chargement...

haut de page
Remontez pour accéder au menu
200 visiteurs :: Invité  » se connecter  » s'enregistrer

Skeletal Remains - The Entombment Of Chaos

Chronique

Skeletal Remains The Entombment Of Chaos
Après avoir enfin accédé à une reconnaissance attendue et méritée (via l’excellent « Devouring Mortality ») il était temps pour la formation de Chris Monroy de revenir aux affaires, avec son quatrième long-format enregistré avec un line-up comme d’habitude remanié. Aujourd’hui seul maître à bord (et dernier membre d’origine encore présent) le chanteur-guitariste a désormais les mains libres pour mener à bien son projet dans la direction qu’il souhaite, mais heureusement il n’a pas changé d’un iota son fusil d’épaule, tant cette nouvelle sortie reste dans la lignée des précédentes, toujours aussi puissante et inspirée. Cependant contrairement aux réalisations antérieures on va remarquer sur certains passages une très légère répétition des plans, et une construction relativement semblable au niveau des solos et breaks, un défaut qui ne porte pas beaucoup préjudice vu la prestation générale proposée, mais qui semble indiquer le début (?) d’un léger essoufflement.

Néanmoins dès le départ on n’entend nulle trace de cela tant « Illusive Divinity » se montre très varié et inspiré, vu qu’on y retrouve la patte si reconnaissable du combo où les rythmiques rapides et diversifiées sont majoritaires, offrant de longs moments rampants propices au headbanging via un tapis de double écrasant. N’hésitant pas à ralentir l’allure de façon éphémère le tempo repart ensuite de plus belle entre blasts et explosivité pour offrir une tuerie d’entrée, ultra-classique sur la forme mais qui marque déjà son territoire, à l’instar de ce qui va suivre et qui va être du même tonneau. Tout ce panel de jeu divers et varié est présent sur les excellents « Congregation Of Flesh » et « Tombs Of Chaos », où l’on ne peut s’empêcher de remuer la tête via du mid-tempo imposant et massif, tout comme sur « Dissectasy » dans la droite ligne de ces dernières. C’est d’ailleurs avec celles-ci qu’on remarque un schéma global assez semblable, notamment sur les leads qui arrivent principalement sur une rythmique intermédiaire, et finissent presque par en devenir prévisibles. Heureusement les deux guitaristes se montrent parfaitement en raccord sur ce point, et offrent ainsi une complémentarité parfaite, et ce même quand l’écriture se fait plus directe ou relevée. En effet avec « Synthetic Impulse » on est en présence d’un titre plus frontal et direct comme on pouvait l’entendre aux débuts de l’entité (largement remodelée depuis) vu que ça tabasse et bourrine beaucoup plus longtemps, tout en montrant un jeu plus simple et bas du front, sans que l’accroche n’y perde au change, comme via le pointu « Torturous Ways To Obliteration ». Ici la technicité monte d’un cran du fait de nombreuses cassures à la batterie, comme au sein des gratteux (qui nous gratifient d’ailleurs un long duel à l’ancienne), et l’on s’aperçoit que là-encore le rendu est impeccable et groovy, clôturant ainsi la partie réussie de cette galette.

Car dès la plage suivante (« Eternal Hatred ») les choses vont être un peu différentes vu qu’ici ça va être beaucoup plus sombre et suffocant, du fait d’une introduction martiale et surtout d’une lenteur extrême d’obédience Doom, qui ne va pas changer d’un iota. Sans proposer ni ralentissement ou accélération cette plage renforce le sentiment de noirceur et désespoir, ainsi qu’une vision musicale différente et bienvenue malheureusement plombée par une durée excessive, qui finit par créer un sentiment logique de redondance. Dommage donc que l’ensemble n’ait pas été raccourci pour gagner en densité, et ça n’est pas « Unfurling The Casket » qui va changer ce ressenti de baisse de régime, vu que malgré un retour aux fondamentaux ça se montre trop en roue-libre, donnant la sensation que les mecs répètent leurs gammes. Du coup pour terminer les hostilités tranquillement quoi de mieux que de proposer une reprise, et c’est ce qui arrive ici avec « Stench Of Paradise Burning », qui démarrait l’unique opus de DISINCARNATE sorti en 1993 (« Dreams Of The Carrion Kind » - où évoluait notamment James Murphy), et qui est joué de façon fidèle et sympathique, tout en étant sans surprises.

Cependant malgré ce dernier tiers légèrement en dessous du reste il ne faut pas trop tenir compte de ce désagrément, tant la majeure partie du temps est particulièrement redoutable et inspirée. Confirmant donc que les changements incessants de personnel n’ont pas d’effets négatifs sur son leader ce nouveau chapitre se montre au même niveau que son prédécesseur, sans pour autant le surpasser comme c’était jusqu’à présent le cas. Si le verdict montre une certaine stagnation il ne faut cependant pas se leurrer sur le rendu général qui reste de très haute tenue, et passera facilement le cap des écoutes multiples comme celui de la scène. Tout cela confirme donc que le groupe reste à l’heure actuelle un des meilleurs représentants du Death à l’ancienne, où l’ombre des premiers Chuck Schuldiner et Patrick Mameli continue d’inspirer pour le meilleur et pour la nostalgie d’une époque révolue, mais qui vit toujours et de façon fort brillante.

DONNEZ VOTRE AVIS

Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.

4 COMMENTAIRE(S)

Charon Del Hadès citer
Charon Del Hadès
13/09/2020 11:20
Un album dont l'achat est prévu dans les tous prochains jours.
Aucune déception pour les trois précédents, malgré évidemment quelques lieux communs mais un groupe solide et qui sait composer !
Holmy citer
Holmy
13/09/2020 09:04
Je le trouve très bien ce nouveau Morbid A...hum...Skeletal Remains.

Blague à part, j'adhère à fond. J'aime bien ce parfum de "Covenant" qui flotte sur tout le disque.

X-Death citer
X-Death
11/09/2020 14:12
Attention : avis à chaud. J'attend beaucoup de cet album.

Toujours ce groove imparable couplé à la production impeccable et ce chant juste parfait sur tapis de double annihilateurs et solos de qualité, cachant une certaine linéarité, accentuée par l'apparition de leurs gimmicks sur quasi tout les morceaux (comme dit dans la chronique).

Eternal Hatred non merci,morceau lent de 6mn qu'on va se taper en concert je le sens....
Et c'est quoi cette fin sur Tombs Of Chaos ?! Meilleur solo de l'album et ça fini en "fade out".... sérieux, tu gardes la rythmique quelques mesures, tu ralentis en décomposant bien ton riff (un ptit "ralenti décomposé" on appel ça ici ^^, un classique du OSDM...) tu finis sur 2-3 coups de toms bien appuyés et c'est bon ton morceau était épique... Les "fade out" ça devrait être interdit par la loi !

Je pense que le tout dur 10mn de trop pour être vraiment efficace.

A la semaine prochaine, à froid.
AxGxB citer
AxGxB
11/09/2020 11:35
note: 8.5/10
Un côté Morbid Angel bien plus prononcé que par le passé où on entendait d'ailleurs davantage de Death/Pestilence. Pour moi ça le fait bien ! Et puis cet artwork !

AJOUTER UN COMMENTAIRE

 
Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.
Skeletal Remains
Death Metal Old-School
2020 - Century Media Records
notes
Chroniqueur : 7.5/10
Lecteurs : (1)  8.5/10
Webzines : (5)  8.35/10

plus d'infos sur
Skeletal Remains
Skeletal Remains
Death Metal Old-School - 2011 - Etats-Unis
  

nouveaute
A paraître le 11 Septembre 2020

tracklist
01.   Cosmic Chasm (Intro)
02.   Illusive Divinity
03.   Congregation Of Flesh
04.   Synthetic Impulse
05.   Tombs Of Chaos
06.   Enshrined In Agony (Instrumental)
07.   Dissectasy
08.   Torturous Ways To Obliteration
09.   Eternal Hatred
10.   Unfurling The Casket
11.   Stench Of Paradise Burning (Disincarnate Cover)

Durée : 48 minutes

line up
voir aussi
Skeletal Remains
Skeletal Remains
Devouring Mortality

2018 - Century Media Records
  

Paradise Lost
Paradise Lost
Lire la chronique
Tristengrav
II - Nychavge (EP)
Lire la chronique
Fluoride
Disentanglement
Lire la chronique
Soul Blind
Greatest Hits Vol. I (Compil.)
Lire la chronique
Putrid Offal
Sicknesses Obsessions
Lire la chronique
Novae Militiae
Topheth
Lire la chronique
Ascended Dead / Evil Priest
Nexus Of The Black Flame / ...
Lire la chronique
Uada
Djinn
Lire la chronique
Drowning / Misgivings
Requiem For Gods Perdition ...
Lire la chronique
Polymoon
Caterpillars Of Creation
Lire la chronique
Candiria
Beyond Reasonable Doubt
Lire la chronique
L'affaire JP FOURNIER... L'illustrateur qui tua son père.
Lire le podcast
Darkened
Kingdom Of Decay
Lire la chronique
The Great Old Ones
Cosmicism
Lire la chronique
Eirik
Omnis Erit Eductus
Lire la chronique
Paradise Lost
Gothic
Lire la chronique
Bestial Invasion
Monomania
Lire la chronique
Palehorse
Soft as Butter; Hard as Ice
Lire la chronique
Lik
Misanthropic Breed
Lire la chronique
Necrot
Mortal
Lire la chronique
Diabolic pour "Mausoleum of the Unholy Ghost"
Lire l'interview
Skeletal Remains
The Entombment Of Chaos
Lire la chronique
Diabolic
Mausoleum of the Unholy Ghost
Lire la chronique
Katavasia
Magnus Venator
Lire la chronique
Hulder
De Oproeping Van Middeleeuw...
Lire la chronique
Morta
Fúnebre (EP)
Lire la chronique
Disembowel
Echoes Of Terror
Lire la chronique
Mimorium
Blood of Qayin
Lire la chronique
Bethlehem
Dictius Te Necare
Lire la chronique
StoneBirds
Collapse and Fail
Lire la chronique