chargement...

haut de page
Remontez pour accéder au menu
200 visiteurs :: Invité  » se connecter  » s'enregistrer

Morta - Fúnebre

Chronique

Morta Fúnebre (EP)
Si l'on ne cesse de vanter à juste titre la qualité grandissante de la scène Black venue du Portugal celle de son voisin ibérique est en revanche nettement plus discrète tant les noms connus et renommés s'y font rares, confirmant qu'en matière de Metal extrême l'Espagne a un train de retard par rapport à celle de ses pays frontaliers. Il faut dire que depuis l'arrêt dommageable de GODÜS celle-ci a du mal à voir émerger de nouvelles formations qui perpétuent l'héritage d'une certaine idée du style comme de sa radicalité, mais heureusement ce sentiment légitime est en train de disparaître. Car ces dernières années on a enfin l'impression que le royaume connait enfin un renouveau dans ce domaine, preuve en est avec les très bonnes sorties récentes réalisées par BALMOG et CALYX, aujourd'hui rejoints par MORTA au son plus primitif mais tout aussi intéressant.

Si le début de carrière du trio est passé inaperçu malgré une première démo sortie en 2017, ce deuxième essai (cette fois sous la forme d'un Ep) va sans nul doute leur permettre de gagner en notoriété et en visibilité, tant la demi-heure qui le compose va être d'une efficacité à toute épreuve tant elle renvoie immanquablement vers les fjords de Norvège au début des années 90. Même si le climat de leur chère Catalogne n'est pas le même que celui d'Oslo ou Trondheim le combo fait preuve d'une vraie maîtrise au niveau de l'écriture, qui est particulièrement sobre et directe sans pour autant tomber dans la redondance, malgré un riffing et une ambiance générale des plus dépouillés. S'il y'a trois ans de cela le contenu proposé contenait de belles choses celui-ci se montrait néanmoins un peu trop limité pour captiver l'auditoire et passer ainsi un cap. Tout ceci a donc fini par provoquer des grandes manoeuvres en interne avec d'abord le remplacement du bassiste et du batteur, et surtout désormais l'usage de l'espagnol en lieu et place de l'anglais afin d'affirmer un peu plus une identité propre, et ce même si musicalement ça reste ultra-classique et déjà entendu des milliers de fois auparavant.

Cependant malgré ses à-priori légitimes on va s'apercevoir que les Catalans maîtrisent très bien leur sujet, car après une double introduction au piano grésillant puis au côté tribal affirmé l'ensemble va véritablement démarrer avec l'arrivée du très bon « Sacrificio », à la fois rudimentaire et énervé. Misant majoritairement sur la vitesse (ce qui sera une constante sur les plages suivantes) entre blasts longue-durée et parties rapides entraînantes, cette plage doit surtout au sens du riff coupant de son leader qui se montre sommaire et répétitif à l'extrême, sans pour autant être linéaire et redondant. Tout cela se retrouve en plus mis en exergue par les différentes voix de chacun des membres, qui ont chacune leur personnalité, et aussi par une production à l'ancienne d'une noirceur absolue qui donne la sensation d'avoir été enregistrée live. Du coup on est pris directement à la gorge par cette compo hargneuse et haineuse, qui sent le soufre et donne le ton de ce que sera la suite du même acabit et presque calée sur le même modèle. Mais si le tout se montre assez semblable (entre ce tempo joué à cent à l'heure complété par des notes quasiment identiques et toujours impénétrables), quelques petites variations et subtilités vont se faire entendre histoire de ne pas trop vite lasser l'auditeur. En effet sur « Sin Voz Ni Rostro » au milieu des déferlantes on entend quelques passages incisifs qui se font épiques à souhait et propices au headbanging, ou encore plus de place laissée au mid-tempo sur « Infierno Fúnebre », afin de donner un côté remuant appréciable. Si « Oraculum Ab Necromantiæ » voit le retour à une radicalité exacerbée (où le tabassage est de rigueur quasiment en continu), « Fuego Y Huesco » voit lui au contraire s'installer un certain équilibre des forces en présence, tant l'explosivité y côtoie de façon homogènes les instants plus lents et lourds.

Difficile du coup de rester de marbre devant cette oeuvre impeccable et entêtante qui permet de mettre le cerveau en veille durant trente minutes, et ainsi de se laisser transporter à proximité du Malin et de ses légions tant on y sent le souffle chaud et maléfique de ceux qui peuplent l'enfer au milieu de ces rythmiques coupantes comme des lames de rasoir. Signal Rex ne s'est d'ailleurs pas trompé sur le talent des acolytes en les signant et en leur permettant ainsi de renforcer leur petite notoriété déjà existante (l'édition vinyl s'est retrouvée épuisée très rapidement), et prouver s'il y'avait encore besoin que c'est dans les vieux pots qu'on fait les meilleures soupes. Nul besoin d'artifice ou de gros son donc pour réussir son entrée parmi les grands, c'est ce qu'à compris le groupe qui reprend habilement ce qui a été fait par les anciens et historiques, sans les plagier ni les dénaturer... autant dire que s'il continue comme ça dans le futur il y'a de bonnes chances pour qu'on continue à en entendre parler, c'est tout ce qu'on lui souhaite.

DONNEZ VOTRE AVIS

Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.

AJOUTER UN COMMENTAIRE

 
Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.
Morta
Raw Black Metal
2020 - Signal Rex
notes
Chroniqueur : 4/5
Lecteurs :   -
Webzines :   -

plus d'infos sur
Morta
Morta
Raw Black Metal - 2016 - Espagne
  

nouveaute
A paraître le 28 Août 2020

tracklist
01.   Cadáver Perenne
02.   Introit : Sabbat
03.   Sacrificio
04.   Sin Voz Ni Rostro
05.   Infierno Fúnebre
06.   Oraculum Ab Necromantiæ
07.   Fuego Y Huesco
08.   Gloria Profunda

Durée : 30 minutes

line up
Essayez aussi
Nag
Nag
Nagged to Death

2018 - Fysisk Format
  
Syn Ze Șase Tri
Syn Ze Șase Tri
Stăpîn peste stăpîni

2015 - Code666
  
Woods Of Desolation
Woods Of Desolation
As The Stars

2014 - Northern Silence Productions
  
Cry
Cry
Dead Within

2011 - Rigorism Production
  
Secrets Of The Moon
Secrets Of The Moon
Antithesis

2006 - Lupus Lounge
  

Evulse
Call Of The Void (Démo)
Lire la chronique
Gaerea
Limbo
Lire la chronique
Kairon; IRSE!
Polysomn
Lire la chronique
Burial Remains
Spawn Of Chaos
Lire la chronique
L7
Smell The Magic (EP)
Lire la chronique
Azath
Through a Warren of Shadow
Lire la chronique
Paradise Lost
Paradise Lost
Lire la chronique
Tristengrav
II - Nychavge (EP)
Lire la chronique
Fluoride
Disentanglement
Lire la chronique
Soul Blind
Greatest Hits Vol. I (Compil.)
Lire la chronique
Putrid Offal
Sicknesses Obsessions
Lire la chronique
Novae Militiae
Topheth
Lire la chronique
Ascended Dead / Evil Priest
Nexus Of The Black Flame / ...
Lire la chronique
Uada
Djinn
Lire la chronique
Drowning / Misgivings
Requiem For Gods Perdition ...
Lire la chronique
Polymoon
Caterpillars Of Creation
Lire la chronique
Candiria
Beyond Reasonable Doubt
Lire la chronique
L'affaire JP FOURNIER... L'illustrateur qui tua son père.
Lire le podcast
Darkened
Kingdom Of Decay
Lire la chronique
The Great Old Ones
Cosmicism
Lire la chronique
Eirik
Omnis Erit Eductus
Lire la chronique
Paradise Lost
Gothic
Lire la chronique
Bestial Invasion
Monomania
Lire la chronique
Palehorse
Soft as Butter; Hard as Ice
Lire la chronique
Lik
Misanthropic Breed
Lire la chronique
Necrot
Mortal
Lire la chronique
Diabolic pour "Mausoleum of the Unholy Ghost"
Lire l'interview
Skeletal Remains
The Entombment Of Chaos
Lire la chronique
Diabolic
Mausoleum of the Unholy Ghost
Lire la chronique
Katavasia
Magnus Venator
Lire la chronique