregistrer

Precambrian - Tectonics

Chronique

Precambrian Tectonics
"Tectonics" possède, pour moi, un goût particulier. Aigre-doux, presque. D'une part, parce que c'est probablement la continuité / décalque (gardez ce qui vous arrange) la plus parfaite d'Hate Forest, légende absolue et indiscutable de la scène Ukrainienne... De l'autre, car ce même Hate Forest était probablement l'un des groupes favoris de Geisterber - qui leur aura tressé des lauriers, fort mérités, dans ces colonnes. Geisterber, à qui je dois probablement la moitié de ma culture Black Metal, lui qui fut mystagogue passionné, et passionnant, m'introduisant dans les recoins les plus obscurs des scènes d'Europe de l'Est. Serrant le poing en l'air à l'écoute de "Purity" et s'amusant, à l'époque, de ma moue dubitative. "C'est comme le bon pinard, qu'il disait, le goût vient en en buvant." Qu'il avait raison !

L'ancien camarade et ami est parti vers de plus vertes contrées, mais Hate Forest, lui, semble bel et bien être de retour, sous un nom d'emprunt, presque incognito. Il faut croire que la reformation, le temps d'un concert (le Metal East), semble avoir titillé Roman Saenko. Bien décidé à ranimer Precambrian, qui n'avait plus donné signe de vie depuis 2016, et de s'en servir comme prétexte pour se remettre derrière de brûlants fourneaux. "On prend les mêmes, et on recommence ?" Pas loin, pas loin. Precambrian comblera ceux qui pleurent encore la fin de l'un des Grands de la scène Ukrainienne, tout en rassasiant les péquins qui suivent, avec attention, les pérégrinations (et errements plus discutables) de notre ogre slave préféré, en dehors de Drudkh.

Cet album est tout à fait en phase avec son propos : les plaques tectoniques se foutent de tes états d'âme et de tes sentiments. Peu importe que tu apprécies ou non ce Black Metal volontairement régressif, répétitif à la limite de l'abrutissant; Que tu tiques, ou non, sur ces fins de compositions abruptes (à l'image de "Sorrow"); Precambrian poursuivra quoiqu'il advienne son avancée, tout comme la Terre continue, et continuera de tourner, de bouger, avant, pendant, et après que tu en aies foulé la croûte. Inexorable, massif, d'une puissance à même de faire remuer des millions de tonnes de roche. Résumer des milliards d'année d'activité géologique, séismes et autres éruptions en à peine trente minutes, logique que le résultat soit aussi brut, aussi prenant... Et épuisant.

Aucune pause, ni temps mort, les quelques aérations brèves n'étant que des prétextes pour des lignes de double-pédale en forme de carpet bombing ou de grandes envolées d'organe d'un Roman Saenko plus terrifiant que jamais. "Tectonics", c'est Hate Forest, mais avec une batterie acoustique. On se doit d'ailleurs de saluer la performance de Vladislav Petrov, impressionnant de régularité et d'endurance, capable de maintenir un blast-beat constant sur plusieurs minutes comme faire varier son jeu, en accentuations sur le dôme de la ride ou avec ses splashs qu'il torture ("Fossilization"). Une caisse claire profonde, dont on martyrise aussi bien la peau tendue que son cerclage, mais qui semble bien perdue au milieu de ces avalanches de cordes, cette guitare qui soulève trois kilos de poussière à chaque descente de manche, la basse sur les épaules - qui ne sert qu'à ça, d'ailleurs, ajouter encore plus de poids à un monolithe déjà gargantuesque. Le tout mis au service de titres qui sont de vraies étendues de sel, mers asséchées que l'on subit, résignés - les dernières minutes de "Cryogenian" en sont l'exemple parfait. Oh, quelques riffs plus sentencieux poussent à poursuivre le périple, à l'image de "Volcanic Winter", qui sonnerait presque tragique, mais ces rares éclaircies ne changent rien à la dimension éprouvante du périple. Un vrai chemin de croix. Et le pire, c'est qu'on en redemande. "Tectonics" réveille en moi ce plaisir, que j'ai peine à retrouver ailleurs que chez Hate Forest : celui de prendre une branlée, bête, et méchante, de me sentir infiniment petit face à une entité qui me dépasse, par sa taille, son austérité absolue, et les proportions de sa violence.

Alors non, rien de neuf sous le soleil (de plomb). Il en reste que Precambrian livre, avec ce disque, un beau tour de piste à Roman Saenko, en souvenir du bon vieux temps. Un rappel aux plus belles heures de la forêt de haine, piochant tant chez "Purity" que "Sorrow", sans cracher sur de petits emprunts à ses camarades, certaines tournures rappelant presque la fin de carrière des regrettés Astrofaes, caisse-claire-boîte-de-conserve en moins. "Tectonics" déplace des montagnes - pire, c'est la montagne qui se déplace ! À vous de voir si vous êtes dans le sens de la marche, ou sur son passage.

DONNEZ VOTRE AVIS

Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.

4 COMMENTAIRE(S)

Anken citer
Anken
02/09/2020 18:14
""Tectonics" réveille en moi ce plaisir, que j'ai peine à retrouver ailleurs que chez Hate Forest : celui de prendre une branlée, bête, et méchante, de me sentir infiniment petit face à une entité qui me dépasse, par sa taille, son austérité absolue, et les proportions de sa violence."
Je n'aurais pas dit mieux!
Les EP sont du même acabit?
Dark Nico citer
Dark Nico
02/09/2020 12:02
Sagamore a écrit : Rien de déplacé ! Il a simplement choisi de partir (ça remonte à quelques années déjà), mais aux dernière nouvelles, tout va bien pour lui !

Ah bien, j'ai eu peur que cela soit plus grave ! :-)
Sagamore citer
Sagamore
02/09/2020 11:45
Rien de déplacé ! Il a simplement choisi de partir (ça remonte à quelques années déjà), mais aux dernière nouvelles, tout va bien pour lui !
Dark Nico citer
Dark Nico
02/09/2020 10:18
"Un vrai chemin de croix.Et le pire c'est qu'on en redemande": c'est exactement cela !
C'est du Hate Forest "like"mais sans la culpabilité d'écouter des propos qu'on imaginait polémiques. C'est bien ça donne meilleure conscience :-)
Les fins abruptes de chansons sont par contre toujours autant dérangeantes.
Une petite question, et je m'excuse si elle est déplacée :J'aimais bien les chroniques de Geisterber, on en voit plus depuis quelques temps ici, et ce que tu en dis dans ta chronique m'interroge sur ce qui lui est arrivé ?

AJOUTER UN COMMENTAIRE

 
Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.
Precambrian
Black Metal
2020 - Primitive Reaction
notes
Chroniqueur : 8.5/10
Lecteurs :   -
Webzines : (4)  7.95/10

plus d'infos sur
Precambrian
Precambrian
Black Metal - 2014 - Ukraine
  

tracklist
01.   Archaebacteria  (07:18)
02.   Fossilization  (04:37)
03.   Cryogenian  (06:13)
04.   Volcanic Winter  (05:39)
05.   P-Tr. Extinction  (06:12)

Durée : 29:59

line up
parution
21 Août 2020

Essayez aussi
Sühnopfer
Sühnopfer
Nos sombres chapelles

2010 - Those Opposed Records
  
Mara
Mara
Thursian Flame

2018 - Throats Productions
  
Norman Shores
Norman Shores
De l'ombre surgit la lumière

2019 - Ossuaire Records
  
Lykaionas
Lykaionas
The Diabolical Manifesto

2018 - Hammer Of Damnation
  
Celebratum
Celebratum
Instinct

2005 - Metal Age Productions
  

Evulse
Call Of The Void (Démo)
Lire la chronique
Gaerea
Limbo
Lire la chronique
Kairon; IRSE!
Polysomn
Lire la chronique
Burial Remains
Spawn Of Chaos
Lire la chronique
L7
Smell The Magic (EP)
Lire la chronique
Azath
Through a Warren of Shadow
Lire la chronique
Paradise Lost
Paradise Lost
Lire la chronique
Tristengrav
II - Nychavge (EP)
Lire la chronique
Fluoride
Disentanglement
Lire la chronique
Soul Blind
Greatest Hits Vol. I (Compil.)
Lire la chronique
Putrid Offal
Sicknesses Obsessions
Lire la chronique
Novae Militiae
Topheth
Lire la chronique
Ascended Dead / Evil Priest
Nexus Of The Black Flame / ...
Lire la chronique
Uada
Djinn
Lire la chronique
Drowning / Misgivings
Requiem For Gods Perdition ...
Lire la chronique
Polymoon
Caterpillars Of Creation
Lire la chronique
Candiria
Beyond Reasonable Doubt
Lire la chronique
L'affaire JP FOURNIER... L'illustrateur qui tua son père.
Lire le podcast
Darkened
Kingdom Of Decay
Lire la chronique
The Great Old Ones
Cosmicism
Lire la chronique
Eirik
Omnis Erit Eductus
Lire la chronique
Paradise Lost
Gothic
Lire la chronique
Bestial Invasion
Monomania
Lire la chronique
Palehorse
Soft as Butter; Hard as Ice
Lire la chronique
Lik
Misanthropic Breed
Lire la chronique
Necrot
Mortal
Lire la chronique
Diabolic pour "Mausoleum of the Unholy Ghost"
Lire l'interview
Skeletal Remains
The Entombment Of Chaos
Lire la chronique
Diabolic
Mausoleum of the Unholy Ghost
Lire la chronique
Katavasia
Magnus Venator
Lire la chronique