chargement...

haut de page
Remontez pour accéder au menu
200 visiteurs :: Invité  » se connecter  » s'enregistrer

Behemoth - Demigod

Chronique

Behemoth Demigod
Depuis déjà quelques années la formation articulée autour de l’inamovible Nergal ne cesse de prendre de l’ampleur suite au changement musical opéré sur « Satanica » et confirmé ensuite sur « Thelema 6 », et surtout via un « Zos Kia Cultus »destructeur qui montrait un combo plus extrême et déchainé que jamais. Toujours entouré par son compère Inferno le leadeur et compositeur a vu sa création encore une fois remaniée, car Havok a mis les voiles et Novy a quant à lui trouvé refuge chez ses compatriotes de VADER, heureusement pour elle il a dégoté deux inconnus de haut niveau le guitariste Patryk Dominik "Seth" Sztyber et le bassiste Tomasz "Orion" Wróblewski (encore présents aujourd’hui dans le line-up). Sorti le 25 octobre 2004 (au lendemain de leur passage à La Petite Loco pour le « Clash Of Demigods » avec KRISIUN – RAGNAROK et INCANTATION, et surlendemain du « Unholy Alliance » à Bercy où MACHINE HEAD et SLAYER ont donné la leçon à SLIPKNOT et à son public de boutonneux sous biactol) ce septième album du combo est aussi brutal que les précédents, mais se fait également plus fin et profond qu’on ne pourrait le croire lors des premières minutes d’écoute.

En effet si le démarrage acoustique de « Sculpting The Throne Ov Seth » peut laisser penser quelques instants à plus d’accessibilité il n’en est rien, car ça va tabasser pratiquement sans discontinuer pour montrer que les polonais sont plus que jamais énervés, et que cette nouvelle mouture est la meilleure qu’ait eu le chanteur-guitariste autour de lui. Si on avait remarqué lors du précédent opus qu’Inferno derrière son kit avait franchi un cap, il a encore une fois progressé et offre une prestation monstrueuse à la fois technique et ultra-rapide, sans que jamais sa régularité soit prise en défaut. Après plusieurs minutes où le blast est roi la fin de ce premier morceau arrive, et là l’ensemble s’alourdit tout en gardant sa force de frappe, et permettant ainsi au nouveau co-soliste de faire parler son style et sa touche, qui s’accorde parfaitement avec celle du leader, afin de conclure cette compo imparable, qui confirme que même en ralentissant le tempo les gars sont toujours une machine de guerre. Pour éviter de donner du grain à moudre aux mauvaises langues, celle-ci s’enchaîne dans la foulée avec « Demigod » qui donne son nom au disque et qui est probablement une des réalisations les plus extrêmes jamais écrite par son géniteur, tant par la haine qu’il en découle que par son côté martial, où les roulements de caisse claire servent de break avant de repartir dégommer les ennemis quels qu’ils soient. Là-encore un léger et court passage plus écrasant va permettre à l’ensemble de souffler un instant pour mieux réaccélérer ensuite, et faire encore aujourd’hui de cette compo un incontournable scénique de quatuor.

Décidemment ce début de disque est redoutable, et ça n’est pas « Conquer All » qui prouvera le contraire, car après avoir montré quelques bribes de lourdeur et de tapis de double, ici c’est le rouleau-compresseur façon panzer qui est mis en avant et montre que les gars peuvent faire mal sans jouer à 300 à l’heure car on est dans quelquechose de plus épique et quasiment sans pointe de vitesse. Là-encore c’est une réussite totale et un désormais classique qui fait mouche à chaque fois et dont la foule adore bouger les bras lors de son introduction. Si « Nephilm Rising » n’a pas eu la même carrière il est tout à fait dans le même ton plus mid-tempo entendu précédemment, et se fait lancinant et très sombre, tout en montant progressivement en vitesse et en pression jusqu’à son solo de fin plus mélodique qu’à l’accoutumée, avant de conclure par des notes de guitare sèche aux relents hispaniques, et bien que peu connu c’est probablement un des titres les plus originaux et réussis de cette galette.

Car la suite va être plus classique tout en augmentant la cadence de brutalité, si « Before The Æons Came » et « Mysterium Coniunctionis (Hermanubis) » sont plus passe-partout et marquent moins les esprits, en revanche la doublette qui arrive ne va pas faire de quartier et va même encore augmenter la température, déjà suffocante. « Xul » ne va pas se différencier de façon importante de ce qui a été entendu jusque-là, cependant outre le fait de blaster quasiment en continu et d’offrir encore un déferlement de violence incroyable le quatuor se paye le luxe d’inviter pour un solo le fameux Karl Sanders de NILE, avant d’enchaîner dans la foulée sur le désormais classique « Slaves Shall Serve ». Avec ce nom digne d’un slogan guerrier, c’est effectivement la guerre et une bataille en continu contre les limites du bpm auquel on a droit, tant la technique, la vitesse et la fluidité d’interprétation y sont ébouriffantes et ne laissent que ruines et morts sur leurs passage. Moment désormais quasi-obligé lors de ses shows le combo repousse ici ses limites, en mettant en avant une agressivité renforcée, rarement entendue chez eux auparavant.

Mais pour souffler et terminer en beauté celui-ci a décidé d’offrir un de ses morceaux les plus ambitieux à ce jour, à savoir « Reign Ov Shemu-Hor », qui durant plus de huit minutes offre un visage plus posé que ce soit via les ambiances plus mystérieuses qui le compose, tout comme son rythme bien plus lent (et où la vitesse n’apparait qu’à la toute fin). Plus religieux dans l’esprit, il est aussi plus lourd et laisse plus de place aux solos, tout en confirmant aussi que son marteleur possède un jeu incroyablement dense, même sans repousser en rapidité les limites humaines. Du coup bien qu’étant sur des bases ultraviolentes du début à la fin la nouvelle mouture de la formation montre qu’elle maîtrise l’art du contre-pied et apparait plus affinée qu’elle ne pourrait le laisser supposer de prime abord. Du coup il n’est pas étonnant qu’à sa sortie cette pépite, encore actuellement la plus extrême réalisée par ses créateurs, les ait fait monter à un niveau hiérarchique supérieur où ils sont encore installés aujourd’hui, qui ont par la suite continué à diversifier leur musique sans y perdre en qualité ni en puissance. Presque quinze ans après sa création l’œuvre est toujours considérée comme un des chefs-d’œuvre de sa tête pensante, et passe encore allègrement le cap des écoutes sans que l’usure du temps n’ait d’impact sur elle, ce qui est la marque des grands disques, et un classique incontournable.

DONNEZ VOTRE AVIS

Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.

6 COMMENTAIRE(S)

Astraldeath citer
Astraldeath
24/09/2020 22:32
Un de mes préférés, clairement. Une bestialité rare.
Charon Del Hadès citer
Charon Del Hadès
24/09/2020 18:02
note: 9/10
Oui énorme cet album.
Un classique.
Dantefever citer
Dantefever
24/09/2020 18:01
Album impérieux et dominateur. Très, très intense et superbement composé. La brutalité, mais avec finesse, ambiance et technique. On peut juste râler un toutipeu sur le côté super léché du produit.
Fabulon citer
Fabulon
24/09/2020 14:29
note: 8/10
Toujours bien aimé celui là.
Comme Seb, je trouve qu'il marque le début de la fin.
Seb` citer
Seb`
24/09/2020 13:23
Leur meilleur album pour moi.
Après ça n'a été que régression.. Dommage.
Sulphur citer
Sulphur
24/09/2020 13:11
J'avais été impressionné par sa production à sa sortie. Vus en live à la Loco la même année, c'était "imposant".
Mais après coup, ça fait longtemps que cet album me fait l'impression d'une belle coquille vide.

AJOUTER UN COMMENTAIRE

 
Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.
Behemoth
Death/Black Metal
2004 - Regain Records
notes
Chroniqueur : 8.5/10
Lecteurs : (5)  8.1/10
Webzines : (8)  7.77/10

plus d'infos sur
Behemoth
Behemoth
Black Metal - 1991 - Pologne
  

tracklist
01.   Sculpting The Throne Ov Seth
02.   Demigod
03.   Conquer All
04.   Nephilm Rising
05.   Towards Babylon
06.   Before The Æons Came
07.   Mysterium Coniunctionis (Hermanubis)
08.   Xul
09.   Slaves Shall Serve
10.   Reign Ov Shemu-Hor

Durée : 41 minutes

line up
parution
25 Octobre 2004

voir aussi
Behemoth
Behemoth
Pandemonic Incantations

1998 - Solistitium Records
  
Behemoth
Behemoth
Evangelia Heretika (DVD)

2010 - Nuclear Blast Records
  
Behemoth
Behemoth
Zos Kia Cultus
(Here and Beyond)

2002 - Avantgarde Music
  
Behemoth
Behemoth
I Loved You at Your Darkest

2018 - Mystic Production
  
Behemoth
Behemoth
The Apostasy

2007 - Regain Records
  

Essayez aussi
Suffering Hour
Suffering Hour
In Passing Ascension

2017 - Blood Harvest Records
  
Kosmokrator
Kosmokrator
Through Ruin... Behold

2019 - Ván Records
  
In Aeternum
In Aeternum
Curse Of Devastation (MCD)

2007 - Pulverised Records
  
I I (Infernal Invocation) / Lihhamon
I I (Infernal Invocation) / Lihhamon
Miasmal Coronation (Split-CD)

2017 - Ván Records
  
Sacramentum
Sacramentum
Thy Black Destiny

1999 - Century Media Records
  

Nimbifer
Demo I & II (Compil.)
Lire la chronique
Yoth Iria
Under His Sway (EP)
Lire la chronique
Ghostemane
Anti-Icon
Lire la chronique
Ritual Suicide
Nocturnal Haematolagnia
Lire la chronique
Sad
Misty Breath of Ancient For...
Lire la chronique
Origin'Hell
Realm Of The Necromass
Lire la chronique
Shit Life / Noisy Neighbors
Competitive Victimhood (Spl...
Lire la chronique
Incinerate
Sacrilegivm
Lire la chronique
Life's Question
A Tale Of Sudden Love And U...
Lire la chronique
Oranssi Pazuzu
Mestarin kynsi
Lire la chronique
Defeated Sanity
The Sanguinary Impetus
Lire la chronique
Lilim
Weighted Ghosts
Lire la chronique
Necrowretch
Welcome To Your Funeral (Live)
Lire la chronique
Sedimentum / Phobophilic
Horrific Manifestations (Sp...
Lire la chronique
Gorguts
Obscura
Lire la chronique
Dead Can Dance
Within The Realm Of A Dying...
Lire la chronique
Dwarrowdelf
Evenstar
Lire la chronique
Aborted Fetus
Pyramids Of Damnation
Lire la chronique
Rotting Christ
Non Serviam
Lire la chronique
Savagery
Off The Ruins... (EP)
Lire la chronique
Pig Destroyer
The Octagonal Stairway (EP)
Lire la chronique
Orchid
Dance Tonight! Revolution T...
Lire la chronique
Abyssal Ascendant
Chronicles Of The Doomed Wo...
Lire la chronique
Crucifix
Visions Of Nihilism (Compil.)
Lire la chronique
To Conceal The Horns
Purist
Lire la chronique
Death Invoker
Necromancy, Damnation, Reve...
Lire la chronique
Seep
Souvenirs Of A Necrosadist ...
Lire la chronique
Precaria
Nigraluminiscencia (Compil.)
Lire la chronique
Six Feet Under
Nightmares Of The Decomposed
Lire la chronique
Drastus
Serpent’s Chalice – Materia...
Lire la chronique