chargement...

haut de page
Remontez pour accéder au menu
200 visiteurs :: Invité  » se connecter  » s'enregistrer

Burial Remains - Spawn Of Chaos

Chronique

Burial Remains Spawn Of Chaos
Si certains mettent une plombe à sortir un nouvel album ça n'est absolument pas le cas du quatuor de Drachten qui à peine plus d'un après la sortie de l'expéditif « Trinity Of Deception » revient déjà avec un successeur plus abouti, mais aussi pas mal de mouvements en interne. Car en si peu de temps il s'en est pourtant passé des choses avec d’abord un changement de label, puis aussi le départ du chanteur et le recrutement d'un nouveau bassiste. Si tout cela aurait pu ralentir la marche en avant du combo ça n'a pas été le cas et celui-ci en a profité pour composer un disque plus long qui reprend néanmoins les mêmes bonnes vieilles recettes, où le son typique Swedeath et HM-2 est toujours bel et bien présent, afin de continuer à proposer une musique toujours aussi basique et sobre mais qui conserve néanmoins toute son attractivité.

En effet d’entrée le groupe nous balance une des meilleures compos de cette galette via l’excellent et entraînant « As Darkness Shall Reign », tout en vitesse et bien remuant où le riffing affûté fait mouche, aidé par un batteur rapide qui n’en fait jamais des tonnes, à l’instar des autres instruments. Car comme pour son prédécesseur ce second volet ne s’encombre pas de futilités et offre presque quarante minutes de son à l’écriture directe permettant ainsi de mettre le cerveau en veille, et de faire défiler les plages sans problèmes majeurs, même si quelques lacunes et répétitions vont apparaître durant sa deuxième partie. Après ce début en fanfare l’ensemble va ensuite progressivement s’équilibrer au niveau du tempo et alterner ainsi rapidité et lenteur, comme sur l’agréable « Where Death Begins » ou le glacial « Slaves To The Cult » aux riffs coupants et gelés pas dégueulasses du tout. Et même quand les gars lèvent le pied et alourdissent l’ambiance par un mur de guitares massif et une batterie bridée à l’extrême (via le très bon « At Dawn Came The Shadows »), tout cela reste convaincant et réussi de par cette primitivité et une durée qui ne s’éternise guère trop.

Car si le tout est encore à la hauteur sur les explosifs et radicaux « Spear Of Destiny » et « Spawn Of Chaos » (où les mecs ont de nouveau appuyé sur l’accélérateur et misé sur le frontal bas du front), à partir de « Swallowed By Sulphur » le tout va baisser en qualité et en accroche. En effet outre une écriture moins inspirée et incisive, le tout va donner l’impression de reprendre les mêmes plans et de recycler les fonds de tiroir du genre, sans pour autant marquer durablement les esprits, tant ça se montre linéaire et répétitif (à cause notamment de passages rallongés inutilement). Ce constat s’applique également sur le redondant « Legions Of Death » qui montre une facette plus sombre mais qui souffre aussi d’une monotonie grandissante, la faute à la simplicité pratiquée par la formation, qui donne par moments la sensation de faire toujours la même chose. Heureusement on le dit fréquemment mais terminer par une reprise se révèle être souvent une très bonne idée, la preuve ici avec cette version fidèle de « Tortured Souls » des vétérans de SLAUGHTER, qui fait parfaitement son office et fait regretter un peu plus le split des Canadiens.

Du coup malgré ses imperfections et sa production assez mollassonne qui manque cruellement de puissance l’ensemble n’a pas à rougir par rapport aux ténors et vétérans du style, même si ça reste encore bien loin de les égaler, vu que ça continue de jouer en seconde division. Si ça donne parfois le sentiment d’être exécuté de façon pépère et en pilotage automatique il n’en reste pas moins que ça défoule et que ça fait du bien par où ça passe, ce qui est déjà pas mal en soi. Cependant malgré ses évidentes qualités (plus nombreuses que les points faibles) il est évident que tout ça sera vite oublié et qu’on reviendra vite vers ses classiques mythiques et incontournables. La faute à un manque de plages vraiment marquantes et d’hymnes incontournables, complétés par une linéarité propice à un certain décrochage en route, même si le tout fait quand même le métier avec passion, envie et enthousiasme… à défaut de marquer durablement les esprits.

DONNEZ VOTRE AVIS

Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.

AJOUTER UN COMMENTAIRE

 
Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.
Burial Remains
Death Metal Old-School
2020 - Raw Skull Recordz
notes
Chroniqueur : 7.5/10
Lecteurs :   -
Webzines :   -

plus d'infos sur
Burial Remains
Burial Remains
Death Metal Old-School - 2017 - Pays-Bas
  

tracklist
01.   As Darkness Shall Reign
02.   Where Death Begins
03.   At Dawn Came The Shadows
04.   Slaves To The Cult
05.   Spear Of Destiny
06.   Spawn Of Chaos
07.   Swallowed By Sulphur
08.   Legions Of Death
09.   Tortured Souls (SLAUGHTER cover)

Durée : 39 minutes

line up
parution
5 Septembre 2020

voir aussi
Burial Remains
Burial Remains
Trinity Of Deception

2019 - Transcending Obscurity
  

Dead Can Dance
Within The Realm Of A Dying...
Lire la chronique
Dwarrowdelf
Evenstar
Lire la chronique
Aborted Fetus
Pyramids Of Damnation
Lire la chronique
Rotting Christ
Non Serviam
Lire la chronique
Savagery
Off The Ruins... (EP)
Lire la chronique
Pig Destroyer
The Octagonal Stairway (EP)
Lire la chronique
Orchid
Dance Tonight! Revolution T...
Lire la chronique
Abyssal Ascendant
Chronicles Of The Doomed Wo...
Lire la chronique
Crucifix
Visions Of Nihilism (Compil.)
Lire la chronique
To Conceal The Horns
Purist
Lire la chronique
Death Invoker
Necromancy, Damnation, Reve...
Lire la chronique
Seep
Souvenirs Of A Necrosadist ...
Lire la chronique
Precaria
Nigraluminiscencia (Compil.)
Lire la chronique
Six Feet Under
Nightmares Of The Decomposed
Lire la chronique
Drastus
Serpent’s Chalice – Materia...
Lire la chronique
Narrow Head
12th House Rock
Lire la chronique
Necrophobic
Dawn Of The Damned
Lire la chronique
Mortality Rate
You Were the Gasoline (EP)
Lire la chronique
Lymphatic Phlegm
Show​-​off Cadavers – The A...
Lire la chronique
Crépuscule d'Hiver
Par-Delà Noires Glaces Et B...
Lire la chronique
BLACK METAL 1997 : TOP10 et PATOP 3
Lire le podcast
Ordinance
In Purge There Is No Remission
Lire la chronique
Dorminn
Dorminn (EP)
Lire la chronique
Lie In Ruins
Demise (EP)
Lire la chronique
Emyn Muil
Afar Angathfark
Lire la chronique
Hexecutor
Beyond Any Human Conception...
Lire la chronique
In the Mist
Au son des crânes qui se br...
Lire la chronique
Candiria
Process Of Self.Development
Lire la chronique
Proscription
Conduit
Lire la chronique
Escuela Grind
Indoctrination
Lire la chronique