chargement...

haut de page
Remontez pour accéder au menu
196 visiteurs :: Invité  » se connecter  » s'enregistrer

Botch - We Are the Romans

Chronique

Botch We Are the Romans
Le sentiment de perfection en musique n’est, d’habitude, pas ce qui m’intéresse quand j’en écoute. Alors qu’il est généralement de bon ton d’appuyer la maîtrise, la subtilité, la justesse d’exécution d’une œuvre comme des qualités premières, j’ai tendance à mettre ça en second plan, prenant les images et émotions que me procure un disque comme premiers éléments pour construire mon jugement sur celui-ci. Point de dissection de tel ou tel passage, point d’ébahissement sur telle ou telle transition, plutôt la recherche de la mise en mots (souvent maladroite et prétentieuse, c’est le jeu quand on s’attaque à « ce genre de choses ») de ce qui est transmis derrière tout cela.

Mais me voilà bien embêté. Car j’ai beau retourner la question dans tous les sens, c’est bien ce sentiment d’être face à une œuvre parfaite qui prime à l’écoute de We Are the Romans. Je ne vais pas refaire ici l’historique de Botch, ce groupe aussi éphémère qu’important, approfondir ici son héritage ou ses origines. Wikipédia ou un fan de mathcore le feront bien mieux que moi, quitte à tromper sur la marchandise tant il est de coutume de dire que les Ricains sont ceux qui ont, non pas fondés, mais mis en place les bases de ce hardcore dissonant et complexe, où tout est construit à rebrousse-poil (une légende encore vivace aujourd’hui et dépassant le cadre du hardcore, n’est-ce pas Deathspell Omega ?).

Non, car vingt-et-une années après sa sortie, douze années après sa découverte, c’est bien ce caractère d’œuvre se suffisant à elle-même qui s’est imposé à moi, après un temps où American Nervoso, son grand frère glaireux et maladroit, avait ma préférence. Aujourd’hui, je me demande comment il a pu en être autrement : tout dans ce disque est – on m’excusera de considérer le remix électro / dub de « Thank God for Worker Bees » comme un bonus et donc de l’évacuer de cette considération (je ne l’écoute par ailleurs jamais) – un manifeste définitif sur comment jouer ce type de hardcore, ce qu’il est, ce qu’il doit être. Un exemple de travail sur le mouvement, le riff et ce qui le suit étant aussi important l’un que l’autre. Un chef d’œuvre d’exécution, mot pris ici au pied de la lettre, avec cette voix stricte, même dans la douceur, cette batterie qui fourmille de mille détails mais n’oublie jamais de cogner à la tête, cette basse au groove rond et autoritaire malgré les contretemps, rage hardcore, grésillements et névroses industriels. Et cette guitare...

Cette guitare. Voilà certainement qui mène la danse ici, bien que ce soit également cette impression de symbiose, de totalité formée de talents individuels, qui marque sur We Are the Romans. Ce qu’elle joue, encore de nos jours, paraît si extraterrestre et si élémentaire à la fois. D’une facilité d’approche, d’une accroche immédiate, et cependant si complexe, si généreuse d’idées. Ces mélodies qui se construisent au fur et à mesure, une ligne de basse devenant sa ligne, la mélodie principale s’alimentant d’elle pour donner un riff nouveau ; ces tappings s’accumulant, chacun fou et cependant allant si bien ensemble... « Harmonie des contraires » est une expression bien insuffisante pour dire ce que parvient à faire ici Botch, tant tout coule de source dans ces compositions tenant debout par miracle, fluides en dépit de l’ambition qu’elles contiennent. Parfaites, en tous points.

We Are the Romans est parfait, il n’y a finalement que ça à appuyer quand on parle de lui. Mais, heureusement pour moi et mes opinions à l’emporte-pièce, ses mosaïques devenant ensemble architecture d’une grâce baroque incompréhensible contiennent en elles quelque chose de bien assimilable, des émotions bien humaines, des névroses bien humaines également. Une histoire de dépassement de soi, introspection et inspection froide de son environnement quotidien. Une volonté de briser les conventions aussi bien musicalement que personnellement, une puissance s’échappant dans les torsions et flexions des structures. Des paroles surréalistes mais transmises avec une crudité qui laisse échapper la sueur, la colère, les muscles tendus, l’accomplissement dans l’exercice.

Résumons : clarté de la production, clarté du son, au service de la clarté du propos. Soit – hé ! – un autre élément touchant à la perfection ici. Bon dieu, comment voir ici une œuvre qui « a fait date », un « classique essentiel », alors que ce disque est tout autre, qu’il restera à jamais « autre » ? Je laisserai le soin à d’autre de parler de l’avant et de l’après : pour moi, We Are the Romans n’a pas de catégorie. Il y a eu et, définitivement, il n’y aura que lui.

DONNEZ VOTRE AVIS

Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.

8 COMMENTAIRE(S)

InnerDam citer
InnerDam
07/10/2020 23:25
note: 10/10
TarGhost a écrit : Sublime de bout en bout, l'un des rares albums où strictement rien n'est à jeter. La même année, j'ai eu aussi un très gros coup de cœur pour le "Until Your Heart Stops" de Cave In. Avec ces deux-là j'ai fait un bon bout de chemin...et la belle histoire dure toujours !

Idem pour le Cave In, que j'avais choppé le même jour avec "Petitionning the empty sky" de Converge.Avec Botch la boucle etait bouclé. Hydrahead jetait clairement un sacré pavé dans la mare sur la scène hardcore.
Mais pour en revenir à l'album, que dire si ce n'est qu'on a la un groupe touché par la grâce.Un album qui allait devenir le mètre étalon d'une scène mathcore, mais c'etait foutu d'avance.
Une identité propre, un son dantesque, et cette guitare bon sang..
Ce tapping sur C thomas résume à lui seul le génie et le talent mélodique de Dave Knudson.
Quand j'y pense, je les avais vu lors de leur unique passage à paris en 2000, en premiere partie de Dillinger. La plus part s'en foutait et n'etait venu que pour Dillinger, mais j'ai pris là la claque de ma vie.
TarGhost citer
TarGhost
03/10/2020 18:43
note: 10/10
Sublime de bout en bout, l'un des rares albums où strictement rien n'est à jeter. La même année, j'ai eu aussi un très gros coup de cœur pour le "Until Your Heart Stops" de Cave In. Avec ces deux-là j'ai fait un bon bout de chemin...et la belle histoire dure toujours !
choochoo citer
choochoo
03/10/2020 17:14
note: 10/10
Très chouette chronique. Un réel plaisir de voir ce groupe sur Thrashocore.
Exemplaire dans l'exécution et le propos, la réédition de 2007 est aussi pas mal.
Jean-Clint citer
Jean-Clint
03/10/2020 12:30
Keyser a écrit : Je n'ai jamais écouté Botch ... c'est bien, c'est beau alors ?

Jean Roucas sort de ce corps... ! Mort de Rire
lkea citer
lkea
03/10/2020 12:31
note: 10/10
Merci Clin d'oeil

Keyser a écrit : Je n'ai jamais écouté Botch ... c'est bien, c'est beau alors ?

Ben oui, c'est Botch ! (Le chien ne voulait pas aller à la chasse, Laurent.)
AxGxB citer
AxGxB
03/10/2020 11:33
note: 10/10
Album effectivement incontournable de la grande époque Hydra Head et du Hardcore chaotique (soit la seconde moitié des années 90). Effectivement, le groupe n'es pas à l'initiative du genre mais il en est encore aujourd'hui l'un des piliers. Sinon 21 ans déjà, et bah ça ne me rajeunit pas tout ça... Chouette chronique, vivement la suite !
Keyser citer
Keyser
03/10/2020 11:17
Je n'ai jamais écouté Botch ... c'est bien, c'est beau alors ?
lkea citer
lkea
03/10/2020 10:28
note: 10/10
Petit soucis pour ajouter les titres provenant de bandcamp en ce moment, mais vous pouvez découvrir l'album ici (même si bon, ne pas avoir écouté Botch en 2020, c'est un peu comme ne pas avoir vu Jurassic Park... Aller, il n'est pas trop tard) :

https://botch.bandcamp.com/album/we-are-the-romans-remastered-reissue

AJOUTER UN COMMENTAIRE

 
Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.
Botch
notes
Chroniqueur : 10/10
Lecteurs : (7)  9.64/10
Webzines : (2)  9.75/10

plus d'infos sur
Botch
Botch
Mathcore - 1993 † 2002 - Etats-Unis
  

tracklist
01.   To Our Friends in the Great White North  (5:10)
02.   Mondrian Was a Liar  (2:41)
03.   Transitions from Persona to Object  (6:04)
04.   Swimming the Channel Vs. Driving The Chunnel  (4:30)
05.   C. Thomas Howell as the 'Soul Man'  (4:44)
06.   Saint Matthew Returns to the Womb  (3:04)
07.   Frequency Ass Bandit  (4:26)
08.   I Wanna Be a Sex Symbol on My Own Terms  (3:35)
09.   Man the Ramparts  (10:50)
10.   Thank God for Worker Bees (Remix) (hidden track)  (7:27)

Durée : 52 minutes 35 secondes

line up
parution
5 Novembre 1999

Essayez aussi
The Minor Times
The Minor Times
Summer Of Wolves

2007 - Prosthetic Records
  

Sad
Misty Breath of Ancient For...
Lire la chronique
Origin'Hell
Realm Of The Necromass
Lire la chronique
Shit Life / Noisy Neighbors
Competitive Victimhood (Spl...
Lire la chronique
Incinerate
Sacrilegivm
Lire la chronique
Life's Question
A Tale Of Sudden Love And U...
Lire la chronique
Oranssi Pazuzu
Mestarin kynsi
Lire la chronique
Defeated Sanity
The Sanguinary Impetus
Lire la chronique
Lilim
Weighted Ghosts
Lire la chronique
Necrowretch
Welcome To Your Funeral (Live)
Lire la chronique
Sedimentum / Phobophilic
Horrific Manifestations (Sp...
Lire la chronique
Gorguts
Obscura
Lire la chronique
Dead Can Dance
Within The Realm Of A Dying...
Lire la chronique
Dwarrowdelf
Evenstar
Lire la chronique
Aborted Fetus
Pyramids Of Damnation
Lire la chronique
Rotting Christ
Non Serviam
Lire la chronique
Savagery
Off The Ruins... (EP)
Lire la chronique
Pig Destroyer
The Octagonal Stairway (EP)
Lire la chronique
Orchid
Dance Tonight! Revolution T...
Lire la chronique
Abyssal Ascendant
Chronicles Of The Doomed Wo...
Lire la chronique
Crucifix
Visions Of Nihilism (Compil.)
Lire la chronique
To Conceal The Horns
Purist
Lire la chronique
Death Invoker
Necromancy, Damnation, Reve...
Lire la chronique
Seep
Souvenirs Of A Necrosadist ...
Lire la chronique
Precaria
Nigraluminiscencia (Compil.)
Lire la chronique
Six Feet Under
Nightmares Of The Decomposed
Lire la chronique
Drastus
Serpent’s Chalice – Materia...
Lire la chronique
Narrow Head
12th House Rock
Lire la chronique
Necrophobic
Dawn Of The Damned
Lire la chronique
Mortality Rate
You Were the Gasoline (EP)
Lire la chronique
Lymphatic Phlegm
Show​-​off Cadavers – The A...
Lire la chronique