chargement...

haut de page
Remontez pour accéder au menu
200 visiteurs :: Invité  » se connecter  » s'enregistrer

Oranssi Pazuzu - Mestarin kynsi

Chronique

Oranssi Pazuzu Mestarin kynsi
À l'image de sa musique, Oranssi Pazuzu reste toujours en mouvement. Après la parution du très bon Värähtelijä en 2016, s'en sont suivis deux EPs l'année suivante ainsi qu'un album live du Roadburn (2019). C'est d'ailleurs lors d'une édition de ce prestigieux festival – en 2018 – que des membres du groupe vont délivrer une prestation collective avec leurs compatriotes de Dark Buddha Rising. Un projet, portant le nom de Waste of Space Orchestra, qui prendra véritablement corps avec la réalisation d'un longue durée. Cette sorte de parenthèse créative et exaltante va également faire office de catalyseur. Et, maintenant, quelle direction prendre ? Quelle impulsion donner à la formation ? En résulte le choix de rejoindre l'écurie du mastodonte Nuclear Blast pour la sortie de son nouveau long format. Comme un nouveau souffle, une envie « d'autre chose ». Une continuité logique mais qui a laissé certains fans sur la réserve. C'est donc avec beaucoup d'empressement et une pointe de crainte que s'est effectuée l'écoute du disque. Qu'allait donc nous réserver les Finlandais ?

En effet, difficile avant de se jeter sur Mestarin Kynsi d’imaginer la suite des expérimentations des Finlandais, tant Värähtelijä marquait, malgré quelques défauts, une sorte de sommet dans cette recherche d’une synthèse entre black metal et rock psychédélique animant la formation depuis ses débuts. Et c’est justement un pas de côté salvateur qu’effectue ce premier album pour l’écurie Nuclear Blast ! Pourtant définitivement marqué par la patte du projet (les perdus retrouveront pleinement leur sens de l’orientation avec le final « Taivaan Portti », renouant avec les explosions frôlant le krautrock de Muukalainen Puhuu), l’essai paraît surtout exprimer une liberté créative inattendue de la part d’un groupe allant vers un label aussi réputé. Loin de capitaliser sur ses acquis pour mieux fédérer, Oranssi Pazuzu explore, cherche et, heureusement, trouve plus d’une fois lors de ces nouvelles cinquante minutes. Plongeant totalement dans un esthétisme s’éloignant de plus en plus du metal (cantonné à quelques soubresauts presque incongrus, cf. « Tyhjyyden Sakramentti » ou encore « Oikeamielisten Sali »), il s’applique désormais à peindre des ambiances rituelles et synthétiques, au sein desquelles une menace sourde. Une démarche qui, dans ses envies d’épure, ses allitérations, ses motifs étouffant de blancheur, écrasant de rythmiques totalitaires et cependant au minimalisme caressant, rappelle le défunt Sink, summum de la folie finlandaise pour qui l’a déjà écouté. Autant dire qu’il y a de quoi voir en ce coup dans le dos un exemple d’indépendance ! Mais cela en fait-il pour autant une franche réussite ?

Certes, ce long format s'en approche mais certains éléments le maintiennent encore à distance. Un fait dû notamment à la façon dont les musiciens l'ont réfléchi et composé – à double tranchant. L'effet de surprise s'estompe quelque peu ici. La formation semble vous guider à vue, laissant de côté ses coups d'éclat (comme sur Värähtelijä) qui ponctuaient les longues pérégrinations hallucinées. Cela est d'ailleurs très frappant sur les passages metal. Tout est parfaitement mené, tout tombe là ou il faut, là où vous vous y attendez. Comme s'ils étaient là pour ornementer, apportant du rythme à un titre, en particulier lors de belles montées en puissance, et aussi davantage d'accroche (cf. « Tyhjyyden sakramentti ») – à double tranchant. Néanmoins Oranssi Pazuzu continue de vous surprendre mais autrement, comme écrit dans le précédent paragraphe. Les sonorités électroniques prennent le pas, dans la continuité des deux derniers titres du précédent album. D'où ce côté plus froid et synthétique renvoyant quelque peu à leur court format Kevät / Värimyrsky. Par ce mélange entre modernité et ancien, avec ce son très organique, la musique revêt une aura singulière. Les musiciens vous convient à leur propre cérémonie rituelle et occulte, invoquant des forces ataviques et ce dès le titre introductif « Ilmestys ». Un monde sombre et déstabilisant ou le rythme de batterie tribal côtoie des notes de synthétiseur. Au fil de l'écoute des images se forment, d'un vortex immaculé (l'explosif « Taivaan portti ») à des personnes, sourire aux lèvres, dansant et célébrant la fin du monde à venir (la tortueuse « Uusi teknokratia » avec Korjak impérial derrière ses fûts et des chœurs haut perchés). Mestarin kynsi dégage quelque chose de fort, voire de cinématographique, par des notes de synthé très 70's/80's (cf. la seconde partie de « Kuulen ääniä maan alta ») mais aussi par ses éléments postmodernes, en particulier sur la magnifique introduction de « Oikeamielisten sali ».

Étrange disque que Mestarin Kynsi, innovant mais finalement prévisible, libre et pourtant cadré... Oranssi Pazuzu ne s’est pas reposé sur ses acquis, créant une œuvre qui étonne et enthousiasme, en elle-même mais aussi dans les promesses futures qu’elle contient. Le groupe donne une nouvelle fois l’impression de construire, non pas une succession d’albums forts, mais une discographie qui n’en finit plus d’évoluer, chaque rencontre ouvrant une nouvelle porte, donnant à voir une nouvelle manière de plonger dans des abysses intérieures et extérieures, l’espace comme horizon aux limites toujours invisibles. Il nous tarde de nous perdre dans la suite que la bande apportera à ce nouvel essai (on se permettra ici d’espérer que les Finlandais abandonnent définitivement le metal pur-jus à l’avenir, tant il est fascinant de les voir louvoyer autour). Mais en l’état, et malgré quelques frustrations, l’écoute de ce longue-durée paraît bien indispensable !

DONNEZ VOTRE AVIS

Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.

AJOUTER UN COMMENTAIRE

 
Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.
Oranssi Pazuzu
Black Metal Psychédélique et expérimental
2020 - Brutal Panda Records
notes
Chroniqueur : 7.5/10
Lecteurs :   -
Webzines : (9)  7.84/10

plus d'infos sur
Oranssi Pazuzu
Oranssi Pazuzu
Black Metal Psychédélique et expérimental - 2007 - Finlande
  

formats
tracklist
01.   Ilmestys
02.   Tyhjyyden sakramentti
03.   Uusi teknokratia
04.   Oikeamielisten sali
05.   Kuulen ääniä maan alta
06.   Taivaan portti

Durée : 50 minutes

line up
  • Jun-His / Voix, Guitares et Saz
  • Ontto / Basse, Synthétiseur et Trombone
  • Evill / Claviers, Synthétiseur, Effets et Vocaux
  • Korjak / Batterie
  • Ikon / Guitares, Effets, Synthétiseur et Samplers,

parution
17 Avril 2020

voir aussi
Oranssi Pazuzu
Oranssi Pazuzu
Värähtelijä

2016 - 20 Buck Spin Records / Svart Records
  
Oranssi Pazuzu
Oranssi Pazuzu
Kevät / Värimyrsky (EP)

2017 - 20 Buck Spin Records / Svart Records
  

Undergang
Aldrig I Livet
Lire la chronique
Old Man Gloom
Seminar IX: Darkness Of Being
Lire la chronique
Bròn
Pred dverima noći
Lire la chronique
Opium Warlords
Nembutal
Lire la chronique
Traveler
Termination Shock
Lire la chronique
Bedsore
Hypnagogic Hallucinations
Lire la chronique
Soulburn
Noa’s D’ark
Lire la chronique
Les sorties de 2020
Vos albums et déceptions de...
Voir le sondage
Lure
Morbid Funeral (Démo)
Lire la chronique
Sodom
Genesis XIX
Lire la chronique
Sainte Marie des Loups
Funérailles de Feu
Lire la chronique
Pearl Jam
MTV Unplugged (Live)
Lire la chronique
Old Man Gloom
Seminar VIII: Light Of Meaning
Lire la chronique
Hallowed Butchery
Deathsongs From the Hymnal ...
Lire la chronique
The Kryptik
Behold Fortress Inferno (EP)
Lire la chronique
Moldé Volhal
Into The Cave Of Ordeals......
Lire la chronique
Inquisition
Black Mass For A Mass Grave
Lire la chronique
Havukruunu
Uinuos syömein sota
Lire la chronique
Lie In Ruins
Floating In Timeless Streams
Lire la chronique
Sarcator
Sarcator
Lire la chronique
Biesy
Transsatanizm
Lire la chronique
Unurnment
Self-Immolation Suite (EP)
Lire la chronique
Cimetière
Extinction
Lire la chronique
Dayal Patterson
Black Metal : l'évolution d...
Lire la chronique
Skelethal
Unveiling The Threshold
Lire la chronique
Bliss Of Flesh
Tyrant
Lire la chronique
Sinister
Deformation of the Holy Realm
Lire la chronique
Finntroll
Vredesvävd
Lire la chronique
Darkenhöld
Arcanes & Sortilèges
Lire la chronique
Paysage D'Hiver
Im Wald
Lire la chronique