chargement...

haut de page
Remontez pour accéder au menu
200 visiteurs :: Invité  » se connecter  » s'enregistrer

Anaal Nathrakh - Endarkenment

Chronique

Anaal Nathrakh Endarkenment
Anaal Nathrakh ou un “serpent” (en ancien irlandais rappelez-vous) au venin tristement de plus en plus inoffensif ? Derrière lui aussi un masque FFP2, il semble que les miasmes du reptile bicéphale n’ont plus d'effets depuis quelques années déjà. En “pilotage automatique” puis en “chute libre” après Desideratum et sa signature chez Metal Blade, le crash frontal ayant été fait sur la précédente galette A New Kind Of Horror (sorti il y a deux ans quasiment jour pour jour). Néant musical et pire album des Britanniques à ce jour… Enfin pour votre chroniqueur vénéré du moins (discographie complète sur votre webzine préféré). Le confinement allait-il faire retrouver la misanthropie et la rage antérieures du duo ? La pochette lubrique non censurée de ce onzième (!!!) album Endarkenment (celle que vous voyez ici) pouvait redonner du baume au coeurs des anciens adeptes de “Necro Black Metal” outrancier. Pas cette fois...

Anaal Nathrakh ne s’enfonce pas plus, c’est déjà ça. Desideratum avait exposé l’aspect le plus mélodique du groupe, Endarkenment viendra le détrôner. Sous couvert d’une production nettoyée au gel hydroalcoolique (“Armageddon” façon “lissage brésilien”), chaque morceau possédant (à deux exceptions près) son refrain et sa mélodie bien sucrés, voire au rendu carrément hyperglycémique. Constat fait dès l’ouverture éponyme mais surtout “Libidinous (A Pig with Cocks in Its Eyes)”, “Feeding The Death Machine” (à la limite du metalcore/death mélodique) ou “Singularity” (tremolo post-black). Méchamment “catchy” donc mais aussi méchamment “téléphoné”... Compositions formatées et binaires paroxysmiques, une structure “couplet violent / refrain mélodique” que l’on connaît bien depuis plus de 15 ans il est vrai. Le problème depuis plusieurs albums c’est un contenu devenant encore plus famélique et uniforme, comme si Mick Kenney utilisait un logiciel générateur de ses propres riffs passé. Une musique certes agréable à l’écoute mais tellement “proprette” et “déjà entendue”. Je me demande vraiment comment le gaillard s’y retrouve en concert ou en studio dans toutes ces repompes…

Le cahier des charges “black/grind” est pourtant validé, à des années lumières de son ancienne étiquette mais validé. Quelques passages et morceaux encore “virulents” (Thus, Always, To Tyrants”, “Beyond Words”) mais si “gentillet” (même la B.A.R nos caressera les oreilles) lorsqu’on compare au Anaal Nathrakh apocalyptique qui vous donnait une migraine jouissive. Exit d’ailleurs les quelques aspects indus intéressants que l’on pouvait distinguer sur les précédentes galettes. Côté black on retiendra surtout “Requiem” et son virage final heavy épique. On peut blâmer Mick mais son comparse lui semble ne jamais faillir. Un Dave Hunt aux prouesses vocales toujours aussi impressionnantes que ce soit dans ses hurlements inhumains (“Beyond Words”), poussées gutturales (“Thus, Always, To Tyrants”) et surtout un chant clair théâtral montant une nouvelle fois en justesse. On regrettera peut-être la folie d’antan mais le bonhomme arrive très souvent à sauver des morceaux assez vides par un simple refrain (“Create Art, Though the World May Perish”). Les paroles sont même expliquées assez finement par le frontman dans le livret, et finalement assez recherchées, contraste avec une musique qui ne l’est plus.

Endarkenment n’est pas l’étron attendu, comme une suite logique du ratage A New Kind Of Horror. L’ultra violence quasi effacée, Anaal Nathrakh bosse un peu plus sa copie et délivre son album le plus “mélodique”. Soit, dans ce contexte le duo britannique arrive à délivrer une galette accrocheuse et fluide de bout en bout. Mais l’oreille plus attentive et avec déjà dix albums, les compositions paraîtront encore génériques et aseptisées au possible (production “photoshopée” incluse). Mélodies de cire, on ne retiendra absolument rien, seule la conclusion “Requiem” pourra relever notre menton ou les vocaux de maître Dave Hunt. L’enregistrement ayant été fait juste avant le confinement, la pandémie actuelle pourrait peut-être donner quelques inspirations “necro black metal” à Mick pour la prochaine galette.

DONNEZ VOTRE AVIS

Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.

7 COMMENTAIRE(S)

Astraldeath citer
Astraldeath
02/10/2020 23:23
note: 6.5/10
Heureusement que la pochette mise en avant par Metal Blade (qui semblerait être la pochette officielle) est autrement plus sobre et regardable. Au pire, on ferme les yeux, et on l'oublie.

Bon, un peu déçu dans l'ensemble, c'est une redite des derniers albums... un peu l'impression que le même disque tourne en boucle depuis Vanitas. Rien de mauvais, quelques moments vraiment cool mais un peu un mode "pilotage automatique". Dommage.
Sagamore citer
Sagamore
30/09/2020 19:03
Bon, après une écoute, effectivement, c'est quand même bien creux, l'affaire. L'usine à recyclage.
Sulphur citer
Sulphur
30/09/2020 14:31
Je ne suis pas certain que ça les aide à vendre beaucoup d'albums. Et je n'imagine pas les t-shirts.
Anken citer
Anken
30/09/2020 14:14
Nouvelle recette tirée de la gastronomie bretonne : le coste penis.
Blague vaseuse pour une pochette ridicule. Riez, s'il vous plait.
Sagamore citer
Sagamore
30/09/2020 11:55
Je l'écouterai juste pour la pochette. Pour moi, le groupe s'est arrêté après le suffocant "Eschaton"...
Dantefever citer
Dantefever
30/09/2020 11:30
Jean-Clint a écrit : Mon dieu cette pochette... Mr Green

Ces mecs ne m'inspirent même pas de la pitié
Jean-Clint citer
Jean-Clint
30/09/2020 10:14
Mon dieu cette pochette... Mr Green

AJOUTER UN COMMENTAIRE

 
Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.
Anaal Nathrakh
Black/Grind mélodique
2020 - Metal Blade Records
notes
Chroniqueur : 6/10
Lecteurs : (3)  4.17/10
Webzines : (6)  7.83/10

plus d'infos sur
Anaal Nathrakh
Anaal Nathrakh
Black/Grind mélodique - 1999 - Royaume-Uni
  

nouveaute
A paraître le 2 Octobre 2020

vidéos
Endarkenment
Endarkenment
Anaal Nathrakh

Extrait de "Endarkenment"
  
The Age of Starlight Ends
The Age of Starlight Ends
Anaal Nathrakh

Extrait de "Endarkenment"
  

tracklist
01.   Endarkenment  (03:55)
02.   Thus, Always, to Tyrants  (02:32)
03.   The Age of Starlight Ends  (04:33)
04.   Libidinous (A Pig with Cocks in Its Eyes)  (04:20)
05.   Beyond Words  (03:32)
06.   Feeding the Death Machine  (03:35)
07.   Create Art, Though the World May Perish  (04:51)
08.   Singularity  (04:38)
09.   Punish Them  (03:37)
10.   Requiem  (05:31)

Durée : 41:04

line up
voir aussi
Anaal Nathrakh
Anaal Nathrakh
Passion

2011 - Candlelight Records
  
Anaal Nathrakh
Anaal Nathrakh
In The Constellation Of The Black Widow

2009 - Candlelight Records
  
Anaal Nathrakh
Anaal Nathrakh
Vanitas

2012 - Candlelight Records
  
Anaal Nathrakh
Anaal Nathrakh
Hell Is Empty, And All The Devils Are Here

2007 - Feto Records
  
Anaal Nathrakh
Anaal Nathrakh
Total Fucking Necro (Compil.)

2000 - Leviaphonic Records
  

Yoth Iria
Under His Sway (EP)
Lire la chronique
Ghostemane
Anti-Icon
Lire la chronique
Ritual Suicide
Nocturnal Haematolagnia
Lire la chronique
Sad
Misty Breath of Ancient For...
Lire la chronique
Origin'Hell
Realm Of The Necromass
Lire la chronique
Shit Life / Noisy Neighbors
Competitive Victimhood (Spl...
Lire la chronique
Incinerate
Sacrilegivm
Lire la chronique
Life's Question
A Tale Of Sudden Love And U...
Lire la chronique
Oranssi Pazuzu
Mestarin kynsi
Lire la chronique
Defeated Sanity
The Sanguinary Impetus
Lire la chronique
Lilim
Weighted Ghosts
Lire la chronique
Necrowretch
Welcome To Your Funeral (Live)
Lire la chronique
Sedimentum / Phobophilic
Horrific Manifestations (Sp...
Lire la chronique
Gorguts
Obscura
Lire la chronique
Dead Can Dance
Within The Realm Of A Dying...
Lire la chronique
Dwarrowdelf
Evenstar
Lire la chronique
Aborted Fetus
Pyramids Of Damnation
Lire la chronique
Rotting Christ
Non Serviam
Lire la chronique
Savagery
Off The Ruins... (EP)
Lire la chronique
Pig Destroyer
The Octagonal Stairway (EP)
Lire la chronique
Orchid
Dance Tonight! Revolution T...
Lire la chronique
Abyssal Ascendant
Chronicles Of The Doomed Wo...
Lire la chronique
Crucifix
Visions Of Nihilism (Compil.)
Lire la chronique
To Conceal The Horns
Purist
Lire la chronique
Death Invoker
Necromancy, Damnation, Reve...
Lire la chronique
Seep
Souvenirs Of A Necrosadist ...
Lire la chronique
Precaria
Nigraluminiscencia (Compil.)
Lire la chronique
Six Feet Under
Nightmares Of The Decomposed
Lire la chronique
Drastus
Serpent’s Chalice – Materia...
Lire la chronique
Narrow Head
12th House Rock
Lire la chronique