chargement...

haut de page
Remontez pour accéder au menu
200 visiteurs :: Invité  » se connecter  » s'enregistrer

Twitch of the Death Nerve - A Resting Place for the Wrathful

Chronique

Twitch of the Death Nerve A Resting Place for the Wrathful
Sous ce nom barbare, emprunté à un film de Mario Bava connu en France sous le nom La Baie Sanglante, se cache non pas un groupe de deathcore comme on pourrait le penser mais un combo de brutal death pas piqué des vers. Pas très productif non plus puisque sa formation remonte à 2004 alors que ce A Resting Place for the Wrathful, sorti en mars dernier sur Comatose Music, n'est que son deuxième album, devancé par un split en 2005 et un premier long-format en 2014, A New Code of Morality. Une très bonne sortie qui voyait Lille Gruber de Defeated Santity intervenir en tant que batteur de session. Six ans plus tard, l'Allemand n'a pas poursuivi l'aventure, remplacé par le Colombien Mauricio Marín (Goreinhaled, ex-Carnivore Diprosopus, Evil Darkness et Melting Flesh). Le combo reste mené par le duo Tom Carter et Tom Bradfield (co-fondateur de Grindethic Records), tous deux aussi dans Beef Conspiracy ainsi que dans Infected Disarray (Repulsive Dissection en plus pour Bradfield) et dont Twitch of the Death Nerve n'est que le side-project.

Ce qui explique sans doute pourquoi il a fallu tant de temps aux Anglais pour donner un successeur à A New Code of Morality. Plutôt privilégier la qualité à la quantité me direz-vous ! On peut déjà noter une superbe pochette pour illustrer ce deuxième full-length que l'on n'attendait plus. Pas forcément un gage de réussite remarquez quand bon nombre de groupes actuels emballent leurs immondices dans du velours. Ce n'est pas le cas de Twitch of the Death Nerve qui reprend là où on les avait laissés si ce n'est l'absence de titres humoristiques. Les Londoniens pratiquent un brutal death à l'américaine que l'on pourrait à la fois qualifier de technique, épileptique, chaotique et groovy. Les cassures rythmiques abruptes y sont légions, le nombre de riffs par morceau s'avère élevé et la vitesse d'exécution bien rapide pour un résultat des plus frénétiques, presque hystérique, à l'image de ces nombreuses harmoniques sifflées courtes et stridentes ainsi que ces pseudos blasts foutraques en salves très brèves. On appréciera d'ailleurs le son assez naturel de la batterie, plutôt rare dans un genre sclérosé par les productions modernes et plastiques sans âme, excepté un kick dégueulasse sur la grosse caisse. Si je n'apprécie d'habitude pas trop ce type de jeu, préférant de vrais blast-beats carrés tenus longtemps, il faut avouer que le rendu se montre assez jouissif et en phase avec le style. La réussite de A Resting Place for the Wrathful repose aussi sur le fait que malgré une musique très changeante difficile à suivre (il faudra quelques écoutes pour tout assimiler), l'opus bénéficie d'une accroche et d'une efficacité immédiates grâce à un groove omniprésent, accentué par tout un tas de riffs slammy bien gras et huileux qui contrastent avec le côté déchaîné des séquences véloces et techniques. On note aussi la présence de pas mal de riffs en tremolo plus classiques et appréhendables grâce à leur motif "mélodique" discernable. Du brutal death avec de vrais bons riffs, ça aussi ce n'est pas chose courante ! Autre rareté bienvenue, l'atmosphère apocalyptique, presque eschatologique, qu'arrive à instaurer Twitch of the Death Nerve par sa musique déstructurée (merci la batterie et les riffs) ainsi que le chant inhumain dégoulinant assez varié de Tom Bradfield dont les longues intonations gutturales s'avèrent des plus jubilatoires (les shrieks font moins d'effet mais contribuent aussi à l'ambiance dégénérative). L'ajout pertinent (pour une fois !) et non intrusif de samples de films s'inscrit également dans ce registre avec entre autres Peaky Blinders ("Ochlocratic Prostration"), Conquest of the Planet of the Apes ("A Witness to Ruination", sans doute le titre le plus percutant au niveau de l'ambiance avec son intro angoissante à souhait), There Will Be Blood ("Immured in Dissociation") et Beneath the Planet of the Apes ("Promulgation of Infected Innards").

Et tout ça, ça fait penser à un mix entre Malignancy et Defeated Sanity. Repulsive Dissection ne se trouve logiquement pas loin non plus, tout comme les vieux influenceurs Suffocation, Devourment, Cryptopsy, Cenotaph et Gorgasm auxquels on peut ajouter le premier Abysmal Torment. Du lourd, quoi ! Moins lourd par contre, si la musique convaincra aisément tout fan de brutal death qui se respecte, difficile de ne pas se sentir lésé par la durée de ce nouvel album. La durée courte des morceaux, somme toute logique pour le jeu frénétique pratiqué, fait que A Resting Place for the Wrathful échoue devant l'obstacle de la demi-heure, n'affichant même pas vingt-sept minutes au compteur. Un peu juste après six ans d'absence ! Pire, "The Locard Principle" apparaissait déjà sur A New Code of Morality. Il s'agit donc d'un réenregistrement légèrement retravaillé. Et la première version de "Promulgation of Infected Innards" qui clôt ce nouvel opus remonte à 2005 sur le split And Then There Were Three aux côtés de Corpse Carving et Bludgeon. Ce qui ne fait même pas vingt minutes de titres inédits. Cela dit, on préférera toujours vingt minutes convaincantes d'un brutal death enthousiasmant que trois quarts d'heure de tabassage stérile passées à regarder sa montre. D'autant qu'il n'y a pas grand chose de nouveau qui me botte ces derniers temps en brutal death, genre que j'écoute de moins en moins. Et franchement, je prends plus de plaisir à écouter A Resting Place for the Wrathful que le nouveau et décevant Defeated Sanity dont je vous parlerai un de ces quatre. Technique mais pas trop, chaotique tout en restant compréhensible, efficace et accrocheur, brutal sans sacrifier le riffing, groovy sans être chiant et proposant une vraie bonne ambiance de fin des temps, ce nouvel opus marque le retour en force d'un Twitch of the Death Nerve que l'on espérerait entendre plus souvent.

DONNEZ VOTRE AVIS

Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.

2 COMMENTAIRE(S)

Insania citer
Insania
07/09/2020 22:36
Clairement top cet album, j'ai tjrs aimé ce groupe et ce nouvel album reste dans la lignée de leurs précédentes sorties, très convaincant. La relative courte durée de l'album (si l'on ne considère que les nouvelles compos) ne me dérange pas, ça reste un genre qui gagne à ne pas trop s'étendre au delà des 30 minutes.
Ander citer
Ander
06/09/2020 18:46
note: 7.5/10
Après 6 ans d'attente, j'en attendais un peu plus quand même, 26 minutes avec deux titres réenregistrés sans compter les samples qui font remplissages ça fait pas lourd…

Heureusement sur un plan strictement musical le groupe déçoit pas, peut-être juste un peu plus slammy, avec des influences plus old-school j'ai pensé à Cryptopsy voir Cannibal Corpse sur certains riffs.

Je regrette l'absence de titres plus catchy comme pouvaient l'être les pistes 5 et 9 sur le précédent, la basse audible mais qui ne s'impose qu'en de très rares occasions, le batteur qui n'a pas autant d'emprise sur les compos ou les titres à rallonges, ça fait plus commun ici.

Un long commentaire qui ne reflète pas la durée de la galette, vous l'aurez compris. ^^

AJOUTER UN COMMENTAIRE

 
Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.
Twitch of the Death Nerve
Brutal Death
2020 - Comatose Music
notes
Chroniqueur : 8/10
Lecteurs : (3)  7.5/10
Webzines : (2)  8.25/10

plus d'infos sur
Twitch of the Death Nerve
Twitch of the Death Nerve
Brutal Death - 2004 - Royaume-Uni
  

tracklist
01.   A Resting Place for the Wrathful  (02:54)
02.   Ochlocratic Prostration  (03:10)
03.   Apotropaic Scarification  (03:27)
04.   This Sickening Frailty  (03:08)
05.   A Witness to Ruination  (03:21)
06.   The Locard Principle  (03:04)
07.   Immured in Dissociation  (03:23)
08.   Promulgation of Infected Innards  (04:11)

Durée : 26:38

line up
parution
27 Mars 2020

Essayez aussi
Cryptopsy
Cryptopsy
None So Live (Live)

2003 - Century Media Records
  
Suffocation
Suffocation
Effigy Of The Forgotten

1991 - Roadrunner Records
  
Nile
Nile
Amongst the Catacombs of Nephren-Ka

1998 - Relapse Records
  
Job For A Cowboy
Job For A Cowboy
Ruination

2009 - Metal Blade Records
  
Vehemence
Vehemence
Helping The World To See

2004 - Metal Blade Records
  

Evulse
Call Of The Void (Démo)
Lire la chronique
Gaerea
Limbo
Lire la chronique
Kairon; IRSE!
Polysomn
Lire la chronique
Burial Remains
Spawn Of Chaos
Lire la chronique
L7
Smell The Magic (EP)
Lire la chronique
Azath
Through a Warren of Shadow
Lire la chronique
Paradise Lost
Paradise Lost
Lire la chronique
Tristengrav
II - Nychavge (EP)
Lire la chronique
Fluoride
Disentanglement
Lire la chronique
Soul Blind
Greatest Hits Vol. I (Compil.)
Lire la chronique
Putrid Offal
Sicknesses Obsessions
Lire la chronique
Novae Militiae
Topheth
Lire la chronique
Ascended Dead / Evil Priest
Nexus Of The Black Flame / ...
Lire la chronique
Uada
Djinn
Lire la chronique
Drowning / Misgivings
Requiem For Gods Perdition ...
Lire la chronique
Polymoon
Caterpillars Of Creation
Lire la chronique
Candiria
Beyond Reasonable Doubt
Lire la chronique
L'affaire JP FOURNIER... L'illustrateur qui tua son père.
Lire le podcast
Darkened
Kingdom Of Decay
Lire la chronique
The Great Old Ones
Cosmicism
Lire la chronique
Eirik
Omnis Erit Eductus
Lire la chronique
Paradise Lost
Gothic
Lire la chronique
Bestial Invasion
Monomania
Lire la chronique
Palehorse
Soft as Butter; Hard as Ice
Lire la chronique
Lik
Misanthropic Breed
Lire la chronique
Necrot
Mortal
Lire la chronique
Diabolic pour "Mausoleum of the Unholy Ghost"
Lire l'interview
Skeletal Remains
The Entombment Of Chaos
Lire la chronique
Diabolic
Mausoleum of the Unholy Ghost
Lire la chronique
Katavasia
Magnus Venator
Lire la chronique