chargement...

haut de page
Remontez pour accéder au menu
200 visiteurs :: Invité  » se connecter  » s'enregistrer

Hexecutor - Beyond Any Human Conception Of Knowledge...

Chronique

Hexecutor Beyond Any Human Conception Of Knowledge...
Enfin le retour du fameux logo à l’échafaud après un premier album dont celui-ci était tristement absent… Sujet de discorde parmi certains aficionados de ces brigadiers du Rock, le groupe breton aura finalement retrouvé la raison, renouant ainsi avec une partie de son identité, au moins visuelle.
Intitulé Beyond Any Human Conception Of Knowledge, ce deuxième album sorti il y a quelques jours seulement marque le retour d’Hexecutor après quatre ans d’absence et un Poison, Lust And Damnation ayant déjà fait très fortes impressions. Alors forcément, les Rennais étaient un petit peu attendus au tournant. Surtout après une si longue période d’absence...

Ce retour aux affaires, Hexecutor le signe sous la houlette du label allemand Dying Victims Productions (label sur lequel avait été rééditée il y a deux ans la démo Hangmen Of Roazhon et qui en 2017 signait également l’édition LP du premier méfait longue durée des Bretons). Une structure particulièrement solide que les amateurs de Thrash, Speed et Heavy Metal connaissent bien puisqu'en plus d’accueillir d’autres groupes français dans son écurie (Dethroned (RIP), Mortal Scepter, Savagery et Sacrifizer) on lui doit également une tripotée de sorties toutes plus recommandables les unes que les autres (Deathstorm, Midas, Hexenbrett, Tøronto, Blackevil ou Megaton Sword parmi les plus récentes). Fort d’un rayonnement bien plus important que le pourtant respectable label de Shaxul, il est à souhaiter que le nom d’Hexecutor s’exporte désormais davantage. Le groupe le mérite et ce deuxième album est là pour en attester.

Alors que l’illustration de ce nouvel album a été confiée pour la deuxième fois consécutive à un Jon Whiplash en très grande forme (les connaisseurs apprécieront sûrement ici la référence au Necronomicon d’Evil Dead), l’enregistrement s’est quant à lui déroulé à Rennes sous la direction de Romain Baousson avec l’aide de Wenceslas Carrieu de Cadaveric Fumes et Necrowretch. Sujet à quelques critiques, la production de Poison, Lust And Damnation n’a jamais vraiment fait l’unanimité, certains lui reprochant effectivement son côté maigrelet et peu engageant. Un point que le groupe a semble-t-il entendu dans la mesure où, tout en restant extrêmement naturelle et à l’écoute des spécificités d'Hexecutor (ce riffing mélodique ultra speed reconnaissable entre mille et ce piqué si particulier comme par exemple sur les premières secondes de "Ker Ys"), celle-ci a effectivement gagné en puissance, en clarté et en impact. De quoi contenter probablement tout le monde d’autant que le groupe en a profité pour revoir sensiblement sa copie.

Si Hexecutor pratique toujours un Thrash très chaotique fortement inspiré par la scène Speed des années 80 ainsi que par la première vague Black Metal, Beyond Any Human Conception Of Knowledge est également l’occasion pour le groupe breton d’affirmer tout son amour pour le Heavy Metal, le Hard Rock et tous ces grands guitaristes qui ont marqué l’Histoire du Rock. Si les premières écoutes ne surprennent pas outre-mesure, l’amateur éclairé retrouvant d’emblée ce qui faisait le charme des précédentes sorties de la formation (cette entrée remarquée sur fond de rototom), on se rend compte tout de même assez rapidement que sans parler de mettre de l’eau dans son vin, le groupe n’a pas hésité à nuancer son propos, calmant ainsi le jeu à l’aide de séquences plus mélodiques au caractère épique parfois bien trempé (la dernière partie de "Buried Alive With Her White Silk Dress" menée par ce lead redoutable, "Ker Ys" et ce passage entamé à 0:57 qui ne sera pas sans ravir les amateurs d’Iron Maiden, "Eternal Impenitence" titre plutôt orienté mid-tempo qui brille par ses nombreux solos et ses claviers discrets, "Tiger Of The Seven Seas", son introduction très inspirée par la musique classique et tous ces excellents solos qui suivront (mention spéciale à cette séquence débutée à 3:35), "Belzebuth's Apocryphal Mark" et son break que l’on imagine repris à l’unisson dans quelques sombres tavernes de flibustiers malouins, l’excellent "Brecheliant", titre instrumental de haute-volée qui donnera probablement la chair de poule à tous ceux ayant déjà foulé ces terres sacrées et ainsi de suite jusqu'au dernier titre). Tout ce travail mélodique, on le doit à Jey Deflagratör et Joey Demönömaniac, deux guitaristes complémentaires (on appréciera les moments où les solos s'enchaînent à gauche puis à droite dans l’oreille, comme dans un jeu de question/réponse) qui ont bien compris que la technique n’était rien sans inspiration ni feeling. Peu avare de leurs instruments, ce sont bien ces deux garçons qui portent la musique d'Hexecutor en dispensant, outre ces riffs Speed/Thrash particulièrement dynamiques et efficaces, quantité de solos incroyablement bien ficelés (le premier de l’album sur "Buried Alive With Her White Silk Dress" à 2:27 ne laisse d’emblée aucun doute sur le talent des Bretons en la matière), qu’ils revêtent ce caractère épique, plus sombre ou largement inspiré de la musique classique comme c’est par exemple le cas sur "Danse Macabre" à partir de 3:01. Bien sûr, S. Chainsaw-Maeströr (basse) et Putrid Vön Rötten (batterie) ne déméritent pas un seul instant mais sans ce riffing inspiré et si personnel et ces solos au feeling incroyable, Hexecutor ne serait très certainement pas ce qu’il est aujourd'hui.

Enfin, en tant que Breton né dans le Morbihan, je ne peux que saluer l’intérêt porté par Hexecutor à l’histoire, au folklore et aux mythes de la Bretagne. Le groupe avait déjà fait très fort sur Poison, Lust And Damnation, sortant son Thrash des standards en évoquant très largement l’affaire des poisons qui a secoué la cour de Louis XIV au 17ème siècle mais avec Beyond Any Human Conception Of Knowledge les Rennais vont revenir (souvenez-vous du titre "Hélène Jégado") à des choses plus proches de leur patrimoine culturel et historique (la mariée de Trécesson sur "Buried Alive With Her White Silk Dress" dont l’histoire aurait donné lieu au mythe de la fameuse dame blanche, "Ker Ys" du nom de cette ville bretonne légendaire qui aurait été engloutie par les flots, "Tiger Of The Seven Seas" qui fait référence au film du même nom traitant du célèbre corsaire malouin Robert Surcouf, "Brocheliant" qui n’est autre que l’ancien nom donné à la forêt de Brocéliande ou bien encore "Kroez Er Vossen" ou Croix de la Peste que l’on peut trouver en Bretagne mais également un peu partout en Europe et qui selon la coutume servait à conjurer le mal). Bref, tout un tas de contes, légendes et autres faits historiques dont Hexecutor va se nourrir pour insuffler à ses compositions une espèce d’atmosphère tantôt bourgeoise tantôt paysanne évoquant comme on peut se l’imaginer la vie en Bretagne à cette époque.

Moins excessif que son prédécesseur mené l’Opinel entre les dents et la rage au ventre, Beyond Any Human Conception Of Knowledge fait preuve de davantage de maturité sans pour autant sacrifier une seule seconde à cette efficacité d'antan. Intense et chaotique, le Speed/Thrash des Bretons conserve effectivement cette frénésie, soulignée une fois de plus par le chant arraché d’un Jey Deflagratör dont les envolées aiguës rappellent un certain Stace "Sheepdog" McLaren. Pour autant, cela n’empêche pas Hexecutor de faire preuve de davantage de relief tout au long de ces cinquante minutes à travers de nombreuses séquences beaucoup plus mélodiques et épiques faisant directement échos aux influences diverses et variées de leurs deux guitaristes (de Van Halen à Iron Maiden, The Eagles, Bon Jovi, Paul Gilbert, Yngwie Malmsteen, Def Leppard en passant par Beherit, Destruction, Kreator et plein d’autres encore...). Bref, Hexecutor est ici monté d’un cran, autant dans l’exécution de ses titres que dans la confection, plus aboutie et mature, de ces derniers. Bien joué messieurs !

DONNEZ VOTRE AVIS

Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.

7 COMMENTAIRE(S)

Astraldeath citer
Astraldeath
15/10/2020 20:14
note: 9/10
Réécouté encore tout à l'heure, une vraie tuerie. Belle chronique qui lui rend bien hommage. La petite évolution (maturation ?) musicale dont ils font preuve me fait très très plaisir et montre un vrai travail de fond.

Un des meilleurs albums de thrash de cette année, bien pauvre en réussites.
Dark Nico citer
Dark Nico
12/10/2020 16:25
Je découvre et musicalement c'est excellent avec tout un tas d'influences qui me parlent, par contre j'ai du mal avec le chant et oui surtout quand c'est en Anglais. J'espère m'y faire.
LeMoustre citer
LeMoustre
12/10/2020 10:53
Voilà. Tout est dit. L'influence Razor / Destruction est encore palpable, mais bien plus diluée et les morceaux sont ici extrêmement jouissifs. Un petit côté Vektor aussi, pas dégueu, dans l'enchevêtrement de certaines parties. Un album qui fera partie des tops de 2020 à coup sûr
Keyser citer
Keyser
10/10/2020 17:21
note: 9/10
D'accord à tout point de vue. J'aimais déjà beaucoup le 1er album bien hystérique, celui-ci fait entrer Hexecutor dans une autre dimension. Moins rapide mais toujours efficace avec tout plein d'accélérations jouissives et surtout un panel d'influences plus large. Plus de heavy, nickel ! Et "Brecheliant" n'est rien moins que le meilleur instrumental jamais composé par un groupe de metal français. Seul point négatif, l'accent à couper au couteau qui donne un certain charme mais le groupe gagnerait à se limiter au français.
InnerDam citer
InnerDam
08/10/2020 23:57
note: 9/10
Deathrash a écrit : Un groupe qui met tout le monde d'accord j'ai l'impression.
Y'a une telle osmose entre les musiciens, on sent les mecs déterminés qui vont dans la même direction.

Je le trouve encore meilleur que le premier. Probablement le meilleur album de Thrash Français jamais sorti.



ou peut être le meilleur groupe de Thrash Français qu'on ait jamais eu. Un album qui sort clairement du lot parmi toutes les sorties Thrash actuelles.
coreandcoupdate citer
coreandcoupdate
08/10/2020 23:51
'zavez gagné : je me l'commande !
Deathrash citer
Deathrash
08/10/2020 19:38
Un groupe qui met tout le monde d'accord j'ai l'impression.
Y'a une telle osmose entre les musiciens, on sent les mecs déterminés qui vont dans la même direction.

Je le trouve encore meilleur que le premier. Probablement le meilleur album de Thrash Français jamais sorti.


AJOUTER UN COMMENTAIRE

 
Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.
Hexecutor
notes
Chroniqueur : 9/10
Lecteurs : (3)  9/10
Webzines :   -

plus d'infos sur
Hexecutor
Hexecutor
Thrash - 2011 - France
  

nouveaute
A paraître le 25 Septembre 2020

tracklist
01.   Buried Alive With Her White Silk Dress  (04:54)
02.   Ker Ys  (04:38)
03.   Eternal Impenitence  (07:40)
04.   Tiger Of The Seven Seas  (07:18)
05.   Belzebuth's Apocryphal Mark  (07:04)
06.   Brecheliant  (05:55)
07.   Danse Macabre  (05:38)
08.   Kroez Er Vossen  (07:12)

Durée : 50:19

line up
voir aussi
Hexecutor
Hexecutor
Poison, Lust And Damnation

2016 - Armée de la Mort Records
  

Essayez aussi
Sacred Reich
Sacred Reich
Surf Nicaragua (EP)

1988 - Metal Blade Records
  
Nuclear Assault
Nuclear Assault
Survive

1988 - Under One Flag / I.R.S. Records
  
Moribund Scum
Moribund Scum
Only Death

2020 - Deviant Records
  
Kreator
Kreator
Hordes Of Chaos

2009 - SPV
  
Dew-Scented
Dew-Scented
Incinerate

2007 - Nuclear Blast Records
  

Dead Can Dance
Within the Ream of a Dying Sun
Lire la chronique
Dwarrowdelf
Evenstar
Lire la chronique
Aborted Fetus
Pyramids Of Damnation
Lire la chronique
Rotting Christ
Non Serviam
Lire la chronique
Savagery
Off The Ruins... (EP)
Lire la chronique
Pig Destroyer
The Octagonal Stairway (EP)
Lire la chronique
Orchid
Dance Tonight! Revolution T...
Lire la chronique
Abyssal Ascendant
Chronicles Of The Doomed Wo...
Lire la chronique
Crucifix
Visions Of Nihilism (Compil.)
Lire la chronique
To Conceal The Horns
Purist
Lire la chronique
Death Invoker
Necromancy, Damnation, Reve...
Lire la chronique
Seep
Souvenirs Of A Necrosadist ...
Lire la chronique
Precaria
Nigraluminiscencia (Compil.)
Lire la chronique
Six Feet Under
Nightmares Of The Decomposed
Lire la chronique
Drastus
Serpent’s Chalice – Materia...
Lire la chronique
Narrow Head
12th House Rock
Lire la chronique
Necrophobic
Dawn Of The Damned
Lire la chronique
Mortality Rate
You Were the Gasoline (EP)
Lire la chronique
Lymphatic Phlegm
Show​-​off Cadavers – The A...
Lire la chronique
Crépuscule d'Hiver
Par-Delà Noires Glaces Et B...
Lire la chronique
BLACK METAL 1997 : TOP10 et PATOP 3
Lire le podcast
Ordinance
In Purge There Is No Remission
Lire la chronique
Dorminn
Dorminn (EP)
Lire la chronique
Lie In Ruins
Demise (EP)
Lire la chronique
Emyn Muil
Afar Angathfark
Lire la chronique
Hexecutor
Beyond Any Human Conception...
Lire la chronique
In the Mist
Au son des crânes qui se br...
Lire la chronique
Candiria
Process Of Self.Development
Lire la chronique
Proscription
Conduit
Lire la chronique
Escuela Grind
Indoctrination
Lire la chronique