chargement...

haut de page
Remontez pour accéder au menu
200 visiteurs :: Invité  » se connecter  » s'enregistrer

Eirik - Omnis Erit Eductus

Chronique

Eirik Omnis Erit Eductus
Non, je ne suis pas « gentil ». Enfin... je ne le suis pas dans le sens de « clément » ou « tolérant » ou en tout cas pas au point de me perdre dans des décisions influencées par de la discrimination positive. De quoi je parle ? Je parle de ceux qui temporisent face à un album très moyen en trouvant du mérite à une formation pour des raisons qui ne sont pas valables. Car qui se permettrait de monter une note sous prétexte que « c’est une femme qui est au manettes », et que «donc il ne faut pas être trop sévère ! » ? Ça s’est dit il y a encore une dizaine d’années... Plus maintenant. Plus maintenant au sujet du sexe, alors pourquoi continuer au sujet d’une nationalité ? Dès qu’un album provient d’un pays peu commun, on y a droit... Et encore plus lorsqu’il s’agit d’un pays musulman : « les musiciens risquent leur vie là-bas ! », « ils font ça par pure passion, au mépris de ce qui pourrait leur arriver ». Oui, c’est vrai qu’ils ont du mérite et qu’il faut le souligner. Mais ne trouvons pas la musique meilleure que ce qu’elle est pour autant !

EIRIK vient donc d’un pays « improbable » : les Emirats Arabes Unis. Bien évidemment, côté black metal, très peu de groupes y ont émergé, et les seuls que je connais n’ont fait que des démos ou des splits : AZAROTH, TARTARUS, NEKROFOREST. EIRIK a donc véritablement ce mérite d’avoir pu percer, et c’est pour cela le label japonais Hidden Marly Production, branche de Zero Dimensional Records, qu’il faut féliciter pour avoir proposé ce deuxième album. Bravo ! Une perle rare de par son origine ! Et avant les Nippons, c’est la Bulgarie et Black War Eternal Records qui méritaient les applaudissements pour le premier album... On « félicite » mais on ne remercie pas non plus, hein ! Parce que ce one man’s band tenu par le mystérieux V.E. ne fait pas du tout une musique marquante, efficace ou intéressante.

EIRIK fait même un black metal basique qui ne fait jamais relever la tête. Attention, on peut faire classique mais efficace et dans ce cas-là l’originalité n’est pas obligatoire, mais ce n’est pas le cas du tout sur ces 11 morceaux. 64 minutes qui sont longues, et qui ont même tendance à perdre tout intérêt au fil des morceaux. Le premier titre, « Tranquility, The Great Facade », débute pourtant l’album en nous laissant croire que des émotions seront au rendez-vous et que l’on pourrait trouver un bon équilibre entre hargne et mélancolie sur l’ensemble des compositions. Ce premier titre, ce sont 9 minutes qui débutent au piano, qui enchainent par un bon rythme soutenu, qui laissent place à un break aéré, qui font découvrir une voix haineuse alternée avec une autre gémissante. Rien de transcendant, certes, mais ça s’écoute bien. Mais la suite est d’un ennui... Et le seul moment où l’on est légèrement bousculé, c’est lorsqu’on arrive à la 10ème piste et que subitement le son d’une production ronron et quelconque passe à un son plus raw, et à une composition plus rageuse. Ce sont des morceaux bonus, des titres enregistrés précédemment, et ils sont plus crasseux.

Je ne peux donc pas mettre une bonne note à cet album que je n’écouterai probablement plus jamais. Alors j’applaudis ces Arabes pour leur mérite, mais pas pour leurs idées musicales. Et comme le dit l’adage : « en France on n’a pas de pétrole, mais on a des idées ». Ce qui sous-entend bien évidemment qu’aux Emirats Arabes Unis on a du pétrole, mais pas d’idées.

DONNEZ VOTRE AVIS

Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.

2 COMMENTAIRE(S)

Sakrifiss citer
Sakrifiss
16/09/2020 10:27
Tu as l'oreille, de mon côté, j'ai tellement été endormi par l'album que je n'ai pas eu envie de creuser.
Ils arrivent à rendre Candlemass mauvais en fait...
the gloth citer
the gloth
15/09/2020 13:55
Les titres 10 et 11, c'est une coïncidence ou ce sont des reprises de Candlemass ?

AJOUTER UN COMMENTAIRE

 
Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.
Eirik
notes
Chroniqueur : 5/10
Lecteurs :   -
Webzines :   -

plus d'infos sur
Eirik
Eirik
Black Metal - 2018 - Emirats Arabes Unis
  

tracklist
01.   Tranquility, The Great Facade
02.   Uncovering the Guise of Devotion
03.   None Above and Beyond
04.   As the Colours Drain
05.   Unleash Repressed Misantrophy
06.   Howls of the Scarred and Damned
07.   Forsaken by Eternity
08.   A Shattered Mirror Shows the Same Reflection
09.   Obsoletion
10.   Mirror, Mirror
11.   At the Gallows End

Durée : 64:28

parution
29 Juin 2020

Essayez plutôt
Neptrecus
Neptrecus
Ars Gallica

2019 - Purity Through Fire
  
LVTHN
LVTHN
The Grand Uncreation (Compil.)

2014 - Amor Fati Productions
  
Darkthrone
Darkthrone
Sardonic Wrath

2004 - Moonfog Productions
  
Vargrav
Vargrav
Netherstorm

2017 - Werewolf Records
  
Nostalgium
Nostalgium
Terra (EP)

2016 - Autoproduction
  

Paradise Lost
Paradise Lost
Lire la chronique
Tristengrav
II - Nychavge (EP)
Lire la chronique
Fluoride
Disentanglement
Lire la chronique
Soul Blind
Greatest Hits Vol. I (Compil.)
Lire la chronique
Putrid Offal
Sicknesses Obsessions
Lire la chronique
Novae Militiae
Topheth
Lire la chronique
Ascended Dead / Evil Priest
Nexus Of The Black Flame / ...
Lire la chronique
Uada
Djinn
Lire la chronique
Drowning / Misgivings
Requiem For Gods Perdition ...
Lire la chronique
Polymoon
Caterpillars Of Creation
Lire la chronique
Candiria
Beyond Reasonable Doubt
Lire la chronique
L'affaire JP FOURNIER... L'illustrateur qui tua son père.
Lire le podcast
Darkened
Kingdom Of Decay
Lire la chronique
The Great Old Ones
Cosmicism
Lire la chronique
Eirik
Omnis Erit Eductus
Lire la chronique
Paradise Lost
Gothic
Lire la chronique
Bestial Invasion
Monomania
Lire la chronique
Palehorse
Soft as Butter; Hard as Ice
Lire la chronique
Lik
Misanthropic Breed
Lire la chronique
Necrot
Mortal
Lire la chronique
Diabolic pour "Mausoleum of the Unholy Ghost"
Lire l'interview
Skeletal Remains
The Entombment Of Chaos
Lire la chronique
Diabolic
Mausoleum of the Unholy Ghost
Lire la chronique
Katavasia
Magnus Venator
Lire la chronique
Hulder
De Oproeping Van Middeleeuw...
Lire la chronique
Morta
Fúnebre (EP)
Lire la chronique
Disembowel
Echoes Of Terror
Lire la chronique
Mimorium
Blood of Qayin
Lire la chronique
Bethlehem
Dictius Te Necare
Lire la chronique
StoneBirds
Collapse and Fail
Lire la chronique